Archives de tags | saints

Joliment voilée

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Joliment voilée

 

Coucou ma tendre chérie,

Tu voulais me faire une surprise cette nuit,

Et, crois-moi, qu’en cet instant tu as bien réussi.

Te voir portant un foulard telle une combattante aguerrie.

 

Les ombres caressant ta peau satinée,

Accompagnées par cette douce lumière tamisée,

Présentant à la perfection ton corps en toute simplicité,

Le corps d’une femme possédant une grande beauté.

 

Tu me regardes d’un œil curieux,

Que veux-tu bien me faire en ce lieu?

À te voir ainsi, je l’avoue, je deviens anxieux.

Connaissant tes goûts, loin de moi l’idée d’être peureux.

 

Ressemblant à un grand vizir,

Tu me dévisages avec un certain désir,

Voyant dans tes yeux un bien étrange plaisir,

Y décelant à travers ce voile un merveilleux sourire.

 

Me laissant admirer tes seins,

Qui rendraient jaloux le plus pieu des saints.

Jaloux de ne pas pouvoir les effleurer du bout de ses doigts,

Car, cruelle règle des Cieux, être chaste et puceau, telle est la loi.

 

Je me moque bien de mon ultime destin,

Car, qui sait ce que me réserve la fin de mon chemin?

D’ici-là, je poursuis ma route sans nuire à mon prochain,

Accompagné par toi mon amour pour la vie si tu le veux bien.

 

Allez ! Allez ! Ma belle maitresse.

Mon corps est au soin de tes caresses.

À moins que tu désires être entre mes mains,

Alors là, je te promets que tu seras comblée avec joie et entrain.

 

Tu sais te faire tellement désirer,

En restant ainsi sans dire un mot et sans bouger,

Pourquoi en serait-il autrement en cette chaude soirée?

Et si je peux dire une chose, c’est que tu es joliment voilée.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Je m’appelle Sandro

Je m’appelle Sandro Poème de RollandJr St-Gelais Dessin par CapitaPerdu. Source : https://www.deviantart.com/capitaperdu/art/Rythm-and-Blues-Sandro-837135133

Je m’appelle Sandro

 

Je m’appelle Sandro,

Je vis dans cette ville millénaire,

Qui a connu bien des amours et bien des guerres,

Je suis né dans ce pays où il fait toujours soleil et si chaud.

 

À chaque jour, en silence, je m’installe au coin d’une rue.

Bien évidemment, je choisie un endroit où j’aurais une belle vue.

Où je pourrais contempler toute la beauté des femmes étrangères,

Où j’entendrais les maris infidèles raconter leurs histoires mensongères.

 

J’ai joué bien des chansons d’amour,

Pour quelques sous pour me nourrir au jour le jour,

J’ai joué des chansons tristes pour des gens esseulés,

En des journées qui me paraissaient être une véritable éternité.

 

Pour certains, j’embellissais leurs quotidiens.

Dès que je jouais de ma guitare au petit matin,

Chacune de mes notes se transformèrent en couleurs,

Qui égayèrent pour un instant, pour une journée, leurs cœurs.

 

De ces couleurs magnifiques,

Il y en a une que je trouve magique,

C’est le bleu qui me rassure en ces temps incertains,

Car elle est aussi douce qu’une prière adressée aux saints.

 

Une prière que je récite pour ceux qui devant moi passent,

Qui vont chercher un peu de réconfort dans les chapelles,

Qui peuplent Rome, la pieuse, la splendide et la toute belle.

Et pour les enfants au cœur pur, jouer jamais je ne m’en lasse.

 

Je jouerai de ma guitare,

Du petit-matin jusqu’à tard le soir,

Car, sans les couleurs vivantes de mes chansons,

De ma vie bien modeste mais heureuse, j’en perdrais la raison.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Perdue dans ses rêves

Perdue dans ses rêves
Perdue dans ses rêves Par RollandJr St-Gelais Dessin par Daniel Lévesque

Perdue dans ses rêves

 

Seule dans sa chambre,

De sa chambre au couleur d’ambre,

De ces regards trop indiscrets, elle se voulait loin.

Afin de se donner ce plaisir en se prenant en mains.

 

Humectant ses doigts avec précaution,

Elle songeait à ses endroits de pure délectation,

Où elle saura se redécouvrir dans le calme des lieux,

Ayant que le reflet du miroir qui la recouvre tel un Dieu.

 

Ouvrant ses jambes pour y trouver cet étrange endroit,

Afin d’y jouer avec lenteur en y manipulant son doigt,

Y alterner son instrument tel un archet sur le fil,

En laissant germer de la jouissance d’une bonne fille.

 

Les yeux trahissant les pensées inavouables,

De ces idées alimentant ce plaisir si coupable,

Égarée dans ses songes, de ces visions, de ces nuits d’amour,

Où elle connut ces mecs qu’elle se rappellera pour toujours.

 

Se caressant avec fermeté les seins,

Gracieuseté venant des cieux par tous les saints

Refaisant avec entrain ces mouvements telle une vierge,

Elle ferma avec douceur les yeux pour mieux se perdre dans ses rêves.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Par tous les saints

Quels beaux seins
Quels beaux seins de Noble Roro de la France

Par tous les saints

Par tous les saints, quels seins magnifiques.

Par

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Certaines personnes trouvent leur religion au-delà des églises

Certaines personnes trouvent leur religion au-delà d'une église
Certaines personnes trouvent leur religion au-delà d’une église Texte par RollandJr St-Gelais Réalisation photo par David Hobbs Photography Modèle : JenovaxLilith Source : https://www.deviantart.com/jenovaxlilith/art/Some-find-their-religion-outside-of-a-church-634483278

Certaines personnes trouvent leur religion au-delà des églises

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien et que vous avez pu trouver des activités qui vous plaisent en vu du déconfinement graduel mis-en-place par les instances gouvernementales respectives. Pour ma part tout va bien. Chose étrange ! Le seul aspect négatif lié à cette période de confinement a été l’interdiction de se rassembler dans des lieux de culte. Vous le savez sûrement déjà mais j’avais pour habitude d’aller chaque dimanche à la célébration eucharistique à l’église catholique de mon quartier à Québec pour, ensuite, aller prendre un bon petit-déjeuner dans l’un des nombreux petits restaurants situés près de l’église. Une habitude que j’ai prise dès mon arrivé dans la capitale de la province du Québec.

Oui, je suis croyant, catholique et pratiquant et grand amateur de la bonne bouffe. Il n’y a aucun mal à cela. N’est-ce pas? Le fait d’agir ainsi à chaque dimanche me permettait de couper le lien, de manière symbolique, avec la semaine précédente pour débuter une nouvelle du bon pied. Ne dit-on pas que le dimanche est une commémoration de la résurrection du Christ par laquelle tout est renouvelé? Or, une telle pratique a été interdite par les instances gouvernementales afin de freiner la propagation d’un certain virus parmi la population et ainsi de protéger les gens ayant une santé précaire. 

Vous pouvez aisément imaginer la carence qu’une telle interdiction a amené chez votre humble serviteur. Or, ceci m’a amené à réfléchir sur un aspect de la foi. La foi se résume telle à se réunir une fois par semaine dans un édifice religieux aussi majestueux puisse-t-il l’être? Bien sûr que non. Pas plus qu’elle se résume à la récitation de milliers de prières et encore moins à porter des, permettez-moi cette expression, bondieuseries. Le fait de porter une croix autour de son cou ne fait pas de nous une meilleure personne. Mais, comment peut-on vivre la foi ou du moins une certaine forme de spiritualité? Voilà bien une question qui est la suite logique de la question posée précédemment.

Il est un fait intéressant à retenir que certaines personnes, dont le nombre est plus important que l’on pourrait même l’imaginer, trouvent leur religion bien au-delà des religions institutionnalisées et ce, peu importe leurs genres. Certes, bon nombre d’entre elles ont une connaissance limitée des ouvrages écrits par des êtres que l’on nomme des  »saints », tout en ayant adopté des règles morales fort louables. Tout comme de très nombreux individus qui se réclament être de grands croyants mais qui pourtant ont une ligne de conduite aux diapasons de la morale. Comme on dit au Québec, les bottines ne suivent pas toujours les babines. 

Toutefois, il existe en ce monde une cathédrale bâtie par nul autre que le créateur. Oui, j’utilise un langage d’un croyant en un Dieu ou si vous préférez en un être suprême dans le présent texte et c’est mon droit le plus stricte. Une telle cathédrale ne se trouve guère dans les grands centres urbains là où les gens sont souvent davantage préoccupés à suivre la cadence de la vie de consommation et même de surconsommation. C’est dans la nature qu’une telle cathédrale se trouve.

Une cathédrale dans laquelle nous pouvons nous recueillir et prier dans le plus profond de notre être. Prier sans dire un mot. Prier sans s’agenouiller. Prier sans la nécessité de porter un signe religieux de manière ostentatoire. Prier simplement en écoutant, en marchant et en profitant de l’instant présent. Cela ne coûte rien et nous apporte tellement de riches leçons de vie. Leçons de vie qui se retrouvent dans les livres saints de toutes les religions confondues depuis l’aube de l’humanité. Une humanité qui a vu en son sein de nombreux saints. Or, d’où ont-ils tiré leurs enseignements si ce n’est qu’au sein même de la nature, la cathédrale par excellence? Poser la question, c’est y répondre.

Je vous remercie pour votre attention.

RollandJr St-Gelais de la ville de Québec Canada