Archives de tags | été

Un peu de soleil

Un peu de soleil
Titre original de la photo : Orange Girl Good Avec la permission de spitting-to-windward https://www.deviantart.com/spitting-to-windward/art/orange-girl-good-830968183

Un peu de soleil

Bonjour tout le monde,

Il me fait plaisir de vous présenter une très belle photo d’un modèle nu féminin. Une photo qui m’a interpellé en cette journée d’hiver. Un hiver qui est tout de même assez tempéré pour ce qui est du climat hivernal typique dans la belle province qu’est le Québec. En effet, nous sommes plutôt habitués d’affronter des températures avoisinant les -30C en cette période de l’année alors que c’est plutôt assez doux. Soyez convaincus que je ne m’en plains pas.

Toutefois, cela ne m’empêche pas de songer à la beauté de l’été et de tout ce qu’il nous offre lorsque il arrive dans mon beau coin de pays. Je pense, entre autres, à la chaleur, aux paysages verdâtres, à la légèreté des vêtements et, bien entendu, aux magnifiques dames que je « caresserais avec mes yeux. » 1 Il est vrai que chaque saison possède des caractéristiques qui la rende à la fois unique et attachante. Unique par ses nombreux charmes et attachante puisque tôt ou tard, et qu’on le veuille ou non, on finit par y penser.

On y finit par y penser soit en écoutant une mélodie, soit à regarder des vieilles photos ou encore en se remémorant seul ou entre amis quelques-uns des souvenirs qui ont peuplé notre passé. En espérant qu’il s’agit de souvenirs heureux. En certaines occasions, et c’est notamment le cas, cela peut être en découvrant des réalisations photographiques à la fois simples et de bon goût. Ce qui est d’autant plus vrai lorsque il s’agit de réalisations où la nudité y est présente.

Voilà pourquoi j’ai décidé de présenter au sein de mon blogue artistique, il va de soi avec l’accord de l’auteur, cette superbe photo d’un modèle nu féminin. Une photo qui unit à la perfection la beauté de la femme, sa nudité, sa prestance tout en y incluant un léger soupçon d’exotisme. À vrai dire, j’ai tellement aimé ladite photo que je ne pouvais concevoir qu’elle ne soit pas suggérée parmi les plus belles photos dans ce blogue. Un blogue qui est devenu, vous en conviendrez, mon enfant chéri.

Je vous remercie de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

  1. Expression utilisée dans la chanson « Cafe on the Left Bank » composée par l’ex-Beatles Paul McCartney dans l’album London Town de 1978.

Ce n’est pas grand-chose

La rose
Photo par G.B. d’Allemagne Instagram gb62da et DeviantArt https://www.deviantart.com/gb62da

Ce n’est pas grand-chose

 

Bonsoir chérie,

Es-tu prête pour cette nuit?

De toi, si tu savais comme j’en ai envie.

Si tu le veux, cette nuit, maintenant et pour la vie.

 

Depuis bien des années,

Que nous nous sommes fréquentés,

Aussi loin que je puisse me souvenir

 Je t’avais remarquée grâce à ton beau sourire.

 

Nous sommes allés à la même école et dans la même classe,

Comme c’est incroyable ce que la vie si vite elle passe,

Je me rappelle comme ta main tremblait,

Lorsque pour te rassurer je la tenais.

 

 Pendant nos belles vacances d’été,

À la plage nous nous sommes tellement amusés,

Et pendant les jours de pluie, nous jouâmes à la cachette.

Sans penser une seule fois qu’un jour sonnera l’âge de la retraite.

 

Malgré nos disputes toujours idiotes et bien éphémères,

Nous revenions l’un vers l’autre comme la plage et les vagues de mer.

Car il y avait en nous un secret que nous n’osions pas nous avouer,

Une flamme qui animait notre cœur et qui se résume à celui de s’aimer.

 

Était-ce par crainte ou par une fausse pudeur?

Je crois bien qu’en ce temps, ce n’était pas la bonne heure.

Voyant le moment venu, j’ai choisi pour vivre un humble métier.

Celui que mon père m’avait par son exemple toujours montré.

 

Et de ton côté, tu as estimé bon de choisir une autre voie.

Bien entendu, je l’avoue que cela était ton plein droit.

Pour tes hautes études, tu es parti loin de moi.

Jamais je n’aurai cru un jour revenir vers toi.

 

Que de belles et suaves paroles gars des villes,

Ils t’ont gavée à satiété avec des pensées basses et viles,

Espérant dans le noir de leurs cœurs dans leurs pièges tu tomberais,

Mais dans leurs yeux aux desseins impures, de mon amour tu te souvenais.

 

Tu as bien essayé de faire en ce milieu ton chemin,

Mais tu n’y as trouvé qu’amertume et beaucoup de chagrin. 

Les jours et les nuits ont inévitablement défilé,

Marquant au feutre rouge les dates sur le calendrier.

 

Dès ton retour dans notre si beau village, tu m’as téléphoné.

Écoutant ta voix frémissante, tu voulais ce soir me rencontrer.

Nous devions mettre cartes sur la table pendant qu’il était temps,

Car dans le gouffre de nos âmes, un secret existait depuis trop longtemps.

 

Après notre modeste repas que nous avons si bien partagé,

Tu me confias avec une incroyable douceur que tu m’as toujours aimé.

C’est alors que je t’avouai que pour moi ainsi il en avait toujours été,

Alors pour la première fois, avec passion nous nous sommes embrassés.

 

Pour nos retrouvailles, je ne savais pas trop quoi t’offrir.

Mais je me doutais bien qu’une fleur te ferait sûrement plaisir,

Mais par un heureux hasard j’avais choisi la plus belle des roses.

C’est avec tout mon amour que je te l’offre même si ce n’est pas grand-chose.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Temps de solitude

Temps de solitude

Photo par G.B. d’Allemagne Instagram gb62da et DeviantArt https://www.deviantart.com/gb62da

Temps de solitude

 

Sous un air d’allegro,

Je contemple la neige pure,

Tomber sur le lac au couleur d’azur,

Comme tout est calme et tout est beau.

 

Je revois en pensées,

Cette nuit que nous avons passée,

À nous écouter, à nous explorer et à nous aimer,

Avec des mots d’amour que je t’ai dit ma toute beauté.

 

Déjà nous sommes à quelques jours de ce magnifique Noël,

Un temps de paix, un temps de joie, de chansons et de ribambelles.

Paix aux hommes de bonne volonté ! Dit-on en cette occasion.

Échanges de bons vœux et accolades données à profusion.

 

Mais, comment pourrais-je être réellement heureux?

Comme pourrais-je en ce temps de réjouissance être joyeux?

Alors que je devrais me retirer loin de ton regard et toi du mien,

Ne crois pas que cela me fait plaisir car il en n’est vraiment rien.

 

Qu’il est difficile d’être des amants de nos jours,

De pouvoir avec grande liberté manifester notre amour,

De pouvoir vivre sous les cieux ce que nous sommes en vérité,

Mais voilà pour deux adultères le prix qu’ils doivent hélas payer.

 

Ô solitude ! Triste et lourde solitude !

Que tu es si lourde à supporter et ta main si rude,

De cette liaison immorale, j’en subis toute la servitude.

Immoral, je le suis! Et d’’autant plus grave que jadis j’étais garçon si prude.

 

Mais, je suis entré dans ta vie de femme tel un fantôme.

Et toi dans ma vie d’homme tant par ton charme que ton arôme.

Que je devinais en humant avec prudence ton léger parfum de rose,

Alors que nous prenions l’un à côté de l’autre quelques instants de répit à la pause.

 

En plein été et entre deux cours de dessin au fusain,

De mes dessins, de mes croquis réalisés avec mes mains,

Qui tremblèrent par la crainte indescriptible de ne pas rendre justice,

À la grâce de ton corps témoignant de tes origines aux mille épices.

 

En cette journée de fin d’année

Très loin est de moi l’envie de fêter

Même si je ne sais pas comment ni le dire, ni l’avouer,

Je désire te serrer dans mes bras et de mon amour t’exprimer.

 

De

 

RollandJr St Gelais

Québec (Québec)

Canada

Liens

Liens
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Liens

 

Depuis que je suis née,

Ainsi on m’a élevée, éduquée,

À toujours obéir aux ordres donnés,

Céder aux caprices même ceux que je ne peux nommer.

 

Déjà toute petite,

Je croyais être maudite,

Car au lieu de jouer et de m’amuser,

Je devais sans cesse, encore et toujours travailler.

 

Devenue adolescente,

Cet âge où mon corps pouvait engendrer,

Alors que mon âme est presque celle d’un nouveau-né,

Les maîtres de ma mère me firent connaître aux enfers la descente.

 

En me vendant à un pervers,

À qui je devais en tout temps plaire,

Pour venir en moi, cela ne le gênait guère,

Beau temps, mauvais temps, printemps, été, automne et hiver.

 

Voyant que je ne pouvais lui fournir marchandise à vendre,

Il me vendit à une famille possédant grande propriété,

Sur laquelle je devais récolter le maïs et le blé,

Au-moins, jamais on n’y toucha mon ventre.

 

Je suis devenue aussi forte et robuste qu’un chêne,

Car sous le soleil des champs cultivés, j’ai connu que les chaînes.

Les chaînes mises au corps sont certes très lourdes à supporter,

Mais celles érigées à notre âme sont les plus ardues à briser.

 

J’en parle en connaissance de causes,

Car pour avoir osé élever la voix cette fois,

Pour mettre défendue contre cette unique voie,

Celle de toujours obéir sans prendre aucune pause.

 

Les vigiles m’ont attachée à ce poteau,

Afin d’y recevoir le fouet qui arrachera ma peau,

Jambes écartées et torse nue, j’entends déjà rire ces écorcheurs,

Qu’un ange vient défaire ces liens! Voilà la prière que je fais avec cœur.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Coup de vent

Photo par G.B. d’Allemagne Instagram gb62da et DeviantArt https://www.deviantart.com/gb62da

Coup de vent

 

Enfin, quelle belle journée,
En ce si superbe et chaud été,
Où tout est si beau et tellement parfait,
Où tout est si joyeux et tout aussi gai.

 

En cette chaude soirée je suis venue,
Pour être devant vous sans gêne nue,
Pour votre plaisir mais davantage le mien,
Car je suis fière surtout de mes magnifiques seins.

 

Être heureuse en cette saison,
Ça va de soi comme de raison,
Être vraiment bien dans sa peau,
Comme un poisson dans l’eau.

 

Ce n’est pas tellement compliqué,
Il suffit tout simplement d’essayer,
Avec patience et un jour à la fois,
De cesser de craindre et d’avoir la foi.

 

Me voilà donc assise pour cette pose,
Mais, j’aimerais bien vous demander si j’ose,
Fermer cette fenêtre aux couleurs d’antan,
Car j’ai un peu froid avec ce coup de vent.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada