Archives de tags | tendre enfance

J’attends le soleil

J’attends le soleil Poème par Rolland Jr St-Gelais DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

J’attends le soleil

 

Cela fait plusieurs jours,

Que je compte à rebours,

Comptant les jours de ton retour,

Quand reviendras-tu, mon tendre amour?

 

Le ciel est toujours gris,

Aussi sombre que mon esprit,

Même si grâce à toi je porte la vie,

Et qu’avec toi, ô chéri, rien ne soit fini.

 

C’est pourtant le temps des vacances,

De ces rires, ces plaisirs et de l’abondance.

Qui me fait désirer revivre ma tendre enfance,

Quand mes parents vivaient une belle romance.

 

J’attends encore et encore depuis mon arrivé,

Dans ce patelin de ce coin de pays où je suis née,

Près du ruisseau où nous nous sommes rencontrés,

De ce ruisseau où tu m’avais avec délicatesse embrassée.

 

Mais, c’est maintenant un temps lointain.

Et je m’ennuie en ces jours sans chansons ni refrains.

J’attends le soleil malgré ce temps brumeux et incertain,

Telle une future mère je dépose sur mon ventre ma délicate main.

 

Je protège ainsi notre enfant,

En pensant qu’un jour il sera grand,

De la pluie et du soleil, il connaîtra assurément.

Et de notre amour, nous lui donnerons aveuglément.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Voilà la question !

Pourquoi
Pourquoi ? Voilà la question ! photo réalisée par G.B., d’Allemagne deviantArt : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Why-832815043

Voilà la question !

Pourquoi ?  Voilà une question qui revient souvent à nos esprits tout au long de notre vie. Question que l’on se pose depuis notre plus tendre enfance. Pourquoi ceci ? Pourquoi cela ? Pourquoi pas ? Pourquoi est-ce comme-ci ou bien comme ça ? Question qui parfois peut nous amener à nous surpasser lorsque nous voulons connaître la réponse. Une réponse parmi tant d’autres. Une réponse qui peut soi nous apporter une certaine sérénité ou bien nous écraser par la douleur d’apprendre la vérité. C’est ainsi que nous le voulions ou non.

Pourquoi ? Question qui nous force à croire qu’il y a une cause à tout. Mais, dans les faits, bien des réalités peuvent ne pas avoir de causes. Les réalités sont là comme elles le sont. Un point, c’est tout. Certains naissent dans l’opulence et son élevés avec une cuillère d’argent dans la bouche et passe leurs existences dans des palais tandis que d’autres ne font qu’affronter un destin digne des plus grands romans d’horreur. Pourquoi ? Question aux réponses tant philosophiques que théologiques: Jeu cruel de la vie ! Volonté de Dieu ! Expiation du péché originel ! Loi du karma !

Pourquoi ? Ceci implique une volonté d’atteindre une sagesse de celui qui pose cette question. Une volonté qui peut tout aussi bien l’amener au bord de la folie ou du désespoir. Folie de ne jamais être contenté de la réponse trouvée. Désespoir d’avoir trouvé celle qui le désillusionnera. Pourtant, c’est cette même volonté qui peut parfois l’inciter à se surpasser, à percer les mystères de l’existence, de la nature et de la vie. Volonté d’aller toujours vers l’avant. 

Pourquoi ? Voilà la question qui fait de l’être humain un animal pas comme les autres. En effet, l’être humain est un animal. Mais, un animal doué de raison. Enfin, j’ose croire pour la majorité de ceux et de celles qui composent l’humanité. Une raison qui le pousse à atteindre des sommets invisibles tout en lui permettant de créer et de se recréer perpétuellement. De créer ce qui existait déjà dans son imagination. Un peu à l’image d’une sculpture sur bois dont le sculpteur ne fait que d’en extirper les moindres détails. Une raison qui lui permet de se recréer car ce qu’il est actuellement est souvent aux antipodes de ce qu’il a été jadis et de ce qu’il sera dans le futur. C’est ce que nous appelons l’évolution même si dans certains cas elle peut être plutôt négative. Pourquoi ? Tout simplement parce que c’est comme ça. 

En terminant cette missive, je dois répondre à cette question : Pourquoi ai-je écrit un tel texte au sein de mon blogue. Je vous réponds que j’ai été inspiré par le titre même de cette magnifique photo de G.B. lequel est avec Rick B. l’un de mes amis et collaborateurs d’Allemagne. Une photo qui a fait surgir en mon esprit une autre question sous-ajacente à la première : Pourquoi pas ?

Je vous remercie de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

 

Fatiguée

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Fatiguée

 

J’ai parcouru bien des pays

J’ai rencontré bien hommes

J’ai si souvent été abusée en somme

Que j’en ai perdu l’amour de la vie.

 

Où va alors ma confiance?

Celle de ma tendre enfance

Celle de ma folle adolescence

Cela m’a fait prendre conscience.

 

Que la souffrance existe autour de moi

Et pas seulement entre moi et toi

J’essaie de comprendre, de voir cette nuit

Ce qui ne va pas, ce qui en moi me détruit.

 

Fatiguée! Fatiguée!

Je suis simplement épuisée

Ô mon chéri, pourrait on remettre ça à demain?

Car en mon cœur, je ne veux que passer la nuit entre tes mains.

 

De

 

RollandJr St-Gelais de Québec

Pudeur

FB_IMG_1532261054540

Dessin de Eri Kel

Pudeur

 

Encore endormie?

Ce que tu es jolie, ma chérie.

En ce dimanche où tout est tranquille,

Loin des bruits de la semaine en ville.

 

Déjà un mois que nous sommes en vacances,

Que notre vie se déroule comme un fleuve de romance.

Soleil et ses bienfaits à profusion et à chaque jour

Clair de lune et ses regards furtifs lorsque nous faisons l’amour.

 

Sur cette île magnifique et perdue,

Perdue telle que furent toutes nos vertus.

Nous avons appris à nous connaître et à renaître,

Loin de ces regards et de ces jugements de ces êtres.

 

C’est maintenant l’aube,

Le temps de réciter les laudes.

Mais c’est avec mes mains que je veux,

Que je désire donner un plaisir tel est mon vœu.

 

Mais devant ton sacré silence,

Me rappelant la douceur de ma tendre enfance,

Alors que tu es étendue bien sagement dos face à ton serviteur,

J’acquiescerai à ta volonté d’attendre à plus tard en veillant sur ta pudeur.

 

De

 

Rolland St Gelais

Québec (Québec)

Canada

Une expérience pleinement humaine

new-image25

Une expérience pleinement humaine

Bonjour tout le monde,

J’espère que tout se passe bien pour vous en cette dernière journée de la semaine et que vos projets pour le weekend se concrétiseront selon vos désirs. Pour ma part, j’ai vécu une semaine tout à fait remarquable dans le cadre de ma passion en tant que modèle nu pour des écoles d’arts et des artistes professionnels et amateurs. Oui, vous le savez déjà que le fait de poser nu dans un cadre artistique relève d’une véritable passion pour votre humble serviteur, et ce depuis maintenant plus de quatre ans. Quatre années où la chance de faire la rencontre de gens formidables m’a été gracieusement offerte par la vie.

Vous devez certainement vous questionner sur un aspect lié de manière particulière au sein de ma profession de modèle nu. Un aspect qui ne peut échapper à ceux qui ont pris l’habitude de parcourir mon blogue artistique. Et, j’ai nommé le rapport humain lors des séances de nudité auxquelles ma présence est requise par les responsables des ateliers ou bien, dans le cas présent, des cours de dessin de niveau académique ou bien universitaire. C’est précisément sur cet aspect que ce présent article sera articulé avec un triple objectif. Comme le mystère de la sainte trinité est à la base dogmatique du christianisme, le monde du modèle nu, et je fais ici référence à mon observation personnelle, possède également un aspect défini sous trois angles à la fois différents et complémentaires.

new-image8Le premier aspect concerne bien entendu l’acceptation de poser nu devant public. On ne peut pas poser nu comme si on posait habillé. Cela requiert la reconnaissance de nos moindres de petits défauts physiques et un contrôle absolu de soi sans omettre la conscience de nos forces et de nos faiblesses. Cela requiert aussi souvent une période plus ou moins longue de réflexion sur le sérieux de notre démarche. Est-on prêt à offrir notre plus profonde intimité aux regards des autres même si cela est fait dans un cadre bien précis et avec des balises sévères renforçant une éthique de travail bien précise ? Jusqu’où sommes-nous prêts d’aller et surtout pour quelles raisons ? Tout ce que nous nous attendons d’accomplir correspond-t-il à notre système de valeurs ? Ce ne sont-là que des exemples de questionnement que toute personne se doit de résoudre avant même d’entreprendre les démarches auprès d’institutions de l’enseignement des arts. Bref, on n’entre pas dans le monde du nu artistique comme si on entrait dans un moulin.

L’aspect suivant touche l’intériorité du modèle vivant. Oui, c’est un fait. Le modèle est avant toute chose un outil d’apprentissage fort important pour ceux et celles qui souhaitent développer leurs talents en dessin. Toutefois, il est aux antipodes de ce que l’on appelle dans le jargon populaire « une nature morte ». En effet, le modèle vivant ressent des émotions, vit des situations tout au long de la journée, rencontre des gens d’horizons divers et désire parfois partager ce que la vie lui a fait expérimenter depuis sa plus tendre enfance avec les gens pour qui il dévoile sa nudité. Attention ! Loin de moi l’idée que tous les modèles souhaitent réaliser un tel partage avec son public. Cependant, force est d’admettre que c’est souvent mon cas.

C’est ainsi que je prends un certain plaisir à me présenter aux étudiants et aux étudiantes dès les premiers instants du cours pour lequel je suis invité d’y participer. Retenons ici l’élément suivant : Chaque personne présente en classe vit une émotion qui lui est propre. Souvent, la gêne liée à la nudité du modèle vivant peut en déranger quelques-uns. Cela est d’autant plus vrai si le modèle est atteint d’un handicap physique bien visible. Il faut être soi aveugle ou ignorant pour ne pas se l’avouer. Voilà pourquoi, je tente par tous les moyens mis à ma disposition pour briser la glace entre les élèves et moi-même, et ce dans la mesure du possible.

D’ailleurs, cela est davantage important lorsque les élèves sont peu ou pas expérimentés à dessiner du nu. Je me rappelle que la responsable du groupe pour qui j’ai posé ce mercredi 15 février m’avait demandé de faire attention à mes poses puisque justement ses élèves avaient une expérience très limitée dans ce domaine. Il ne m’en fallait pas plus pour m’inciter à briser la glace dès les premières minutes de mon entrée dans la classe. Mettre l’autre à son aise demeure sans contredit un facteur important dans son bien-être personnel surtout si la nudité est au cœur des rapports. C’est là un élément à ne jamais omettre dans toute séance de nudité artistique. J’ajouterais même que parfois une bonne d’humour dénué de vulgarité est un moyen fort utile pour arriver à cette fin.

new-image26Le dernier aspect qui compose la trinité du « modèle nu » est sa capacité à nouer des liens avec l’entourage pour lequel il pose. Nouer des liens qui favoriseront l’émergence d’une créativité jusque-là insoupçonnée chez bon nombre des artistes en herbes présents en salle. Pour se faire, il est impératif de faire les premiers pas vers les autres sans pour autant les exacerber. Ce n’est pas le moment de faire les yeux doux et encore moins de donner un quelconque rendez-vous galant. Ici, le professionnalisme doit être de rigueur en tout temps. Voilà pourquoi, il me fait grandement plaisir de causer avec les élèves potentiellement intéressés à en savoir un peu plus sur mon parcours professionnel et parfois même sur ma vie personnelle en respectant toutefois une certaine limite.

Fait intéressant à retenir ! Les élèves ont eu droit à un dialogue entre leur professeure et votre humble serviteur pendant la dernière, et la plus longue, pose réalisée en classe. Nous avons discuté notamment sur mon parcours de vie, incluant bien entendu mes rêves, mes espoirs et la problématique qui a été à l’origine de ma situation physique toujours en respectant une certaine limite dans les questions. C’est ainsi que les élèves prirent conscience que le modèle est bien vivant et que chaque expérience dans le domaine du nu est avant toute chose pleinement humaine.

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada