Archives de tags | astre du jour

Le couvent des sorcières

Le couvent des sorcières Poème de Rolland Jr St-Gelais Modèle : Haley Hulgan Photo par JenovaxLilith Source : https://www.deviantart.com/lilithjenovax/art/The-Witch-s-Coven-932993263

Le couvent des sorcières

 

C’est le mois d’octobre.

C’est le temps de jeter l’opprobre.

D’assumer pleinement notre destin animal,

De vivre avec authenticité tout en évitant le mal.

 

L’astre du jour disparaît à l’horizon des forêts.

La nuit tombe sur nos têtes tel un couperet.

La nature s’endort à la lueur du clair de lune,

Tandis que les sorcières en cette clairière arrivent une par une.

 

Elles proviennent de divers pays,

Emportant avec elles des grimoires interdits,

Par le clergé qui laisse des peuples dans l’ignorance.

Tout en profitant de l’innocence de la tendre enfance.

 

Elles connaissent les filtres contre les peines d’amour.

Elles préparent des potions magiques depuis l’aube des jours.

Elles produisent des remèdes formidables contre les maux du corps.

De leur acquis des herbes, elles en retirent des mixtures qui valent de l’or.

 

Elles surviennent à la veille de la Toussaint.

Belles comme des demoiselles aux fermes seins.

Un feu enflammé offre en ce lieu un décor chaleureux.

Une sorcière se tient sur un portail afin d’écarter les curieux.

 

Halloween !

Fête des peuplades païennes !

Célébrée en hommage à la nature.

Une ère où l’humanité possédait une âme pure.

 

C’est pour moi le moment de partir.

Le temps, qu’elles m’ont alloué, vient de finir.

Ô, sorcière, dans vos évocations, implorer l’esprit de guérison.

C’est ma requête que je vous adresse avec toute mon admiration.

 

Éloigner de tout mal celui pour qui je formule cette prière.

Protégez-le durant ce combat digne des plus cruelles guerres.

Que les génies des points cardinaux lui apportent la rémission.

Et, qu’il puisse encore jouir pleinement de la vie en chaque saison.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Oh! Quelle belle journée

Oh Quelle belle journée Poème par Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Oh-Happy-Day-929794540

Oh ! Quelle belle journée

 

Nous sommes samedi.

J’aime tellement ma vie.

Tout brille de mille couleurs.

Je ne vois pas passer les heures.

 

Le week-end fait que commencer.

On prévoit du temps frais et ensoleillé.

Cela fera du bien de sortir de mon appartement.

Après avoir vécu une saison froide en confinement.

 

Le réveille-matin a sonné tôt.

Prestement, j’ai ouvert les rideaux.

Les rayons d’automne sur mon visage,

M’ont donné l’idée de faire du vagabondage.

 

Ne rien faire à part me promener dans le parc,

En regardant avec admiration quelques tireurs à l’arc.

La météo annonce un maximum de 17 degrés.

C’est amplement suffisant pour aller me balader.

 

Quel plaisir d’entendre le bruit des feuilles se mouvoir !

Elles sont si semblables qu’elles semblent vivre dans un miroir.

L’astre du jour maintient sans broncher dans le ciel le fil de sa route.

Il m’enseigne à poursuivre inlassablement mon chemin coûte que coûte.

 

J’éprouve une étrange mélancolie en cette fin de la saison estivale.

Quand je pense, qu’il y a peu dans peu temps, c’était le Carnaval.

Et pourtant, nous sommes seulement au milieu de septembre.

Rien qu’à l’imaginer, mon corps et mon âme tremblent.

 

Les feuillages rouges et orangés se révéleront sur les érables.

De leurs couleurs, la venue de l’hiver sera plus supportable.

Assez discuté pour le moment, je dois maintenant y aller.

Nous avons une si belle journée et je veux en profiter.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Repos dominical

Repos dominical Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo de Appetitive-Soul Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/1900-44-16-923564381

Repos dominical

 

Aujourd’hui, c’est jour de repos.

Ça tombe bien, car il fait si chaud, si beau.

Nous sommes le 24 juillet de cette belle année.

Une journée tellement ensoleillée en plein milieu de l’été.

 

Après être allée à la célébration eucharistique,

Je suis allé prendre un déjeuner gastronomique.

Car, j’ai un projet tout à fait adapté pour l’occasion.

Seulement me vautrer sur un moelleux paillasson.

 

J’ai enlevé mes vêtements, une fois chez moi.

Une drôle d’idée est apparue en pensant à toi.

J’imaginais être sous tes yeux aux moindres détails

De mon corps frêle et dénudé sous les pales de l’éventail.

 

Tout était permis en ce beau dimanche,

Me souvenir de mes amants outre-Manche,

Revoir tant de mes amantes du Continent.

Des nuits torrides vécues passionnément.

 

Nous sommes que de passage à ce que l’on dit.

L’astre du jour fait place à celui de la nuit.

Aussi vite est-elle arrivée, aussi vite elle est partie ?

C’est l’ultime vérité que j’ai découverte de la vie.

 

C’est le début de mon repos dominical,

Me prélassant est devenue presque inévitable.

Voilà pourquoi je le fais, de manière quasi religieusement,

Rien ne vaut en ces temps qu’un esprit détendu pleinement.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais 

Québec (Québec)

Canada

Nuit blanche

 

nuit blanche

Source photographique : https://photonoirblanc.com/

 

Nuit blanche

 

Glissant dans mes draps de satin,
En souhaitant tant dormir jusqu’au petit matin,
Fatiguée ! Épuisée ! Par tant d’efforts et de chagrin,
Je ne voulais que renaître dans un doux sommeil avec entrain.

 

Mais, voilà !
Tu étais simplement là.
Dans mes pensées et dans mes songes,
Trottant dans ma tête telle un souris qui me ronge.

 

Pourquoi ne voulais-tu pas partir ?
Pourquoi étais-tu là à toujours me sourire ?
Tu étais beau tel l’astre du jour valsant dans le ciel,
Sans geste brusque, tu me fis découvrir mille merveilles.

 

Me transportant dans tes bras musclés,
Notre amour serait-il en fin de compte notre clé ?
Celle qui ouvrira la porte de notre destin, de notre route ?
Maintenant, je le sais. Je le crois et même je n’en ai aucun doute.

 

Ne tarde pas, Ô mon amour, à me revenir,
Car pour toi, Ô mon chéri, mon coeur soupire,
Je te sens tout en moi au plus creux de mes hanches,
Voilà la raison de tous mes fantasmes en cette nuit blanche.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Verdure qui passe!

Verdure d'été!
Verdure qui passe!

Verdure qui passe!

 

Ô parents et amis des saisons de jadis,

Je vous le jure et à jamais je vous le redis;

Chose est certaine en ce monde que la douceur de l’été n’a pas son pareil.

Et ses couleurs si bigarrées sont à mes yeux de pures merveilles.

 

Admirer les diverses formes de la grâce propres à la féminité,

En secret, bien entendu, afin de ne point les offenser.

Car un chaste regard est toujours pour toutes ces dames,

Au plus haut point apprécié tant par leurs cœurs que par leurs âmes.

 

Ô verdure incommensurable de ce bel été!

Toi qui défiles au gré du temps et qui pourtant sans répit revient,

Tu nous rappelles certes notre funeste destiné,

Que de notre naissance, hélas un jour, notre mort survient.

 

Mais, d’ici-là, inutile de songer ne serait-ce qu’un seul instant,

À ce triste moment de notre trépas qui nous fait faux bond,

Profitons dès maintenant chers comparses de ce soleil resplendissant,

Et délectons-nous de ce plaisir si délicieux tel un simple bonbon.

 

Oui, je vous le redirai sans cesse quitte à en perdre la voix.

Que nous sommes, au cas où vous l’ignoriez, des enfants de la lumière,

Et dire le contraire, vous pouvez en être convaincus, n’est que des chimères.

Ceci dit ! Marcher sous l’astre du jour, telle est notre ultime voie.

 

Le royaume d’Hadès envie les mortels que nous sommes depuis l’éternité.

Tandis les dieux de l’Olympe, de leurs trônes imposants, redoutent notre science,

Laquelle ils le craignent fort assurément dans un profond silence,

Nous permettra peut-être de leur dérober le secret de l’immortalité.

 

Ne cessons pas de bénir la vie pour ce qu’elle nous donne,

Et faisons l’amour avec fougue et grand plaisir,

Et festoyons gaiement avec une chanson que l’on fredonne,

Sans oublier de partager avec les démunis afin de leur donner un sourire.

 

Ô verdure d’un bel été!

Tu me rappelles avec délicatesse ma destinée,

Qui est d’une étonnante frivolité:

C’est d’aimer et d’être aimé.

 

De

 

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada