Archives de tags | éternité

La chaise de bois

La chaise de bois Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Gb62da Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/The-chair-891540651

La chaise de bois

 

En ce samedi,

Je me suis promenée,

Afin de profiter de cette journée,

Sous le soleil qui avec joie m’éblouit.

 

Marchant avec lenteur sur l’herbe verte,

Songeant en cet instant de calme à tout et à rien,

Seule, sous le regard des arbres de feuilles d’or et d’airain,

Avec plaisir j’ai enlevé mes vêtements me laissant découverte.

 

À quoi bon me priver de cette intimité?

De ces dernières chaleurs de la saison estivale,

Succéderont l’automne et ses jours de plus en plus glacials,

Jusqu’à l’avènement de l’hiver et ses nuits qui sembleront une éternité.

 

Que vois-je? Me suis-je alors demandé.

Un souvenir lointain de ma petite enfance,

Une de ces pièces sorties de mon adolescence,

Une chaise faite de bois et d’amour à ce que l’on m’a raconté.

 

Voulant profiter des chauds rayons du soleil,

Je me suis assise avec délicatesse sur cette pièce de bois,

Ne sachant en ce moment quoi dire tellement j’étais sans-voix.

Est-il utile de dire un mot alors qu’il suffit de vivre une telle merveille?

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Bonjour les amis

Bonjour les amis Photo par Gb62da Poème par Rolland Jr St-Gelais Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Hi-friends-887045143

Bonjour les amis

 

Bonjour les amis,

Aujourd’hui, la vie me sourit.

J’ai simplement repris goût à la vie,

De cette vie que je croyais pour moi finie.

 

Mais, ce jour est béni.

Depuis que j’ai dit pleinement oui,

Au droit au bonheur en ignorant ceux qui m’envient,

Qui sait si demain je serai là sous le soleil qui éblouit.

 

Je lève la main non pour prendre, mais pour donner,

Ma main est levée, non pour accuser, mais pardonner,

Je lève la main pour vous offrir mes excuses si je vous ai offensés,

Je ne voudrais jamais quitter cette vie sans que l’on soit réconciliés.

 

La vie est bien trop fragile pour ignorer ce qu’est l’amour,

Les instants de joie sont précieux, car ils ne durent pas toujours,

La vie est ainsi faite que le temps de partir viendra chacun à notre tour,

Il faut alors savoir profiter de chaque occasion qui en vaut le détour.

 

Pour bien vivre, il faut savoir pardonner et se pardonner.

Pour bien vivre, il faut savoir tourner la page, mais jamais oublier.

Pour bien vivre, il faut savoir aimer et accepter d’être aimé.

Nous serons ainsi prêts, le moment venu, pour partir vers l’éternité.

 

Je vous dis au revoir,

Je reviendrai au courant de ce soir,

Car je veux profiter de ce jour avant qu’il soit trop tard,

À bientôt, mes chers amis, je vous embrasse tous bien fort.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Attendre, maintenant encore et toujours

Attendre, maintenant, encore et toujours Photo par Gb62da poème par Rolland Jr St-Gelais Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Waiting-882918331

Attendre maintenant, encore et toujours

 

Il est minuit moins le quart,

Oui, je m’aperçois comme il est tard,

Seule et perdue dans mes vagues pensées,

Je me questionne sur ma pauvre destinée.

 

Étais-tu vraiment mon âme sœur?

Celle qui allait calmer mes peurs?

Ou bien un être de court passage,

Qui laisse en mon cœur un triste présage.

 

Ayant pour m’éclairer une faible lumière,

Éclairée par une lampe que m’a léguée ma mère,

Tout en étant recouverte par le manteau de l’ombre,

Qui cache partiellement mes seins d’une drôle de pénombre.

 

Assise calmement sur une chaise de bois,

D’un bois qui me fait penser à cet homme mis en croix

Tellement cette lance me perce le cœur avec cruauté,

Par celui qui me disait vouloir vivre avec moi pour l’éternité.

 

Quel tissu de pieux mensonges,

Brisant à jamais tous mes rêves et mes songes.

Attendre maintenant, encore et toujours,

Après un impossible amour.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

La femme-chat

La femme-chat Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo avec la permission de Zorglube Source ; https://www.deviantart.com/zorglube/art/Kitty-881734093

La femme-chat

 

Quand j’étais garçon,

À l’école, j’apprenais bien mes leçons.

Car je ne voulais pour rien au monde rater une émission,

Qui passait régulièrement les samedis à la télévision.

 

Une émission de héros masqués et de malfrats bizarrement nommés,

Un homme riche et célèbre qui se transformait en chauve-souris,

Qui poursuivait les vilains lorsque vint la noirceur de la nuit,

Dès que brillait son symbole sur les nuages éclairés.

 

Parmi ces vilains, une femme étrange m’attira.

Même si en ce temps-là je ne comprenais guère pourquoi,

Femme de noir vêtu maniant allègrement le fouet dans ses mains,

À mes nuits d’adolescent, je rêvais d’elle jusqu’au matin.

 

Mordant à pleine dent mon pauvre oreiller,

Imaginant, chose inavouable, des actes bien intentionnés,

De ces rêves, j’ai vite compris que ma passion pour la femme était née.

Mais, attention! Véritable passion sans respect ne peut pas exister.

 

Une passion qui se développa à la fleur de l’âge en toute honnêteté.

Fleur de l’âge qui me fit saisir que la beauté de l’âme est supérieure,

À celle du corps même si parfois cela peut dépendre de son heure,

Femme-chat ! Maintenant, à mes yeux, de nouveau dévoilée.

 

Gracieuse femme-chat qui fit naître en moi ma passion pour la beauté,

La beauté de la femme qui résidera en mon cœur pour l’éternité,

Grand privilège qu’en secret vous m’avez accordé,

De savoir apprécier l’élégance de la féminité.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Souvenirs d’école

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Souvenirs d’école

 

J’ai parmi mes nombreux souvenirs d’école,

Le doux visage d’une fille qui s’appelait Nicole,

Était-ce Nicole ou bien Justine ou encore Marie?

Quoiqu’il en soit, je la trouvais tellement jolie.

 

À mon âge, je commence à avoir des troubles de mémoire.

Ce qui ne m’empêche guère de me rappeler tard le soir,

Ces belles jeunes filles qui ont peuplé ma tendre enfance,

Sans oublier toutes celles qui ont éveillé mon adolescence.

 

Mais, il y en a une que je n’oublierai jamais son visage.

Car sous ses airs angéliques, elle n’était pas toujours sage.

Elle et moi aimions souvent faire l’école buissonnière,

Nous prétextâmes que nous partions à la guerre.

 

Alors qu’en réalité, nous allions nous conter fleurette.

En marchant main dans la main dans les champs de pâquerettes,

Sans dire un mot sous le ciel bleu et en entendant les oiseaux chanter,

En souhaiter de tout notre cœur que cet instant allait durer pour l’éternité.

 

Que c’est étrange de ne pas pouvoir me rappeler de son prénom,

Ah que le fait d’avancer en âge peut quelquefois faire de moi un con.

Mais jamais je n’oublierai cet instant de pure joie, de pur bonheur.

Voilà ce qui m’apaise, me rassure, face à ma dernière heure.

 

Il y a pire dans la vie que le fait de ne pas avoir vécu,

C’est de ne pas avoir aimé celle que nos yeux ont vue,

Oui, j’ai avec grande tendresse aimé cette jouvencelle.

Mais, j’étais trop prude pour lui dire comme elle était belle.

 

Le temps de vivre sera bientôt terminé,

Mes beaux souvenirs, dans le néant, j’emporterai.

Sans effort, mes yeux fatigués, à jamais je fermerai.

Seul regret : mon amour dans mon cœur, l’avoir gardé.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada