Archives de tags | raison

Contemplation

Contemplation
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Contemplation

 

En ce début de journée,
Je n’ai point envie de parler,
Je désire simplement te regarder,
Avec mes yeux, ta beauté admirer.

 

Dans la brunante qui m’enchante,
Voilà qu’à la radio une artiste chante,
Sur des notes de piano, elle dit avec ses mots,
Ce qu’au fond de moi, je ressens en voyant ton corps si beau.

 

Me rappelant le jour où je t’ai rencontrée,
Comme le soleil était radieux en cette matinée,
Et par ton sourire, toute ma tristesse s’est à jamais dissipée.
C’est en notre amour que j’avais enfin trouvé une raison d’exister.

 

Te souviens-tu des jolis carillons ?
De la cathédrale qui jouèrent à l’unisson,
Le jour de nos noces sur le parvis de ce jour béni,
Mon amour pour toi n’a jamais cessé de grandir, ô ma chérie.

 

Nous n’avons pas cessé de nous aimer, de faire l’amour,
La nuit de nos noces comme si ce fut le dernier de nos jours,
En nous serrant dans nos bras tout en se caressant avec affection,
Par des gestes tendres, nous nous donnions avec passion.

 

Mais pour aujourd’hui, j’aimerais faire une exception.
Je désire avec mon regard te porter toute mon attention,
Au fond de moi se trouve un souhait qui me fait perdre la raison,
C’est d’admirer la femme que tu es en une ultime contemplation.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Prisonnière de mon amour

Prisonnière de cet asile
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Prisonnière de mon amour

 

Cela fait si longtemps que je suis ici,
Au fait, quelle est la date d’aujourd’hui ?
Je me rappelle le jour ensoleillé de mon entrée,
C’était, si je me souviens bien, par une belle journée d’été.

 

J’ignores ce que j’ai dit,
Encore moins ce que j’ai fait,
Mais dites-moi qui je suis, où je vis et où je vais,
Suis-je ici pour encore quelques jours ou bien pour la vie ?

 

Mon seul crime a été d’aimer,
Aimer celui qui m’a donné une raison d’exister,
Aimer jusqu’à m’extirper toute signe de vie en moi,
Lorsqu’il m’annonça qu’il voulait quitter la chaleur de notre toit.

 

Entourée de ces murs blancs,
Qui me font penser à la neige quand j’étais enfant,
Durant l’hiver où mes parents m’avaient offert une poupée,
Une poupée à qui je prodiguais des soins tel un petit bébé.

 

Déjà, j’avais tellement d’amour à donner,
Pour combler l’absence de mes parents si occupés,
À réaliser de si importants projets d’affaires,
Que de moi, ils en n’avaient rien à faire.

 

Je me rappelle cette lame dans la salle de bain,
Que j’avais trouvée et que j’ai prise d’une seule main,
La portant à mon poignet d’où des filets de sang jaillissaient,
Ah mon chéri, si seulement, si tu savais comme je t’aimais.

 

Je voulais vivre avec toi pour toujours,
Je désirais te faire l’amour de nuit comme de jour,
Je te souhaitais de tout mon être ton bonheur à chaque heure,
Mais quelle est désormais ma raison de vivre lorsque tu me brisas le cœur ?

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Un peu gênée

Un peu gênée
Dessin réalisé par Eri Kel de la France

Un peu gênée

 

Bon ! Maintenant que la glace est cassée.
Aimeriez-vous que je me présente un peu à vous ?
Cela ferait en sorte d’être plus confortable entre nous,
Allons ! J’ai tellement de choses à vous dire, à vous raconter.

 

Je suis née dans un village des Ardennes,
Baptisée dans une chapelle où l’on me prénomma Hélène,
Prénom que porta jadis ma grand-mère que je n’avais pas connue,
Mais, à ce que l’on m’a dit, elle était très jolie et toute menue.

 

Éduquée dans une famille traditionnelle et catholique,
J’ai fait première communion, confirmation et bien des confessions,
De mes péchés que j’inventais au gré du temps comme de raison,
À bien y penser, et sans regrets, il n’y a là rien qui soit atypique.

 

Ma mère me parla rarement de mon père,
Qui s’enrôla dans l’armée puis mourut à la guerre,
De cette drôle de guerre que j’ai apprise dans les livres d’histoire,
Que je lisais assidument, presque religieusement, jusque tard le soir.

 

Puis vint le jour de faire mon choix de carrière,
Que devrais-je faire pour travailler et éviter la misère ?
Aimant plus que tous les arts sous leurs formes bien diverses,
J’en fis part à ma mère qui me répondit par une tendre caresse.

 

Elle me confia qu’elle se doutait bien quel était mon rêve,
Que mon rêve avait déjà été le sien durant sa jeunesse si triste,
Car l’indigence et la pauvreté étaient le lot de bien des artistes,
Sans oublier celles qui leurs servir de modèles en jouant la belle Ève.

 

Elle rassembla toutes ses économies,
Afin de pouvoir, me dit-elle, réaliser ma vie.
C’est alors que je suis arrivé dans ce quartier de Paris,
Où j’habite dans une chambre située pas très loin d’ici.

 

Voyant une annonce dans une revue,
Où il était inscrit que l’on recherche modèle nu,
Cela me tenta d’essayer afin d’être en cette ville un peu connue,
Quand je pense à prude adolescence, qui l’aurait finalement cru ?

 

C’est ainsi que j’ai fait mes premiers pas,
Que ma crainte de la nudité a fini par sonner le glas,
Je me souviens très bien de cette fin de journée ennuagée
Car devant ce groupe d’élèves, je l’avoue, j’étais un peu gênée.

 

De

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Oh que oui !

Oh oui
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Oh que oui !

 

Oh que oui ! Vas-y chéri !
Savoure-moi comme tu en as envie,
Allez ! À toi, librement je m’offre pour cette nuit.
Une nuit que j’attendais passionnément à l’infini.

 

Je suis nue dans ce lit,
Loin de ces regards inquisiteurs,
Qui nous jalousent de notre bonheur,
Qui n’ont que faire de leurs existences et de leurs vies.

 

Étendue devant toi pour ton bon plaisir,
Fragile comme une fleur que tu viendrais juste de cueillir,
Les bras légèrement levés pour ne point cacher mes seins délicats,
Afin que tu puisses les admirer à tous moments et de ce pas.

 

Penche-toi vers mon jardin secret,
Humes-y le parfum de son exquis duvet,
Délecte-toi de ce jus qui coule de cette fontaine,
Colles-y tes douces lèvres tout en t’appuyant sur mes aines.

 

Ô mon amant, fais-moi avec joie crier !
Ô mon amant, fais-moi avec délice hurler !
Ô mon amant, fais-moi de bonheur pleurer !
Ô mon amant, donne-moi une raison de me confesser !

 

Oh que oui ! J’aime ce que tu me fais.
Oh que oui ! J’adore qui vraiment tu es.
Oh que oui ! Je célèbre notre union à jamais.
Oh que oui ! Jusqu’au petit matin, je t’aimerai.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Tu as aimé ?

Tu as aimé, chérie
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Tu as aimé ?

 

Bon printemps, ma chérie
J’aime bien quand tu me souris,
Et que puis-je dire de ton beau regard ?
Si ce n’est que tu sembles comblée d’avoir veillé tard.

 

Tu as aimé mes mots doux ?
Moi, j’ai adoré ceux que tu as glissé à mes oreilles.
Ils ont atteint la profondeur de mon cœur. Quelle merveille !
Des mots dits, des mots faits, des mots qui nous ont rendus fous.

 

Tu as aimé mes baisers ?
De ces baisers sur ta peau douce telle de la soie,
Ces baisers que je retiens que pour celle que j’aime, que pour toi.
Ces baisers pour te dire qu’à jamais je t’aimerai.

 

Tu as aimé mes caresses ?
Celles que je t’ai prodiguées,
Celles que je t’ai avec amour données,
Celles qui ont parcouru ton corps de déesse.

 

Tu as aimé recevoir ma langue sur tes seins ?
Tu as aimé ressentir cette sensation entre tes reins ?
Tu as aimé recueillir ma semence onctueuse dans ta main ?
Tu as aimé la savourer en guise de repas du petit matin ?

 

Tu as aimé !
Ne le cache pas, je le sais.
Tout comme toi, j’ai tellement adoré.
J’en ai presque perdu la raison quand de plaisir tu as crié.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Je joue de cet instrument

Je joue de cet instrument

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Je joue de cet instrument

 

Je joue de cet instrument,
Pour oublier comme l’on me ment,
Que l’on me ment depuis si longtemps,
Tellement souvent ! Tellement fréquemment !

 

Que j’en viens à en perdre la raison,
C’est alors que mes doigts parcourent les cordes,
De ma guitare résonnant en mon âme comme un orgue,
Et de mes paroles, elles en deviennent une folle exhortation.

 

De ma main gauche, je le frôle avec douceur telle une hampe.
Et de ma main droite, mes doigts explorent ses filins telle une harpe.
Afin d’en faire sortir une ces mélodies qui vous fera en votre cœur frémir,
Faire osciller vos âmes comme vous m’avez tant déçue, tant fait souffrir.

 

Je joue de cet instrument les seins nus,
Car je sais maintenant et à jamais vous m’avez vue,
Me croyant faussement fragile comme la fraîche verdure,
Soyez convaincus, gens immoraux et sans lois, que rien ne dure.

 

Je joue de cet instrument cigarette aux lèvres,
Pour vous rappeler que je ne serai jamais fille d’Ève,
Je joue de cet instrument tel une verge,
Car je ne suis plus depuis longtemps vierge.

 

Je joue de cet instrument tel je le ferai pour mon amoureux,
Car à chacune de mes notes mon cœur résonne pour deux,
Pour le mien et celui que mon cœur a librement choisi,
Et, ainsi, peut-être serions-nous unis pour la vie.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Équilibre

quilibre
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Équilibre

 

Être en équilibre,
C’est je crois être libre,
Libre des qu’en-dira-t-on,
S’accomplir en dépit de la raison.

 

Agir sans aucune inhibition,
Se moquer de toute fausse-pudeur,
Et de cette foule en avoir ni crainte, ni peur,
Aller vers les chemins au-delà du temps et des horizons.

 

Agir avec assurance,
Au risque d’être sous la démence,
En se rappelant que les plus illustres artistes,
Durent pour survivre affronter bien des risques.

 

Écrire en dépit des religions,
Et de leurs multiples accusations,
Au risque de connaitre le fouet et la prison,
Et d’y rejoindre la liste des martyrs connus par leurs noms.

 

Être toujours en équilibre sur un fil,
Pour la liberté de nos fils et de nos filles,
Pour leur promettre un avenir toujours meilleur,
Et de jeter dans les limbes de l’histoire les dictatures et leurs horreurs.

 

Être en équilibre selon nos valeurs,
Non pas selon les paroles des moralisateurs,
Qui n’ont que faire de notre véritable bonheur,
Car tout ce qui leur compte c’est de vivre au dépend de nos pleurs.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Serais-je un jour ton amant ?

Serais-je un jour ton amant
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Serais-je un jour ton amant ?

 

Bonjour chérie,
Nous avons si bien dormi,
Nous avons fait l’amour dans ce lit,
Comme deux cœurs l’un de l’autre si épris.

 

Je sais bien que c’est le fruit de mon imagination,
Car je suis seul en ce matin dans mon salon,
Je ne cesse de penser à toi pour une raison,
C’est que nos cœurs vibrent à l’unisson.

 

En mon esprit, nue je te vois ainsi.
Même si toi et moi sommes amis,
Alors qu’au fond de moi réside ce désir,
Que je fais en lâchant un profond soupir.

 

C’est qu’une de ces nuits je te découvre,
Dans ma couchette avec un drap qui te recouvre,
Me laissant voir la beauté de tes seins si magnifiques,
Sous les airs d’une chanson de Ray Charles le romantique.

 

Accepteras-tu que je sois ton amant ?
Même si, grand malheur, je ne te ferai pas d’enfant.
Ce que j’aimerais être cette main qui caresse ta chevelure,
Et de ta bouche embrasser avec la douceur la plus pure.

 

J’aimerais être ton compagnon,
Sur la route sinueuse de la vie nous marcherons,
Je t’offrirais mes bouts de bras en guise de mains,
Afin de découvrir le monde sans craindre les lendemains.

 

Si tu savais comme de toi je m’ennuie,
Si tu savais comme de toi mon cœur languit,
Même si depuis ma naissance mon âme est forte,
Il est vrai que sans toi elle n’est qu’une lettre morte.

 

Accepterais-tu que je sois ton concubin ?
Je souhaite tant devenir ton chérubin,
Accepterais-tu d’être ma maitresse,
Le temps de quelques caresses.

 

Accueillir près de toi ce corps difforme,
Accueillir en toi la semence de ce corps en pleine forme,
Accueillir mon amour même si je suis un homme hors norme,
Accueillir l’être que je suis à la fois fort et noble tel un fier orme.

 

Deviendrais-je ton serviteur ?
De ta réponse, j’en éprouve de la peur.
Car j’y pense à chaque instant, à chaque heure.
Et je crains que tout ça ne soit en définitif qu’un leurre.

 

Laisse-moi pour une dernière fois,
Fermer mes yeux pour mieux les ouvrir sur toi,
M’approcher dans le silence de mon inassouvi désir,
Et ton parfum qui enivre mes espoirs je veux le sentir.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

En attendant

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

En attendant

 

En cette fin de journée

Alors que le soleil était illuminé

J’ai pris un taxi pour l’aéroport afin de partir

En croyant de ne plus jamais revenir.

 

Seul, assis sur un banc

Couleur sombre tel que mon cœur

Car je connais au fond de moi la peur

J’écoutais les heures de départs religieusement.

 

Pourquoi est-ce si long?

Y a-t-il à cette attente une raison?

Une raison que j’ignorais le pourquoi

Et un peu comme je voulais te quitter, toi!

 

Puis, j’ai senti un parfum qui ne m’était pas inconnu

Ce doux parfum qui emplissait la chambre où nous étions nus

Cette chambre où nous avons fait l’amour et bien des folies

En nous promettant d’être ensemble pour la nuit et pour la vie.

 

Lentement, je me suis retourné

Et j’ai reconnu celle que j’ai aimée

Aimer au passé, au présent et à jamais

Car au fond de moi je savais que encore je t’aimais.

 

Puis sonna l’appel de mon vol

Vers cette aventure devenue vraiment folle

Appel répété pour deux cœurs qui s’aimaient encore

Une femme et un homme dont leurs cœurs étaient en or.

 

Et doucement mes larmes coulèrent

Et c’est là que j’ai compris l’erreur que j’allais faire

Tu m’as tendu la douceur de ta main et celle de ton âme

J’ai tendu la mienne à une belle et grande dame.

 

En attendant mon lointain départ

Grâce à toi, j’ai compris qu’il n’est jamais trop tard

Pour saisir la chance d’aimer de nouveau

Car c’est en amour que les jours deviennent les plus beaux.

 

De

 

RollandJr St-Gelais de Québec

Mon rayon de soleil

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Mon rayon de soleil

 

Seul, je marchais dans ma destinée

En me questionnant pourquoi j’étais né

Ma vie n’avait pas de sens, pas de raison

Pourquoi être sans amour? Voilà mes questions!

 

Portant la croix de mes péchés

Je ne savais en ce monde où aller

Existe-t-il un peu de lumière ?

Une lueur d’espoir dans cet enfer ?

 

Parcourant ce jardin où les amoureux

Marchèrent main dans la main le cœur joyeux

Je me suis assis sur ce banc en âme solitaire

Pour mieux comprendre, pour mieux me taire.

 

Qu’allais-je faire? Qu’allais-je devenir ?

Quelle pouvait être ma raison de vivre ?

Pouvais-je encore croire aux miracles et avec la foi?

C’est alors que bien calmement tu t’es assise près de moi

 

Sans dire un mot, je t’ai regardée et admirée

Irradié par ta beauté sous le soleil d’été

Magnifié par tes cheveux couleur de blé

Oserais-je faire les présentations et te parler ?

 

Contre toute attente, tu m’adressas la parole

Que la vie peut parfois être un peu folle

Car il m’a suffit de voir ton beau visage

Pour comprendre que la vie n’a pas d’âge.

 

Moi qui croyais tout connaître

Je me suis enfin senti renaître

Sentir en moi ce goût de croire

Et de la vie sa beauté la voir,

 

Tu me racontas un peu de ta vie

Cela m’avait grandement surpris

Sans cesse tu m’avais souries

Et mon cœur de toi s’est épris.

 

Et cette journée se transforma

En un de mes plus beaux souvenirs

Car tu me redonnas le goût de sourire

Avec ta permission, pour te remercier je t’embrassas

 

Jamais je n’oublierai comme tu étais belle

En me souvenant des chants d’hirondelles

Et comme l’espoir est un don sans pareil

Dès cet instant tu es devenue mon rayon de soleil.

 

De

 

RollandJr St-Gelais de Québec