Archives de tags | moment

Proximité

Proximité
Superbe photo réalisée par James Fraser Voir son site sur https://www.deviantart.com/mtl3

Poème inspiré d’un fait vécu

Proximité

 

Depuis trop longtemps,

J’attendais ce merveilleux instant,

Où toi et moi, nous nous serions enfin retrouvées.

Depuis ce jour où par désespoir nous avons été séparées.

 

À une époque où par fausse pudeur,

Être mère célibataire faisait tellement peur,

De notre si jeune mère telle une criminelle notoire,

Qui alla nous céder tel une offrande à des femmes habillées en noir.

 

Je fus heureusement adoptée,

Par un couple qui chercha une fillette à aimer,

Et qui me prit sous son aile comme leur propre enfant,

En me prodiguant bonne éducation tout en m’aimant tendrement.

 

L’adolescence bientôt venue,

Ma différence avec eux se voyait à l’œil nu.

Différente en dehors mais si semblable en dedans,

Car avec reconnaissance, je les appelais cher papa et chère maman.

 

N’étant ni populaire, ni très fortunés,

Ils m’ont donné un bien que j’ai toujours estimé,

Des études pour un travail par lequel je serai autonome,

Dans une profession par laquelle je ne dépendrai pas d’un homme.

 

Les années se sont écoulées avec pour chacune de nous sa destinée,

Par grande chance, un beau et gentil homme j’ai rencontré,

Et comme il me trouva bien de son goût, il m’a épousée.

Si heureuse, que j’ai avec lui grande famille fondée.

 

Puis un jour, nombreuses questions en mon esprit apparurent.

Questions auxquelles réponses n’étaient point une parure.

 Qui était donc cette femme que je n’avais jamais connue?

Était-elle qu’une futile illusion tombée des nues?

 

Dans les journaux est apparu un avis de recherche,

En souhaitant ardemment voir celle que je cherche,

Bien des laudes et des vêpres allègrement chantèrent,

En accompagnant au Ciel chacune de mes nombreuses prières.

 

Puis, un jour que je ne m’y attendais pas.

Mon vieil téléphone tel un ami de longue date sonna,

Une douce voix de femme m’annonça cette grande nouvelle,

Était-elle celle que je recherchais car elle fut aussi séparée de sa mère si belle.

 

Éloignée de son unique sœur dès sa naissance,

Car on espérait ainsi qu’elles ignoraient l’une de l’autre son existence,

Elle me demanda avec trémolo dans la voix si je voulais bien la rencontrer,

L’instant d’un déjeuner? L’instant d’un dîner? L’instant d’un bon souper?

 

J’ai accepté avec toi de partager un bon repas,

Afin de bien commencer cette rencontre comme il se doit.

Le moment venu, mon cœur palpita tellement j’étais touchée.

De voir celle qui m’a été enlevée, celle que je n’ai jamais près de moi serrée.

 

Mais quelle fut notre surprise lorsque nous nous sommes aperçues en ce lieu,

Que nos prières, telle une seule voix, ont été entendues par les cieux,

Et qu’avec grand étonnement, en se regardant droit dans les yeux,

Que toi et moi, nous avions déjà vécu des moments si heureux.

 

À chaque début de journée de travail nous nous saluons,

À chaque fin de journée de travail chez soi nous retournions

Dans cette usine, où à chaque pause, avec toi j’aimais discuter.

Qui nous aurait dit que malgré notre destin nous vivions une telle proximité?

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Par mes rêveries

Par mes rêveries
« Par mes rêveries » Poème par RollandJr St-Gelais Photo par G.B. d’AllemagneInstagram gb62da et DeviantArt https://www.deviantart.com/gb62da

Par mes rêveries

 

Seule sur la pierre, je suis assise.

Je pense à ce que tous les gens sur moi disent,

Oui, je suis femme belle et parmi les plus libertines.

Fière de mon corps envoûtant et encore plus de mes idées coquines.

 

Pourquoi osez-vous me juger?

Alors que mon désir c’est de mes amants les aimer.

Je crois bien qu’il y a en chacun de vous un peu de jalousie,

À vrai dire, je suis même convaincue qu’en vos âmes réside du dépit.

 

Mais, pensez-vous un seul moment que je m’empêcherai de vivre?

Que pour satisfaire votre morale hypocrite, je me refuserais ce plaisir?

Eh bien, détrompez-vous! Et, entre moi et vous, je vous trouve un peu fous.

Et jamais, devant tous les autels en ce monde, j’irai demander pardon à genoux.

 

 

Beauté folle de ma jeunesse, je désire en profiter.

Avant que viennent les jours de la vieillesse et de tout regretter.

Mais, de cette matinée ensoleillée, je veux simplement pouvoir la savourer.

Par mes rêveries, les douces caresses vécues cette nuit, je désire me les remémorer.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

By my daydreams

 
Alone on the stone, I’m sitting.

I think what all the people about me say,

Yes, I am a beautiful woman and among the most libertine.

Proud of my bewitching body and even more of my naughty ideas.

 
Why dare you judge me?

While my desire is for my lovers to love them.

I think there’s a little bit of jealousy in each of you,

To tell the truth, I am even convinced that in your souls resides spite.

But, do you think for one moment that I will stop myself from living?

That to satisfy your hypocritical morality, I would refuse myself this pleasure?

Well, think again! And, between me and you, I find you a little crazy.

And never, before all the altars in this world, will I ask forgiveness on my knees.

 

 Mad beauty of my youth, I want to enjoy it.

Before the days of old age come and regret everything.

But, this sunny morning, I just want to be able to savor it.

Through my reveries, the gentle caresses experienced this night, I want to remember them.

 

Translation courtesy of 321 Dustybin by DeviantArt

J’ai comme l’impression

J'ai comme une sensation
Photo par G.B. d’Allemagne Instagram gb62da et DeviantArt https://www.deviantart.com/gb62da

J’ai comme l’impression

 

Ce soir sera bien spécial,
Rien ne sera tout à fait normal,
Un soir qui sera vraiment bien différent,
J’attendais ce moment depuis tellement longtemps.

 

Déjà j’imagine entendre tes longs soupirs,
Que tu feras à chaque fois que je te ferai plaisir,
Et, crois-moi, ô mon amour, je ne te ferai point languir.
Car pour moi tout ce qui compte est d’admirer ton sourire.

 

Ce soir, c’est bel et bien décidé.
À toi et à toi seule, mon cœur je t’offrirai.
Et plus à aucune autre que toi pour le reste de ma vie,
Car je te le jure, désormais il n’y a que toi à mes yeux, ô ma chérie.

 

Sois rassurée, je saurai te respecter.
Car pour toujours, il n’a que toi que je veux aimer.
Mes pensées d’amour sont vers toi sans cesse dirigées,
Mon cœur bat que pour toi à chaque nuit à chaque journée.

 

Je ferai enfin confiance à mon intuition,
Ce soir après un savoureux repas je te serrerai dans mes bras,
Je demanderai ta main car vivre sans toi, l’imaginer je ne le peux pas.
Oui, vraiment je crois que c’est le bon temps car j’ai comme l’impression.

 

J’ai comme l’impression que depuis quelques temps,
Tes yeux brillent telles des étoiles dans le clair firmament,
À chaque fois que je te dis que tu es aussi précieuse qu’un diamant,
Ce soir, après t’avoir fait l’amour avec douceur, ce sera le bon moment.

 

Ta main délicate, avec sincérité, je te demanderai.
Ma main d’homme, avec grand amour, je te la tendrai.
Vivre avec toi pour le reste de mes jours, je le désire assurément.
Être à tes côtés quoiqu’il arrive, voilà ce que je souhaite réellement.

 

Je ressens comme un étrange sentiment.
Comme quoi tu n’attends que cet heureux événement.
Après t’avoir montré mon savoir-faire et fais monter au septième ciel,
Et par mes gestes de toute tendresse à mes yeux comme tu es belle.

 

Je te ferai la grande demande ce soir,
Avant que la vie m’enseigne qu’il est trop tard,
Après t’avoir comblé de mille baisers je ferai comme il se doit,
Je te poserai cette ultime question : Veux-tu vivre avec moi?

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Comme dans un puit

IMG_0746
Réalisation photo par Priscilla Vaillancourt

Comme dans un puit

 

J’ai fait un drôle de rêve cette nuit,
J’ai rêvé que j’étais nu au clair de la lune,
Alors qu’une belle grande dame à la chevelure brune,
Me regarda de la tête jusqu’aux pieds avec une mine éblouie.

 

Elle semblait se demander ce qu’il m’était arrivé,
Ai-je combattu sur quelques fronts de l’Europe occupé?
Où j’y avais laissé mes membres face à des ennemis entraînés?
Étais-je un des héros qui ont combattu dans l’ombre de la clandestinité?

 

Elle sembla tout de même étonnée de ma virilité,
Car avec franchise je ne pouvais guère la désirer m’en empêcher,
Puisque sa féminité gracieuse resplendissait par ses courbes délicieuses,
Qui démontrèrent que la femme est en ce monde la perle la plus précieuse.

 

Rêve bien bizarre en cette nuit d’hiver hâtif,
Où je me sentais étendu dans une clairière près d’un récif,
Une clairière où flottait une dame blanche attendant le moment,
Le temps propice pour venir s’étendre à mes côtés tout lentement.

 

Qu’ai-je bien pu boire avant d’aller dormir?
Quelle potion ai-je concoctée avant d’aller m’assoupir?
Dans la douceur bienfaisante de mes draps de rouge et de noir,
Alors que la lune était déjà haute dans le ciel depuis qu’est tombé le soir.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Irruption

Irruption
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Irruption

 

Oui, ça y est,
C’est maintenant,
C’est le bon moment,
Tout en toi est enfin prêt.

 

Après ces quelques gestes de prélude,
Qui ont, Dieu merci, réussi à éloigner,
De celle pour qui je désire tant offrir tant donner,
De celle qui se croyait vraiment à tort être femme prude.

 

Devinant dans mes yeux la pose souhaitée et voulue,
Lorsque je contemplais celle qui était devant moi nue,
Celle pour qui mon coeur de chair et non de pierre est dévolue,
Se retournant avec agréable lenteur pour me présenter son si beau cul.

 

Oui ! Oh que oui, vas-y ! Maintenant vas-y mon amour ! Me dit-elle.
Mais bien sûr et avec plaisir ! Lui répondis-je telle une ribambelle.
Lui saisissant de mes mains ses hanches avec une rare vigueur,
Lui prodiguant un rythme endiablé par une gracieuse fureur.

 

Fureur d’amour ! Fureur de passion ! Fureur de vivre !
Rage de jouir ! Rage d’explorer! Rage de toujours poursuivre !
De poursuivre cette cadence effrénée jusqu’à en perdre notre haleine,
Jusqu’en l’irruption que tu sentiras de ma hampe nourrie par ses veines.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada