Archives de tags | fleuve

Je pouvais enfin voir la lumière

 

Je pouvais enfin voir la lumière

« Je pouvais enfin voir la lumière » Photo par G.B. d’Allemagne

Je pouvais enfin voir la lumière

 

Ma vie n’était que pénombre,
Où je pliais sur le poids de mon ombre,
Et la froideur du temps qui passe enveloppait mon âme,
Mon âme à la recherche de la chaleur de la beauté d’une femme.

 

Marchant d’un pas lourd inlassablement,
Plongeant mes pensées noires dans ce fleuve,
Un fleuve rempli d’amertumes qui s’émeuvent,
Pénétrant ses vagues qui me submergent inévitablement.

 

J’ouvris la porte où j’entendis tes soupirs,
Des soupirs de tant de bonheur et de plaisirs,
Attendant cet homme que tu choisiras avec liberté,
Me faisant signe de ta main experte à venir te déguster.

 

Je pouvais voir les courbes décrivant la grâce de ta féminité,
Je pouvais deviner tes désirs, tes envies et tes fantasmes illimités.
Mais, avant toute chose, depuis cet instant précis où je m’échappais des enfers,
J’entrevoyais l’espérance folle où grâce à ta beauté, je pouvais enfin voir la lumière.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Jeanne La Pucelle

New Image8

Jeanne La Pucelle

 

Jeanne de cette lointaine époque où courage et honneur,

Aux yeux tant du peuple que pour la noblesse avaient grande valeur,

Force à l’ennemi ! Ardeur et foi pour secourir faibles et indigents !

Voilà qualités dignes d’être évoquées de ce temps !

 

Du haut de ta monture, tu as certes fière allure.

Qu’en a décidé Dieu et quelles sont ses insondables augures ?,

Brandissant une épée acérée contre les ennemis de la mère-Patrie,

Qui laissa sur les fleuves du St-Laurent une éternelle fratrie !

 

Et que dire de ton blanc cheval qui t’amena vers le champ de bataille ?,

Terrassant avec sang-froid ces hommes jusqu’à les mettre en tenailles ,

Frappant sans crainte et sans remord ceux qui furent sur ton chemin,

Afin de libérer Royaume de France pour un pur lendemain !

 

Maintenant ! Réponds-moi ! Avec franchise et sans éclat !

Quel avenir langue de Molière, devant tant usages faux en ce pays, a ?

Héroïne d’Orléans dont une île porte ce nom, Ô Jeanne dite La Pucelle !

Protège cette langue car, grande vérité, elle est la plus belle.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada