Archives de tags | existence

Mon aventure

Mon aventure Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Work-is-done-915256884

Mon aventure

 

Laissez-moi vous raconter.

Ce qui m’est arrivé au cours de cet été.

Je suis allé me promener à la belle campagne.

Avec, dans mes bagages, une bouteille de champagne.

 

Libre comme l’air, je parcourais les villages environnants.

En profitant du bon temps tout en découvrant des gens étonnants.

Toujours le sourire aux lèvres, ils témoignèrent d’une joie de vivre remarquable.

Puis, soudain, j’y ai trouvé une auberge où l’on y servait de mets savoureux aux tables.

 

Ventre affamé n’a point d’oreilles ! dit-on. Bel endroit pour y prendre un repas.

Pourquoi voyager si on ne peut pas déguster de ces régions leurs meilleurs plats ?

Ne pouvant résister davantage, j’ai succombé à la tentation de la gourmandise.

En ne me doutant pas que j’y allais y vivre une féérique surprise.

 

Aussitôt arrivé en ce lieu fort sympathique, je me dirigeai près du foyer.

Un feu abondant permit à l’humble visiteur que je suis de s’y réchauffer.

Une grande dame de belle allure vint alors à moi avec un je-ne-sais-quoi.

Pour m’offrir une boisson de cette contrée qui d’un bouquet exquis m’étonna.

 

En guise d’entrée, je pris un potage propre à cette adorable région.

Suivi par une tranche de viande de sanglier avec quelques lardons.

Le tout accompagné de légumes qui agrémentèrent ce festin de leurs saveurs.

Cependant, je ne prévoyais pas le dessert qui allait venir en pareille heure.

 

Dans un silence absolu, après avoir versé quelques rasades de ce nectar délicieux.

Mon hôtesse ferma à double clé les portes afin que nous soyons les seuls en ce lieu.

Se retournant vers moi, elle me fit signe avec sa main de la suivre sans plus attendre.

Jamais de ma vie, j’aurai pensé, en aucune occasion, connaître un moment si tendre.

 

 

Sur la paille fraîchement étalée, elle s’était étendue frêle et nue.

De toute mon existence, rien n’était plus beau que j’avais vu.

Dans un élan de passion, nous avons succombé à la luxure.

Comme il fait bon de vivre à la campagne avec cet air si pur.

 

Mais, toute bonne chose a une fin ! disait ma défunte mère.

En effet, je devais me rhabiller avec en mon cœur un goût amer.

Ma balade alla bientôt se terminer en cette admirable journée.

Un jour qui restera pour toujours, en mon âme, gravé.

 

Avant de partir, il allait de soi lui demander mon addition.

Elle me répondit que mon savoir-faire suffisait en une telle occasion.

Que ma notoriété dans l’art de faire l’amour est connue des alentours.

Et qu’elle se remémorera de cet instant magique à jamais et pour toujours.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

C’est quoi vivre ?

C’est quoi vivre ? Texte de Rolland Jr St-Gelais Modèles : Laina Bearr & JenovaxLilith Photographe : Francisco Vazquez Source : https://www.deviantart.com/jenovaxlilith/art/red-hot-915002906

C’est quoi vivre ?

Vivre, c’est être passionné par ce que l’on fait. C’est d’être capable d’aimer l’autre surtout dans ses différences afin de l’extirper des profondeurs du néant. C’est être apte tant à recevoir qu’à donner une caresse qui mettra du soleil dans son quotidien. C’est pouvoir manifester sa tendresse le plus simplement qui soit. Vivre c’est avant toute chose être envouté par la vie.

Car, vivre sans passion, c’est mourir chaque jour. Vivre sans amour, c’est disparaître dans les limbes. Vivre sans caresse, c’est perdre peu à peu la conscience de son existence. Vivre sans tendresse, c’est se consumer dans le feu de la détresse.

De

Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

 

Depuis qu’elle est fermée

Depuis qu’elle est fermée Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/They-closed-the-line-913747929

Depuis qu’elle est fermée

 

En cette journée d’été, je suis allé,

Dans les bois feuillus, me promener.

À la campagne où mon père jadis m’y amena.

Avec sa voix chaleureuse, ses souvenirs, il me raconta.

 

Ses souvenirs de jeunesse,

Une époque remplie de jolies déesses.

Où il fit la rencontre de sa bien-aimée.

Une femme qu’il avait aimée jusqu’à la marier.

 

Ensemble, ils vécurent des jours heureux.

Ils étaient loin d’être riches sans être nécessiteux.

Mon père était un fier conducteur de locomotive.

Ma mère s’occupait de la boutique d’eau vive.

 

Il amenait les voyageurs de grand chemin.

Il en revoyait quelques-uns, selon leur destin.

Elle veillait avec grand soin au bon train des affaires.

Elle attendait le retour de son amour à l’autre bout du chemin de fer.

 

J’imagine bien que parfois.

Dans un élan de cœurs en émoi.

De retour d’un long voyage vers une terre étrangère.

Il arriva sur le seuil de la porte, celui qui deviendra mon père.

 

Dans un élan passionnel,

Sans dire un mot, il amena sa belle.

Vers la chambre où ils s’unirent d’un amour véritable.

Sans se douter qu’il y aurait plus tard un enfant à leur table.

 

Fruit inattendu de leur amour.

Ils me comblèrent d’affection nuit et jour.

Ils m’ont transmis leurs valeurs et leur foi chrétienne.

Elles m’ont toujours servi quoiqu’il advienne.

 

Les années passèrent à la vitesse de l’éclair.

Un bonheur brisé par le départ vers les cieux de ma mère.

En dépit de bons soins, une maladie étrange, son élue avait ravie.

Il me réconforta de la perte de celle qui m’a donné la vie.

 

Comme j’aurais aimé trouver les mots pour le consoler.

Lorsque je voyais de ses yeux rougis, toutes ces larmes couler.

Mais, je venais à peine de sortir de mon enfance.

Triste début pour entrer dans l’adolescence.

 

Elle a été inhumée dans le cimetière du village.

Un endroit somme toute joli entouré d’arbres sans âge.

Il n’a jamais désiré prendre pour épouse une autre femme.

Car, dans son cœur déchiré, pour elle, brûlait une éternelle flamme.

 

Puis, en une journée chaude d’été.

Lorsque j’étais en âge de comprendre la réalité.

Il m’amena près de la voie ferrée où avait tant roulé son train.

Il m’a alors enseigné une noble vérité, en me tenant par la main.

 

Retiens bien cette leçon, ô, ma chère fille.

C’est un fait que la vie sans cesse se défile.

Semblable à ses rails grugés par le temps impassible.

Aussi longtemps que tu auras foi en Dieu, tout sera possible.

 

Éloigne ton âme pure de tout mal.

Prend bien garde de ce monde, les vandales.

Ouvre avec joie les mains aux nécessiteux.

Et, choisis bien celui qui sera ton amoureux.

 

Tu joindras à ton tour des rails sur le chemin de fer de la vie.

Sache, ô, ma fille chérie! Que je te souhaite un bonheur infini.

Tu as été la plus belle surprise de toute mon existence.

Je désire tant que tu sois dans l’abondance.

 

Depuis que cette voie ferrée est fermée.

Je viens à l’occasion en cette forêt me balader.

C’est alors que je me remémore ces paroles de sagesse.

Merci père et mère pour votre amour et pour votre tendresse!

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Mon amour y sera à jamais

Mon amour y sera à jamais Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Tate Chmielewski Modèle par JenovaxLilith Source : https://www.deviantart.com/jenovaxlilith/art/Ghost-in-this-House-912090175

Mon amour y sera à jamais

 

Il n’y a pas si longtemps.

Il y avait dans cette vaste demeure.

Une famille heureuse qui ne comptait pas les heures.

Un père attentionné, une mère dévouée, pour leurs enfants.

 

C’était à une époque où les gens valsaient.

De ces années où les dames aimaient se faire courtiser,

Par des hommes qui cherchèrent l’âme sœur pour un foyer fonder.

Un temps où les amoureux sous le voile céleste d’une nuit d’été chantaient.

 

Mon conjoint gagnait sa vie honorablement.

Et, moi en bonne épouse, je veillais au bonheur.

De mon mari et de nos enfants en leur évitant tout malheur.

Soyez sans crainte, ô gens d’un autre siècle, j’étais chérie amoureusement.

 

Quelle faute ai-je commise pour que la faucheuse eût sur moi la saisie ?

Ma vie était tellement magnifique que je la croyais à jamais éternelle.

Je fredonnais dans mon jardin fleuri les chansons de ma région si belle.

Quel triste coup du destin pour qu’une maladie de cause inconnue ait pris ma vie !

 

Mon existence était si magique que je pensais quelques fois rêver.

Mais, une fièvre a envahi mon corps le rendant si fragile et si pâle.

Mon tendre époux fit venir les meilleurs médecins de Viennes jusqu’à Bâle.

Il dépensa sans compter afin de redonner la santé à celle qu’il a toujours aimée.

 

Mais, peu à peu, en dépit de sa bonne volonté et de ses généreux soins.

Mon pauvre cœur cessa de battre afin de permettre à mon âme de s’envoler.

J’ai laissé derrière moi des souvenirs au sein d’une fratrie qui allait se dissiper.

Il en est ainsi de notre empreinte terrestre qui disparaît au large du temps si lointain.

 

Il m’est arrivé une fois de revenir en ces lieux où une famille heureuse s’y trouvait.

Devant le silence sidéral de ces pièces vidées de mes tendres traces d’autrefois,

J’ai alors compris que je devais dire adieu malgré mon chagrin pour une dernière fois.

Mais, sachez-le, en mon cœur d’épouse et de mère, mon amour y sera à jamais.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Dans l’œil du cyclone

Dans l’œil du cyclone Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Eri Kel de la France

Dans l’œil du cyclone

 

Aujourd’hui, je poursuis ma promenade.

Quelle belle occasion pour réfléchir qu’une balade.

Moment propice pour méditer sur le sens de la vie.

Alors que nous vivons tous sur une période de sursis.

 

« Mois d’avril, n’enlève pas un fil », affirme le dicton !

C’est davantage vrai en ce froid à en perdre la raison.

Quoi de mieux à faire que de se ressourcer en cette forêt ?

Où les arbres endormis attendent l’appel des farfadets.

 

C’est drôle comme je réfléchis ces jours-ci.

Oui, je le sais bien que, malgré tout, la vie me sourit.

Toutefois, certains événements me portent à la réflexion.

Des circonstances qui me poussent vers des questions.

 

Celle qui me revient souvent à l’esprit est d’une simplicité déconcertante.

La réponse est, à ma grande surprise, d’une véracité étonnante.

Quel sens peut-on donner à notre éphémère existence ?

Serions-nous destinés à offrir que patience et résistance ?

 

Tel un être perdu dans l’océan bleuté du temps.

Une mer d’un calme spartiate ou agitée par les vents.

Un simple mortel qui se remet des coups du destin.

Un être de chair qui sans cesse relève les mains.

 

Il y va de sa survie, de sa raison d’être, de sa progéniture, de son avenir.

Graines semées sur la terre pour qu’il puisse, sa famille, la nourrir.

Entre la tourmente sitôt passée et celle qui aussitôt gronde au loin.

C’est le lot des fils d’Adam et d’Ève depuis leur renvoi du divin jardin.

 

Heureusement qu’il y a en ce monde des moments de répit.

Ces instants où l’on peut reprendre doucement la liberté de l’esprit.

De ces temps alloués à l’amitié, à l’amour, à l’entraide et au partage.

Ces valeurs qui ont permis aux générations de sillonner les âges.

 

C’est dans l’œil du cyclone que nous pouvons nous ressourcer.

C’est auprès d’un Dieu silencieux que nous pouvons nous réfugier.

C’est un bien drôle de raisonnement que je fis auprès d’un chêne.

Un vieil arbre qui attend que la grande faucheuse lui retire ses chaînes.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada