Archives de tags | faiblesses

Marcher sur la ligne mince

Marcher sur la ligne mince Texte de RollandJr St-Gelais Photo de cable9tuba Source : https://www.deviantart.com/cable9tuba/art/A-New-Beginning-12-861699907

Marcher sur la ligne mince

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien. De mon côté, je prends la vie du bon côté tout en suivant les consignes sanitaires imposées par les instances gouvernementales. Une telle situation est propice à la réflexion et à la rétrospection. En effet, être plus ou moins confiné, ayant la musique et la lecture pour m’accompagner dans mon quotidien, tout ceci invite votre humble serviteur à se poser des questions à la fois d’ordre philosophique et théologique. Oui, les deux sont des sujets de réflexion pouvant se ressembler alors qu’en réalité ils sont assez différents l’un de l’autre.

Une question s’est imposée au fil de mes réflexions. Une question qui peut concerner plusieurs d’entre nous et ce, tant du côté des hommes que celui du côté des femmes puisque ces dernières ont pour la majorité d’entre elles, des connaissances, des amis, des membres de leurs familles des personnes appartenant à la gente masculine. Posons-nous donc cette question : La gente masculine possède-t-elle des privilèges la rendant, par ce fait, supérieure à la gente féminine? Une telle problématique, que je qualifierais d’ordre sociologique, est de plus en plus omniprésente dans les médias tant électroniques que sociaux. 

Sans vouloir occulter des pages sombres de l’histoire occidentale, loin d’être favorable au droit à l’égalité pleine et entière entre les sexes opposés, il semblerait que le mouvement du balancier ait dépassé une limite que j’appellerai du gros bon sens. En effet, une certaine démagogie à l’encontre de l’homme, et de l’homme hétérosexuel en particuliers, s’est imposée au fil des années. Une démagogie qui a pour conséquence d’accuser celui-ci de tous les maux de la terre. J’irais même dire que d’être des criminels contre l’humanité.

Or, tout ceci me révolte au plus haut point. En effet, l’homme n’est ni pire ni meilleur que la femme puisqu’ils sont en soi que des êtres humains avec leurs forces, leurs faiblesses, leurs capacités et leurs limites. Il est toutefois certes vrai que l’éducation varie d’un continent à l’autre, d’une société à une autre, voire même des familles habitant dans le même quartier. Une telle éducation peut être défavorable à l’égard des filles qui y sont nées et qui y sont élevées. Une telle situation est à la fois déplorable et condamnable. 

Mais, est-ce une raison pour mettre les hommes, tous les hommes dans le même panier? Bien sûr que non. Or, la réalité est telle que de nos jours, le fait d’être un homme amène celui à marcher sur la ligne mince. Une ligne tellement mince qu’à la moindre expression d’opinion allant à l’encontre des médias, ces derniers affirmant parler pour l’intérêt général alors qu’ils ne servent qu’aux intérêts de leurs patrons et de leurs éditeurs, la vindicative populaire se jette sur eux comme des chiens affamés sur une boulette de viande bien saignante.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

 

Rage impuissante

Rage impuissante Texte de RollandJr St-Gelais Photo de gfriedberg

Rage impuissante

Il arrive parfois pour bon nombre d’entre nous que nous soyons témoins de situations qui nous révoltent et que nous sommes dans l’impossibilité de faire quoique ce soit. Ce qui est d’autant plus vrai lorsque de telles situations touchent les gens que nous aimons.

De telles situations peuvent être causées par un coup du destin et ce, sous de multiples facettes telle que la maladie, par exemple. Certes, nous n’y échappons pas au cours de notre vie. Comme je l’affirme en maintes occasions, la vie ressemble à des montagnes russes avec ses hauts et ses bas. C’est en pouvant bien se cramponner sur la barre horizontale, qui symbolisent nos valeurs les plus profondes, que nous réussissons à être en relative sécurité émotionnelle.

Bien des facteurs sont susceptibles de provoquer en soi une colère que je qualifierais de légitime. Voir autant d’inégalités dans le partage des richesses au sein de la société, entendre des verdicts dans lesquels des crapules de la pire espèce s’en tirent à bon compte, apprendre que l’un de nos proches est atteint d’une maladie incurable et la liste peut se rallonger quasi indéfiniment.

Mais face à cette rage impuissante, la compassion, l’altruisme et le partage font d’excellents contrepoids. Manifester de la compassion élève l’âme de la personne sans pour autant le porter vers l’orgueil. En effet, qui dit compassion dit aussi, accompagner l’autre dans sa passion, se placer à ses côtés et surtout l’aider à porter dans la mesure de nos propres limites sa croix. Pour sa part, vivre de l’altruisme met chaque partie à égalité morale. L’autre devient notre alter ego. Et, enfin, le partage enrichie la personne qui reçoit sans appauvrir celle qui donne. Je parle ici d’un partage sincère dans lequel la première n’a aucune intention d’abuser de l’aide de son prochain ni que ce dernier voit l’occasion de soutirer un quelconque avantage de celle-ci dans l’immédiat ni dans le futur.

Il est parfois bien de vivre une rage impuissante car cela dénote en soi cette volonté de faire quelque chose mais aussi notre limite. J’irais jusqu’à dire que la rage est une manifestation divine tout comme peut l’être l’amour alors que notre impuissance nous renvoie à notre nature purement humaine avec ses forces mais aussi avec ses faiblesses.

Il m’est arrivé où le sentiment de rage m’a envahie en certaines occasions. Pas trop souvent, Dieu merci. Cependant, je me rappelle ce bon vieux dicton : Pourquoi regarder le petit nuage gris dans le ciel alors que le soleil brille de tous ses feux? La vie est faite ainsi.

Merci de m’avoir lu et bon congé de l’Action de Grâce.

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Qu’est-ce qui vient en premier ?

Qu’est-ce qui vient en premier? Texte de RollandJr St-Gelais Réalisation photographique par Sunboys Source : https://www.deviantart.com/sunboys/art/Idrissa-oeuf-817548935

Qu’est-ce qui vient en premier?

Bonjour tout le monde,

Je profite de cette fin d’après-midi pour aborder une question que bon nombre d’entre vous a dû se poser à une période où l’autre de leur vie. Qu’est-ce qui vient en premier? S’agit-il l’œuf ou la poule? Question qui, contrairement à ce que l’on pourrait croire, est loin d’être saugrenue.

À vrai dire, elle est la question philosophique par excellence puisqu’y répondre fait référence à deux concepts fondamentaux que sont d’une part, l’essentialisme et, d’autre part, l’existentialisme. Deux concepts dont chaque être libre d’esprit aura à choisir ou à réfuter afin de se positionner face à leur destin. Un destin qui s’était déjà manifesté en substance ou bien un destin qui se créé sans cesse? Légions sont ceux qui partagent une foi en un Dieu dit de la Révélation et qui acquièrent à la première mais tout aussi nombreux sont ceux qui adhèrent en même temps à l’athéisme et à la seconde. Ce qui n’exclue pas quelques exceptions à la règle de part et d’autre.

Concernant une telle exception à la règle, je me souviens d’un homme remarquable qui était professeur invité de philosophie à l’université Laval de Québec pendant de longues années où moi-même j’étudiais dans des domaines variés. Je fais référence à mon ami René Habachi, chrétien maronite natif du Liban. Il vécut, vous devez bien entendu l’imaginer, moults péripéties au cours de ses pérégrinations terrestres. Homme de grande culture et d’une foi immense tout en ayant un côté rationnel tout à fait exceptionnel, il fait parti des rares philosophes chrétiens existentialistes.

En ce qui me concerne, mon expérience de la vie, aussi humble soit-elle, m’a amené à orienter ma pensée vers celle de l’essentialisme. En effet, il m’est arrivé tellement de choses extraordinaires, sans oublier des situations qui étaient à l’opposé, qu’il m’est difficile d’y voir un coup du destin. Un destin certes grandement influencé par les choix que je fais mais que la vie elle-même a mis sur mon chemin.

Il est cependant vrai que ma foi chrétienne a une influence considérable dans mon choix. Une telle foi m’appelle à être sans cesse meilleur que ce que je suis. Est-ce par une volonté divine ? Est-ce par un appel venant du plus profond de mon être? Je ne saurai répondre à ces questions de façon satisfaisante. Mais, tout ce que je sais c’est que sans cette présence en puissance tirée du néant, l’être que je suis, avec ses forces, ses faiblesses, ses qualités et ses défauts, ne serait tout simplement pas. Autrement dit, sans l’embryon formé dans le sein de ma mère, embryon malmené par les quelques comprimés de la thalidomide durant sa grossesse, je n’aurai pas été. Bien entendu, et un peu à l’image de la réponse que Dieu donna à Moïse dans le Sinaï, je suis un être en devenir : ‘’ Je suis ‘’.  Et pourquoi donc ? Parce que pour être, il faut déjà exister dans l’immatériel.

Mais là, c’est une toute autre histoire…

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Le corps humain est impressionnant

Le corps humain est impressionnant Texte de RollandJr St-Gelais Photo de Raphaël par Sunboys Source : https://www.deviantart.com/sunboys/art/Raphael-le-magnifique-790809144

Le corps humain est impressionnant

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien et que le mois d’octobre vous soit agréable. Pour ma part, je dois avouer que ma vie est belle. Les journées raccourcissent certes mais les couleurs automnales agrémentent mes promenades dans le parc Cartier-Brébeuf situé à quelques pas de chez-moi. En effet, quoi de mieux pour profiter de la nature que se balader et admirer la beauté de la nature?

Il est vrai que je profite de l’occasion qui m’est offerte pour explorer ce lieu historique de Québec. Toutefois, et ne m’en voulez pas, je ne peux m’empêcher de découvrir toutes les variétés de corps des personnes qui déambulent devant mes yeux. Oui, je le reconnais, étant moi-même physionomiste il m’est un plaisir de distinguer l’ensemble des corps des personnes qui, pour une raison qui leur est propre, viennent déambuler au sein de ce parc magnifique.

La variété des corps m’interpellent profondément. C’est ainsi que plusieurs interrogations me viennent à l’esprit. Quels parcours ces gens ont-ils fait jusqu’à maintenant? Quels récits merveilleux pourraient-ils bien me raconter? Quelles expériences ont-ils vécues et lesquelles aimeraient-ils ou non revivre? Autrement dit, qui sont-ils réellement? Simple constat, il y a autant de variété de corps qu’il peut y avoir de variété de vies.

C’est un fait indéniable! Le corps humain est en soi impressionnant. L’on a qu’à songer à sa formation, à son fonctionnement, à ses nombreuses faculté et capacités sans omettre ses faiblesses inhérentes à sa condition d’être humain. Toutefois, ce qui m’impressionne davantage c’est de constater jusqu’à tel point chaque corps renferme une âme ayant ses secrets liés à une incarnation bien charnelle. Sachons respecter chaque corps tout comme nous devons respecter chaque âme qui l’habite.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Le bien-être

IMG_20200107_230939_719

Le bien-être

Bonjour tout le monde,

IMG_20200107_172246J’avais demandé à mes connaissances sur le réseau social Facebook de me proposer une série de sujets que je pourrais développer au fil de mes publications sous forme de proses au sein de mon blogue dédié à la nudité artistique, à la poésie et à la photographie ainsi que dans une moindre mesure à des réflexions personnelles. La dernière catégorie d’articles me semble être de plus en plus importante dans le présent blogue. En effet, il existe tant de réalités auxquelles chaque être humain doit faire face au cours de sa vie qu’il est impératif de ne point garder le silence. Mais, attention! Je ne prétends nullement avoir la connaissance absolue ni posséder la sagesse des Anciens. À vrai dire, votre humble serviteur est un homme parmi tant d’autres avec ses forces, ses faiblesses, ses espoirs, ses rêves et ses désillusions.

Toutefois, et en dépit de ces évidences nommées ci-dessus, une seule caractéristique propre au genre humain rend possible son désir d’aller toujours vers l’avant. Soyez rassurés ! Il n’est absolument pas question de trouver l’âme-sœur, de gagner à la loterie et encore moins de réaliser des exploits hors du commun même cela peut être des éléments importants à son bien-être.

Cependant, je parle ici du bien-être tout simplement.IMG_20191217_102116 C’est-à-dire d’être « bien » dans son « être », dans le plus profond de soi, là même où personne ne peut ni pénétrer, ni conquérir, ni accéder et encore moins voler ce « bien » le plus précieux. Oui, il s’agit du seul bien qu’aucune richesse ne peut acheter, ni aucune contrée aussi belle soit-elle en ce monde ne peut vous offrir et qu’aucun grand amour ne peut combler. Bon! Je reconnais qu’avoir richesse, belle contrée et grand amour aide énormément à apprécier la vie. Mais, est-ce là où réside le véritable bien-être quel que je l’entends dans ce présent article? Je réponds à cette question par un non catégorique.

IMG_20191230_161859Mais quel est donc cet état de bien-être, d’être bien dans son être, dans ce présent article ? Je vous dirais tout simplement de lâcher-prise, d’accepter ce qui est, ce qui dépend de soi et de prendre conscience de ce qui ne l’est pas. Ce qui implique la pleine et entière reconnaissance de nos erreurs, de nos fautes et de les assumer sans pour autant tourner le fer dans la plaie. Ce qui engage chez l’individu d’éviter la sempiternelle phrase : « L’avoir su, j’aurais agi autrement ». Quelle phrase à la fois vide de sens et inutile. Vide de sens puisque l’on ne peut pas toujours prévoir les conséquences de nos actions lesquelles dépendent souvent de facteurs extérieurs à notre volonté. Inutile puisque ce qui est fait est fait et ne peut être, sauf dans de rares cas, défait. Accepter une telle vérité est à mes yeux la pierre angulaire du « bien-être », c’est-à-dire d’être bien dans son for intérieur.

C’est plus facile à dire qu’à faire? Me diriez-vous ! Je suis d’accord avec vous mais en partie seulement. J’ai, à titre d’exemple, mes parents qui ont dû faire face à des situations hors de leur contrôle. Certes, je fais référence à ma mon handicap physique causé par les comprimés de thalidomide que mon père avait ramené de la pharmacie. Ce dernier pouvait-il savoir les effets qu’ils allèrent avoir sur mon développement embryonnaire? Ma mère pouvait-elle se douter un seul instant des conséquences sur ma vie en prenant ces comprimés? Bien sûr que non! Toutefois, ils ont su se relever les manches et affronter la vie comme elle se présentait. C’est-là l’un des nombreux exemples qui me sont venus à l’esprit.

Soyez convaincus d’une chose! J’ai rarement vu desIMG_20191211_185253 gens avoir eu un tel état de bien-être malgré les embûches qu’ils ont été obligés d’affronter depuis ma venue au monde. Ai-je hérité de cette capacité de résilience? C’est possible. Une telle capacité est-elle présente chez les êtres humains? C’est possiblement le cas puisque sans elle, les êtres humains auraient été dans l’incapacité de faire face aux aléas de la nature, de l’histoire et de l’existence. Autrement dit, de la vie!

En terminant, je mentionne cette citation qui résume à la perfection l’ensemble de mes propos contenus dans cet article. Une citation d’un certain Nouredine Meftah qui décrit en ces termes une noble vérité : « Le bien-être est l’harmonie de notre for intérieur ». Que puis-je vous souhaiter de mieux que votre for intérieur soit en totale harmonie afin que vous puissiez être bien en vous-même?

Merci infiniment de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada