Archives de tags | baisers

Ne vous retournez pas

Ne vous retournez pas
Model is JenovaxLilith on DeviantArt Avec la permission de JenovaxLilith. https://www.deviantart.com/jenovaxlilith/art/Untitled-829788175

Ne vous retournez pas

 

Amour perdu,

En mon âme éperdue,

Dès cet instant je fus si agitée,

Dès le moment où j’ai vu votre beauté.

 

Beauté de femme si inaccessible,

Beauté de femme d’une pureté indescriptible,

Dans le secret de mon cœur je vous ai tant regardée,

Dans le gouffre de mon cœur touché je vous ai tant aimée.

 

De vos moindres traits, je me suis remémoré.

De la couleur de vos yeux, en mon âme, j’ai gravée.

De la blancheur de vos mains, je n’ai eu de cesse de rêver.

Afin de les perpétuer pour la postérité sur une toile vierge comme le blé.

 

Sous un air de Vivaldi, nos cœurs se sont rejoints.

Par quelques notes de clavecin jouées par mes fragiles mains,

Mes fragiles mains si habituées à peindre sur quelques tableaux,

De ces corps de femmes souvent nus sans pour autant être beaux.

 

Mais, c’est ayant traversé grande mer celtique.

Que j’ai pu enfin vivre une histoire d’amour si épique.

Sur cette île du pays breton que j’ai découvert le vrai amour,

Celui pour lequel nous nous souviendrons maintenant et pour toujours.

 

Tableau maintenant achevé,

Abreuvé par nos larmes et nos baisers,

Combien de fois j’ai voulu le brûler et le détruire,

Car une fois terminé loin de vous je devrai apprendre à survivre.

 

Je me souviendrai de nos corps enlacés,

Je me souviendrai du battement de nos cœurs,

Je me souviendrai tant de nos rires que de nos pleurs,

Je me souviendrai de la première fois où nos yeux se sont croisés.

 

Maintenant que mon œuvre est enfin achevée,

C’est le temps pour une dernière fois de nous enlacer.

Je crains de ne pas obéir à votre requête malgré ce temps froid,

Vous m’avez donné cet ordre : Dans vos pas, ne vous retournez pas.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Poème largement inspiré du film intitulé « Portrait de la jeune fille en feu »

J’aurais dû le savoir

J’aurais dû le savoir
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

J’aurais dû le savoir

 

J’aurais dû le savoir,

Que tout était qu’une histoire,

Une histoire d’une nuit, une histoire d’un soir.

Un conte de fée qui fut écrit sur une page blanche à l’encre noir.

 

Tu m’avais dit belles paroles,

De ces mots d’or qui vite s’envolent,

Je m’étais attaché à tes gestes d’amour,

Bien naïve d’avoir cru que cela serait pour toujours.

 

J’étais tellement bien seule,

À l’ombre du soleil sous le tilleul,

Lisant un roman dans la douceur de l’instant,

Profitant de chaque seconde s’écoulant lentement.

 

Tu es venu me trouver,

Avec ton regard langoureux,

De moi, tu me semblais être amoureux,

Avec ton air d’un gentil hors-la-loi tu as su me charmer.

 

Nous nous sommes revus à quelques reprises,

Par tes gestes si attentionnés, je fus de toi éprise.

Sans me douter mais avec du plaisir, je me suis laissé enjôler.

De ton corps d’Adonis de tout mon cœur je voulais tant y goûter.

 

Voyant mon désir en moi m’envahir,

Chez-toi tu m’invitas avec un profond soupir,

Comment aurais-je pu résister à ta belle masculinité?

Je voulais tant recevoir en moi ta si mystérieuse virilité.

 

Quelle belle nuit nous avions ensemble vécue,

Dans la chaleur de tes draps, nous étions bien nus.

Tel savoir-faire dans tes gestes pour m’amener au septième ciel,

Tendres baisers, doigts curieux, langue fouineuse avec la douceur du miel.

 

Tu me répétais sans cesse que tu m’aimais,

Qu’avec moi, tu vivrais maintenant et à jamais.

Tu me gavais de belles paroles et de chaude semence,

À tel point que je me sentais envahir par une incroyable démence.

 

Puis vint l’obscurité d’un sommeil réparateur,

Afin de pouvoir encaisser comme tu es si beau-parleur,

Car, vois-tu, une fois que tu es parti pour aller travailler,

Une lettre juste à mes pieds j’ai soudainement trouvée.

 

Une lettre signée par ta douce-moitié,

Par ta femme que tu semblais réellement aimée,

Et, à ce que j’ai pu finalement comprendre en la lisant.

Vous vivez, elle et toi, depuis longtemps avec vos deux enfants.

 

J’aurais dû le savoir dès l’instant où je t’ai vu,

Par tes lèvres, belle romance, tu savais bien racontée.

J’aurais dû le savoir dès le moment que tu me pénétras,

Depuis toujours avec mon cœur fragile, avec délice tu jouas.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

Dans la chaleur du moment

Dans la chaleur du moment
Superbe photo réalisée par James Fraser Voir son site sur https://www.deviantart.com/mtl3

Dans la chaleur du moment

 

Dans la chaleur du moment,
Je t’ai surprise l’espace d’un instant,
Entendant tes soupirs langoureux,
En rêvant de ton amoureux.

 

Espérant que j’étais l’heureux élu,
Celui à qui tu te montrerais nue,
Celui qui aura l’unique privilège,
De découvrir si tu es vierge.

 

Ce que je doute très sérieusement,
Car de nombreux gracieux courtisans,
Tu en as connu, je le crois évidemment.
Des hommes désireux de ta beauté sûrement.

 

Tu es entrée en silence dans mes songes,
Et l’envie de te faire l’amour sans cesse me ronge,
Ce désir de te satisfaire de mes baisers jusqu’à m’épuiser,
M’épuiser à force de vouloir avec passion et douceur t’aimer.

 

Dans la fraîcheur de la nuit,
Tu es venue près de moi dans mon lit,
Dans la moiteur de mes draps je t’ai sentie,
Mais les laudes sitôt sonnées, telle une brume tu es partie.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Ça me blesse

a me blesse
Photo par G.B. d’Allemagne Instagram gb62da et DeviantArt https://www.deviantart.com/gb62da

Ça me blesse

 

Qui a dit que les mots sont sans importance ?
Croyez-moi ! Ils peuvent tuer aussi bien qu’une corde de potence.
Je buvais ses paroles trompeuses comme l’on boit à la claire fontaine,
Moi qui lui offrais mon corps sans broncher à chaque nuit pour faire ma vilaine.

 

Que de gestes d’amour pur, je lui ai donnés.
Que de baisers sur le long de son corps je lui ai prodigués,
Que de ses fantasmes dont j’en ignorais même l’existence j’ai réalisés,
Toujours souriante, toujours belle, toujours prête tel qu’il me l’a demandée.

 

Ne me doutant point ce qui allait arriver en cet instant en cette nuit,
J’ai voulu lui faire une grande surprise qu’il s’en souviendrait toute la vie,
Arrivée dans son appartement, j’y ai trouvé une missive écrite par une étrangère,
Quelques feuilles parfumées et griffonnées à la main dont la teneur je n’en savais guère.

 

Quelques phrases à la main de jeune femme si bien composées,
Que de ma simple compréhension, je pouvais certainement pas en douter,
Des mots sensuels tournés en phrases sans équivoque pour la femme que je suis,
Des tournures de phrases que j’aurais pu faire tellement mon coeur comme le sien fut épris.

 

Coeur si épris mais comme on lui avait menti,
Mensonge, cruauté, hypocrisie sans omettre l’envie.
L’envie de tout quitter, de tout abandonner pour en finir,
Pour en finir avec cette douleur, cette torpeur qui m’a envahie.

 

Oui, cette lettre m’a blessée, presque tuée.
Alors que je lui avais donné mon attention sans compter,
Sans rien demander en retour si ce n’est qu’être entièrement blanc,
Mais ces phrases imprimées à l’eau de rose a enlevé en moi mon amour assurément.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Moment d’extase

Moment d'extase
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Moment d’extase

 

Moment d’extase,
Moment d’un véritable as,
Un as qui sait vraiment faire l’amour,
Un as que j’ai attendu depuis toujours.

 

En écoutant une chanson de Blondie,
Cette jeune dame aux cheveux blonds et jolis,
Qui chantait un rythme si entrainant et si joyeux,
Que mon amant et moi dansions avec des coeurs si heureux.

 

Au son des cloches qui annoncèrent sa douce voix,
Mon copain et moi se déhanchèrent à chacun de nos pas,
En nous dirigeant vers le lieu de nos étreintes et nos ébats,
Il était prêt à me faire jouir comme je l’étais à l’amener dans mes draps.

 

Des draps blancs comme neige qui se recouvriraient de nos sueurs,
De mes larmes en le suppliant de continuer sans cesse pour encore des heures,
Comme j’étais bien dans notre jardin secret dans ce lieu de délices et de péchés,
Comme je me sentais tellement femme sous ses tendres caresses et ses mille baisers.

 

Je sentais son parfum de France rempli de virilité,
Je ressentais en moi toute sa masculinité avec honnêteté,
Il ressentait ma vigueur quand mon corps accueillait son membre,
Il ne se doutait point que pour le reste de nos jours nous vivrons ensemble.

 

Car c’est en cette nuit quasi magique,
Que lui et moi avons vécu des instants féériques,
Que je lui ai offert tant mon coeur que mon corps de femme,
Pour lui dire par mes gestes si librement choisis comme je l’aime.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada