Archives de tags | Vivre

Elle doit partir

Elle doit partir Photo par Gb62da Poème par Rolland Jr St-Gelais Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/She-has-to-go-884104508

Elle doit partir

 

Elle doit partir,

Pour éviter de souffrir,

Malgré tous ses espoirs envolés,

Avançant silencieusement sur le chemin tapissé.

 

Sur le chemin de cette terre battue,

En revoyant les promesses jamais tenues,

De ces paroles qui l’ont rendue presque folle,

De ces menaces qui l’ont empêché de prendre son envol.

 

Elle poursuit avec calme sa route,

Car elle ne veut plus subir une telle déroute,

En finir avec ses craintes et ses peurs, les menaces et les pleurs.

C’est le temps de prendre une nouvelle vie en cet instant en cette heure.

 

Laissant, derrière elle, ces sombres nuages,

Pour se diriger vers la lumière qui existe de tous les âges,

Ayant pour seule couverture sa peau douce comme le satin,

Et sa magnifique chevelure illuminée par le soleil au petit matin.

 

Partir au loin et ne jamais se retourner,

Aller toujours de l’avant et se faire une belle destinée,

Quitter à jamais ce lieu abandonné pour enfin se reconstruire,

Surgir de ce néant en un être nouveau afin de vraiment vivre.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Laisses-moi seule

Laisses-moi seule Poème par Rolland Jr St-Gelais DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Laisses-moi seule

 

Je n’ai rien à te dire,

Je ne veux plus souffrir,

Je veux simplement vivre,

Vivre chaque jour et enfin rire.

 

Rire de tout et de rien,

Je ne veux pas d’un vaurien,

Je veux toucher de mes mains,

Les splendeurs de la vie tel un festin.

 

Je porte sur moi le chandail que tu m’as offert,

Celui qui te fait penser à ta chère mère,

Mais, dans le fond, quelle galère,

Car je n’en ai rien à faire.

 

À partir de maintenant,

Je penserais à moi chaque instant,

Je vivrai chaque jour et chaque nuit assurément,

Car je me rends bien compte que rien ne dure éternellement.

 

Regarde mes yeux,

Dis-moi! Que vois-tu en eux?

Hé oui, tu ne seras jamais un dieu,

Encore moins un ange descendu des cieux.

 

Maintenant tu peux me laisser seule,

Je veux ressentir le parfum des tilleuls,

Ces fleurs qui me rappellent ma filleule,

De ces fleurs que l’on voit d’un coup d’œil.

 

C’est bel et bien terminé entre nous,

Il faut savoir en prendre son parti mon fou,

Car qui devait toujours supplier et se mettre à genoux?

Pendant que je te gâtais et tu me caressais mes cheveux roux.

 

Laisse-moi ! Laisse-moi !

Crois-moi, je n’ai plus besoin de toi.

Je n’ai jamais été ta reine même si tu te croyais être roi.

Enfin, je m’en vais loin de toi afin de vivre sous ma propre loi.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Viens plus près

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Viens plus près

 

Viens plus près,

J’ai un secret à te dire,

Quelque chose qui va te faire sourire,

Quelques mots qui vont te faire tellement plaisir.

 

Je porte en moi quelque chose de précieux,

Un être vivant se forme au fond de mon être,

Un être innocent qui attend en silence de naître,

Un enfant qui témoignera comme nous sommes amoureux.

 

Cela faisait si longtemps,

Que j’ignorais comment t’annoncer,

Cette nouvelle qui va notre vie tellement changer,

Il me suffisait de saisir la bonne occasion et le bon moment.

 

N’est-ce pas une bonne nouvelle?

Nous qui voulions depuis toujours fonder famille,

Remplir notre demeure de beaux garçons et de jolies filles,

Rien qu’à y penser, ô mon amour, me donne de grandes ailes.

 

Viens plus près ô mon chéri,

Que je sente ton corps sur le mien,

Donne-moi la chance de vivre ensemble ce destin,

Que cette nouvelle te remplisse de joie jusqu’à l’infinie.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Le bilan de cette première année de pandémie

Photo par phylactère Raina décembre 2018 à Québec

Le bilan de cette première année de pandémie

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien en cette dernière journée de l’hiver. Pour ma part, je dois avouer que je suis en période de réflexion très profonde. Une réflexion qui porte autant sur le déroulement de l’hiver qui se termine dans quelques heures que sur l’ensemble de cette année de la pandémie. Une année qui m’a permis de faire le point sur ce que j’ai fait, sur ce que je n’ai pas fait et sur ce que j’aurais du faire.

Tout d’abord, j’ai fait une action qui restera marquée au plus profond de mon être. Cette action a démontré en mon for intérieur que de porter secours à un être sans défense et qui devait faire face à une souffrance indescriptible est d’une grande noblesse. Une action à laquelle je n’avais jamais pensé qu’un jour j’allais poser. À cela s’ajoute le fait que j’ai vécu amplement chaque jour que Dieu m’a permis de vivre même si parfois le péché de la luxure était au rendez-vous. Que voulez-vous? À chacun, ses péchés mignons.

Ensuite, je reconnais que cette année m’a ouvert les yeux sur certains aspects qui m’entourent. Avais-je fait le bon choix dans mes fréquentations? Cette question est apparue à la suite du déroulement de la pandémie. Comme l’affirme si bien le dicton : « C’est en période de crise que l’on connaît le genre humain. » En effet, l’authenticité de l’individu ressort lorsque les barrières d’une vie normale en société ont été levées. C’est là que la décision de vivre de plus en plus dans une autarcie s’impose. Il y en va de notre survie à la fois physique et surtout psychologique.

Enfin, j’assume pleinement mes erreurs. Pourquoi donc? Tout simplement que cela fait en sorte que je suis ce que je suis au moment même où j’écris ces lignes. Il est aussi vrai qu’il y a de fortes chances que je serai différent dans un an jour pour jour. C’est ce que l’on appelle évoluer. Mais, au fait, que signifie évoluer? La réponse varie en chacun de nous.

En résumé, à l’image de Lot et de sa famille qui fuyaient le feu de Sodome, je poursuis mon chemin inlassablement. Poursuivre son chemin, car, hier n’est plus, demain n’existe pas encore, mais seul aujourd’hui peut faire une différence dans sa vie. Et, entre vous et moi, je n’ai nulle envie de me transformer en statue de sel.

Je vous souhaite une belle fin d’hiver et un magnifique printemps.

Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

Je relaxe

Je relaxe texte de Rolland Jr St-Gelais DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Je relaxe !

Aujourd’hui, j’ai décidé de prendre la vie comme elle est. L’accepter avec ses hauts et ses bas. En estimer sa valeur comme elle se présente et non pas faire en sorte qu’elle soit selon mes désirs. Vivre ma journée à chaque seconde, chaque heure et chaque période où je m’y trouverai.

Que la pluie tombe, j’en serai fort aise. Que la neige saupoudre la terre de sa blancheur, j’en serai aussi heureux. Que le soleil brille de ses couleurs et réchauffe ce dernier jour d’hiver, j’en serai comblé. L’essentiel, c’est de vivre et surtout d’apprécier la chance inouïe de pouvoir vivre de manière authentique.

En ce jour, j’agis avec attention en prenant mon temps tout simplement. Prendre mon temps avant que la vie normale reprenne son cours. Le cours de la vie artificielle. Celle qui est créée, façonnée et imposée par les règles sociales. Je devrais plutôt dire les règles antisociales puisque d’une part, elles correspondent de moins en moins aux besoins réels de l’être humain et que d’autre part, elles ne sont qu’un amalgame de théories destructrices de l’individualisme. C’est-à-dire de tout ce qui fait de l’homme, un homme, et de la femme, une femme.

Je relaxe ! Envers et contre tous, je relaxe. Contre vents et marées, je relaxe. Je relaxe simplement pour le plaisir de le faire. Le plaisir de vivre et non seulement d’exister.

Sincèrement !

Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada