Archives de tags | enfance

Souvenirs d’école

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Souvenirs d’école

 

J’ai parmi mes nombreux souvenirs d’école,

Le doux visage d’une fille qui s’appelait Nicole,

Était-ce Nicole ou bien Justine ou encore Marie?

Quoiqu’il en soit, je la trouvais tellement jolie.

 

À mon âge, je commence à avoir des troubles de mémoire.

Ce qui ne m’empêche guère de me rappeler tard le soir,

Ces belles jeunes filles qui ont peuplé ma tendre enfance,

Sans oublier toutes celles qui ont éveillé mon adolescence.

 

Mais, il y en a une que je n’oublierai jamais son visage.

Car sous ses airs angéliques, elle n’était pas toujours sage.

Elle et moi aimions souvent faire l’école buissonnière,

Nous prétextâmes que nous partions à la guerre.

 

Alors qu’en réalité, nous allions nous conter fleurette.

En marchant main dans la main dans les champs de pâquerettes,

Sans dire un mot sous le ciel bleu et en entendant les oiseaux chanter,

En souhaiter de tout notre cœur que cet instant allait durer pour l’éternité.

 

Que c’est étrange de ne pas pouvoir me rappeler de son prénom,

Ah que le fait d’avancer en âge peut quelquefois faire de moi un con.

Mais jamais je n’oublierai cet instant de pure joie, de pur bonheur.

Voilà ce qui m’apaise, me rassure, face à ma dernière heure.

 

Il y a pire dans la vie que le fait de ne pas avoir vécu,

C’est de ne pas avoir aimé celle que nos yeux ont vue,

Oui, j’ai avec grande tendresse aimé cette jouvencelle.

Mais, j’étais trop prude pour lui dire comme elle était belle.

 

Le temps de vivre sera bientôt terminé,

Mes beaux souvenirs, dans le néant, j’emporterai.

Sans effort, mes yeux fatigués, à jamais je fermerai.

Seul regret : mon amour dans mon cœur, l’avoir gardé.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

À jamais envolée

À jamais envolée ! Photo par Vicki Savard-Henley Poème par Rolland Jr St-Gelais

À jamais envolée!

 

Je me souviens du soleil,

Qui éclairait une telle merveille,

Qui dominait allègrement la blanche forêt,

Et de ce vent qui, sur les arbres enneigés, soufflait.

 

Je me rappelle ce ciel si bleu,

D’où regardait celui qu’on appelle Dieu,

Qui saupoudrait d’une neige immaculée,

Les arbres éparpillés sur cette terre où je suis né.

 

Marchand le long des sentiers enneigés,

Habillé chaudement et raquettes aux pieds,

Je me laissais guider par le sifflement du vent,

Qui me chuchotait des mots inconnus jusqu’à présent.

 

Ah ! Comme j’étais si heureux en ce temps-là.

Car pour oublier mes tracas, je devais faire quelques pas.

Ces pas dans la fine neige où tombèrent de chaudes larmes.

Et me laisser embrasser par le vent qui réconfortait mon âme.

 

Remplir mon être de cet air frais me fit alors prendre conscience,

Que rien en ce monde ne soit plus précieux que l’enfance,

Voilà donc quel était le secret longtemps gardé de ma sérénité,

Qui s’est pour toujours envolée en nos temps si troublés.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Une chevauchée sur la plage

Une chevauchée sur la plage Œuvre de Maryse Veysseyre (France) Poème de Rolland Jr St-Gelais (Canada)

Une chevauchée sur la plage

 

Je me souviens de mes vacances d’été,

Soucieux de fuir le tumulte de la grande cité,

J’avais choisi d’aller visiter une région éloignée,

Où je pouvais à ma guise me changer les idées.

 

C’était l’une des régions captivantes,

Où la chaleur et la beauté y sont invitantes,

Beauté des paysages et de ces femmes enivrantes,

Des femmes aux regards magiques et à la voix vibrante.

 

Mais, de tout ce qui m’a le plus séduit,

Ce qui m’a le plus surpris, voir vraiment ébloui,

Cela a été d’être le témoin privilégié d’une noble vérité,

Que mon père n’avait de cesse, durant mon enfance, de répéter.

 

De toutes les œuvres réalisées par Dieu,

Une seule était parmi elles descendue des cieux,

Elle représente, par sa grâce et par sa force, la perfection,

De tous les animaux offerts à l’humanité, l’œuvre ultime de la création.

 

C’est en admirant six chevaux galopant au soleil,

Que je me rendis compte qu’ils étaient sans pareils,

Chevaux courants face au vent chaud de la Gaspésie,

Région aux collines verdoyantes où l’on apprécie la vie.

 

C’est par une chevauchée sur la plage,

Cavalcade accomplie par des chevaux sans âge,

Que j’ai enfin compris ce qu’est en soi l’essentiel,

Savoir en tout temps s’étonner de la nature qui est si belle.

 

Sur la plage, j’ai vu six chevaux,

Des chevaux si forts et tellement beaux,

Des chevaux de cette région fière et rebelle,

Ah comme j’ai souhaité que cet instant demeure éternel.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Quitte cet esprit

Quiite cet esprit Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo & modèle : JenovaxLilith Source : https://www.deviantart.com/jenovaxlilith/art/leave-this-spirit-867512133

Quitte cet esprit

 

Aujourd’hui, je choisi une autre route.

Avant que je sois en pleine déroute,

Pendant qu’il est encore le temps,

Car rien ne sera comme avant.

 

Je prends un autre chemin,

Par changer à jamais mon destin,

Et de prendre ma vie à pleines mains,

Que je puisse vivre un heureux lendemain.

 

Refaire ma vie est chose impossible,

Mais en construire une autre est bien possible,

Le chemin parcouru a fait de moi un être évolué,

Mes choix actuels m’amèneront de belles opportunités.

 

Mais avant toute chose, je dois en mon fort intérieur.

Affronter depuis mon enfance mes craintes et mes frayeurs.

Dans cette eau du creux de la terre, seule je me suis baptisée.

Tel un enfant pur, un être tellement fragile à l’image d’un nouveau-né.

 

Dans la noirceur des profondeurs de la terre,

Je me nourrirai du silence bienfaiteur du ventre de cette mère,

Avant d’en ressortir pour admirer la lumière du jour nouveau,

De ce jour où je pourrai enfin espérer des jours si beaux.

 

Je jetterai loin derrière moi tous mes vieux cailloux,

Pour les remplacer par des fleurs magnifiques et des mots doux,

À jamais et pour toujours, je prends une nouvelle voie, celle de la vie.

De cette culpabilité toxique, pour le reste de mes jours, je quitte cet esprit.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Le pont de pierre

Le pont Poème de Rolland Jr St-Gelais Peinture par Maryse Vesseyre de la France

Le pont de pierre

 

Il y avait à l’époque de mon enfance,

Un endroit où bien des gens y allèrent,

En dansant, quelques pas en avant, et en arrière.

Y raconter leurs plus beaux contes de belle romance.

 

Un pont fait de pierres sculptées,

Et amenées au-dessus d’une rivière,

Par des gens si pauvres et bien solitaires,

Et qui n’avaient que pour outils leurs mains fatiguées.

 

Après chaque célébration du dimanche,

Courtisans y allèrent gaiement pour se rassembler.

Jeunes femmes si éprises, de leurs soupirants, par un baiser.

Jeunes hommes épris, de leurs élues, par la grâce de leurs hanches.

 

Que de paroles d’un amour frivole,

Y furent maintes et maintes fois prononcées,

Que des regards remplis de tendresse y furent partagés,

Des paroles et des regards qui au fil du temps ont pris leurs envols.

 

Sur ce pont, bien des cœurs se sont noués,

Sur ce pont, bien des promesses ont été formulées,

Sur ce pont de pierre, bien des cœurs se sont fracassés

Sur ce pont, au-dessus de cette rivière, des rêves se sont parfois réalisés.

 

Sur ce pont, j’y ai appris une grande leçon.

Que l’amour peut naître à tout moment, à tout instant.

Que de belles paroles et autant de regards si beaux, si rafraîchissants.

Sont vrais que s’ils concrétisent dans les jours mauvais comme les bons.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada