Archives de tags | au revoir

Bonjour les amis

Bonjour les amis Photo par Gb62da Poème par Rolland Jr St-Gelais Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Hi-friends-887045143

Bonjour les amis

 

Bonjour les amis,

Aujourd’hui, la vie me sourit.

J’ai simplement repris goût à la vie,

De cette vie que je croyais pour moi finie.

 

Mais, ce jour est béni.

Depuis que j’ai dit pleinement oui,

Au droit au bonheur en ignorant ceux qui m’envient,

Qui sait si demain je serai là sous le soleil qui éblouit.

 

Je lève la main non pour prendre, mais pour donner,

Ma main est levée, non pour accuser, mais pardonner,

Je lève la main pour vous offrir mes excuses si je vous ai offensés,

Je ne voudrais jamais quitter cette vie sans que l’on soit réconciliés.

 

La vie est bien trop fragile pour ignorer ce qu’est l’amour,

Les instants de joie sont précieux, car ils ne durent pas toujours,

La vie est ainsi faite que le temps de partir viendra chacun à notre tour,

Il faut alors savoir profiter de chaque occasion qui en vaut le détour.

 

Pour bien vivre, il faut savoir pardonner et se pardonner.

Pour bien vivre, il faut savoir tourner la page, mais jamais oublier.

Pour bien vivre, il faut savoir aimer et accepter d’être aimé.

Nous serons ainsi prêts, le moment venu, pour partir vers l’éternité.

 

Je vous dis au revoir,

Je reviendrai au courant de ce soir,

Car je veux profiter de ce jour avant qu’il soit trop tard,

À bientôt, mes chers amis, je vous embrasse tous bien fort.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Bouquet champêtre

Bouquet champêtre Poème de RollandJr St-Gelais Peinture de Maryse Veysseyre de la France

Bouquet champêtre

 

Ma mère avait un magnifique jardin

Dont elle aimait prendre soin chaque matin

Elle arrosait les belles fleurs qu’elle avait plantées de ses mains

Et de ses yeux ébahis par tant d’attrait elle cessait de penser au lendemain.

 

Ce matin passé dans son jardin pouvait être son dernier

Puisque ses jours lui étaient malheureusement comptés

Mais ces fleurs lui rendaient par leur beauté son amour de la vie

Un souvenir qu’elle amènera le jour fatidique où elle partira vers l’infini.

 

En ces journées d’un été si beau, si chaud.

Elle savait que le jour de son départ viendrait bientôt

Étrangement, elle avait fait un grand ménage.

Comme si elle savait qu’arriverait la fin de son voyage.

 

Elle n’avait rien laissé au hasard,

Ses papiers réglés, ses factures payées.

Ses vêtements fraîchement lavés et remisés

Demain aurait peut-être été trop tard.

 

Les jours passèrent comme poussière dans le vent

Ce jour redouté arriva, où la mort, par belle clémence.

Est venue soulager par sa présence cette grande souffrance

Elle prit la vie de l’être cher qui était ma bien tendre maman.

 

Les fleurs du jardin semblèrent tellement affligées

De l’absence subite de leur jardinière attentionnée

Qu’elles finirent par se faner dans les jours précédant

De leur mère adoptive, l’enterrement.

 

En cette église où se réunirent la famille et la parenté

Les quelques proches qui l’avaient tellement aimée

Venus lui dire un dernier bonjour, un tendre au revoir

Qu’on le veuille ou non, arrivera tôt ou tard notre dernier soir.

 

J’ai été désigné pour lire la Bonne Nouvelle

Celle qui annonce une vie si belle et éternelle

Je me dirigeai vers l’autel avec le respect qu’il se doit

Le cœur lourd, mais avec fierté de ce privilège, y avoir droit.

 

C’est en lisant avec grande attention les saintes Écritures

Que j’ai vu que les fleurs suivront ma mère dans son aventure

Car elles ornèrent sa tombe de leurs plus belles parures

Comme un gage de leur amour envers son âme si pure.

 

Tel un bouquet champêtre!

Leur présence vint adoucir mon mal être

Celle qui aimait tant ces fleurs au parfum divin

Sera accompagnée d’un magnifique jardin.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Lourd silence

here_comes_the_sun_by_rickb500_dd2wk3v-pre
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Lourd silence

 

Les images du passé viennent me hanter,
Les reflets de mes émotions apparaissent dans mes nuits d’été,
Que t’ai-je donc fait pour que tu me quittes sans me dire au revoir ?
Que de questions en mon esprit surgissent dès que tombe le soir.

 

Ne t’ai-je pas offert tout ce que je suis ?
Ne t’ai-je pas aimé jusqu’à t’amener dans mon lit ?
N’ai-je promis tout le meilleur de mon être et de mon âme ?
Ne t’ai-je pas tiré de cet Enfer d’amertume bondé de flammes ?

 

Je suis las de cette vie sans goût et sans envies,
Perdue dans mes songes qui enivrent tous mes esprits,
Immobile face à la fenêtre attendant ta venue qui tarde,
Figée devant ces fleurs qui avec étonnement me regardent.

 

J’ai si froid sous ma blanche chemise,
Mes larmes coulent avec légèreté telle la Tamise,
Pleure mon corps nu face à ces fleurs qui l’encensent,
Désemparée devant le fait accompli, je succombe dans ce lourd silence.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Déjà la fin

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Réalisation photo par Phylactère

 

Déjà la fin

 

Les jours raccourcissent, 

Alors que le temps rétrécisse, 

Dans le sablier au sable fin, 

Glissent les blancs grains.

 

Les couleurs vives de la vie, 

Sont remplacées la sombre nuit, 

À la chaleur de nos amours torrides, 

Prend place le froid de la solitude aride.

 

Les rires des enfants, 

Semblent se taire indéfiniment, 

Et le chant mélodieux des oiseaux multicolores, 

Quitte nos forêts boréales vers de lointaines aurores.

 

Et pourtant nous sommes immobiles, 

Figés dans l’encre du temps indélébile, 

Nus comme des vers surpris par l’arrivée de notre hiver, 

Mais en attendant, voici l’automne rougeâtre absent de vert.

 

C’est déjà le temps de se dire au revoir, 

À la pénombre mystérieuse du soir, 

Où se cachent farfadets de nos bois, 

Se cachant des animaux aux abois.

 

Dis-moi, chérie !  

Comment sera l’automne prochain ? 

Puis-je lire les lignes de ta tendre main ? 

Même si c’est la fin, rien n’est vraiment fini.

 

De

 

RollandJr St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada 

Je ne t’oublierai jamais

Maker:S,Date:2017-12-23,Ver:6,Lens:Kan03,Act:Lar02,E-Y

Je ne t’oublierai jamais

 

Pendant mon voyage,
Alors que j’avançais en âge,
Une période de joie et de bonheur,
Tu avais choisi ce moment comme ton heure.

 

Dans le silence d’une nuit,
Tu as décidé de laisser ainsi la vie,
Sans faire de bruit tu as quitté cette terre,
Pour aller rejoindre celle de tes sœurs et frères.

 

Me laissant avec mes souvenirs,
Ceux qui me réconfortent et me font sourire,
De ce temps où tu étais légère comme une plume,
De ce temps qui disparaît de ma mémoire telle une brume.

 

Avec les journées qui ont passées,
Tu es devenue belle chatte apprivoisée,
Que j’aimais caresser avec mes mains imaginaires,
En écoutant ton ronronnement qui égaya les tristes soirs d’hiver.

 

De tes espiègleries bien innocentes,
Qui me récomfortaient de mes moments de solitude,
Durant les temps où mes amours ressemblèrent à des femmes si prudes,
Et que les jours passèrent dans des douleurs si accablantes et lancinantes.

 

Installée avec confort près de moi,
Je te flattais avec la douceur d’un noble roi,
Te prenant parfois dans mes bras l’espace d’un court instant,
En respectant ton désir légitime de ne point être trop insistant.

 

Puis vient le temps de nos étés,
De ces rares périodes de grandes festivités,
J’y allais avec plaisir mais comme de raison avec précaution,
De voir à tes besoins comme il se doit avec attention.

 

Car jamais il n’aurait été question d’oublier,
Toutes ces simples promesses auxquelles à toi j’étais lié.
De voir en tout temps à ton bien-être sans omettre de te choyer,
Ce que je fis avec amour à chaque jour où tu étais avec moi mon adorée.

 

Maintenant que tu n’es plus en ce monde,
Ni en mon cœur blessé et qui s’effondre,
Tu es partie sans me dire au revoir,
Alors que je te revenais au soir.

 

Sur la route du retour comme le voulait mon destin,
J’ai ressenti sur le pavé chaotique cet ultime chagrin,
Celui, ô combien cruel, ne pas t’avoir dit comme je t’aimais,
Et sache Dame Plume qu’au plus profond de moi je ne t’oublierai jamais.

 

De

 

Rolland St-Gelais
Québec (Québec)
Canada