Archives de tags | vengeance

La reconnaissance

La reconnaissance par Rolland Jr St-Gelais

La reconnaissance

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien et que vous avez commencé le carême du bon pied. Pour ma part, je vais très bien. J’ai même eu la chance d’assister à la célébration eucharistique du mercredi des Cendres par l’entremise de l’internet. À ma grande surprise, je dois avouer que ce fut extraordinaire d’assister à cette célébration.

Ceci m’amène à répondre à une question fondamentale : qu’est-ce donc que le carême? Je parle ici d’un point de vue chrétien. Mais, peut-on faire carême en tant qu’agnostique ou même en tant qu’athée? Mais, avant toute chose, qu’est-ce donc faire le carême? Pour ma part, il s’agit de détourner le regard vers soi pour le tourner vers Dieu. Se retourner? C’est-à-dire prendre une autre vision que celle que l’on a de soi-même pour le diriger vers cet ailleurs qui nous dépasse.

Chose plus facile à dire qu’à faire? Tel un enfant, à qui l’on apprend à marcher et qui par manque de force dans les jambes et par manque de confiance en lui-même tombe à maintes reprises, il faut savoir user de patience et y aller avec parcimonie. Faire carême n’est pas non plus se mortifier et encore moins se délaisser des plaisirs de la vie. Bien au contraire! C’est prendre conscience de l’importance même de la vie et de celui qui en est l’origine et la fin, et qui est Dieu. Autrement dit, c’est de nouveau prendre connaissance de sa bonté, de sa grandeur et surtout de la dignité qui habite tous les êtres humains.

Le temps du carême est propice à une rétrospective de nos systèmes de valeurs qui nous incitent à agir de telle ou telle façon. Pour les églises chrétiennes issues du concile de Nicée, dont l’Église catholique et les églises orthodoxes, c’est le temps idéal pour mettre en pratique les trois piliers des ordres du Christ que sont le jeûne, l’aumône et la prière. Jeûner peut signifier apprendre à se passer de quelque chose qui est superflu pour notre survie. Faire l’aumône peut signifier être davantage ouvert à la misère d’autrui. Et la prière peut aussi signifier avoir une pensée pour les gens qui ont souffert et qui souffrent encore en cette période de pandémie. C’est à chacun trouver la façon de vivre le carême qui lui convient le mieux dans son état de vie. Et, comme disait si bien le prêtre dans son sermon du mercredi des Cendres : ‘’ Ça fait presque un an que nous vivons en pénitence, il serait difficile de trouver pire pour la plupart d’entre nous. »

Une personne qui serait agnostique ou athée peut-elle faire pénitence en cette période de carême? Personnellement, je ne vois pas où est le problème. En effet, il est facile d’extrapoler la notion même du carême à la notion même d’humanisme puisqu’il s’agit de prendre conscience de l’autre. Ne dit-on pas que l’Homme a été créé à l’image et à la ressemblance de Dieu dans le livre de la Genèse? Faire carême serait faire acte de présence de soi à l’autre, et ce quel que soient ses nombreuses différences.

En ce qui me concerne, l’élément le plus important en ce temps de carême est de prendre connaissance de la beauté de la vie dans chacune de ses parcelles. Ce qui semble difficile en ces jours où tout est axé sur le négativisme. Je conclus donc cette missive en retranscrivant le message du pape François à propos du temps du carême pour l’année liturgique 2021.

  • Jeûnez des mots offensants et transmettez des mots doux et tendres

  • Jeûnez d’insatisfaction et remplissez-vous de gratitude.

  • Jeûnez de colère et remplissez-vous de douceur et de patience.

  • Jeûnez des soucis et ayez confiance en Dieu.

  • Jeûnez des lamentations et prenez plaisir aux choses simples de la vie.

  • Jeûnez de stress et remplissez-vous de prière

  • Jeûnez de tristesse et d’amertume, et remplissez votre cœur de joie.

  • Jeûnez d’égoïsme et équipez-vous de compassion pour les autres.

  • Jeûnez d’impiété et de vengeance, et soyez rempli d’actes de réconciliation et de pardon.

  • Jeûnez des mots et équipez-vous de silence et de la disponibilité pour écouter les autres.

J’ajouterai à cela : cessez de vous plaindre, la vie vous sera plus agréable.

Merci de m’avoir lu.

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Je me vengerai

Séance de nudité artistique CEGEP de Drummondville 4 avril  2019

Je me vengerai

 

Debout ! Debout ! Debout !
Jamais, oh non jamais, je ne serai à genoux.
On me croyait mort et pourtant j’ai toujours survécu,
À vos vulgaires mesquineries et à vos esprits tellement tordus.

 

Vous avez tellement abusé de mon corps,
Pour vous enrichir et vous remplir vos poches d’or,
Vous avez mystifié sans honte de ma pure innocence,
Aussi loin que me portent mes souvenirs de mon enfance.

 

Avec mon cœur rempli de haine et ma jambe de fer,
Je vous chasserai loin de ma terre et vous précipiterai en enfer,
Avec mon visage de martial qui en a vu d’autres et mes bras aguerris,
Je vous extirperai de ma vie pour vous jeter dans les ténèbres de l’oubli.

 

Avec mon bois affûté par mes dents aiguisées en guise d’arme,
Je vous ferai coucher à terre et vous faire fondre en larmes,
Vous tremblerez de tout votre être d’une immense peur,
Et, croyez-moi, vous avez raison de vivre dans la frayeur.

 

Je m’amuserai avec votre chair ensanglantée,
Je jouerai avec vos dents de vos bouches arrachées,
Me remémorant vos supplications de vous prendre en pitié,
Mais, dites-moi, en aviez-vous lorsque vous avez de mon corps abusé ?

 

Ceci écrit, après m’être rassasié de vos carcasses.
Cela dit, de vos os j’irai signer à mon œuvre une dédicace.
Aussi fait, pour terminer mon œuvre de gloire et de vengeance.
Et baiser mes déesses chéries en buvant le vin des dernières vendanges.

 

De

 

RollandJr St Gelais
Québec (Québec)
Canada

Que puis-je dire de mes expériences de modèle nu?

Que puis-je dire de mes expériences de modèle nu ?

Bonjour tout le monde,

J’entre dans le vif du sujet. Cela fait plusieurs années que je suis modèle nu pour des écoles d’arts et des ateliers pour artistes amateurs et professionnels et, pourtant, il y a un sujet sur lequel je n’ai pas encore élaboré. Il s’agit dans son ensemble de répondre à cette question existentialiste : que puis-je dire de mes expériences de modèle nu ? Autrement dit, le fait de poser nu pour de tels endroits m’apporte-t-il quelque chose de bien précis qui enrichie d’une manière ou d’une autre mon existence ? Pour répondre à cette question, je me réfère à une discussion téléphonique que j’ai eu dimanche avec mon père. Veuillez noter que ce dernier reste très loin de la ville de Québec où je vis puis maintenant plus de vingt ans.

Oui, il m’arrive quelques fois de lui parler de mes cours séjours faits à Montréal dans le cadre de mes activités en tant que modèle nu. Il va de soi qu’il n’est pas nécessaire d’entrer dans les moindres détails, mais en glisser quelques mots semble l’intéresser tout en le rassurant que j’apprécie ce que je fais. Et, comme il le dit lui-même, faire un tour de temps à autres à Montréal change le mal de place. Or, nous avons discuté d’un événement qui a eu lieu au cours de mon enfance lequel m’avait passablement perturbé et je m’étais promis qu’un jour la vie me donnerait l’occasion de prendre une digne vengeance.

Bref, mon père et moi avions discuté lorsque ma défunte mère et moi étions allés à mon inscription d’école au début du mois de septembre en 1971. Le directeur d’école nous avait fait entrer dans son établissement scolaire par une entrée inaccessible pour les autres élèves, comme si j’étais un monstre dont il fallait les soustraire de leurs regards, afin de nous annoncer une nouvelle. Une nouvelle qui allait prendre la forme d’un coup de lance dans le cœur de ma mère. En effet, il l’informa qu’il ne pouvait pas m’accepter du fait que ma situation physique allait perturber certains élèves issus de classes aisées. Jamais de ma vie, l’humiliation se fit sentir dans les moindres parcelles de ma tendre mère. Vous pouvez me croire sur parole !  

Inutile de vous raconter le chemin du retour. Toutefois, la vie a fait en sorte que j’ai pu accomplir tout le contraire de ce que l’on avait prédit. Non seulement, j’ai complété un parcours académique fort remarquable mais, de surcroît, mon travail en tant que modèle nu pour les écoles d’arts et les ateliers pour artistes professionnels et amateurs a fait mentir le directeur de cet école. Non seulement, mon corps est loin d’être un phénomène que l’on devrait éliminer des yeux du public, mais il peut être considéré comme ayant un potentiel inouï pour la réalisation d’œuvres d’arts.

Bref, nonobstant le fait que mes expériences de modèle nu a favorisé la rencontre de gens formidables, de voyager un peu partout en province et de permettre de prendre en photos plusieurs des œuvres, lesquelles ont été utiles pour la rédaction de quelques-uns de mes articles, faites par des artistes ou bien des étudiants en arts et de parfaire mon savoir-faire dans ce domaine, il y a un élément en particulier qui en ressort. C’est que j’ai réussi à faire mentir ce directeur d’école. Quelle belle riposte de ma part !

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Un grand projet qui me tient à coeur

musee_des_beaux-arts_de_montreal

Un grand projet qui me tient à cœur

Cet article est dédié à mes parents qui ont cru en moi.

Bonjour tout le monde,

New Image6J’espère que tout va bien pour vous et que le début de votre semaine vous soit agréable. Pour ma part, tout va très bien. Le temps splendide que l’on a dans la belle région de Québec semble annoncer l’arrivée prochaine du printemps et le retour des beaux jours. Force est d’admettre que la saison hivernale actuelle a été jusqu’à maintenant clémente et que la neige blanche fut aussi peu abondante, du moins si on compare les précipitations de la présente saison avec ce que mon beau pays est habitué de recevoir. Mais, bon ! La saison est loin d’être terminée. Bien des surprises peuvent survenir dans les journées à venir. Je vous rassure, mon intention n’est pas de vous parler de la pluie, ni beau temps.

À vrai dire, il s’agit de la réalisation d’un projet qui me tient à cœur puisque d’unenew-image36 part, il sera l’aboutissement d’un effort constant et de longue haleine dans un domaine où, croyez-moi sur parole, jamais de ma vie l’idée d’y laisser mon empreinte n’était venu à mon esprit et que d’autre part, il marque de manière irréfutable la pleine reconnaissance de mon professionnalisme en tant que modèle nu pour des artistes tant amateurs que professionnels ainsi que pour les écoles d’arts au sein du Canada. En effet, je participerai en tant que modèle nu à une activité artistique organisée par nul autre que le célèbre musée des beaux-arts de Montréal ce jeudi 23 février. Ladite activité aura lieu dans le cadre d’une journée dédiée à initier des groupes de personnes, lesquelles sont tout de même triées sur le volet afin d’éviter une quelconque forme de voyeurisme, au monde du nu artistique, plus spécifiquement à la sculpture.

new-image37Une telle activité interpelle votre humble serviteur au plus profond de sa personne, et ce à juste titre. Tout d’abord, la chance d’avoir été choisi parmi un bassin de candidats potentiellement plus intéressants relève presque de l’impossibilité. Avouons-le ! Bien des modèles nus ont beaucoup plus d’expérience que moi sans oublier qu’ils demeurent pour la plupart dans la grande région de Montréal. Des facteurs à ne pas oublier dans l’obtention d’un tel contrat. Ensuite, l’opportunité d’y rencontrer des gens appartenant à des champs de compétences diverses est sans contredit le meilleur moyen mis à ma disposition pour accroître mes relations inter personnelles et, pourquoi pas ? de me faire de nouveaux amis ou du moins des nouvelles connaissances. Bienheureux celui qui sait ouvrir ses yeux à la richesse qui l’entoure, sa vie n’en sera que la découverte de milliers de merveilles. À vrai dire, mon expérience confirme très bien cet adage lequel est l’aboutissement de ma réflexion personnelle. Enfin, le fait d’avoir été choisi par cette prestigieuse institution canadienne constitue d’une certaine manière une douce vengeance sur un triste événement qui a marqué au fer rouge mon enfance.

À ce titre, je me rappelle qu’un directeur d’école m’avait refusé l’accès à son établissement scolaire pour la raison que, semblait-il, ma situation physique aurait pu déranger certains enfants dont les parents appartenaient à la classe bourgeoise alors celle de votre serviteur était reléguée à celle communément appelée du prolétariat. Après tout, mon père n’était qu’un simple contremaître d’une usine de transformation du fer tout en ne possédant aucune qualification universitaire.

new-image38C’est une réalité que je ne peux pas contredire. Toutefois, s’il y a une chose que mon père m’a apprise c’est bien de faire mentir ceux et celles qui voient en nous que la lie de la société. Oui, j’ai vu ma mère pleurer de chagrin, de honte, de colère et de révolte face à un tel affront de la part d’un directeur d’école. Oui, j’ai vu tout le désarroi jaillir de ses yeux lorsqu’elle n’avait pas su me répondre à cette simple question de ma part : « Pourquoi maman, ne veut-on pas de moi ? » Avait-elle cru que j’avais compris que l’on voyait en moi qu’une erreur de la vie ? C’est possible.

Et pourtant, la vie en a décidé autrement puisque je suis maintenant un modèle nu pleinement reconnu non seulement par mes pairs mais aussi par l’ensemble des institutions spécialisées dans ce domaine. Quelle belle riposte que je fais aux propos de ce directeur d’école en étant maintenant modèle vivant invité par une institution qui fait la fierté de la haute classe de la société canadienne. Mais, par-dessus tout, quelle belle leçon que la vie m’a enseignée lorsque ma mère et moi étions retourné vers la maison familiale. Retourner pour mieux revenir ! Revenir pour construire ma vie meilleure, et ce sans haine ni animosité dans mon cœur.

Merci infiniment de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Un précieux trésor

new-image21

Un précieux trésor

 

En cette journée exceptionnelle,

Où il entrevoit son prochain exploit,

Il en est fier et digne tel que le serait un roi,

De se savoir choisi parmi les plus beaux et plus les belles.

 

De sa nudité il en fera bon usage,

Sans honte, tel en ferait un vieux sage !

De son art, il prodiguera avec grand plaisir !

Partager sa passion telle est en vérité son seul désir.

 

Bras levés bien haut face au ciel,

Devant la beauté de la vie, quelle merveille !

Revoyant en mémoire tous les rejets de son enfance,

Il tire maintenant sans amertume une douce vengeance.

 

Des blessures d’adolescence,

Il peut en rire avec complaisance,

Car maintenant il est compté parmi les grands,

Et de ses pas hésitants, il en fit des bonds de géants.

 

Devant la foule irrésolue,

Il sera tel un enfant tout simplement nu,

Il lui offrira un corps possédant toute une histoire,

Où de ses yeux elle pourra le goûter tels les fruits du ciboire.

 

Goûtez-le ! Savourez-le !

Mais, avant toute chose aimez-le !

Car par amour pour son art qui vaut de l’or,

Qu’il vous offre une telle intimité tel un précieux trésor.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

P.S. Ce poème a été composé en pensant à ma prochaine prestation de nudité artistique qui aura lieu jeudi le 23 février au prestigieux musée des beaux-arts de Montréal dans le cadre d’une activité spéciale intitulée « Les jeudis des beaux-arts » où votre humble serviteur sera modèle nu pour cette occasion.