Archives de tags | passé

Se découvrir ? Pourquoi donc ?

18902170_1950274475203653_398644017_n

Par Déborah Lyra de Montréal

Se découvrir ? Pourquoi donc ?

Bonjour tout le monde,

received_1960126477551786J’espère que vous vous portez bien et que la saison estivale vous comble de ses milles petits plaisirs. De mon côté, tout va à merveille. Le soleil inonde ma vie, ma santé est impeccable et la belle humeur m’accompagne au quotidien. Bien entendu que, comme tout le monde, il m’arrive parfois de vivre des situations auxquelles il m’aurait été préférable d’éviter. Mais, bon ! La vie est ainsi faite. Mieux vaut passer à autre chose.

Vous savez que cela fait maintenant plusieurs années que je suisnew-image11 modèle nu pour des écoles d’arts et des artistes, et ce de manière occasionnelle. J’adore ce que je fais car d’une part, cela permet à un nombre impressionnant d’artistes de connaître et d’apprivoiser un corps masculin à la fois hors-normes mais possédant aussi une grande fierté tant de ses formes que de sa puissance. Un corps ayant une histoire bien particulière et une masculinité qui ferait l’envie de bien des hommes. Oui, je suis heureux dans cette profession qui possède ses lettres de noblesse depuis l’époque de l’Antiquité.

new-image3Toutefois, une question doit être résolue, et qui m’apparaît être d’une importance capitale, pour la compréhension de mes fidèles lecteurs sur ce que peut bien m’apporter le fait de poser nu. Devrais-je me contenter de composer des poèmes ou bien de réaliser des photos même si, semblerait-il, je possède un certain talent dans ces deux domaines ? D’ailleurs, ma capacité de rédaction a incité plusieurs de mes amis et connaissances de me suggérer d’écrire un livre sur ma vie. C’est certes une suggestion fort louable compte-tenu de mon parcours personnel. Cependant, et comme mon père le dit si bien, il est préférable d’admirer le beau soleil du temps présent que de ressasser les nuages sombres d’un passé habité par des chimères.

Bref, je préfère, et de loin être modèle nu que de me contenter de composer des poèmes ou faire de la photographie même si dans le premier cas je découvre le monde environnant avec les yeux de mon âme et que, dans le second cas, je le vois avec les yeux de mon corps. Mais, dans un cas comme dans l’autre, ce n’est pas moi qui me découvre ainsi au reste du monde.

Voilà pourquoi être modèle nu m’a permis de me « découvrir » au plusNew Image24 profond de mon âme aussi bien qu’aux yeux d’un public averti. En effet, il est impératif, c’est mon humble opinion, d’avoir une confiance absolue envers soi-même pour accepter de se dévêtir devant une tierce-personne, voire un groupe composé de gens provenant d’horizons diverses. Et pour cause, puisque ce n’est pas seulement mes vêtements que je retire en début de séance, mais bien davantage ce qui me protège des regards susceptibles d’être malsains à mon endroit.

new-image26D’ailleurs, le verbe « se découvrir » comporte à mon avis un double sens. Tout d’abord, il y a celui de « se découdre » tels de multiples tissus dans les mains imaginaires des artistes qui immortalisent notre corps sur un support physique. Les tissus qui nous ont formés jusqu’au moment fatidique où l’on se retrouve entre leurs mains sont transformés dans un magma d’où en sortira un être totalement nouveau. Ensuite, on y retrouve celui de « s’ouvrir ». C’est là un élément des plus importants dans mon analyse puisque c’est au modèle, et exclusivement à lui, que revient la tâche de se mettre à la disposition de l’autre. Et pour cela, non seulement la confiance doit être présente de façon absolue, mais il est tout aussi nécessaire, voire primordial, que l’ensemble de nos boucliers, ces derniers se retrouvent dans nos vêtements, soient levés afin d’établir un pont authentique et sans préjudices entre les participants.

En résumé, se découvrir est plus que le simple fait d’enlever ses vêtements. C’est exprimer à la fois une confiance envers soi et envers autrui, mais également de vivre en harmonie au plus profond de son âme. Avouons-le ! Avoir une telle opportunité est une en soi une denrée de plus en plus rare en ce monde où la méfiance, la suspicion et le doute semblent empoisonner de manière significative nos relations interpersonnelles. Et vous ? Qu’en pensez-vous ?

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Un domaine artistique méconnue : La grâce de l’automobile 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un domaine artistique méconnue :

La grâce de l’automobile 

Bonjour tout le monde,

En cette journée un peu spéciale, j’ai décidé de vous offrir quelques photos réalisées lors d’une visite que mon amie et moi avons faite au sein d’un musée permanent dans une charmante petite ville de la Suisse romande. Pourquoi un tel article au sein de mon blogue artistique ? C’est là une question tout à fait légitime compte-tenu de la thématique propre à ce blogue.

Est-il utile de vous rappeler qu’il existe au sein de l’industrie de l’automobile, surtout à ses débuts, un savoir-faire indéniable se rapprochant d’un véritable art ? Oui, les automobiles ne sont plus ce qu’elles étaient en particuliers lorsqu’on pense qu’elles furent d’abord et avant tout vouées à une clientèle richissime. C’est un fait ! La masse dilue la qualité. Qualité qui se perdit en même temps que la coquetterie présente chez plusieurs modèles anciens. Une époque révolue ? Une chimère du passé ? Un fantasme d’un temps où tout semblait beau, paisible et prospère ? C’est possible.

Bref, C’est avec un plaisir immense que je vous invite bien chaleureusement à parcourir ce diaporama où l’art fut mis à contribution dans le domaine de l’automobile afin de lui donner une grâce qui, fort malheureusement, n’existe plus à notre époque. Une époque où la vitesse nous a fait perdre la notion du bonheur à l’instant présent. Un bonheur véritable puisque vécu comme il se doit, c’est-à-dire un cadeau. Voilà pourquoi l’appelle-t-on un « présent ».

Merci infiniment de m’avoir lu.

Je vous aime beaucoup.

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Pour admirer …

New Image73

Pour admirer…

 

Souris, mon ami !

Pendant que tu es encore en vie,

Car la vie est sans contredit si courte,

Et que tes dernières pensées te mettront en déroute.

 

Ne me crains pas !

T’immortaliser, je ne veux que çà.

Saisir ta beauté si unique et si authentique

Au milieu de tous ces gens vivant en terre d’Amérique.

 

Regarde par ici,

Oui, comme cela, c’est bien ainsi.

Que restera gravé en mon cœur pour l’éternité,

Ce doux instant où je t’ai photographié en toute amitié.

 

Souris à belles dents,

Car du lointain passé provient le vent,

Et de demain ne résident que chimères et mensonges,

Alors qu’aujourd’hui sont repoussés bien de vilains songes.

 

Regarde !

Et surtout prend bien garde,

Au petit oiseau qui va bientôt sortir,

Pour admirer ton tendre et magnifique sourire.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

Prendre le temps !

15085679_696161520534621_5159437336689235159_n

Prendre le temps !

 

Prendre le temps de vivre,
Pour savoir apprécier les jours qui passent,
Assumer ses choix et ses actes du passé avec sérénité,
Car aucun homme ne sait vraiment quelle sera sa destinée.

 

Prendre les grains de sable,
Qui s’égrainent du sablier immanquablement,
Depuis l’instant de notre naissance où s’engouffra le vent,
Ce vent brûlant notre être donnant vie avec un plaisir coupable.

 

Prendre les saisons qui jalonnent les années,
Sans oublier tous les êtres que nous avons chéris et aimés,
Saisir leurs sourires magnifiques le moment d’un tendre soupir,
Sécher leurs larmes versées de les avoir fait malgré soi souffrir.

 

Prendre le temps de donner avec amour,
À celles qui ont parcouru nos chemins parfois si lourds,
Apprécier à sa juste valeur les jours passés en leurs présences,
Avant qu’il ne soit trop tard ! Avant de subir leurs absences.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Passé inconnu! Avenir perdu!

16487236_853126764789744_2404040577305020006_o

Passé inconnu! Avenir perdu!

 

Gens des nombreuses nations chrétiennes,

N’oubliez pas cette noble leçon qui est mienne,

Détruisez vos monuments lesquels deviendront vos cercueils,

Car aucun peuple digne de ce nom ne peut survivre sans ces recueils.

 

Crainte de voir plonger dans les limbes vos tendres souvenirs,

Où de vos torpeurs vous n’en sortirez jamais malgré tous les soupirs,

Détruisez mes amis vos édifices! Qu’en restera-t-il aux derniers jours?

De l’ignorance de vos origines vos ennemis en riront tels des troubadours.

 

Un peuple digne se reconnaît par l’amour de sa langue et de sa patrie,

Et des gens qui forment le pays avec fierté ne font qu’un en une belle fratrie,

Buvez autant que vous le souhaitez! Et vos descendants vous témoigneront,

D’avoir dilapidé leur héritage durement acquis par vos ancêtres à l’unisson.

 

Triste vérité de ces jours ensoleillés par la modernité,

Où n’a que valeur que gadgets et bien inutiles nouveautés,

Alors qu’il suffirait de quelques instants pour s’approprier ce temps qui vous est dû.

Nulle guérison possible des plaies du présent par un passé inconnu et un avenir perdu.

 

De

 

Rollandjr St Gelais

Québec (Québec)

Canada

Regarder au loin

new-image29

Regarder au loin

Bonjour tout le monde,

Aujourd’hui, je désire simplement vous entretenir de quelque chose qui me turlupine l’esprit depuis quelques temps. En effet, la période des vacances des fêtes m’a permis de reprendre conscience avec certains éléments de ma vie. Certaines questions que je me suis posé au fil du temps et quelques réflexion sur le sens de la vie. Vous savez peut-être, mais bien des gens avaient affirmé à mes parents que je ne vivrai pas au-delà de 9 ou 10 ans et que je ne pourrai jamais sortir de l’institution où l’on m’avait confiné à ma naissance.

Et pourtant, ce que la vie a été bonne pour moi. Oui, il y a eu certains événements qui n’ont pas été très agréables à vivre. Mais, entre vous, qui peut se vanter d’avoir une vie exempte de douleur et de souffrance? Personnellement, je n’en connais pas. Certes, je n’ai pas toujours eu ce que je voulais et, comme l’affirme le dicton, il est bon qu’il en soit ainsi car cela permet d’apprécier ce que l’on a. Oui, j’ai aimé énormément. Oui, j’ai blessé bien des gens malgré moi. Oui, j’ai accompli des belles choses et connu aussi bien des échecs. Bref, ma vie a été jusqu’à aujourd’hui magnifique et enrichissante.

Qui plus est! Je suis convaincu qu’elle le sera encore pour de nombreuses années. Si Dieu me le permet. C’est en parcourant le petit village où je suis en ce moment dans le beau pays des Helvètes que j’ai repris conscience avec une grande vérité que mon père m’a légué lorsque j’étais encore qu’un môme. C’est-à-dire de savoir regarder au loin et ce, peu importe les tant-dira-t-on. Regarder au loin sans renier notre passé ni ignorer notre présent. Regarder au loin et faire son chemin droit devant soi. Ne jamais regarder derrière soi au risque de devenir semblable à une statue de sel, morale tirée du récit de Sodome et de Gomorrhe dans la Genèse, et de ne pouvoir s’accomplir pleinement.

Bref, je vous invite mes amis et amies qui suivez mon blogue à toujours regarder devant vous et d’avoir confiance en la vie. Ayez confiance en la vie même si parfois elle vous paraîtra difficile à comprendre. En effet, la vie renferme de grands mystères et, pour être franc avec vous, elle est le plus grand des mystères car tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir. Soyez heureux et surtout soyez vivants. Et quoi de mieux pour vivre en totalité que de … regarder au loin.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais
Canton de Vaud
Suisse

Le charme du passé

gen_001_by_halfford-d8h6p38

Le charme du passé

Bonjour tout le monde,

Comment allez-vous? Que se passe-t-il de bon dans vos vies respectives? Et puis, comment votre retour à la vie normale s’est déroulé depuis la fin des vacances des fêtes? Désolé pour toutes mes questions, mais il me semble être nécessaire d’en savoir sur vous tous et toutes. L’amitié virtuelle est aussi un partage émotionnel entre des êtres humains bien réels. Ceci écrit, n’hésitez pas d’écrire des commentaires au sein de mon blogue artistique si le cœur vous en dit.

piano_03_by_halfford-d8pssrzAujourd’hui, il m’est venu à l’esprit de rédiger un article portant sur le charme du passé. Et pourquoi donc?, me direz-vous. Ce à quoi je vous réponds que d’une part, il est plutôt rare de célébrer le charme du passé au sein de nos sociétés davantage axées sur l’oubli général du peuple à l’égard des charmes, et ils sont plus nombreux que l’on pourrait croire, qui ont souvent jalonné l’histoire et que d’autre part, il me parait important de combler une certaine carence au sein de mon blogue artistique où le passé de la nudité artistique est loin d’être très présent. Pour se faire, j’ai choisi quelques photos réalisées par un photographe européen spécialisé dans le  nu féminin avec qui je communique très souvent via un site de partage. Son savoir-faire est tout à fait exceptionnel dans ce domaine.

Ce qui me fascine dans l’ensemble de ses œuvres c’est sa capacité à donner uncarrera_17_by_halfford-d955rm5 cachet assez particulier à ses photos réalisées de nos jours tout en leur donnant un je-ne-sais-quoi qui ramène la personne qui les regarde vers une époque qui se situe à des années loin des années 2000. Qui plus est! Il réussit de manière plus ou moins subtile à transposer une certaine forme d’érotisme dans plusieurs de ses photos, et ce sans faire de la modèle nue un objet sexuel. Est-il utile de vous rappeler que je condamnerai toujours l’utilisation de  la nudité afin de rabaisser le modèle vivant qu’il soit une femme ou bien un homme. L’être humain est une personne qui mérite le respect et le droit à la dignité en tout temps.

carrera_14_by_halfford-d955rbrBref, cela me fait du bien de vous présenter un article où la beauté de la nudité artistique fait un clin d’oeil au passé. Je pense notamment aux années dites « vintaige », en référence aux années 1920 connues comme les années folles. Des années où il faisait bon de vivre, de vivre avec folie, avec gaieté et avec insouciance et, probablement le plus important, sans en ressentir une quelconque culpabilité, ni de crainte au monde qui nous entourait. Certains d’entre vous me diront que l’insouciance ambiante a amené le déclin de la moralité. Ce à quoi je vous répondrai avec un immense plaisir qu’il vaut mieux vivre dans  une société permissive où chaque individu a le droit de vivre que dans une société où le diktat social détruit toutes formes de créativité. D’ailleurs, ce sont les plus faibles de la société qui font les frais, et ce souvent au détriment de leurs vies. L’Allemagne du IIIe Reich en est une preuve incontestable. Merci de m’avoir lu!

RollandJr St-Gelais

Canton de Vaud

Suisse

Source: http://halfford.deviantart.com/