Archives de tags | septième art

Hommage bien mérité

Hommage bien mérité

Bonjour tout le monde,

J’ai appris comme un grand nombre de cinéphiles le décès de l’acteur de la Suisse alémanique monsieur Bruno Ganz. Un acteur qui, par des circonstances propres à ma géographie nord-américaine, fut découvert bien tardivement par votre humble serviteur. Comme plupart de mes compatriotes, j’ai eu la chance inouïe de découvrir cet acteur extraordinaire grâce à son interprétation remarquable d’un personnage qui laissa son empreinte de sang dans l’histoire de l’humanité. Vous devez sans aucun doute deviner que je fais référence à Adolf Hitler dont seule la mention de son nom rappelle les souvenirs les plus sombres qui soient.

Personnellement, j’ai été ébloui par son interprétation de ce personnage historique dans le film intitulé « la Chute ». Rien ne semblait avoir été laissé de côté afin de l’incarner de manière à favoriser chez les cinéphiles présents en salle une  symbiose entre d’une part, le contexte sociopolitique de l’Allemagne nazie qui tenta de survivre sous ses propres ruines et, d’autre part, la folie non seulement de cet homme mais aussi de ceux et de celles qui l’ont suivi sur les voies de la défaite. Un contexte sociopolitique où le peuple allemand s’enlisait de manière  irrévocable dans la souffrance et une folie de ce dirigeant qui n’aidait en rien à ce même peuple de s’en sortir avec honneur et dignité.

Comment pouvais-je passer sous silence le départ de cet illustre acteur vers le paradis des acteurs et des actrices qui de par leurs passions et leurs talents ont contribué à parfaire sans cesse l’un des plus beaux domaines artistiques qu’est le septième art ? Voilà la raison fondamentale de mon hommage envers cet acteur exceptionnel que fut monsieur Bruno Ganz au sein de mon blogue consacré à la nudité artistique, à la poésie et à la photographie. Or, qui dit photographie fait référence par ricochet au cinéma.

Merci de  m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Un petit plaisir tout simplement

Un petit plaisir tout simplement

Bonjour tout le monde,

Aujourd’hui, je veux vous offrir l’une de mes nombreuses découvertes sur le monde du nu artistique présenté sur le web. En effet, le web regorge de milles merveilles en ce qui a trait à ce domaine qui me passionne au plus haut point. Mes recherches ont surtout porté sur le nu artistique dans ce que l’on appelle familièrement le septième art, c’est-à-dire le cinéma, où il y trouve toutes ses lettres de noblesse.

En effet, le cinéma est fort probablement le lieu où la nudité est parvenue à être présentée de manière à la fois sereine mais également dénuée de fausse pudeur. À l’exception de la pornographie, vous en conviendrez, mais là n’est pas le sujet du présent article. Surtout dans des scènes où des artistes de renoms y ont joué des rôles adulés par la critique cinématographique. Parmi ces artistes, Emmanuelle Béart occupe une place bien particulière de par sa participation dans le film intitulé « La Belle Noiseuse » où elle joue le rôle du modèle vivant Marianne. Oeuvre cinématographique extraordinaire, réalisée en 1991, où la beauté féminine de cette actrice est accompagnée par la douceur musicale de Igor Stravinski.

Toutefois, mes recherches m’ont amené à découvrir l’ensemble des idées-maitresses de Emmanuelle Béart à propos de la nudité, de la sienne, dans le monde du cinéma. J’ai décidé de vous transmettre trois de ses idées qu’elle avait partagées dans le magazine français Paris-Match.1  J’y apporte bien humblement mon opinion personnelle, et ce dans le but de faire débat.

N’hésitez pas d’écrire vos commentaires afin que je puisse connaître vos opinions. Comme on le dit si bien, plusieurs têtes valent mieux qu’une.

Selon Emmanuelle Béart:

12208272_1031450326906741_7934140789677769399_n.jpg« Un corps nu est émouvant. Il y a une sorte de franchise dans la nudité. » Je suis entièrement d’accord avec cette idée. On ne peut jamais mentir lorsque l’on pose nu devant un groupe de personnes, à l’occasion d’une séance de nu artistique, ou bien lors d’une rencontre pour des photos avec un photographe. c’est à ces moments là que l’on présente toute sa fragilité et son humanité dans une intimité, disons-le franchement non-conventionnelle.

Il s’agit aussi « … d’une forme d’abandon des habits, à ce moment-là, comme s’ils n’étaient plus nécessaires. » Là encore, je suis d’accord avec une telle affirmation. Être sans mes vêtements devant les personnes présentes en salle est pour moi synonyme d’authenticité. C’est encore plus le cas lorsque j’enlève mes prothèses lesquelles ont été longtemps perçues soit comme un signe de réparation de la médecine face à ma situation physique, soit comme des instruments de conformisme social.

 

Enfin, elle affirme que “sans la rencontre avec les hommes de ma vie, je ne serais13932239_1220161914675345_1770995706_o pas la femme que je suis”. Hé bien moi, je peux vous dire sans aucune gêne que sans les femmes que la vie m’a permis de rencontrer, je ne serai pas là où je suis rendu aujourd’hui. Ce qui est vrai en ce qui concerne mon expérience dans le milieu de la nudité artistique puisque c’est justement grâce à une femme extraordinaire du nom de Marie-Pier Auger que j’ai pu me faire connaître en tant que modèle nu. De plus,  il ne faut pas omettre le fait que ma dernière séance photo, laquelle a eu lieu le 8 août dernier, fut réalisée par la plus grande photographe et un modèle nu féminin dans ce domaine au Canada. Elle est connue sous le pseudonyme de Phylactère.

Mon Dieu! Quel commencement et quel apothéose! Que ma vie est magnifique. C’est le moins que l’on peut dire. N’est-ce pas?!

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

1.http://www.parismatch.com/People/Cinema/Emmanuelle-Beart-Quand-je-pose-nue-il-n-y-a-rien-de-provocant-570216

Une autre de mes passions

Une de mes passions
Une de mes passions

Bonjour tout le monde,

Aujourd’hui, je désire vous parler de l’une de mes nombreuses passions, c’est à dire le cinéma. En effet, si je pouvais choisir lesquelles de mes passions préférées, c’est sans retenue que je peux affirmer que le cinéma occupe le haut du podium. Il est suivi de très près par le domaine musical et la nudité artistique. 

Il existe, vous vous en doutez bien, plusieurs raisons qui m’ont amené à faire une telle déclaration. Cependant je retiendrai seulement les trois plus importantes pour élaborer mon propos. L’objectif de cet article est une présentation sommaire d’une passion vécue par votre humble serviteur et non pas de rédiger un doctorat es lettres. 

Pourquoi donc suis-je passionné par ce que l’on appelle le septième art? Les raisons sont d’une grande simplicité. Tout d’abord, le cinéma est sans conteste le moyen le plus efficace qui soit pour faire sortir l’individu de sa torpeur saisonnière surtout lorsque la saison printanière tarde à se pointer le bout de son nez. Ce qui est particulièrement vrai pour l’ensemble des Québécois puisque notre hiver a été d’une longueur inhabituelle. Ensuite, le cinéma est un pont qui s’établit subtilement entre les générations. La sortie en salles des principaux personnages des bandes dessinées de Marvel, celles qui ont façonné l’enfance de milliers de personnes de ma génération, peuvent être connus, certes sous une forme que je qualifierais adaptée aux années 2010, par les nouvelles générations d’adolescents et même des plus jeunes en est un bel exemple. 

Je ressens un plaisir presque puéril lorsque je vais à l’une des salles de cinéma de ma ville pour assister à la projection de films de mes super héros de jadis. Je pense entre autres à Spiderman, Iron Man et Capitaine America. Quel bonheur quasi indescriptible que j’éprouve à les revoir, mais cette fois-ci sur un grand écran et parfois en projection 3D, et à tenter de découvrir le nœud de l’intrigue qui se situe aux antipodes de ce que j’avais imaginé jusqu’à la toute fin. Est-il utile de vous dire que j’ai assisté à la toute première présentation du dernier long métrage du film de « Capitaine America »?Oui, il y a beaucoup de propagande pro-américain dans ce type de réalisation mais la créativité y est indiscutablement bien réussie. Comme l’a si bien dit l’un des personnages les plus connus des cinéphiles;  » Il faut rendre à César ce qui appartient à César. » 

Enfin, le cinéma est l’outil par excellence pour à la fois connaître et comprendre les multiples facettes d’une société donnée à une époque précise de son histoire. J’ai, à titre d’exemple, le grand classique du cinéma québécois intitulé « Les ordres » lequel résume d’une manière impeccable les circonstances qui entourent les événements de la crise politique qui ont secoué le Québec en octobre 1970. Voir ce film est u pré requis indispensable pour toutes les personnes qui s’intéressent au réveil nationaliste du Québec.

Il va sans dire qu’il existe chez nos cousins français, que je salues chaleureusement car plusieurs d’entre vous lisent mes publications, d’excellentes réalisations cinématographiques qui relatent certaines périodes, hélas souvent sombres, de l’histoire française. Le film fantastique intitulé « Les misérables » dont Gérard Depardieu y a joué avec brio un rôle formidable est sans nul doute un exemple parfait qui illustre très bien mon affirmation. 

C’est un fait indéniable qu’il y a plusieurs autres types cinématographiques qui peuvent décrire l’époque dans laquelle un film sera tourné et produit. Un film sera souvent décrié comme une abomination à une décennie précise et reconnu comme un chef d’œuvre la décennie suivante, voir dans certains cas comme un film-culte dans l’histoire du cinéma. L’exorciste de William Peter Blatty est devenu l’icône du cinéma d’horreur puisque d’une part, il est le tout premier de ce genre à avoir osé aborder un sujet des plus tabous dans le domaine religieux qu’est l’exorcisme et d’autres part, c’est tout à son honneur, aucun film a réussi à l’égaler. On ne refait pas un classique. Qu’on se le tienne pour dit! 

Fort heureusement, le nombre de films produits pour le grand public a trouvé des maisons de production de qualité extraordinaire. Walter Disney aux États-Unis et Pathé de la France possède une notoriété dans ce domaine qui fait l’envie de plusieurs concurrents. 

En résumé, le cinéma est d’une certaine façon le reflet de l’âme non seulement de la société dans lequel un film quelconque est réalisé et produit. Il est aussi le vacuum émotionnel du cinéphile en panne de sensations, voir de sentiments vécus sur une période plus ou moins longue, et qui doivent impérativement être extraites de l’individu. Souvent son bien-être psychologique en dépend. 

Et vous?! Qu’en pensez-vous? 

Merci de m’avoir lu. 

Rolland St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada 

Une petite inspiration assez cocasse

Une inspiration assez cocasse!
Une inspiration assez cocasse!

Une petite inspiration assez cocasse

Bonjour tout le monde,

Vous devez certainement vous douter que je m’inspire beaucoup des différentes situations de mon quotidien pour y trouver des idées susceptibles d’orienter mes choix de publications dans mes blogues tant personnel, qu’artistique ou bien celui axé sur l’érotisme. Qui d’entre nous ne peut rester insensible à tout ce qui l’entoure? Recevoir une bonne nouvelle, admirer un couché de soleil, se promener sur la neige et même  rester bien sagement chez-soi en écoutant sa musique préférée peuvent constituer une source incroyable d’inspiration. Il en va ainsi lorsque nous vivons des moments plus difficiles propres à l’existence non seulement humaine mais aussi animale. Voir l’un de nos proches souffrir alors que nous sommes dans l’incapacité de lui porter secours, recevoir un refus de la part de l’être que nous aimons et qui nous fait découvrir jusqu’à tel point la solitude peut parfois être lourde dans nos cœurs et dans nos âmes, apprendre que nous sommes au prise avec une maladie incurable nous fait constater que la vie, notre vie, ne tient qu’à un fil bien mince, sont-là une autre source d’inspiration.

Pour ma part, j’ai été drôlement inspiré par une séquence du film à grand déploiement qu’est le « Titanic ». Soyez rassurés-es! Jamais l’idée de me pointer sur la poupe d’un paquebot m’est venu à l’esprit, et ce, que soit ou non en compagnie d’une femme. Par contre, la scène de la pose nue qui est devenue l’une des plus mémorable dans l’histoire du cinéma m’a donné l’idée de rédiger cet article en y incorporant la photo présentée ci-haut. «Pourquoi donc?» me direz-vous? Tout simplement parce que l’on a fait une courte référence à une dame, prostituée de son état et unijambiste, qui aurait semble-t-il posé nue à maintes occasions pour l’artiste alors qu’il se trouvait à Paris. Ville de l’amour, des arts et de la nudité et des nombreux clubs échangistes!

Quel est donc le lien entre ces éléments et votre humble serviteur? Primo, j’ai eu la chance de visiter cette ville extraordinairement riche au plan culturel et en diversité de pensées. D’ailleurs, ne la nomme-t-elle pas la ville lumière? Secundo, j’y suis allé en compagnie de l’une des dames avec qui j’ai eu l’opportunité de vivre des moments amoureux tout à fait sublimes. Ne dit-on pas que l’amour n’a pas de frontières? Tertio, j’ai posé également nu pour des artistes dont quelques-uns sont d’origines européennes et même américaines. Et, dernier élément, je suis tout comme cette dame atteint d’un handicap physique apparent. Ce qui, dans un cas comme dans l’autre, n’empêche pas de prendre la vie du bon côté et de s’ouvrir aux multiples opportunités qu’elle offre à chacun d’entre nous.

Personnellement, il serait bien de trouver d’autres artistes, surtout de sexe féminin , qui accepteraient de m’avoir pour modèle nu. Je parle ici de nudité intégrale, sans fausse pudeur, ni de vulgarité. En effet, il serait tout à fait approprié que mon portfolio puisse se garnir de nouvelles créations artistiques. Bref, vous pouvez correspondre avec moi en tout temps à mon adresse e mail que voici: modelevivantaquebec@live.ca

 Sincèrement

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

La nudité est un art admirable.

Bonjour tout le monde,

Je profite de mon retour dans le monde de la nudité artistique pour vous souhaiter une année 2014 remplie de paix, de bonheur, d’amour, d’amitié sincère et authentique sans omettre bien entendu l’amour. Il va sans dire que tous mes vœux seraient futiles si la santé en était absente. En effet, la santé est sans contredit la plus grande des richesses que l’Homme doit conserver le plus longtemps possible. Voilà pourquoi, je désire que chacun et chacune d’entre vous ait une excellente santé afin que vous puissiez accomplir tous vos rêves. Ce sont-là mes vœux pour la nouvelle année.

Je veux aujourd’hui partager avec vous un magnifique film sur la nudité artistique. À vrai dire, il s’agit d’un véritable petit bijou

Nudité artistique!

Nudité artistique!

réalisé au début du XXe siècle par un cinéaste français. Le fait de constater que la nudité peut être présentée avec tant de grâce, de respect et sans aucune fausse pudeur me comble de bonheur. À cela s’ajoute la qualité exceptionnelle d’un tel film surtout si l’on tient compte de l’époque de sa réalisation où les moyens cinématographiques étaient à des années lumières de ce que l’on retrouve maintenant dans la quasi majorité des maisons de production. Et que puis-je affirmer de la douceur musicale du piano qui accompagne allègrement l’agencement des photos où chaque modèle féminin nous fait grâce de leur beauté?

Cela me rassure d’avoir pu trouver une si belle réalisation. En effet, il existe malheureusement une multitude de vidéos tirées à partir de films pornographiques réalisées dans les maisons closes présentes tant à Paris que dans bien d’autres villes de la France à une époque où la prostitution était presque perçue comme une profession honorable. Loin de moi l’idée d’approuver ou de désapprouver un tel « métier » dans ce présent article puisque d’une part, un tel sujet ne fera jamais parti de ce blogue et que, d’autre part, la nudité artistique et la pornographie sont aux antipodes l’une de l’autre. Qu’on se le tienne pour une dit une fois pour toute. Par contre, la nudité artistique peut parfois se permettre d’offrir une certaine image où la sensualité et le charme sont présents mais à la condition sine qua none que le respect y soit de mise.

Nudité artistique!

Nudité artistique!

Un autre élément intéressant se rapporte à la primauté du noir et blanc dans la prise de photos lors de séances de poses nues. C’est une vérité indéniable qu’une photo de nudité aura tendance à être mieux réussie si elle est faite dans les différentes teintes de noir et  blanc. Je n’affirme pas que les photos de nues réalisées en couleurs ne peuvent pas être dignes d’intérêt car certaines d’entre elles, et je le reconnais avec grand plaisir, peuvent être extraordinairement bien faites. Toutefois, le milieu artistique a une prépondérance positive pour les photos en noir et blanc. Les goûts peuvent, quoiqu’en disent les puristes, se discuter allègrement mais ils ne peuvent en aucune façon être imposés.

Bref, j’adore plus que tout ce type de film où la nudité artistique est enfin présentée avec un charme, une prestance et une élégance qui rendent un réel hommage aux modèles féminins. Des modèles qui vivront éternellement grâce à la magie du septième art.

Merci de m’avoir lu.

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada