Archives de tags | chagrin

Tu es parti, entouré d’amour

Repose en paix maître Merlin l’enchanteur

Tu es parti, entouré d’amour.

 

En cette fin de journée,

Prélude d’une si triste soirée,

Ton papa et ton oncle t’ont accompagné,

Vers le lieu où tu seras endormi pour l’éternité.

 

Tu as été sage durant ce long voyage,

Peut-être parce que tu te doutais bien vu ton âge,

Tu étais tel un prince entouré par ceux qui t’ont aimé,

L’un à ta gauche, l’autre à ta droite, comme pour te protéger.

 

Le soleil baissait tranquillement au lointain l’horizon,

Pendant que vers ce lieu, avec amour, nous t’emmenions.

Rendus sur place, formalités et papiers, nous avons réglés,

Avec chagrin, car nous savions que bientôt, tu nous auras quittés.

 

Nous attendions le moment redouté,

Où à ta souffrance, tout sera enfin terminé.

L’instant d’un appel semblable à une voix d’ange,

Nous avons compris que pour toi est arrivé un archange.

 

Celui qui te transportera là où t’attendent tes vieux copains,

Tes amis avec qui tu jouais comme le feraient des gamins,

Le sablier du temps nous paressa s’écouler si lentement,

Car tout a été fait avec attention et si délicatement.

 

Tu étais entouré d’amour alors qu’encore tu respirais,

Avec tendresse et les larmes aux yeux, je te caressais.

Pendant que ton papa, le cœur en lambeau, pleurait.

Alors qu’un silence rempli de paix nous entourait.

 

Tu es parti, entouré d’amour.

Celui de ton papa qui t’aimera toujours,

Celui de ton oncle qui t’aimera tout autant,

Salut Dame Plume car à elle aussi je pense tout le temps.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

Quelques câlins

Quelques câlins Poème de RollandJr St-Gelais Dessin par CapitaPerdu Source : https://www.deviantart.com/capitaperdu/art/Cuddling-860403365

Quelques câlins

 

Parfois, on se croit bien malin.

Loin de tout et sans aucun chagrin,

Sans crier gare, on tombe dans un ravin.

Un endroit inattendu sur le bord de notre chemin.

 

Inutile d’accuser autrui,

Les erreurs font partis de la vie,

On se croit invulnérable face aux imprévus,

En se persuadant d’avoir tout entendu et tout vu.

 

Puis, un faux pas, une erreur de parcours et de jugement,

Une décision futile alors qu’à soi-même on se ment.

Il en est ainsi de la vie, de nos nombreux parcours,

Pas meilleur que soi pour se jouer des tours.

 

Ce que j’aimerais entendre la voix de la douce Acadie celle de ma mère,

Quand elle me disait que de vivre c’est un peu comme aller à la guerre,

Chaque pas que nous faisons peut nous amener dans une cavité,

Où nous serons, pour un certain temps, quelque peu éberlués.

 

Inutile de se lamenter, il faut savoir s’assumer.

Inutile de se plaindre, il faut apprendre à se relever.

Inutile d’agir comme de jeunes enfants, des pauvres gamins.

Mais, ce que j’aimerais malgré tout avoir quelques câlins.

 

Quelques câlins pour me rappeler que je ne suis qu’un être humain,

Chaque erreur nous rappelle que nous ne sommes pas des êtres divins,

Quelques mots doux, quelques câlins me feraient pourtant tellement bien.

Quelques câlins qui résonneraient telle une mélodie, tel un doux refrain.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Dans ma solitude

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Dans ma solitude

 

Tôt le matin,

J’ai eu un chagrin,

Car une lettre j’ai trouvée,

Que tu croyais avoir bien cachée.

 

Une missive qui m’a tout dévoilé,

De ta relation secrète avec ton employée,

Qu’avait-elle plus que moi? M’étais-je demandée.

Alors qu’au pied de l’autel devant Dieu tu m’avais juré fidélité.

 

Je voulais tant te donner de beaux enfants,

Fonder un foyer heureux où vivre sereinement,

Je serais restée à tes côtés beaux temps, mauvais temps,

Mais maintenant, je comprends que ce n’était que du vent.

 

Je me sens si seule en cette journée,

Qui pourtant promettait d’être ensoleillée,

Ne crois surtout pas que je me doutais de ta tromperie,

J’avais confiance en toi malgré tes mensonges et ta fourberie.

 

Ne t’en fais surtout pas pour moi, je survivrai.

Même si c’est dure de vivre avec un cœur blessé,

Mais avant de partir, je t’écris à mon tour une missive.

Qui saura te faire réfléchir et te mettre sur la défensive.

 

Un jour, tu comprendras ce qu’est d’être abandonné.

Sans savoir pourquoi alors que tu lui auras tout donné,

Et qu’un pieux serment de fidélité en une église prononcé,

N’a de valeur vraiment sacrée que s’il est respecté.

 

Dans ma solitude, j’ai réalisé au profond de moi.

Que j’avais fait dans ma tendre jeunesse un faux pas,

Maintenant, je m’en vais pour toujours sous d’autres cieux.

Car, dans le fond, vivre avec toi c’était loin d’être merveilleux.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

Sous mon piano

Sous mon piano
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Sous mon piano

 

Étendue sous mon piano,

J’écoutais avec attention ces airs,

Qui, m’a foi, allaient tellement me plaire,

Rien jusqu’à ce jour ne m’avait paru si beau.

 

Consolée par un air de Mozart,

Qui connaissait tel un maître si bien son art,

Que les heures devinrent des minutes et celles-ci des secondes,

Tellement j’étais emportée par la douceur de ces ondes.

 

Laissant chaque note penser mon chagrin,

De ne point pouvoir épouser l’amour de ma vie,

Ce que l’injustice tant cruelle peut sembler si infinie,

Devant le fait accompli, je m’en suis remise à mon destin.

 

Emportée par la délicatesse de ces vagues sonores,

J’essuya les yeux de mes larmes et puis je dors,

Jouant dans mes cheveux à la couleur de satin,

Espérant simplement me réveiller au matin.

 

Sous mon piano, je caresse ma peau.

Sous mon piano, je rêve à un prince charmant,

Sous mon piano, je rêve d’avoir un jour de beaux enfants,

Sous mon piano, je vois celui qui est parti aux cieux tout là-haut.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Déesse échouée

Déesse échouée
« Déesse échouée » par Séléné Alsace Poème par RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Déesse échouée

 

Debout et nue du haut des cieux,

Elle regarde et n’en croit pas ses yeux,

Que s’est-il donc passé sur cette terre tant aimée?

Œuvre par excellence créée par Zeus son père adoré?

 

Les hommes sont ainsi faits,

Le mal réside en eux dès leur respiration est,

Car quoiqu’en disent certains gens ignorants,

Qui espèrent en l’homme un peu de bonté aveuglément.

 

Pourtant, elle rêve qu’un jour ou peut-être une nuit,

Les hommes extirperont de leurs cœurs l’orgueil et l’envie,

Et voient leurs semblables faits de chair et d’amour de la vie,

Des êtres fragiles parcourant tels des vagabonds un chemin infini.

 

Infini en pensées habitées par de terribles chimères,

De ces idéaux, de ces religions, sources de toutes les guerres.

De ces richesses tant convoitées pour du plaisir bien éphémère,

Pour lesquelles, enfants ingrats vendirent leurs pères et leurs mères.

 

Dressée telle une statue de marbre,

Elle dévisage tous ces êtres que l’on appelle humains,

Mais qu’ils n’ont d’humains que l’apparence, c’est certains.

Car par leurs œuvres, ils valent moins que le plus petit des arbres.

 

Sentant monter en elle la marée montante,

Marée de larmes et de chagrin si envahissante,

Ces larmes de peine déversées sur la glaise branlante,

De son nuage où elle fut prise d’une douleur accablante,

 

Douleur atroce éprouvant jusqu’à son âme lancinante,

Lui transperçant le cœur telle une lame tranchante,

Tombant dans l’eau froide de l’océan tournoyant,

Elle se trouva engloutie par le vide du néant.

 

Transportée au gré des vagues sur le lointain rivage,

Vers une douce plage de sable si fin n’ayant pas d’âge,

Déesse échouée à la peau de rose sur le sol bleuté par les étoiles,

Se laissant protéger par la brise de la mer tel un pudique voile.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada