Archives de tags | mot

Les trois grâces perdues

Les trois grâces perdues Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Joël Pélerin Source : The Three Graces by charmeurindien on DeviantArt

Les trois grâces perdues

 

Nous sommes les trois grâces,

Trois grâces qui apportent dans les cœurs,

Des hommes et des femmes peu importe leurs couleurs,

La flamme qui jamais dans la nuit ne s’éteint, dans le temps ne passe.

 

Je suis la première d’entre les trois et qui est la vie,

Celle qui est éphémère mais que l’on souhaite être infinie,

La plus précieuse car c’est par moi que tout commence que tout fini,

Que tout tire son existence, que tout émerge du néant, du vide indéfini.

 

Je suis la deuxième d’entre les trois et qui est l’être,

Qui te donne la pensée, les formes et le paraître,

La pensée qui fait de toi un être absolument divin,

Les formes et le paraître qui font de toi un être humain.

 

Je suis la dernière des trois et qui est le libre-arbitre,

Véritable don maintes et maintes fois expliqué par la voie scholastique,

Capacité à choisir son chemin par le fruit défendu du Jardin d’Eden,

 De ce flot intarissable du libre-choix qui coule dans tes veines.

 

Les trois grâces formant une trinité mystique,

Trinité représentée par ces corps si magnifiques,

Corps de femmes aux visages cachés de ces regards impudiques,

Car seuls les sages de l’Antiquité ont su prononcer le mot magique.

 

Le mot que l’on doit connaître,

Pour de nos cendres, nous en faire renaître.

Existe-t-il un seul en ce monde égaré et perdu,

Qui mérite de contempler à la fois nos corps et nos visages nus?

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Joue pour moi cette chanson

Joue pour moi cette chanson
Joue pour moi cette chanson par RollandJr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/You-want-me-to-play-853717857

Joue pour moi cette chanson

 

Assis au fond de la salle,

Je m’y sentais un peu mal,

En voyant ces gens te dévisager,

Alors que mon cœur était prêt à t’aimer.

 

Ne disant point un mot,

Je buvais ma bière comme de l’eau,

En entendant que tu commences à jouer,

De cette guitare que pour ta fête je t’avais donnée.

 

Je t’avais promis d’être présent,

À ton premier spectacle depuis longtemps,

Un spectacle, je le reconnais, assez inhabituelle,

Car tu étais nue sur scène et comme tu étais belle.

 

Dès l’instant où tu as commencé à jouer,

Mon cœur et mon âme sans retenu se sont mis à valser,

À danser à en perdre la raison à en perdre l’haleine,

Car nulle femme autre que toi ne peut ressembler à la divine Hélène.

 

Regardant partout, tu me vis assis au loin,

Sans attendre tu as pris ton courage à deux mains,

Tu descendis de la scène tout en chantant de ta voix angélique,

S’avançant vers moi, je croyais vivre dans un monde féérique.

 

Arrivée à ma table, tu me dis : ‘’ Bonsoir chéri ‘’

Quelle est chanson que tu aimerais que je te dédie?

Une chanson qui exprime ce que mon cœur ressent pour vous,

Tu m’as répondu : ‘’ Très bien, alors cette chanson sera pour nous.’’

 

Quelle belle chanson tu as alors chantée,

Tu es venue me chercher jusqu’à me faire pleurer,

Pleurer de joie car tu as deviné comme je t’aimais,

Depuis le jour où je t’ai rencontrée en un mois de mai.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Je suis la femme du fermier

Je suis la femme du fermier
Je suis la femme du fermier de RollandJr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/The-farmers-wife-852205731

Je suis la femme du fermier

 

Je suis la femme du fermier,

Celui hier qui a été enterré,

Revenu du front si blessé,

Je n’ai pas pu le sauver.

 

Il était parti rejoindre ses amis,

Défendre familles et patrie,

Nous étions tellement épris,

Mais je n’avais rien compris.

 

Combien de nuits j’ai pensé à lui,

Me demandant s’il avait été pris,

Était-il en sécurité et bien nourri,

Était-il fait prisonnier par l’ennemi?

 

J’espérais tant son retour,

En m’occupant de notre enfant avec amour,

Lui parlant de son père avec tendresse,

En la serrant dans mes bras avec délicatesse.

 

Certes nous ne manquions de rien,

Car cette terre je la travaillais de mes mains,

Avec le cœur au ventre et la fierté à l’âme,

Pendant que mon époux entre ses mains serrait son arme.

 

Puis, sans crier gare,

L’esprit de la guerre fit son art,

Un coup de canon retentit au loin,

Lui fit perdre son arme la rage aux poings.

 

Bruit sourd retentit dans sa tête et lui fit perdre l’esprit,

S’évanouissant en étant entouré d’ennemis ébahis,

De le voir encore vivant après une telle violence,

Était-il protégé par la divine Providence?

 

Fait prisonnier il fut interné dans un camp,

Où il s’ennuya de sa famille longuement,

Conflit terminé il fut bien libéré de corps,

Avec son âme brisée par tous ces tors.

 

J’ai ouvert grand les portes de mon cœur,

À cet homme devenu étranger face à mes peurs,

Semblable au dehors mais si différent en dedans,

Quelle souffrance a-t-il vécu pour l’amener vers le néant?

 

Aucun mot de sa bouche ne sortir évidemment,

Malgré mes questions posées bien gentiment,

Seules quelques larmes sur les joues coulèrent lentement,

Me laissant craindre le pire malheureusement.

 

Par une nuit de clair de lune et un ciel étoilé,

Dans le silence de cette chaude nuit d’été,

Sous un arbre feuillu il mit fin à ses souffrances,

Ignorant nos années d’amour et de romance.

 

Je suis la femme de ce cet homme que vous m’avez volé,

De cet homme qui depuis tout le temps j’ai tant aimé,

Comment vais-je faire pour expliquer à notre enfant chéri,

Que son père a connu l’enfer sur terre avant d’aller vers le Paradis?

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Miroir ! Miroir !

Miroir
Miroir ! Poème par RollandJr St-Gelais Choix de la photo par Appetitive Soul Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/21610-By-Nostaljibey-829055540

Miroir ! Miroir ! 

 

Miroir, qui est devant moi,

Je sais que nul n’est aussi franc que toi,

Je me tiens nue devant tes yeux invisibles,

Attendant que tu deviens aux miens visible.

 

Pieds nus sur une peau d’un animal sauvage,

Prisonnière de ma beauté je marche sur un tel rivage,

Car je ne peux imaginer une seule journée sans me regarder,

Sans de ma beauté, de ma féminité les admirer à en être possédée.

 

Beauté éphémère qui me torture l’esprit, à en perdre la raison et la vie,

Car rien ne vaut en ce monde la perfection d’un corps,

Pour laquelle riches dames avancées en âge donneraient tout leur or.

Regrettant leur jeunesse depuis trop longtemps partie.

 

Dis-moi pour une derrière fois, suis-je encore belle?

Je sais bien que ma beauté n’est pas éternelle,

Un simple mot de toi me rendrait si heureuse,

Que le temps passe me rend si malheureuse.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Ne t’en fais pas.

Ne t'en fais pas
Ne t’en fais pas Modèle : JenovaxLilith Photo par Jessica Hodge Source : https://www.deviantart.com/jenovaxlilith/art/I-don-t-mind-763490441

Ne t’en fais pas

Ne t’en fais pas, je serai toujours là. Pour admirer ta beauté. Pour admirer ta féminité. Pour dans le secret de mon cœur t’aimer. Sans dire un mot, sans me manifester mais simplement te regarder.

De RollandJr St-Gelais de Québec au Canada