Archives de tags | harmonie

La Sérénité

Sérénité
Photo réalisée par mon ami Joel Pèlerin

La Sérénité

La sérénité est un art à cultiver au jour le jour. Un métier à tisser où l’on doit sans cesse se remettre à la tâche. Car n’oublions pas que depuis la nuit des temps, l’être humain se submerge lui-même de multiples pensées négatives qui l’éloignent de sa véritable nature. Celle d’être en harmonie avec lui-même.

Je vous souhaite d’être sereins partout et en tout temps. Ne nous laissons pas submerger par les démons qui polluent nos esprits.

Bonne journée tout le monde

Rolland St-Gelais de Québec

Comme une interrogation

Comme une interrogation
Magnifique dessin réalisé par mon ami Eri Kel de la France

Comme une interrogation

 

J’aimerais savoir,
Pourquoi tant de noir ?
Pourquoi tant de troubles ?
Qui sans arrêt se dédoublent.

 

J’aimerais comprendre ce qui se passe,
Avant de partir, avant que je ne trépasse,
Avant de m’éteindre pour de bon et à jamais,
Que s’est-il passé de ce monde que j’aimais ?

 

Je n’y comprends plus rien,
Où sont passés les gens de bien ?
Que sont devenues les églises de mon enfance ?
Que sont devenus les temps des belles romances ?

 

L’immoralité est devenue la norme,
Pour satisfaire les illusions des hommes,
La bonté est devenue un crime un déshonneur,
La tristesse a remplacé les moments de bonheur.

 

Expliquez-moi car je suis perdu
Perdu dans mes pensées sorties des nues,
Que sont devenus les rêves de paix et d’harmonie ?
Ont-ils été remplacés par des objets à vil prix ?

 

J’ai comme une interrogation,
Une simple et petite question,
Où se trouve maintenant l’amour ?
Est-il disparu à jamais et pour toujours ?

 

Je suis tellement désemparé,
Pourquoi suis-je en ce monde né ?
Dans le sein de ma mère, je veux retourner.
Car de ce monde si insipide, j’en suis écœuré.

 

Existe-t-il encore un lieu,
Où les hommes sont encore des frères ?
Où les femmes vivent en symbiose égalitaire ?
Où les crimes n’ont pas été commis au nom d’un Dieu ?

 

Mais pour le moment, je vais me taire.
Et me dessiner je vous laisserai-faire,
Car je suis venu pour votre plaisir,
Et pour répondre à mon désir.

 

Mon désir d’être libre et nu,
Et de vos yeux être simplement vu,
Vous permettre de m’immortaliser,
Sur du papier avec un crayon bien aiguisé.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

La douleur

 

DSC_1117

Dessin réalisé lors de ma dernière prestation de nudité artistique en date du 15 septembre 2018 à Montréal

La douleur

Bonjour tout le monde,

J’espère que tout se passe bien pour vous et que la fin de la saison hivernale vous soit agréable. Pour ma part, je dois avouer qu’elle a été parsemée de surprises en tout genre, mais plus particulièrement sur un trait auquel je ne m’y attendais absolument pas. Un trait qui concerne la vision que l’être humain a d’une part, de ce qui l’entoure et d’autre part, de lui-même.

On parle souvent dans les médias sociaux d’amour, de romance, d’aventures parfumées à l’eau de rose et de bien d’autres sujets aussi légers les uns que les autres. Malheureusement, un sujet semble avoir été occulté par l’ensemble des médias de masse. Et, si on en parle, c’est souvent pour saluer la manière héroïque dont certaines personnes ont du l’affronter au cours de leurs vies. De quoi s’agit-il exactement ? Cela se résume en un seul mot : douleur.

Mais qu’en est-il vraiment ? Je parle ici de celle qui est présentée par les grands quotidiens, celle qu’on subit et que bien involontairement on peut faire subir aux autres et, bien entendu, celle que l’on s’inflige à soi-même. Il y a autant de types de douleur qu’il y a des gens sur cette terre. 

Il y a aussi la douleur que l’on éprouve dans des circonstances bien précises de notre existence tels que, à titre d’exemple, la maladie, les handicaps physiques ou mentales, les peines d’amour et la perte d’un être cher. Il y a aussi la douleur qui se manifeste lors d’un mauvais souvenir qui nous vient à l’esprit. Bref, vous vous doutez sûrement que la liste de tout ce qui en est la cause est presque infinie.

Pour ma part, je peux dire que la douleur et moi-même nous nous connaissons très bien puisque nous nous sommes côtoyés en maintes reprises au cours de ma vie. Une vie parsemée d’éléments parfois agréables et parfois qui le sont moins. Je pense notamment à celles causées par mes prothèses, à mes nombreuses opérations subies durant mon enfance, à celles liées par l’assassinat de mon frère aîné en 1972 et par l’image véhiculée dans un journal de sensation alors que je n’étais qu’un gamin âgé de 11 ans en 1973. Toutefois, est-il utile de mentionner les douleurs, les souffrances et les épreuves des gens que je côtoie en ce moment même dans un centre de réadaptation physique où je suis hospitalisé depuis déjà quelques jours ? Bref, je n’ose pas trop me plaindre de mon sort.

Il y a aussi celui de mon image corporelle que je ne peux en aucun cas négliger. Comment les autres le voient-ils ? En particulier les membres de la gente féminine ? Fait intéressant à noter, et à ce que plusieurs d’entre elles m’ont affirmé, la manière dont je me présente en ayant aucun complexe rend possibles les liens amicaux avec mes pairs. Par ailleurs, c’est souvent ce que l’on croit percevoir chez autrui qui nous blesse et non pas la réalité en tant que tel.

Je pense à un exemple bien particulier pour illustrer de tels propos. En effet, c’est un peu comme si on m’attachait en ayant les yeux bandés dans un salon de massage érotique lors d’une séance sadomasochisme. Toutes les filles y seraient pour me voir souffrir et me faire souffrir. Mais, ici une question fondamentale se pose d’emblée. Qui leur permet d’agir de la sorte? Celui qui écrit ces lignes et nul autre que lui-même. Il en est ainsi dans de nombreux domaines de la vie. Les domaines amoureux, de travail et de famille en sont des exemples parfaits.

C’est un fait indéniable : L’individu est plus souvent qu’autrement l’instigateur de son malheur. N’allez pas croire que je réfute l’idée qu’il y a aussi de causes extérieures à notre souffrance. Les gens qui sont en services internes dans le centre de réadaptation où je suis n’ont certes pas choisi de vivre leurs situations souvent d’une gravité rarissime. Ce qui n’empêche pas que dans bien des cas nous-mêmes qui donnons à autrui la clé de tout ce qui nous détruit.

On peut, à l’instar de mon image précédemment montrée, avoir les yeux bandés afin d’éviter de voir la réalité. Mais, qu’on le veuille ou pas, c’est la réalité qui nous rattrape. Que pouvons-nous alors faire ? Je répondrais simplement à cette question par deux solutions certes drastiques, mais d’une efficacité éprouvée. En premier lieu, faire face à cette réalité et d’agir en conséquence, c’est-à-dire de prendre les moyens qui s’imposent et de foncer sans arrêt. Autrement dit,  » prendre le taureau par les cornes « . En second lieu, de faire sortir toutes formes de négativité dans notre vie. Ceci peut aller de se séparer de gens qui aspirent notre énergie jusqu’à faire un choix des lieux où nous avons l’habitude d’aller. Quels types de personnes nous enrichissent vraiment ? Quels genres de lieux peuvent favoriser une meilleure harmonie entre d’une part, nos valeurs les plus précieuses et d’autre part, les activités qui sont susceptibles de nous faire évoluer sur la route du bonheur véritable ? Ce sont-là quelques exemples où le négativisme peut être extirpé de notre vie.

Je vous souhaite en ce début du mois de février de trouver réellement ce qui vous convient pour votre plus grand bonheur. C’est, je crois, le meilleur souhait que l’on peut faire envers notre prochain. N’est-ce pas ?

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais de Québec

Petite précision concernant l’orientation érotique de la majorité des poèmes

IMG_20181117_090929_755

Séance de nudité artistique U.Q.A.C. le 14 novembre 2018

Petite précision concernant l’orientation érotique de la majorité des poèmes

Bonjour tout le monde,

Je dois à mon humble avis apporter une petite précision concernant l’orientation érotique de la majorité de mes poèmes publiés sur mon blogue. En effet, je travaille en étroite collaboration avec des photographes professionnels spécialisés dans le nu tant érotique qu’artistique. Ces photographes ont la gentillesse de me donner l’autorisation de publier certaines de leurs œuvres au sein de mon blogue dédié à ma passion en tant que modèle nu pour des écoles d’art et des ateliers en arts, à la poésie et à la photographie. Or, je ne peux malheureusement guère partager lesdits poèmes au sein de mes pages Facebook, et ce pour cause de censure. Ce qui est tout à fait normal pour un site de réseautage ouvert à tous et à toutes.

Voilà la raison pour laquelle les poèmes inspirés par leurs œuvres se retrouvent au sein de mon blogue artistique. Vous noterez, en terminant cette missive, que je tente par tous les moyens de respecter la beauté, l’harmonie et le bon goût liés aux œuvres choisies par votre humble serviteur. C’est une question d’éthique professionnel.

En espérant avoir clarifié des questions qui auraient pu surgir en vos esprits. Ceux et celles qui le désirent peuvent me demander le lien de mon blogue en messagerie privée.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Jouant de la harpe

40933848_915578528651886_48045162030432256_n

 

Dessin par Nicole Boileau de Montréal

 

Jouant de la harpe

 

Mademoiselle, ce que vous êtes belle. 

J’ai entendu au loin votre mélodie telle une hirondelle. 

Ne voulant pas vous déranger dans votre inspiration, 

J’ai avancé vers vous avec grande précaution.

 

Doucement, je me suis assis à vos pieds. 

Et me laissant bercer par vos notes, je me suis mis à rêver. 

Rêver d’un monde où la musique serait la reine, 

Et que vos doigts magnifiques gouvernent.

 

Et que chaque air serait fait pour le bonheur, 

De votre royaume à chaque instant, à chaque heure. 

Nulle souffrance ni injustice n’aurait de place, 

Ni dans votre cœur ni dans votre palace.

 

J’écoute l’harmonie de votre musique, 

D’une sensibilité presque héroïque, 

M’apercevant combien c’est merveilleux, 

D’être dans ce lieu ensemble tous les deux.

 

En joignant les mains, 

J’ai pensé à tous ces lendemains, 

Où votre absence se fera sentir, 

Ce qui me fera grandement souffrir.

 

Mais, ce qui me console un peu. 

C’est de conserver une mèche de vos cheveux, 

Que vous m’avez offert avec un sourire si merveilleux, 

Accompagné par votre regard divin de vos yeux si bleus.

 

De

 

Rolland St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada 

Une expérience enrichissante : une séance-photos conventionnelle 

IMG_20180826_053516_806

Photo: Mélanie Dufresne

 

Une expérience enrichissante :

une séance-photos conventionnelle 

Bon début de semaine tout le monde, 

IMG_0030_editedJe désire aujourd’hui vous parler de mon expérience vécue lors de la séance de nudité artistique qui a eu lieu dans la belle région de la Montérégie en juillet dernier. Toutefois, il sera surtout question des photos de style dit “conventionnel” réalisées durant la séance en Montérégie dans le présent article. En effet, j’ai tellement aimé à la fois réaliser une telle séance quelque peu inhabituelle pour moi et d’avoir posé dans un lieu aussi magnifique que la rivière Richelieu que je désire consacrer un tel article sur le sujet.  

Vous savez que ma spécialité est l’art du nu artistique.IMG_0069_edited Un art vécu tant dans des écoles d’arts que des ateliers ouverts au grand public. À vrai dire, il s’agit d’une véritable passion pour votre humble serviteur dont ses services sont reconnus aussi bien pour son sens professionnel que pour le respect envers les artistes. Deux aspects à retenir dans un tel domaine. Une telle expérience m’a permis de faire la connaissance de gens formidables avec qui je garde de bons liens amicaux sur mon Facebook et même dans le monde réel. Rien ne vaut une bonne poignée de mains pour entretenir une sincère amitié. N’est-ce pas ?! 

Or, je me suis questionné en quelques occasions sur ma capacité professionnelle en ce qui concerne la conceptualisation, la réalisation et la mise en place de séances photos de type dit “conventionnel”. Aurais-je la même vision de mon corps ? Quelles poses seraient avantagées par rapport à d’autres ? Comment l’artiste verrait-il le « tout » indépendamment ou non de l’environnement où aurait lieu une telle séance ? Serais-je à l’aise dans mes mouvements ? Finalement, la question cruciale qui est celle-ci : aimerais-je vivre une telle expérience ?  

IMG_0047_editedQuoi de mieux que de tenter le tout pour le tout avec une photographe ? Grâce à Dieu, j’ai eu l’opportunité de dialoguer en plusieurs occasions avec une charmante jeune dame qui possède un portfolio fort impressionnant. Un dialogue de longue haleine nous a amenés à envisager une double séance photos. En effet, ladite séance était envisagée en deux étapes distinctes à la fois dans le temps et dans l’espace. La première a eu lieu en pleine forêt au cœur de la Montérégie, près de la ville de Chambly. Elle a été réalisée sous le thème de la nudité artistique mais avec un regard plutôt « provocant », « déstabilisant” et même de « remise en question » en tentant de franchir des barrières que je n’avais pas osé franchir jusque-là. Je n’irai pas plus loin dans la description puisque j’aurais amplement le temps de le faire dans un avenir plus ou moins proche. 

Ici, une chose doit être clarifiée afin d’éviter toutIMG_0057_edited malentendu. Certains d’entre vous peuvent croire que j’ai choisi de débuter ladite séance avec des poses de nudité afin de satisfaire un quelconque fantasme sexuel. Désolé de vous décevoir, mais cette décision a été prise à la fois par la Mélanie Dufresne et votre humble serviteur. Notre décision commune se basait sur le postulat suivant : Une fois que cette première séance aurait lieu, nous aurons davantage de temps à allouer pour la seconde. Compte-tenu de la nature exceptionnelle des photos de type “conventionnel”, il nous a semblé qu’une telle option allait de soi. Il fallait aussi tenir compte du temps d’ensoleillement, de la température et de bien d’autres facteurs impondérables pour l’ensemble de la journée. 

IMG_9911_editedMais, de quoi s’agit-il lorsque je fais référence à des photos de type « conventionnel” ? Il s’agit d’une part de toutes photos où il y a absence de nudité et d’autre part, où l’aspect classique est mis en avant-plan. Certes, la notion de glamour peut se manifester, mais de manière très subtile. L’emphase est axée sur l’harmonie du modèle, ses vêtements et le milieu environnant. On peut comprendre aisément que l’on recherche à peu près la même chose dans une séance de nudité artistique à l’exception prêt que la fragilité du corps, ses caractéristiques physiques et les supports visuels peuvent être très différents. Il faut presque avoir vécu une séance de modèle nu pour comprendre de quoi il est question. 

Les photos de type “conventionnel” ont été largementIMG_0049_edited inspirées à la fois par la beauté des lieux et par la température ambiante. Comment pouvions-nous rester de marbre devant un paysage aussi magnifique que celui de la rivière Richelieu ? Une rivière qui de par sa puissance, le bruit du courant et le parcours sinueux offrait une possibilité inouïe de fonds pour les photos. Là encore, le style vestimentaire, la coupe de cheveux et l’entretien de la barbe ainsi que divers aspects de mon visage angélique devaient être mis en valeur afin de rendre le résultat final satisfaisant tant pour la photographe que pour moi-même. Rien n’a été laissé au hasard. Chaque parcelle de terrain, chaque angle, chaque pose et chaque mouvement fut recherché afin d’optimiser la chance de réaliser ce dont nous recherchions : l’excellence. 

IMG_0070_1_editedC’est un fait indéniable. La chance d’être dans un lieu si pittoresque n’est pas donné à tout le monde. Alors aussi bien tirer profit à la fois de la beauté enchanteresse de l’endroit, de nos expériences en photographie et comme modèle vivant. Pour être franc avec vous. J’ai eu du plaisir à poser cette journée-là comme jamais auparavant. La qualité des vêtements haut de gamme, l’entretien minutieux de mon corps et une certaine coquinerie, selon quelques-unes de mes amies, qui se dégage de mon regard ont largement contribué à façonner des poses faites avec une aisance indescriptible. Croyez-moi sur parole ! Avec l’expérience que j’ai dans ce domaine, je sais de quoi il en est. 

C’est l’aspect glamour qui m’a le plus étonné dans leIMG_0056_edited résultat final. Le regard fait en douceur, la position de certaines parties de mon corps, les lieux où je me trouvais en certains moments et, finalement, la capacité de présenter un homme vivant avec un handicap physique apparent de manière à rehausser sa beauté, voir son charme, renforce inexorablement son côté sex-appeal. En tout cas, les commentaires élogieux venant de la gente féminine n’ont pas manqué sur mon Facebook. Et que puis-je dire de l’inspiration pour mes futurs poèmes au sein de mon blogue artistique ? Vous le verrez bien. 

IMG_0093_1_editedEn résumé, force est d’admettre que l’optique de réaliser davantage de séances photo de type “conventionnels” fait maintenant partie de mes priorités. En effet, les opportunités de créativités sont beaucoup plus nombreuses de ce que l’on retrouve lors d’une séance de nudité artistique. Ce qui est tout de même très différent dans le cadre d’un cours de dessins ou de peintures puisque la vision d’ensemble est toute autre. Certes, je continuerai à poser nu pour les écoles d’arts et les ateliers. Toutefois, les séances photo de type « conventionnel » seront davantage recherchées de ce qui avait été jusqu’à ce jour par votre humble serviteur. Comme quoi, l’essayer c’est l’adopter.  

Merci infiniment pour votre support, votre attention et surtout un grand remerciement à Mélanie Dufresne pour m’avoir fait vivre une telle expérience. 

 

RollandJr St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada 

Une question de choix

IMG_20180512_142717_266

Les choix nous appartiennent. C’est à nous de les assumer.

 

Une question de choix

Bonjour tout le monde,

J’espère de tout mon cœur que la vie est belle et31403703_10155647224112523_8906807323364687872_o bonne pour vous. De mon côté, la vie est tout simplement fantastique avec, malgré tout, ses hauts et ses bas. D’ailleurs, certains événements ne pourront jamais s’effacer de ma mémoire. En effet, cette semaine est le 46e  anniversaire de l’assassinat de mon frère aîné Hermann. Il fut tué lors de la manifestation qui a eu lieu à Sept-Îles le 10 mai 1972 à l’occasion d’une manifestation  dans le cadre de la grève du Front commun intersyndical qui ébranla l’ensemble du Québec.

Vous savez comme moi que souvent nous n’avons pas d’autre choix que d’affronter des événements que la vie nous met au défi de surmonter. Ce qui ne veut pas dire que nous n’avons jamais le droit choisir ce que nous voulons être. Le choix est un privilège que seuls les êtres humains possèdent de par leur nature propre. 

Pour alléger mon propos, je fais ici référence au style que nous pouvons choisir dans l’optique d’être en harmonie avec notre corps. Par exemples, nous pouvons chercher à perdre du poids, se refaire certaines parties de notre anatomie grâce à la chirurgie esthétique, se faire teindre les cheveux, etc. Oui, c’est un fait indéniable que l’homme est un être humain parfois mécontent de sa réalité.

Pour ma part, je ne pourrai jamais me faire pousser les membres qui me manquent depuis ma naissance. Je suis né ainsi et, à moins d’un miracle, je finirai ma vie ainsi. D’ailleurs, je ne vois pas pourquoi j’opterais pour une autre réalité que celle vécue jusqu’à maintenant puisque la chance de vivre autrement ne m’a pas souri. N’allez pas croire que je me plains de mon sort. Loin de moi cette idée farfelue.

Certes, j’ai subi des opérations tout au long de mon enfance et dont les résultats sont dans l’ensemble plus que satisfaisants. J’ai par ailleurs aussi subi une intervention chirurgicale et ce à ma demande dans un souci de satisfaire ma propre image corporelle. Et, je dois avouer que j’en suis vraiment très fier surtout en tant que modèle vivant. Inutile d’élaborer davantage sur ce point.

Moi, normalMais il y a aussi des choix qui s’offrent à nous, à vous comme à moi, qui peuvent faire une différence notable dans notre propre perception de notre corps. J’ai, à titre d’exemple, fait le choix de porter la barbe. Un choix qui peut vous sembler anodin. Pourtant, cela a eu un impact plus que positif sur mon estime personnelle. En effet, je ne compte plus le nombre de fois où les gens, parfois de purs inconnus, m’ont complimenté au sujet de m’être laissé pousser la barbe. C’est notamment le cas de plusieurs femmes qui prennent quelques minutes de leur temps afin d’entreprendre une conversation avec votre humble serviteur.

Ici, je reconnais avoir une dette envers mon barbier qui m’a fortement conseillé de faire un tel choix. De toutes façons, il m’aurait été aisé de me raser advenant le cas où le résultat aurait été aux antipodes de mes attentes.

Dans un autre d’idées, il est possible que nous demandions l’avis à nos connaissances et amis avant de se fixer sur notre choix. Un fait demeure : les femmes sont souvent davantage portées à se préoccuper de leurs coupes de cheveux que nous les hommes. Bon! Je reconnais que c’est peut-être faire une généralité. Ici, l’essentiel est que chaque femme se doit de choisir ce qui la rendra d’abord et avant tout heureuse et bien dans sa peau tout en la mettant en valeurs auprès de ses pairs.

J’ai à titre d’exemple, cette photo (1) tout à fait magnifiquereceived_10155677705522523 de cette amie. Elle est à la fois un modèle vivant extraordinaire et une photographe hors pair. Il va sans dire que je suis littéralement ébahi par la féminité qui se dégage d’une telle photo. Une féminité qui évoque le style connu sous le vocable de “vintage”. Un style accentué par le fait qu’elle a les cheveux courts mais aussi parce que cette photo est réalisée en noir et blanc. Mais attention! J’ai eu l’opportunité d’admirer d’autres de ses réalisations photographiques dans lesquelles une longue chevelure lui va à merveille.

Ici, l’essentiel, et je sais bien que je me répète, c’est de faire le choix en fonction de ce que nous voulons être ou ne pas être. Bon! J’admets que ladite photo me plaît énormément. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je l’ai choisie afin d’illustrer mes propos.

Quoiqu’il en soit, le choix définitif appartient de manière sans équivoque au modèle et à lui seul. On peut répondre à ses interrogations mais la décision finale lui appartient.

Je vous souhaite de faire les choix qui sauront vous satisfaire.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St Gelais de Québec au Canada

(1) Crédit photographique : Pascal Deschênes photographe Modèle vivant : Phylactère

En cette période de semaine sainte

Photo 18-02-20 13 19 48

L’être humain doit de manière inévitable faire face aux multiples douleurs existentielles. Comment y faire face ? Quelles questions peut-il surgir en son esprit face à ces réalités ? Quelles en sont les réponses susceptibles de lui apporter un sens satisfaisant ? Nos douleurs peuvent être dépassées par la foi laquelle nous délie peu à peu de ces liens qui nous empêche d’être ce que nous sommes réellement : Une parcelle du divin qui nous entoure et qui est en chacun de nous. De RollandJr St-Gelais de Québec

En cette période de semaine sainte

Bonjour tout le monde,

Nous entrerons bientôt dans la période à la fois la plus sacrée et la plus symbolique de la foi chrétienne. Une période où la réflexion sur le sens de la maladie, de la souffrance, de la mort est propice au développement. Pourquoi souffre-t-on ? Y a-t-il un sens possible à la maladie ? Et, pourquoi la mort existe-t-elle ? La vie se termine-t-elle à notre dernier souffle ? Toutes ces questions philosophiques se rapportent de manière indubitable à la question ultime que tout être humain doué de raison doit tôt ou tard y répondre au meilleur de ses capacités tant psychologiques, intellectuelles que rationnelles et, finalement, spirituelles.

C’est une vérité reconnue par l’ensemble des plus grands maîtres spirituels que l’être humain doit de manière inévitable faire face aux multiples douleurs existentielles. Cependant, comment peut-il y faire face ? Quelles questions peut-il surgir en son esprit face à ces réalités ? Quelles en sont les réponses susceptibles de lui apporter un sens satisfaisant ? Ces mêmes maîtres reconnaissent que nos douleurs peuvent être dépassées par la foi laquelle nous délie peu à peu de ces liens qui nous empêchent d’être ce que nous sommes réellement : Une parcelle du divin qui nous entoure et qui est en chacun de nous.

Or, et c’est-là où la foi chrétienne diffère un tant soit peu de l’ensemble des enseignements spirituels plus ou moins connus de nos jours, la présence du Christ pleinement homme et pleinement Dieu au sein de notre existence lui octroie un caractère exclusif de filiation fraternelle. Le Christ a connu nos souffrances, nos maladies, nos peurs et nos craintes ainsi que le rejet par les membres de son entourage. Il a épousé notre destiné humaine qui se trouve qu’on le veuille ou non dans la mort, et ce sans essayer de s’y dérober.

Entendons-nous bien ! Le Christ est la source de la vie. Il est la vie. Et il nous a donné sa vie pour que nous-mêmes ayons la vie par notre foi. Notre vie a de sens qu’en Jésus-Christ et en sa victoire finale sur la mort. Ce qui ne signifie pas que nous n’aurons jamais à faire face à toutes manifestations de la souffrance allant jusqu’à notre propre mort. Cependant, le Christ nous a montré par sa vie et par son amour pour les hommes et les femmes que rien est plus fort que la foi. Une foi qui déplace les montagnes, qui aplanit les sentiers abruptes, qui donne la vue aux aveugles, l’ouïe aux sourds et qui donne la vie éternelle à ceux et à celles qui la vivent bien humblement dans le secret de leurs cœurs.

Je dédie le présent article à toutes les personnes qui m’ont écrit afin de me faire part de leurs expériences personnelles face aux problèmes qu’elles ont du affronter durant certaines périodes de leurs vies. Puisse cette période de recueillement vous apporter la sérénité, la paix et l’harmonie dans votre âme et dans votre cœur.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec) Canada

Harmonie

harmonie nudité et mer

Harmonie

Une photo très artistique où la nudité et la mer sont présentées de manière à la fois simple et harmonieuse. Merci à mon amie Paule Jean de la France pour cette photo. J’adore tout simplement.

RollandJr St-Gelais Québec (Québec) Canada

Le bon déroulement d’une séance

Le bon déroulement d’une séance

Bonjour de nouveau tout le monde,

J’espère  que le cours de votre semaine se passe bien. Pour ma part, il me semble d’être dans un état de grâce depuis quelques temps. En effet, je sens en moi un bien-être intérieur rarement vécu ces dernières années. Un bien-être qui tire son origine par une remise en question de mes valeurs, de mes attentes face à la vie et, surtout, à ce que je désire réellement tout en mettant l’accent sur ce que j’ai besoin pour m’accomplir.

12202353_10208456182267118_843604177_nChose étonnante, je ressens un tel bien-être à chacune de mes séances de nudité artistique. Pourquoi donc ? Me direz-vous ? Quels seraient les éléments qui procurent une telle quiétude lorsque je pose nu, et ce que ce soit dans un cadre d’un atelier en arts ou bien pendant une session en classe face à des étudiants et des étudiantes ? Je vous répondrai qu’il s’agit pour votre humble serviteur d’une part, d’un instant où l’harmonie entre mon esprit et mon corps est, à l’image du soleil à son zenith, à son maximum. Rien ne vient interférer dans la communion entre ces deux composantes de mon être que sont mon physique et mon corps astral. Et, d’autre part, il m’est loisible de réaliser les positions où la beauté, il est vrai si particulière, de mon physique sera mise en avant-plan. Chose pas toujours évidente à faire lorsque je fis mes premiers pas dans ce domaine.

Toutefois, je ne  me rappelle pas de vous avoir décrit à quoi consiste le bon20171110_101223 déroulement d’une séance de nudité artistique. Comment je fais mon entrée ? Que puis-je réaliser ou non devant une classe d’étudiants et d’étudiantes en arts ? Quelles sont les limites que je m’impose pendant lesdites poses, et surtout pourquoi je me les impose ? Quelles sont les étapes d’une séance de nudité artistique pour qu’on puisse la qualifier de réellement académique ? Et, c’est possiblement la question la plus importante entre toutes, quelles sont les poses choisies pendant une telle séance ? Des questions que je me dois de répondre de manière franche et en toute honnêteté. Puisque j’ai décidé de réaliser quelques vidéos explicatives au sein de mon blogue artistique afin d’un côté, agrémenter mes publications et, d’un autre côté, offrir une interaction plus conviviale entre vous et votre humble serviteur, voici donc la troisième vidéo.

N’hésitez pas à écrire des commentaires ou encore à communiquer avec moi à mon adresse email professionnelle que voici : modelevivantaquec@live.ca Je vous répondrai dans les plus brefs délais.

Sur ce, je vous souhaite une bonne écoute !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada