Archives de tags | personnalité

La signification de Pâques

 » Résurrection  » acrylique par Stephen Babin Texte de Rolland Jr St-Gelais

La signification de Pâques

Bonjour tout le monde,

Je commence ce présent article en vous souhaitant de joyeuses Pâques même si ce temps de réjouissance est quelque peu bousculé par l’état actuel dans lequel nous sommes tous inclus. Mais, dites-vous que nos ancêtres en ont vu d’autres et des bien pires. Des situations tellement désastreuses à première vue qu’il nous semblerait impossible de traverser. Et pourtant, la vie a poursuivi son cours contre vents et marées et, j’en suis persuadé, il en sera ainsi pour toujours.

Vous pouvez me qualifier de fou, d’illuminé, de sot, et de bien d’autres sobriquets. Mais je tiens à ce principe fondamental : la vie reprend tôt ou tard ses droits. Des droits inaliénables depuis la nuit des temps. Suis-je pour autant un fou? C’est fort possible. Mais, n’est-ce pas formidable d’être un fou heureux et surtout de l’être dans ce monde où tout est axé sur le négatif? Or, il me vient à l’esprit le désir de répondre à cette ultime question : qu’est-ce qui me rend heureux à tel point que je suis fou pour bon nombre de gens? 

Mon secret se trouve dans la signification de la fête de Pâques. Une fête qui prend davantage tout son sens dans la crise sanitaire actuelle. Oui, c’est un fait. Plusieurs d’entre nous ont été atteints de près ou de loin par cette pandémie. Quelques-uns ont même perdu des proches. Or, la vie continue inlassablement à poursuivre son chemin et même à façonner une vision plus digne que nous porterons désormais sur la nature. En effet, la nature nous a envoyé de nombreux signaux dans le passé pour nous mettre en garde de ce que nous lui faisons subir depuis des décennies. Toutefois, la crise actuelle nous a fait comprendre que nous sommes tributaires de ce que la nature nous offre.

La fête de Pâques possède une autre signification bien précise à mes yeux de croyant. Une signification que je qualifierais à la fois de théologique et de spirituelle. En effet, telle l’image du Christ sortant du tombeau dans un silence à la fois mystérieux et angélique, nous pouvons devenir quelqu’un de nouveau dès que notre désir de tourner les pages les plus sombres de notre vie est pris une fois pour toutes. Un tel désir est souvent fait au plus profond de soi sans artifices ni grand éclat. Un peu comme le Christ lorsque son corps était mis dans la grotte après la crucifixion.

Cependant, il n’y aurait pas de fête de Pâques si le Christ n’avait pas assumé de manière pleine et entière son rôle dans la Passion. Un rôle auquel nous participons dans une certaine mesure en tant que Jésus lui-même. En effet, nous avons subi des blessures au cours de notre vie. Certaines de ces blessures sont plus visibles que d’autres, mais elles ont toutes un impact sur la construction de notre personnalité. La couronne d’épines ne fait-elle pas penser à nos blessures de notre âme? Les marques de clous aux mains et aux pieds ne ressemblent-elles pas à celles que nous avons à la suite de nos expériences parfois tristes ou douloureuses de la vie? Et que dire de la plaie sur le thorax du Christ? Cela ne fait-il pas penser à nos peines d’amour? Un amour que nous aurions partagé avec un être qui était si cher à nos yeux et qui, pourtant, a refusé du revers de la main. Le Christ a toujours respecté la liberté de nos choix, car c’est dans le choix d’accepter ou non que réside le sens authentique du véritable amour. Il devrait en être ainsi pour chacun d’entre nous.

Or, c’est là que se trouve tout le sens de la fête de Pâques, la victoire de la vie triomphe toujours en dépit des nombreuses blessures que nous avons subies au cours de notre existence. De quel droit puis-je affirmer une telle idée? Tout simplement parce que c’est en acceptant ce qui est fait que nous pouvons aller de l’avant et ainsi devenir une personne nouvelle.  Autrement dit, vous et moi sommes appelés à sortir de notre tombeau et à marcher sans cesse dans la lumière. Une lumière que nous pouvons partager avec autrui lequel en fera de même avec bien d’autres personnes de son entourage.

 Apportons un feu ardent dans le cœur de nos frères et de nos sœurs ! Soyons ressuscités en cette journée magnifique !

Je vous souhaite de joyeuses Pâques.

Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

Cléopâtre

Beauté ultime : Cléopâtre photo par Rick B., Texte de RollandJr St-Gelais Source : https://www.deviantart.com/rickb500/art/Will-we-have-rainbows-Day-after-day-863197957

Cléopâtre

Bonjour tout le monde,

Vous devez savoir que ma passion pour la beauté féminine est une caractéristique de ma personnalité. Une caractéristique dont je n’ai point à en avoir honte. Et pour cause puisqu’une telle passion est empreinte de grand respect. Pourquoi en serait-il autrement, car la beauté n’est pas un péché et la laideur est loin d’être une vertu? D’ailleurs, il est vrai que plusieurs femmes ont marqué l’histoire par leur beauté légendaire.

Parmi celles-ci, la reine d’Égypte Cléopâtre occupe sans aucun doute le sommet du podium des femmes qui ont eu un impact important auprès de leurs contemporains. Impact tellement incroyable que certains groupes musicaux lui ont consacré des chansons ayant connu un certain succès au box-office. Qui plus est! Ne dit-on pas que l’ultime beauté chez la femme est celle qui la rapproche le plus de la légendaire reine égyptienne? En effet, le fait d’avoir les caractéristiques de Cléopâtre, du moins celles qu’on le lui prête, peut faire tourner la tête à bien des hommes. Bon! Je reconnais que je suis du nombre.

Or, pouvais-je omettre une telle réalisation photographique de mon ami Rick B., d’Allemagne? En effet, une telle omission aurait été impardonnable. Oui, il s’agit bien d’une œuvre photographique digne de vous être présentée. Quelle beauté sublime! Une beauté de Cléopâtre, reine d’Égypte.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Le rite

Le rite
Le rite Texte de RollandJr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/They-call-it-The-Rite-849637898

Le rite

Bien des étapes de la vie constituent un rite de passage pour chacun d’entre nous. Bien entendu que plusieurs de ces étapes sont hors de notre volonté. Je pense notamment à la naissance et à tout ce qui suit. En effet, la grande majorité d’entre nous n’a aucune emprise sur leurs avènements et rarement sur leurs déroulements. Elles arrivent indépendamment de notre statut social, de notre appartenance ethnique et autres aspects de la réalité, de notre réalité.

C’est un fait indéniable que la réalité de l’un peut être fort différente de l’autre et qu’au fil du temps de telles réalités vécues deviennent notre expérience personnelle. Expérience qui forme à la fois le tempérament et la personnalité de chacun d’entre nous. Parfois, je me questionne sur les raisons qui poussent une personne à avoir tel ou tel comportement à l’égard de son prochain ou même à ne jamais esquisser un seul sourire de la journée. Certes, il existe une multitude d’événements et de circonstances qui poussent l’individu à prendre telle ou telle direction. Et, comme l’affirme si bien le dicton : « Avant de juger autrui, portes ses souliers une seule journée ».

C’est ainsi que certaines personnes portent un voile tout au long de leur vie. Un peu comme si, de part ce voile, elles tentent de cacher des marques de souffrance aux yeux des êtres qui les côtoient au quotidien. Je me souviens, à titre d’exemple, d’une jeune dame que j’avais rencontrée à quelques reprises alors qu’elle était pharmacienne dans une clinique située tout près de chez-moi. Quelle joie de vivre ! Quelle beauté dans ses yeux ! Quel rire attendrissant elle avait à chaque fois que je lui racontais une blague, de bon goût soyez-en rassurés, lorsque l’occasion se présentait.

Mais derrière son sourire et ses rires se cachait une grande détresse émotionnelle. Une détresse qui l’a poussée à commettre l’irréparable. En effet, j’ai lu dans la nécrologie du journal de ma ville qu’elle s’était enlevé la vie. Je ne lui lance pas la pierre car pour arriver à poser un tel geste envers soi il faut être englouti par un abime de douleur. J’ai appris par personne interposée qu’elle ne s’était jamais remise de la perte de son père qui l’avait quittée pour, semble-t-il, un monde meilleur. Le rite de la perte de celui-ci était trop pénible pour le subir. Qui suis-je, qui sommes-nous, pour la juger?

Heureusement qu’il existe aussi bon nombre de rites de passage plus positifs et plus joyeux. Je pense notamment à la venue au monde d’un enfant, à la découverte de l’amour même si cela comporte des risques, à la réussite scolaire laquelle nous amène à un échelon supérieur dans notre formation professionnelle et, enfin, à bien d’autres étapes de la vie. Des étapes qui sont en définitive des rites de passage d’un bout de chemin à un autre de notre expérience individuelle.

Il va de soi que chacun d’entre nous accomplit de tels rites du mieux qu’il le peut avec plus ou moins de succès. Mais, pour paraphraser un principe de l’hindouisme, « mieux vaut accomplir sa vie de manière imparfaite que d’accomplir à la perfection celle d’un autre ». C’est donc à chacun d’entre nous de traverser les différents rites de passage de la vie selon ses capacités du moment. Mais, pour se faire, il suffit de faire un rite à la fois.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

 

Voir le bon côté de la vie

Voir le bon côté de la vie
Voir le bon côté de la vie Réflexion de RollandJr St-Gelais Photo par Gb62da Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Looking-to-the-wrong-side-846000760

Voir le bon côté de la vie

Bonjour tout le monde,

Eh bien oui ! Nous sommes déjà la première journée de l’été en cette année 2020. Une année qui restera longtemps dans la mémoire de la plupart d’entre nous puisque nous avons tous subis les contrecoups de la pandémie d’un certain virus dont je tairai le nom. En effet, il a eu amplement de publicité dans les médias et dans les réseaux sociaux.

Toutefois, j’ai cru utile de rédiger un article de réflexion à propos des situations face auxquelles nous avons peu ou pas d’emprise. Une réflexion qui peut être résumée en ces termes ; voir le bon côté de la vie. Certes, nous avons tous une personnalité qui nous est propre et qui nous porte souvent de manière inconsciente à réagir soit positivement soit négativement face aux aléas de la vie. Or, nous avons le choix de trouver un juste équilibre entre ces deux réactions. Aller trop d’un seul côté est aussi néfaste que d’aller vers l’autre. Pour ma part, j’ai une disposition à être plutôt optimiste et, parfois, à l’être un peu trop.

Quoiqu’il en soit, il nous arrive de vivre des situations qui sont parfois aux antipodes de ce à quoi nous nous attendions. À titre d’exemple, peu d’entre nous pouvaient s’attendre à vivre une période telle que nous avons connue depuis le début de la pandémie, et ce avec son lot de pertes d’emplois, d’incertitudes, d’anxiété qui allèrent influencer tant notre bien-être matériel que psychologique.

Or, qui dit crise dit aussi opportunité. Opportunité de revoir ses valeurs les plus profondes, de choisir des fréquentations plus aptes à correspondre à ce que nous recherchons et même, à la limite, de choisir une nouvelle vie carrément différente de celle que nous avons eu jusqu’à maintenant. La vie a une multitude de chemins sur lesquels il nous est possible, parfois non, de choisir. Il s’agit ici d’ouvrir l’œil et de voir le bon filet. Celui qui permet d’orienter sa vie dans une direction qui nous permet de découvrir d’autres horizons. Bref, la vie s’arrête là où nous avons rendu notre dernier souffle.

Ceci écrit, je vous remercie de m’avoir lu. Et, de grâce, ouvrez l’œil pour voir le bon côté de la vie. Bon été à vous!

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Que peut bien être un modèle nu ?

catch_it_if_you_can_by_cable9tuba_dd7ggbf-pre
Un être humain avant tout Photo par John K. des États-Unis Source : https://www.deviantart.com/cable9tuba/art/Catch-It-If-You-Can-798585243

Que peut bien être un modèle nu ?

Bon début du mois de mai tout le monde,

J’espère que ce début du mois de mai débute selon vos attentes. Oui, je le sais trop bien, les jours que nous traversons sont possiblement pénibles pour la majorité d’entre vous. Des jours qui peuvent être source d’angoisse et de crainte face à l’avenir. Certains d’entre vous peuvent faire de mauvais rêves à répétition nuisant ainsi à votre bien-être intérieur. Mais, ne vous en faites pas pour ce qui arrive, l’humanité a traversé des épreuves bien plus terribles que ce que nous subissons de nos jours. Il faut ajouter à cela la multitude de moyens de communication mis à notre disposition. Moyens qui peuvent être une aide incroyable pour briser notre isolement et pour garder des liens avec nos proches.

Soyez rassurés ! La crainte, l’angoisse tout comme le besoin d’entrer en liaison avec nos pairs font partis de ce que l’être humain est. L’être humain est un animal fondamentalement grégaire. Qu’il le veuille ou non, le besoin de l’autre, de ces autres à la fois si semblables et si différents, est ancré dans ses gênes. Parfois pour meilleur ! Parfois pour le pire ! Reconnaissons-le! Aucune société aurait pu exister sans un tel besoin.

Or qui dit humanité, dit forcément homme et femme lesquels possèdent un vécu qui est propre à chacun. Un vécu qui a formé le caractère, a fait apparaître des comportements, a construit une personnalité et a établi un système de valeurs au sein de la personne. Il va de soi que l’évolution à la fois sociale, économique et politique a marqué la mentalité même de chaque individu qui compose la société et ce, de manière significative. C’est ainsi qu’essayer, ne serait-ce qu’un court laps de temps, de voir le monde actuel avec les yeux d’une personne vivant, à titre d’exemple, au XVIIe siècle lui ferait un anachronisme frôlant la schizophrénie à un stade extrême.

Il en est de même dans le monde de la nudité artistique. En effet, à chaque époque correspond un système à la fois social, économique et politique qui forme, et parfois transforme, la société dans laquelle vit l’individu.1 C’est ainsi que l’image de la nudité artistique a pu évoluer à son tour. En effet, ne l’oublions pas, on ne voit plus la nudité de la même façon qu’on la voyait dans le passé. Il est inutile d’aller bien loin dans le temps pour comprendre une telle réalité.

Or, qui dit nudité artistique dit aussi le modèle nu lequel est sans contredit l’acteur principal sans pour autant diminuer le rôle de l’artiste qui requiert ses services. Comme chacun d’entre nous, le modèle nu est avant tout un être humain témoin de son époque dans lequel il se trouve. Une époque qui le façonne souvent plus qu’il peut lui-même imaginer mais, fait étonnant, il le façonne à son tour. L’histoire des noirs américains est sans contredit le meilleur exemple que je puisse ici utiliser surtout si l’on regarde la photo que j’ai choisi dans le cadre de la semaine consacrée aux modèles nus masculins de couleurs.

C’est un fait indéniable qu’une telle réalisation photographique a soulevé en moi une question rarement abordée au sein de mon blogue consacré à la nudité artistique, à la photographie et à la poésie ainsi que, dans le cas présent, des réflexions personnelles. Une question qui se résume en ces mots : Quelles peuvent être les valeurs, les croyances et les visions de la vie chez tout modèle vivant? La réponse est d’une simplicité déconcertante puisqu’il est tributaire de son époque. Une époque qui l’a façonné à sa manière et qui continuera sans aucun doute à le construire jusqu’à son dernier souffle. Or, comme le jeu de la balançoire, il façonnera à son tour celle-ci jusqu’à ce qu’il y trouve un équilibre.

Voilà ce qu’est un modèle nu, c’est-à-dire un être humain qui tout comme ses pairs cherche à trouver l’équilibre entre d’une part, ce qu’il est au plus profond de lui-même et, d’autre part, le leg historique laissé par ceux et celles qui ont contribué à son existence. Et, souvent, un tel leg peut être grandiose.

Merci infiniment pour votre fidélité.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

  1. Certes, l’individu influence à son tour la société et ce, par ses diverses manifestations parfois pacifiques, souvent d’une violence inouïe. Une telle influence rend impossible tout retour vers l’arrière.