Archives de tags | tristesse

Lettre à ma mère

20171129_153819-1

Ma mère m’a enseigné à ne pas avoir honte de mon corps.

Lettre à ma mère

Bonjour chère maman,

Cela fait maintenant plus de 21 ans que tu as quitté ce monde que tu aimais tant. Tu adorais entretenir ton jardin de fleurs, prendre soin de la demeure familiale, recevoir tes enfants partis depuis le jour de leurs noces afin de fonder à leur tour leurs familles sans oublier le cadet dont tu étais si fière. Fière d’avoir fait mentir les plus sombres pronostics à son endroit. Tu étais là dans nos moments de peines comme de joie. Tu partageais nos instants de bonheur tout en nous épaulant dans nos moments de tristesse. Tu nous as inculqué des valeurs chrétiennes si précieuses à tes yeux.

DSCN0257 (2)Ta foi en la vie, en l’amour et en Dieu est devenue mienne au fil du temps. Oui, j’ai foi en la vie car elle est de part sa précarité tellement précieuse que jamais je ne voudrais la perdre pour des futilités. Oui, j’ai foi en l’amour car qu’importe ce que nous sommes sur cette terre, vivant dans l’opulence ou bien essayant de survivre dans la médisance, savants au grandes connaissances ou petites gens aux humbles d’esprit, peau couleur d’ébène ou bien blanc comme de la crème, nous ne pouvons vivre sans amour. Oui, j’ai foi en Dieu. Celui que tu m’as fait connaître à travers tes gestes de bonté et de miséricorde, en ne pas jugeant autrui sur les apparences mais de tendre la main sans compter car nul trésor ne nous suivra dans la tombe une fois notre heure venue.

Pourtant, j’ai tant de choses à te dire, tant de secrets à te dévoiler, tantNew Image 43 de chagrins à te confier. Mais, par-dessus toute chose, j’aimerais avoir réponse à cette modeste question : pourquoi ai-je tendance à blesser les femmes qui m’ont aimé ? Je ne crois pas être une mauvaise personne et jamais, ne fut-ce qu’un seul instant, j’ai souhaité mauvais sort à autrui. Et pourtant, c’est la honte qui m’envahit dans la tournure de mes souvenirs. J’ai tellement désiré avoir une femme à combler, à chérir et à toujours respecter.

Pourtant, malgré mes gestes de bonté et mes marques de respect, j’ai si souvent blessé que je ne sais plus qui je suis. Tu sais. Je n’ai jamais rien refusé à celle qui allumait la flamme dans mon cœur, encore plus lorsque celle-ci me réchauffait dans le silence le plus complet. Je suis loin de regretter mes voyages, mes aventures et mes soirées avec toutes celles que j’ai réellement aimées. Bien au contraire !

20171130_135019 (1)Maintenant que l’automne tire à sa fin et que l’hiver installe son manteau blanc, je ne peux m’empêcher de revivre mes plus beaux souvenirs. Souvenirs qui me hantent dans mes rêves aux plus sombres de mes nuits. Me réveillant en sursaut, je t’appelle. Maman ! T’ai-je donc fait !? La douleur qui m’accable ne s’apaise que dans les strophes de mes poèmes.

Et, que Dieu m’en soit témoin, ce que je les ai aimées. Ce qui ne m’a pas empêché de les blesser. Malgré moi, malgré les valeurs que tu m’as transmises, je n’ai pas su être à la hauteur. À la hauteur de leurs attentes. Mais, ce qui m’accable le plus, c’est de voir que celle que j’ai en secret le plus aimée, est celle dont j’ai fait le plus souffrir.

Dis-moi maman, me répondras-tu la prochaine fois que je t’appellerai en pleine nuit ? Tu sais maman, j’aurais tellement de choses à te dire, de secrets à te confier et de péchés à te confesser. La prochaine fois, je t’en supplie pour l’amour de Dieu, réponds-moi.

Ton fils qui t’aime.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Cette tristesse

20171130_135019 (1)

Cette tristesse

 

Il y a des jours,

Il y a aussi des nuits,

Où j’aimerais te donner ma vie,

À impossible nul n’est tenu, m’a-t-on dit.

 

Je me souviens de ce temps,

Comme j’étais heureux tel un enfant,

Jouant gaiement sous le soleil si chaud si beau,

Ce temps est révolu laissant en moi bien des maux.

 

À quoi bon cette nostalgie,

Si ce n’est que pour nous pourrir la vie,

Je ferme les yeux pour revoir ton tendre visage,

Ce que je t’aurais donnée parole d’un vieux sage.

 

Aujourd’hui tout a changé,

Même si dans le secret de mon cœur,

J’ai respecté ton choix en m’éloignant dès cette heure,

Et pourtant, je continuerai pour toujours de t’aimer.

 

Le sablier du temps a depuis tourné,

Me faisant comprendre toute la peine qui m’envahit,

Suis-je un être immoral ? Un bête animal ? Dites-le moi je vous en pries.

Et puis non, car je sais qu’au plus profond de moi mon âme languit.

 

J’ai respecté, crois-moi, ton choix,

Malgré mon crie de désespoir et notre peine,

Depuis tout ce temps coule un nouveau sang dans mes veines,

Celui de mes ancêtres preux chevaliers et nobles comtes et ces rois.

 

C’est le lot de la sagesse,

La somme de cette expérience,

Qui m’amena sur la route de la démence,

Aujourd’hui je désire ne plus revivre cette tristesse.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Quelle opinion intéressante !

20171006_091548

Modèle nu ? RollandJr St-Gelais

Quelle opinion intéressante !

Je pense que malgré votre handicap, vous éprouvez le besoin de vous sentir entier et virile. C’est pour cette raison que votre sexe occupe une partie très grande dans votre travail. C’est ainsi qu’ en vous montrant, vous montrez aussi votre vulnérabilité, mais aussi votre force. Vous existez à votre façon, malgré quand même une profonde tristesse laquelle est bien enfouie. Vous vous sentez différent, même si des fois la différence n’est pas que physique.

Je pense, et je ressens, que vous avez besoin d’amour, de respect et d’une certaine reconnaissance, pas pour ce que vous êtes, mais pour qui vous êtes !! Se donner comme vous le faites, à la vue de tous et parce que les séances, dessins, photos, ça fait du monde, votre reconnaissance vous fait que vous vous accepteriez et aimez vous même beaucoup plus.

Par Anno de la France

This is … the life.

This is … the life.

November Rain by Guns N’ Roses

 

When I look into your eyes
I can see a love restrained
But darlin’ when I hold you
Don’t you know I feel the same

 

‘Cause nothin’ lasts forever
And we both know hearts can change
And it’s hard to hold a candle
In the cold November rain

 

We’ve been through this such a long long time
Just tryin’ to kill the pain

 

But lovers always come and lovers always go
And no one’s really sure who’s lettin’ go today
Walking away

 

If we could take the time
To lay it on the line
I could rest my head
Just knowin’ that you were mine
All mine
So if you want to love me
Then darlin’ don’t refrain
Or I’ll just end up walkin’
In the cold November rain

 

Do you need some time…on your own
Do you need some time…all alone
Everybody needs some time… on their own
Don’t you know you need some time…all alone

 

I know it’s hard to keep an open heart
When even friends seem out to harm you
But if you could heal a broken heart
Wouldn’t time be out to charm you

 

Sometimes I need some time…on my own
Sometimes I need some time…all alone
Everybody needs some time… on their own
Don’t you know you need some time…all alone

 

And when your fears subside
And shadows still remain
I know that you can love me
When there’s no one left to blame
So never mind the darkness
We still can find a way
‘Cause nothin’ lasts forever
Even cold November rain

 

Don’t ya think that you need somebody
Don’t ya think that you need someone
Everybody needs somebody
You’re not the only one
You’re not the only one

Regarder droit devant

1-2_the_winner_02

 

Merci à Angeleilie pour cette magnifique trouvaille

 

Regarder droit devant

 

Regarder sans cesse droit devant,

Regarder devant moi et toujours,

Et ne voir que toi mon grand amour,

À en oublier cet immense vide tel un néant.

 

Me tenant droit,

Ne craignant guère le froid,

Supportant la chaleur accablante,

De cette bise si redoutable et foudroyante.

 

Ô mon chéri j’en perds la raison,

Telle est cette tristesse à l’horizon ?

Ne t’en va pas vers le néant qui t’engloutira,

Qui effacera à jamais de ce sable tes précieux pas.

 

Toujours devant toi je le serai,

En mon cœur sans cesse je brûlerai,

Car sans ta présence je cesserai d’exister,

Puisque nul autre que toi je ne pourrais aimer.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Source : https://voyageonirique.com/2017/08/30/igor-amelkovich/

L’art du nu sous le noir et blanc

9vu7uzwk39

Réalisation Edmond Nowak et avec la permission de Sandrine C.

L’art du nu sous le noir et blanc

Bonjour tout le monde,

new-image55Comment allez-vous ? Qu’avez-vous fait de bon en ce début de semaine ? Comment se passe vos derniers jours de l’hiver ? Que de questions ?! Je le sais que trop bien. Veuillez me pardonner mon intrusion au sein de vos vies, mais sachez que vous comptez beaucoup à mes yeux. Voilà pourquoi, il me semble important de m’intéresser à vous afin de prendre un peu de mes nouvelles. De mon côté, la vie est belle avec ses multitudes de teintes et de couleurs aussi variées les unes que les autres. Oui, la vie possède des couleurs qui se manifestent de différentes façons. Qui d’entre vous n’a jamais fait référence, à titre d’exemples, au blanc pour signifier un moment de tranquillité, le rose pour un moment passé en amoureux, au vert pour marquer son optimisme ou bien au rouge pour souligner un moment de colère ou de révolte au cours de sa vie ? C’est un fait. La vie se manifeste sous diverses formes dont la gamme des couleurs en fait partie. Pensez un seul instant aux quatre saisons qui jalonnent l’année. Que de variétés et de beauté grâce entre autres aux nombreuses couleurs qui nous font vivre une foule d’émotions, parfois de joie et parfois de tristesse.

new-image39Pourtant, il existe un domaine où les couleurs jouent un rôle particulier dans le but recherché par le photographe et corollairement par son modèle. Vous avez sans doute deviné qu’il s’agit du domaine du nu artistique (1). En effet, toute séance où la nudité du modèle est requise doit se faire sous un choix judicieux du photographe en ce qui concerne le résultat final. Une photo réalisée en couleurs n’aura pas le même impact qu’une autre produite en noir et blanc. Une telle différence réside en de multiples causes dont les lieux où les séances auront lieu, les préférences tant du modèle nu que du photographe sans omettre le nombre d’années d’expérience de celui-ci et, enfin, ce que l’on désire ou non réaliser.

C’est un fait notable que les endroits où lesdites séances ont lieu peuvent dscn1577grandement influencer la vision de l’artiste. Ici, ce que ses yeux découvrent peut être au diapason de ce que le commun des mortels seraient porter à voir aux premiers coups d’œil. Autrement dit, un endroit précis, aussi simple soit-il, peut renfermer une multitude de possibilités de créativité. Pour ce qui est des préférences de poses tant du modèle nu que du photographe, l’essentiel est et demeurera pour toujours le respect des limites de chacun. De telles limites peuvent bien évidemment influencer tant les poses recherchées que le choix de faire ou non les photos en couleurs ou bien en noir et blancs. Qui d’entre vous n’a jamais vibré en admirant une photo de nu réalisée en couleurs et être de marbre devant la même photo mais en couleurs ? Le contraire peut tout aussi bien être le cas.

new-image28Il va de soi que le nombre d’années d’expérience que le photographe a y est aussi pour quelque chose. Avouons-le ! Un novice aura rarement le même coup d’œil qu’un congénère ayant une expérience accrue dans ce domaine, même si parfois, certains photographes amateurs ayant peu de d’expériences peuvent réaliser des oeuvres dignes de mention. J’en ai personnellement connus au cours de la dernière année. Le cas de Simon Douville illustre à la perfection mon propos (2). De plus, que veut on réellement faire lors d’une telle séance ? Ici, la recherche ou non d’un certain érotisme, une vision pouvant être qualifiée de puérile ou encore la volonté de s’inspirer d’une oeuvre d’art déjà reconnue dans l’art aboutiront à des résultats totalement différents. Des résultats certes différents, mais tout aussi magnifiques. Croyez-moi sur parole, j’en sais quelque chose (3).

Toutefois, je dois reconnaître qu’il y a au sein de mes amies Facebook qui possèdel3w46qqy8h un talent inouï pour ce qui est de la pose nue. Elle sait à la fois se mettre en valeur afin de permettre aux photographes de découvrir en elle ce petit-quelque-chose d’unique dans sa nudité. Cela fait maintenant quelques années que nous correspondons via ce réseau social afin d’échanger sur divers sujets mais, vous l’avez sans doute pensé, sur notre passion commune du nu artistique. Des échanges qui nous ont mutuellement beaucoup enrichie et, j’en suis convaincue, continueront de nous être profitables. Je profite de l’occasion pour la saluer et pour la remercier de ses partages avec votre humble serviteur. Merci beaucoup chère Sandrine pour tes nombreux partages (4).

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

(1) En ce qui me concerne, je préfère utiliser le terme de nudité artistique pour des raisons qui me sont strictement personnelles.

(2) Voir le lien suivant: https://modelevivantaquebec.com/seance-avec-le-photographe-simon-douville/ 

(3) Voir le lien suivant: https://modelevivantaquebec.com/seance-de-nudite-erotique-se-decouvrir-cest-saimer/  et celui-ci: https://modelevivantaquebec.com/seance-de-nudite-erotique/ 

(4) Un article lui sera consacré sous peu.

Douces mélodies

new-image24

Douces mélodies

 

Sur un tabouret pas haut,

Bien assis sans dire mot,

Sans dévoiler moindre de mes maux,

J’ai pensé à toi en composant ce morceau.

 

Prenant doucement,

Telle le ferait une maman,

Avec fébrilité cet instrument de bois,

Cherchant un air de gaieté au plus profond moi.

 

Déposant avec attention mon archer

Sur mon violon à mes yeux si précieux et si cher,

Ensorcelé par le désir de te plaire et de te faire danser

Possédé par Apollon, je me suis mis à l’œuvre de sans cesse jouer.

 

Sur un air de grandes festivités,

Fredonnant avec entrain des notes de gaieté,

Sachez jolie dame, je vous ai aimée en vous regardant valser,

Et de ses douces mélodies, la plus belle est pour vous qui m’avez embrassé.

 

Dansez ! Ô belle jeunesse,

Car loin de vous est maintenant cette vieillesse,

Que vos pas de danse éloignent de moi peine et tristesse,

Et de vos belles et tendres mains daigner me faire quelques caresses.

 

De bien chaleureux sourires,

Sur vos rouges lèvres, y déposer je le désire,

De par le son harmonieux de mon ami fidèle le violon,

Y abandonner les rêves et les folies de ma vie qui en disent long.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada