Archives de tags | chaleur

Je suis seule à la Saint-Valentin

Je suis seule à la Saint-Valentin Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/I-m-lonely-870295534

Je suis seule à la Saint-Valentin

 

Aujourd’hui, c’est la Saint-Valentin.

Je suis seule depuis le petit matin,

Depuis que tu es parti prendre le train,

Je prends mon café et j’essaie de ne penser à rien.

 

Ce qui est loin d’être facile,

En ces temps où tout semble difficile,

Où le temps d’aimer en secret sans cesse défile,

S’aimer comme des amants loin des yeux de cette file.

 

Cela fait maintenant deux ans que nous nous voyons en secret,

Toi l’homme à la chevelure d’argent et à l’éclat parfait.

Moi la femme remplie de cette jeunesse qui te plaît,

Quel drôle de couple loin des regards indiscrets!

 

Nous avons passé la nuit à faire l’amour,

Même si tu avais juré à ta femme fidélité pour toujours,

Telle étrange sensation de bien-être de sentir cette chaleur en moi,

Quand tu me pénètres de ces forces vives qu’il y a en toi.

 

Que de mots d’amour tu me chuchotes à l’oreille,

Qui me transportent dans un univers rempli de merveilles,

Sentant tes doigts parcourir tout le long de mon corps,

À la recherche inlassable d’un mystérieux trésor.

 

Te présentant cette zone défendue,

Car je sais à tel point tu aimes ainsi me voir nue,

Avec tout mon amour, je te laisse aller à tes pulsions.

Ainsi nous vivons avec l’immoralité consumée notre passion.

 

Quelle imagination débordante,

Pour accomplir cette posture satisfaisante,

De ces mouvements répétés jusqu’à la jouissance,

Qui comble à la perfection cette belle nuit de romance.

 

J’aurais tant aimé te serrer toute la journée,

Mais bien sûr, tu as cette autre femme à aimer,

Cette femme qu’au pied de l’autel tu as épousée,

Ce beau jour de la Saint-Valentin, avec elle tu vas le passer.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Une chevauchée sur la plage

Une chevauchée sur la plage Œuvre de Maryse Veysseyre (France) Poème de Rolland Jr St-Gelais (Canada)

Une chevauchée sur la plage

 

Je me souviens de mes vacances d’été,

Soucieux de fuir le tumulte de la grande cité,

J’avais choisi d’aller visiter une région éloignée,

Où je pouvais à ma guise me changer les idées.

 

C’était l’une des régions captivantes,

Où la chaleur et la beauté y sont invitantes,

Beauté des paysages et de ces femmes enivrantes,

Des femmes aux regards magiques et à la voix vibrante.

 

Mais, de tout ce qui m’a le plus séduit,

Ce qui m’a le plus surpris, voir vraiment ébloui,

Cela a été d’être le témoin privilégié d’une noble vérité,

Que mon père n’avait de cesse, durant mon enfance, de répéter.

 

De toutes les œuvres réalisées par Dieu,

Une seule était parmi elles descendue des cieux,

Elle représente, par sa grâce et par sa force, la perfection,

De tous les animaux offerts à l’humanité, l’œuvre ultime de la création.

 

C’est en admirant six chevaux galopant au soleil,

Que je me rendis compte qu’ils étaient sans pareils,

Chevaux courants face au vent chaud de la Gaspésie,

Région aux collines verdoyantes où l’on apprécie la vie.

 

C’est par une chevauchée sur la plage,

Cavalcade accomplie par des chevaux sans âge,

Que j’ai enfin compris ce qu’est en soi l’essentiel,

Savoir en tout temps s’étonner de la nature qui est si belle.

 

Sur la plage, j’ai vu six chevaux,

Des chevaux si forts et tellement beaux,

Des chevaux de cette région fière et rebelle,

Ah comme j’ai souhaité que cet instant demeure éternel.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Une chaise abandonnée

Une chaise abandonnée poème de Rolland jr St-Gelais Dessin par Maryse Veysseyre

Une chaise abandonnée

 

Je suis si seule dans cette forêt clairsemée

Sous les arbres qui laissent le soleil me réchauffer

Je me remémore le temps de jadis, le temps d’autrefois.

Où dans une modeste chaumière j’ai entendu bien des voix.

 

Des voix de joie, des voix de peine, des voix d’enfants et des voix de sottes gens.

Que dire de tous ces pas qui sans cesse se baladèrent sur le plancher tremblant?

De ces pas d’étrangers venus trouver du réconfort avant de poursuivre leur chemin

De ces pas de vieilles connaissances venues souhaiter bonne journée dès le petit matin.

 

J’ai vu bien des gens tellement heureux d’avoir gagné ce qu’ils ont misé

Et, ceux qui bien tristes, ont tout perdu en un éclair en une seule tournée

Des soirées à jouer aux cartes et à boire du vin jusqu’à tard le soleil levé

Et puis? Qui suis-je vraiment pour me permettre, de ces gens, les juger?

 

Bien des jeunes amoureux un peu gênés se sont embrassés

Aux yeux de leurs parents respectifs parfois un peu embarrassés

Des amoureux qui ont quitté la chaleur du nid où ils ont grandi

Pour à leur tour établir leur foyer avec un bonheur pour toute la vie.

 

Les années sont si vite passées et les modes ont tellement changé

D’une chaise bienveillante à une chaise insignifiante, je suis passée.

Au rebut, sans gêne aucune mes maîtres m’ont littéralement délaissée.

Maintenant, je suis une chaise abandonnée qui avait pourtant tant aimé.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

J’ai besoin d’un câlin

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

J’ai besoin d’un câlin

 

Déjà nous sommes le lendemain de Noël

Mais, curieusement, je n’ai pas eu de tes nouvelles

J’attendais ton appel avec le cœur léger tout au long de la soirée

Pas d’appel téléphonique, cela m’a tellement attristé.

 

J’avais préparé pour nous deux un repas copieux

Afin de fêter avec toi cet instant merveilleux

Être tête à tête loin de tout pour s’aimer

Boire un vin sous le sapin illuminé.

 

Mais, en cette veille de Noël, tu n’es pas venu

Moi qui avec des idées coquines m’étais mise nue

Sous la chemise blanche de satin que j’avais portée

Que j’avais enfilée en pensant à toi mon amour adoré.

 

Mais, tu n’es point venu me trouver

Moi qui m’étais minutieusement parfumée

À imaginer sentir sur ma peau laiteuse la chaleur de tes mains

Être seule en ce matin me fait comprendre comme j’ai besoin d’un câlin.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Je veux voler

Je veux voler Poème par RollandJr St-Gelais Photo par Gb62da Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/I-want-to-fly-864241176

Je veux voler

 

Quel endroit magnifique

Dans ce pays où tout est féérique

Dès l’instant où cette fumée de ma bien-aimée

Avec un plaisir indescriptible cette nuit j’ai fumée.

 

Ô ma belle Marie-Jeanne,

Toi qui es venue vers moi à dos d’âne

Je t’ai inhalée avec lenteur pour me laisser envahir

Pour de ses bienfaits insoupçonnés avec bonheur ressentir.

 

Aussitôt les yeux clos et les poings fermés

Telle une vague, je me suis laissé emporter

Vers un autre monde pour ces sombres jours, les oublier

Et de cette forêt vierge, avec la naïveté de l’enfance l’explorer.

 

En découvrir tous ses secrets

Secrets magiques, secrets interdits, secrets parfaits!

Secrets qui seront pour toujours, je le jure bien gardés

Car pour y être admis, seuls les adeptes de cette plante sont conviés.

 

Marchant candidement pieds nus sur un sentier

J’ai senti une présence avec curiosité me regarder

Admirer mon corps sans tous ces apparats artificiels

Car c’est dans la simplicité d’Ève que ma beauté se révèle.

 

Ressentant une brise légère me caresser de sa chaleur

Je me dirigeai vers un arbre étendu avec grande pudeur

En ouvrant mes bras, ces mots, tel un mantra, j’ai répété

Je veux voler ! Je veux voler ! Je veux voler !

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada