Archives de tags | au pied de l’autel

En ne sachant que faire

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

En ne sachant que faire

 

Perdu dans la brume de mes pensées.

Dans l’aurore dorée, j’ignorais où mes pas, diriger.

Que de questions marquèrent de leurs empreintes mes idées.

Idées confuses qui sont apparues en ce jour où j’ai été damné.

 

Étais-je une si mauvaise personne?

Voilà au fond de mon être ce qui sans cesse résonne.

Dans ma tête, une telle question est telle une cloche qui sonne.

Qui pourra me dire la vérité afin que je me pardonne?

 

Comme dit si bien l’adage, une vérité avouée est à moitié pardonnée.

Ce que mon cœur languit de ne pas pouvoir revenir dans le passé.

Et, de mes erreurs, pouvoir un tant soit peu, les effacer.

Est-ce là, à la vie ou à Dieu, trop demander?

 

Je suis qu’un être de chair.

Une âme qui jadis voguait sur les airs.

Un être immatériel qui devait apprendre afin de se parfaire.

S’incarner dans un corps malgré le risque de l’amour et de la guerre.

 

C’est ainsi que je naquis dans un village.

Peuplé de gens aux coutumes et à la langue slaves.

Nous vivions modestement sans pour autant être des esclaves.

Dans un village entouré de montagnes enneigées lui servant d’enclave.

 

Ma bien-aimée et moi sommes nés dans des familles où la paix régnait.

Avec des gens modestes qui, malgré les soubresauts de la vie, s’aimaient.

Nous nous sommes connus à l’école du village où l’institutrice enseignait.

La grammaire, les tables de multiplication et autres choses, elle nous expliquait.

 

 Nous avons grandi dans ce village paisible béni des cieux.

Combien de jours sont passés en ce temps où nous y étions si heureux?

Un bonheur qui culmina à l’instant où je me sentis tel un bienheureux.

Ce moment où elle réalisa, par sa réponse, mon souhait le plus précieux.

 

Le jour de nos noces était si extraordinaire !

Elle était si belle au pied de l’autel à côté de son père.

Devant le prêtre, nous avons juré fidélité et amour sous une belle lumière.

Une aura multicolore qui provenait des vitraux qu’avait réalisés mon grand-père.

 

Un banquet avait été offert par les membres de notre parenté.

Ce fut de leur part, un geste rempli d’amour, un geste de pure bonté.

Mon vieux père m’avait donné sa boutique afin que je puisse travailler.

Et que ma famille soit, par mon travail, en tout temps, comblée.

 

Quelle nuit de noces avons-nous eue!

Dans le lit conjugal, nous étions entièrement nus.

Elle était belle comme le premier jour que je l’avais vue.

En mon cœur, je bénissais le ciel de ce présent que j’ai reçu.

 

Tout passe tellement vite dans le livre de la vie.

Voilà pourquoi, il faut faire attention à nos rêves, à nos envies.

Le coq avait chanté trois fois avant la trahison de Saint-Pierre à ce que l’on dit.

Pour avoir mis fin à mon bonheur, une seule fois avait amplement suffi.

 

Une balle perdue traversa la faitière.

Amenant tout mon être dans les flammes de l’enfer.

Sans crier gare ! Mon pays se trouvait désormais en guerre.

J’ai alors pris le corps de mon épouse dans mes bras en ne sachant que faire.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Danse ainsi, ô, ma chérie

Danse ainsi, ô, ma chérie Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo & modèle : JenovaxLilith

Danse ainsi, ô, ma chérie

 

Tu es si belle en ce matin.

Un matin si beau et sans chagrin.

Tu as eu l’idée de faire jouer cette chanson.

Sur laquelle, en cette soirée d’amour, nous dansions.

 

Une soirée où nous nous sommes rencontrés.

Par une soirée d’été après que la pluie est tombée.

Tant de femmes étalèrent leurs charmes à la recherche d’un amant.

Mais, aucune d’elles ne possédait, la grâce ton extraordinaire talent.

 

Ô, mon amour, tu savais si bien te déhancher,

Sur la piste de danse où je suis allé te trouver.

Tes pas enflammèrent l’air ambiant prestement,

Mon cœur succomba à ta beauté inévitablement.

 

Je t’ai fait mes yeux les plus doux,

Car, je suis de toi devenu amoureux fou.

Tu t’es alors approchée pour m’offrir un verre.

Une telle offre, crois-moi, je ne m’y attendais guère.

 

Assis à une table, nos yeux ne pouvaient pas se laisser.

Il y avait quelque chose dans l’air qui nous avait ensorcelés.

Nos mains se frôlèrent avec une si grande précaution,

Qu’il nous avait fallu y prêter une attention !

 

Nous avons discuté de tout et de rien.

Et puis, sans crier gare, j’ai glissé ma main.

Dans la tienne, car je voyais bien par ton regard,

Que je devais faire le premier pas avant qu’il soit trop tard.

 

Nous avons alors commencé à échanger à nous fréquenter,

Sans précipitation, de la passion à l’amour, nous sommes passés.

Que de rires et de secrets nous avons partagés jusqu’à ce jour !

Où nous nous sommes dit « oui » au pied de l’autel pour toujours.

 

Tu es maintenant si légèrement vêtue.

Alors que moi, dans notre lit, je suis entièrement nu.

Mais, si cela fait ton bonheur, danse ainsi, ô, ma chérie.

Depuis que tu es avec moi, tout est si merveilleux dans ma vie.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Dans ma solitude

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Dans ma solitude

 

Tôt le matin,

J’ai eu un chagrin,

Car une lettre j’ai trouvée,

Que tu croyais avoir bien cachée.

 

Une missive qui m’a tout dévoilé,

De ta relation secrète avec ton employée,

Qu’avait-elle plus que moi? M’étais-je demandée.

Alors qu’au pied de l’autel devant Dieu tu m’avais juré fidélité.

 

Je voulais tant te donner de beaux enfants,

Fonder un foyer heureux où vivre sereinement,

Je serais restée à tes côtés beaux temps, mauvais temps,

Mais maintenant, je comprends que ce n’était que du vent.

 

Je me sens si seule en cette journée,

Qui pourtant promettait d’être ensoleillée,

Ne crois surtout pas que je me doutais de ta tromperie,

J’avais confiance en toi malgré tes mensonges et ta fourberie.

 

Ne t’en fais surtout pas pour moi, je survivrai.

Même si c’est dure de vivre avec un cœur blessé,

Mais avant de partir, je t’écris à mon tour une missive.

Qui saura te faire réfléchir et te mettre sur la défensive.

 

Un jour, tu comprendras ce qu’est d’être abandonné.

Sans savoir pourquoi alors que tu lui auras tout donné,

Et qu’un pieux serment de fidélité en une église prononcé,

N’a de valeur vraiment sacrée que s’il est respecté.

 

Dans ma solitude, j’ai réalisé au profond de moi.

Que j’avais fait dans ma tendre jeunesse un faux pas,

Maintenant, je m’en vais pour toujours sous d’autres cieux.

Car, dans le fond, vivre avec toi c’était loin d’être merveilleux.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada