Archives de tags | Bible

Mon cœur balance

Mon coeur balance
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Mon cœur balance

 

Ce soir, je dois te faire un aveu,
Un secret qui me rend si vieux,
Que je sens ma vie s’enfuir,
Et qui me fait tant souffrir.

 

Je crois que tu m’as jeté un sort,
Dès le premier jour où je t’ai connue,
Dès la première seconde que je t’ai vue,
Tu as donné raison de vivre dans ce corps.

 

J’ignorais où aller en ces lieux,
Remplis de gens tellement pernicieux,
Mais ta beauté m’a profondément transformé,
Dès que tu m’as tendu cette main tant souhaitée.

 

Ô mon amour, que puis-je faire pour te prouver ?
Que tu es celle que mon cœur a si ardemment aimée ?
Que tu es celle avec qui je désire vivre pour toujours ?
Car aucune femme ne m’a tant ébloui sous un nouveau jour.

 

Mon cœur balance à me faire perdre la raison,
Je me sens englouti dans un puit sans fond,
Mon cœur balance sur le fil des mots perdus,
Devant le vide qui m’avale, je suis si confus.

 

Mon cœur balance entre le désir de te dire,
Mon cœur balance entre le souhait de tout t’avouer,
Mon cœur balance entre les chaînes et le rêve de liberté,
Mon cœur balance entre la crainte du rejet et la joie de vivre.

 

Voici donc mon secret si éprouvant et si terrible,
Que depuis longtemps j’avais juré de cacher sur la Bible,
Comment pouvais-je t’avouer que tu étais peut-être ma destiné,
Mon cœur balance depuis que vont pour toi mes plus tendres pensées.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Femme liée

Femme liée
Avec l’autorisation de Tastethewine.

Femme liée

 

Depuis la nuit des temps,
De mon corps a jailli les larmes et du sang,
Car on me craignait pour ce pouvoir étrange,
De donner la vie tel le feraient les précieux archanges.

 

Je connaissais bien des médicaments,
Qui apportèrent aux malades du soulagement,
J’ai pris soin des pauvres et des indigents,
Sans oublier les nouvelles mamans.

 

Puis vinrent des religieux,
Qui parlèrent au nom de leur Dieu,
Avec des mots incompréhensibles,
Tirés de leur livre, de leur Bible.

 

Alors j’ai perdu mes droits,
Et j’ai dû succomber à toutes leurs lois,
Devenu au fil des années un être sans âme,
Condamné à brûler en Enfer grugée par les flammes.

 

Maintenant que la lutte est commencée,
Plus question de se sentir trahie ni blessée,
Car être d’os, de chair et de sang je suis faite,
Et jamais plus mes sœurs et moi connaîtrons la défaite.

 

Liée, je le suis actuellement,
Combattrai je le ferai éternellement,
Pour éviter à mes descendantes ces tourments,
Car, femmes nous le sommes à jamais et fièrement.

 

Ces courroies je m’en débarrasserai,
Et sans aucune gêne devant vous nue je serai.
Car c’est mon corps et c’est ma chair remplis de vie,
Une vie voulue par mère nature pour les temps infinis.

 

Femme liée ! Femme pécheresse !
Qui aimer ses filles n’aura jamais de cesse.
Ses filles qui naîtront désormais pour la liberté,
Dès cet instant, cette saison et pour le reste de l’éternité.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Femmes aux milles couleurs

33675051_10210848477438364_2195051351401037824_o

Superbe dessin réalisé par Monika Gailloux de Montréal

Femmes aux milles couleurs

 

Femmes étrangères,

Femmes de pays en guerre,

Femmes d’enfants rêvant de paix,

Femmes qui donnent avec bonté de son lait.

 

Femmes de la lointaine Asie,

Femmes  de Guinée et de Papouasie,

Femmes amoureuses de ses conjoints et amants,

Femmes protectrices de sa maisonnée et de ses enfants.

 

Femmes fatiguées de porter dans le silence,

Les douleurs insidueuses de l’histoire qui élancent,

Leurs cœurs accablés du désespoir de leurs descendances,

En prenant  conscience de l’avenir qui les attend dans leur  insouciance.

 

Femmes sur les terres d’Amérique,

Femmes des savanes de l’indomptable Afrique,

Femmes essayant de survivre de maigres pitances,

Comme celles gavées par l’abondance et vivant de l’opulence.

 

Femmes des  aurores boréales,

Femmes des champs fertiles des terres australes,

Femmes libérées qui jouent pourtant à  la pucelle,

Femmes de tous les styles et pourtant toujours belles.

 

Femmes mythiques,

Qui inspirent des chansons si magnifiques,

D’une époque où tout était beau où tout était possible,

Où l’amour rhytmait avec liberté et loin des prêcheurs de la bible.

 

Femmes objets de désirs,

Femmes insoumises avec de  beaux sourires,

Peu importe qui vous êtes et où vous soyez sous le ciel,

Vous êtes femmes aux milles couleurs et de véritables merveilles.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Matane (Québec)

Canada

L’attente

FB_IMG_1519410252367

Dessin de mon ami Eri kel de la France

L’attente

 

Quelle incertitude
Quelles turpitudes
Quelle tristesse de ne point voir
Et encore plus de ne point avoir.

 

Que fut donc mon passé?
Est-il réel ou bien imaginé?
Quel est mon actuel présent?
Celui où j’ai quitté la fureur d’adolescent.

 

Envie de plaire
Au risque même de déplaire
Quelle instant horrible
Nul part mentionné dans une bible.

 

Je suis là dans ce moment figé
Dans l’espace et le temps inchangés
Fuyant les fantômes et démons qui me hantent
Sans bouger, sans crier, sans même exister que par cette attente.

 

De

 

Rollandjr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Arbres en hiver

blanc hiver

Arbres en hiver

 

Arbres nus,

Je vous ai vus,

Affrontant le froid,

Avec ardeur et sans effroi.

 

Bravant le temps,

Debout contre les vents,

Témoins de notre belle histoire,

De ceux qui voulaient en ce pays croire.

 

De toutes éternités, vous êtes défectibles !

Votre sacralité n’est pourtant pas dans la Bible,

Hélas ! Car vous démontrez si bien, aux nations,

Que l’hiver est sans contredit la plus belle des saisons.

 

Arbres en hiver,

Qui êtes là aujourd’hui comme hier,

Arbres de nos ancêtres et de nos descendants,

Vous êtes beaux quand la neige vous couvre tels des diamants.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Je t’aimais vraiment

20170929_104147_InPixio

Je t’aimais vraiment.

 

Malgré les apparences,

De mon être je t’aimais vraiment,

Comme la profondeur des océans,

Ai-je peur des blessures de mon enfance ?

 

De ces rejets de jadis,

De ces profondes meurtrissures,

Que je répande à celle que j’aime mes blessures,

Alors que je voulais donner une parcelle de Paradis.

 

Suis-je homme insensible ?

Devrais-je le jurer sur la Bible ?

Que mon cœur était sincère et mon âme pure ?

Mon Dieu ! Qu’en amour la vie peut être dure.

 

Devrais-je faire un temps d’arrêt?

Pour savoir vraiment ce que l’on est?

Oui, mon cœur était sincèrement avec toi.

Même si je ne sais pas quelle est ma véritable voie.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Car je suis moi aussi un homme de cette terre.

WP_20150307_030

Car je suis moi aussi un homme de cette terre.

Savez-vous quoi? Vous m’apprenez toute une bagatelle.

Depuis toujours, je vous dérange et je le sais trop assurément.

Aujourd’hui comme hier, il en sera ainsi demain, je ne vous mens

Je ne changerai rien de ces propos, pas même une voyelle.

Spécialement vôtre, vous me verrez tel quel.

Spécialement nôtre, je vous découvrirai avec joie.

Singulièrement, ce sera ma vie remplie d’amour, telle sera ma loi.

Singulièrement, j’aimerais tant connaitre la vôtre telle quelle.

Hommes comme vous et moi qui craignent la mort et parfois la vie.

Femmes comme mères et sœurs qui se transfèrent le flambeau,

De la destinée humaine qui risque bien sûr de tomber de haut,

Mais qui, promesse des Dieux, peuvent gravir le plus élevé des parvis.

Oui, je connais vos pensées les plus intimes et les plus inaudibles.

Oui, je suis prêt à en faire le serment sur toutes les bibles,

Celle de Gutenberg jusqu’au roi Jacques d’Angleterre,

Car je suis moi aussi un homme de cette terre.

De

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Savais-tu ceci?

Savais-tu ceci?

 

Toi, ma tendre et adorable amie.
Savais-tu simplement ceci?
Tu es extraordinaire tel que tu es.
Et, crois-moi, ce n’est point un secret.

 

La beauté de ton cœur et de ton âme,
Fais de toi à mes yeux une divine femme.
Un être, que je crains toujours de blesser, si sensible.
Je te le jure sur la sainte Bible.

 

Tu es si belle Marie-Andrée.
Que j’en ai le souffle coupé.
Une femme comme toi,
Ferait le bonheur d’un roi.

 

Savais-tu ceci? Oui simplement ceci.
Que de t’avoir pour amie,
Comble les jours de ma vie,
Et pour cela, je te dis … merci!

 

Rolland de Québec