Archives de tags | chéri

Danser avec les larmes aux yeux

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Danser avec les larmes aux yeux

 

Ce soir, je reprends ma vie.

Je te dis au revoir à jamais, mon chéri.

Je veux voir des pays et de passer à autre chose.

Alors, pour la première fois, faire le premier pas, j’ose.

 

Je n’espère pas de faire comme ma mère et d’aboutir. 

Dans la vieillesse à regretter de ne rien accomplir.

Car j’ai tant de rêves et de projets à réaliser.

C’est pourquoi j’ai décidé de te quitter.

 

Il y a tant de mélodies que je désire entendre.

Tant de paysages à admirer sans plus attendre.

Tant de gens à connaître et pouvoir partager avec eux.

Des êtres formidables de cultures diverses sous les cieux.

 

Mais, ne crois surtout pas que je ne veux pas de toi.

C’est que j’aspire simplement penser dorénavant à moi.

Tu es un gars merveilleux, une bonne personne.

Mais il y a en moi quelque chose qui résonne.

 

Une envie de faire ma vie autrement.

Avant qu’elle se termine inévitablement.

Nous ne pouvons guère revenir sur les jours passés.

Mais, rien ne nous empêche chacun de notre côté d’avancer.

 

Nous avons vécu des moments tellement formidables.

Nous avons fait les cent coups comme des petits diables.

Nous avons accompli tant de choses magnifiques.

Nous avons eu des instants sans doute angéliques.

 

Je n’ai rien à te reprocher.

J’ai simplement cessé de t’aimer.

Mais jamais je n’arrêterai de me souvenir,

De ces instants magiques qui me feront sourire.

 

Tout ce que je veux vraiment c’est mon bonheur.

Sans pour cela te souhaiter une minute de malheur.

Je danse certes avec des larmes dans les yeux,

Pourtant je désire que nous soyons heureux.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Déesse du donjon

Déesse du donjon Poème par Rolland Jr St-Gelais Photo réalisée par Maarew Source : https://www.deviantart.com/maarew/art/Goddess-of-Dungeon-921817521

Déesse du donjon

 

 

Je suis là chéri.

 

Tu es sous mon emprise.

 

Ô, mon amour, quelle belle surprise.

 

Tu es maintenant mon prisonnier pour la vie.

 

 

Je t’ai envoûté,

 

Pour mieux t’avoir,

 

Dans mes filets tout noirs,

 

Pour qu’avec moi, tu goûtes à la vraie cruauté.

 

 

Dans mon donjon,

 

J’ai tout préparé pour ta venue,

 

Tu seras attaché, entièrement nu.

 

À mon chevalet sentant le cuir si bon.

 

 

Tu te soumettras à mes ordres sans discuter.

 

Tu feras ce que je veux, sans dire un seul mot.

 

Tu prendras plaisir à subir de mon fouet ces maux.

 

Et de mes mains expertes, tes fesses, je les frapperai.

 

 

Tu apprendras à te conformer aveuglément.

 

À mes volontés, tu y acquiesceras allègrement.

 

Je te ferai découvrir la douceur de mes cordes.

 

Qui t’entoureront avec grande cruauté telle une horde.

 

 

Je suis la préceptrice des lieux.

 

Avec délice, je savourai de mes yeux.

 

Ton visage crispé de souffrance innommable.

 

De cette séance, nous en tirerons un souvenir inoubliable.

 

 

De

 

 

Rolland Jr St-Gelais

 

Québec (Québec)

 

Canada

Ces mamelons

Ces mamelons Poème de Rolland Jr St-Gelais Dessin par Micha B. de la France

Ces mamelons

 

Étendue sur mon lit.

Je pense à mon chéri.

Un homme exceptionnel.

Qui donne à mes rêves des ailes.

 

Un mâle au physique particulier.

Mais, que la nature, ma foi, a comblé.

Un garçon bien éduqué et tellement charmant.

Il est tout de même encore célibataire, c’est surprenant.

 

Je songe à lui en me caressant les seins.

Tout en fredonnant de mon enfance ce refrain.

« Savez-vous planter des choux à la mode de chez nous ? »

Ceci me fait bien rire, car je crois bien qu’il est de moi un peu fou.

 

Comme j’aimerais partager mon lit avec ce Québécois.

En attendant que mon rêve se réalise, je me sers de mes doigts

Ces mamelons gonflés de désir prennent tant plaisir à mes caresses.

En imaginant qu’un jour, je contemplerai chez lui ses belles fesses.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Neuf années sont passées

Neuf années sont passées Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par K.W. Oliver des États-Unis

Neuf années sont passées.

 

Je suis seul en cette forêt.

Profitant allègrement de cette paix.

Ayant pour témoins les oiseaux qui chantèrent,

Dans les cimes des arbres qui attendent le réveil de la terre.

 

Loin des nouvelles de guerre et de conflits,

Je profite de cet instant merveilleux que m’offre la vie.

Pour me rappeler que rien en ce monde ne pourra me toucher,

Si ce n’est qu’un enfant à secourir, un indigent à aider et une femme à aimer.

 

 Je foule la neige doucement balayée par le vent.

Cette neige qui périra, malgré sa beauté, dès le printemps.

Que mon désir d’être transporté dans le temps passé puisse se réaliser !

Que je puisse revivre mon premier amour, mon premier baiser.

 

Neuf années sont passées depuis que tu es parti vers le paradis.

Emportant avec elles, mes rêves, mes espoirs et mes envies.

Je me remémore ces paroles que tu avais prononcées.

Peu de temps avant que la maladie t’a emportée.

 

« Nous serons toujours ensemble, mon chéri. »

« Car, avec toi, j’ai connu un aperçu du paradis. »

C’est alors que je prends conscience de la chance que j’ai.

D’avoir pu rendre vraiment heureuse la femme que j’ai aimée.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Le boudoir

Le boudoir Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par ElegantJaydePhotography Modèle par JenovaxLilith Source : https://www.deviantart.com/jenovaxlilith/art/Boudoir-906103832

Le boudoir

 

Je suis dans le boudoir.

En souhaitant que tu sois là.

En espérant que tu sois tout près de moi.

Je me suis légèrement vêtue pour te plaire ce soir.

 

Tu sais, mon amour, j’attendais ce moment depuis toujours.

Un bain parfumé de centaines de pétales de roses j’ai pris avec plaisir.

En imaginant ce doux instant où, dans mon lit, nous allons jouir.

Ô, comme j’ai rêvé de toi cette nuit jusqu’au lever du jour.

 

Peu m’importe ce que les autres pensent de nos aventures.

Je t’aime tout simplement comme on devrait aimer.

La vie est si courte, il faut alors savoir en profiter.

Pour toi, une lampe rouge sur la devanture.

 

Il est vrai qu’il est encore vraiment tôt.

Le temps me semble pourtant interminable.

Viens vers moi, je veux être le chaperon rouge de la fable.

Ne tarde donc pas, chéri. Mon cœur bat que pour toi, mon beau.

 

La tête légèrement penchée et les yeux clos.

 J’imagine ce moment que nous passerons ensemble,

Rien qu’à y penser, tout en mon corps tremble.

Mes coudes légèrement appuyés pour reposer mon dos.

 

Les secondes tictaquent sur l’horloge grand-mère.

Une pièce de collection que j’affectionne particulièrement.

Un peu, je l’avoue sans rougir, comme pour tous mes amants.

Une passion formidable que m’a léguée ma douce mère.

 

Je suis assise sagement dans le boudoir.

J’aimerais tant te faire connaître les sources de jouissance.

Que même les curés n’oseraient point me faire de remontrance.

Ô, mon chéri. Pour toi, je me suis faite belle pour ce soir.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada