Archives de tags | Géhenne

La possédée

La possédée Poème de Rolland Jr St-Gelais avec l’autorisation d’Alixia Busch et de Tancrède Szekely

La possédée

 

Il est trois heures du matin.

C’est le moment préféré du Malin.

Je sens monter en moi un feu ardent,

Un désir insatiable de plaire à mes amants.

 

Tout tourne avec violence autour de mon être,

Quelle inquiétante sensation de tout ce mal-être.

Le miroir renvoie une image de femme adultère,

Même si, je l’avoue, j’ai fréquenté bien des pères.

 

À mesure que les lampions noirs illuminèrent la cérémonie,

Mon âme, de toutes les tentations, en fut tellement remplie.

J’ai sans cesse, à mes nombreuses convoitises, succombé.

De cette nuit démoniaque, ma féminité fut imprégnée.

 

Ô, Méphistophélès, quel piège m’as-tu tendu ?

Pendant que j’étais étendue devant ces femmes nues.

Elles récitèrent dans une langue inconnue leurs incantations.

Alors qu’elles se penchèrent vers moi en citant leurs invocations.

 

« Solve ! Coagula ! » Elles se répétèrent inlassablement !

« Entra en Ella Satanas ! » Elles réitérèrent infatigablement !

Une émanation venue de nulle part s’est propagée en ce lieu.

Un endroit si sombre que même Dieu ne pouvait voir de ses yeux.

 

Dans les flammes éternelles, je me suis immergée.

Dans la fournaise de la Géhenne, je me suis engouffrée.

La diablesse de la luxure a ainsi pris le contrôle de mon esprit.

J’ai alors compris quelle maîtresse je servirai pour le reste de ma vie.

 

Ô, mon révérant ! Je vous en supplie, Délivrez-moi de cet abysse.

Pour me libérer, que je fasse sur ce crucifix, une pieuse bise.

Écartez de moi tout le mal à l’exception du péché de la chair.

Il est véridique que la joie bacchanale est loin de me déplaire.

 

Je suis celle que l’on appelle « La possédée ».

De cette nuit, j’ignore réellement ce qui s’est passé.

Sur cette table, ces comparses m’ont offert telle une obole.

Depuis cette célébration satanique, je crois être devenue folle.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Façonnée dans les flammes

Façonnée dans les flammes Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par MTL3 Source : https://www.deviantart.com/mtl3/art/Lila-3-911817101

Façonnée dans les flammes

 

Femme de mes nuits !

Tu es la fille préférée de Lilith.

Tu es une guerrière qui a combattu,

Sur les mers agitées et des terres inconnues.

 

Tu es celle que même les géants du chaos originel craignent d’affronter.

 Tu offres la clémence pour le modeste et la rancœur envers l’effronté.

Tu es la représentante de cette race puisée des temps immémoriaux.

Qui a forgé ses armes fabuleuses à même les bûchers infernaux.

 

Tes cheveux sont rouges comme les flammes de la Géhenne.

Ta rage démoniaque, source de ta force, traverse tes veines.

Ton corps a été sculpté sur la pierre sacrée de tes ancêtres.

Cette pierre, racine immuable de l’origine de tout ton être.

 

Des territoires à perte de vue, tu as vaillamment conquis !

Des peuples fiers de leurs savoirs, tu as pourtant soumis !

Il est toutefois connu depuis des lustres, depuis toujours.

Que ta passion aux combats égale celle de faire l’amour !

 

La splendeur de tes seins a de tout temps épousé ta cuirasse d’airain.

Allant vers tes adversaires d’un pas alerte tenant ton épée à la main.

Tu les fais trépasser à la vitesse de l’éclair, telle a été leur destinée.

Sans égard, même un seul instant, à l’immensité de leurs cités !

 

Maints rois se moquèrent de tes fidèles armées.

Celles que l’on appelle les amazones qui ont déferlé.

De corps unifié sur de vastes contrées jugées inviolables.

Elles ont su démontrer leur combativité de manière irréfutable.

 

Devant tant de faits victorieux et de gestes héroïques accomplis.

Tes comparses ont, d’une voix soudée, cet ultime décret pris.

Tu as, en tant que reine, ce symbole d’union de la force et de l’âme !

Ce signe est la preuve que tu as été façonnée dans les flammes.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Ô Baphomet

Ô, Baphomet Poème et photo de Rolland Jr St-Gelais

Ô, Baphomet

 

Ô, Baphomet,

Toi, qui depuis l’aube es.

Porteur de l’auguste lumière,

Qui nous amène dans les enfers.

 

De cette flamme qui ravive nos perceptions,

Jusqu’à cette sensation étrange de côtoyer la perfection.

Homme à la tête de bouc qui surgit de la croix inversée,

Pour nous rappeler sans cesse la fragilité de l’humanité.

 

Être qui donne le brasier sur ta tête cornue !

Qui, en ce monde, a, sur toutes les mers, parcouru.

Cherchant ici et là un disciple qui vous sera dévoué,

Tout en craignant de tout votre être le Christ ressuscité.

 

Ô, créature sortie de la géhenne aux seins si voluptueux !

Vous qui approchez les gens de sang noble aux cœurs valeureux.

Veuillez assurer sur mon ordre la réalisation de cette ultime prière.

Je ne désire pas de victoire ni de médaille remportée à la guerre.

 

Que je puis m’accomplir dans la luxure,

Tout en conservant mon âme de toute souillure.

Car, il n’y a pas plus grande satisfaction pour moi.

De combler les femmes en ma maison et sous mon toit !

 

Je vous en adjure par les anges et les saints de la voute céleste.

Que je goûte leurs lèvres pulpeuses jusqu’à en savourer chaque zest.

Qu’à l’heure de mon départ, j’en éprouve de beaux souvenirs.

Pourquoi vivre si je ne peux pas partager ces moments de plaisir ?

 

Bras droit levé, avec tout votre orgueil, vers les cieux.

J’y vois un symbole kabbalistique bien mystérieux.

Celui de la gauche pointe vers le sol où le sang coula.

Cette offrande, par amour pour le genre humain, il versa.

 

Souviens-toi, ô, être diabolique, de ceci,

Car, dans les livres saints, tout y est écrit.

Qu’au nom du Fils de Dieu ton genou fléchira,

Et, à l’heure de ma mort, à lui seul, tu obéiras.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

L’heure de la vengeance

L’heure de la vengeance Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Fetishsongs Source : https://www.deviantart.com/fetishsongs/art/tattooed-sexy-girl-savage-hot-knife-fetish-925379179

L’heure de la vengeance

 

L’heure de la vengeance sonnera bientôt.

Et, il sera vraiment trop tard pour toi, mon beau.

Crois-moi ! Tu ne pourras pas échapper à ton destin.

Je te retrouverai un jour ou l’autre sur mon chemin.

 

Tu paieras tout ce que tu m’as fait subir.

Les tourments de l’enfer, je te ferai découvrir.

Tes cris de douleur seront à mes oreilles une mélodie.

Te voir souffrir sera pour moi l’aboutissement de mes envies.

 

Sois rassuré, je prendrai tout mon temps pour satisfaire.

Mon désir de t’initier à ma science, à mon savoir-faire.

Tu as joué avec mon cœur et mon corps désormais meurtris.

Par ta seule faute, d’un homme, je n’en ai plus envie.

 

Tu as joué avec mes sentiments comme on joue avec un pantin.

Mais, je saurai te retrouver et tu seras un sale objet entre les mains.

Je dégusterai chaque goutte de ton sang sur le bout de cette lame.

Après avoir expédié dans la géhenne la pourriture de ton âme.

 

Je serai à cette occasion aussi cruelle que je suis belle.

Grâce à mes bons soins, tes supplices te sembleront éternels.

Pour l’instant, je te laisse à tes craintes et à tes peurs.

Nous nous retrouverons bien lorsque viendra l’heure.

 

D’ici là, j’affûterai avec patience mon couteau.

En attendant le jour ou la nuit où j’aurais ta peau.

Qui recouvrira tel un tapis le plancher de mon salon,

Lorsque ma vengeance aura été accomplie pour de bon.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Les fantômes du passé

Les fantômes du passé
Les fantômes du passé de RollandJr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Phantom-851538763

Les fantômes du passé

 

Les fantômes du passé,

Viennent me hanter la nuit tombée,

Pour me harceler de n’avoir rien dit ni fait,

Mais à quoi bon ces remontrances car voilà ce qu’il en est.

 

Puis-je revenir sur mes fautes et mes erreurs?

Sortir de ces troubles qui me saisissent de cette torpeur,

Car je ne sais que dire, que penser et que faire,

Pour sortir de la Géhenne de cet enfer.

 

Toi qui viens me hanter sous les traits d’une femme,

Sortant de ce jeu d’ombre et de lumière telle une flamme,

Arrête, je t’en supplie, de me torturer et de me faire languir,

Car je reconnaitrai ma faute jusqu’à mon dernier soupir.

 

Fantômes lugubres de mon enfance,

Qui partirent aussitôt arrivée l’adolescence,

Que j’avais si longtemps oubliés pendant toutes ces années,

Mais surgissant sans crier gare de ce temps que j’avais enfin oublié.

 

Dans les dédales de l’oubli je vous exhorte d’y aller,

Cesser dès à présent et pour toujours de me tourmenter,

Fantômes de mes fantasmes et de mes délires,

Cesser dès cet instant de me faire souffrir.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada