Archives de tags | mentaux

Cadeau de Noël

Présent de Noël

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ 
Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Cadeau de Noël

 

Cher père Noël,

Je t’écris cette lettre de demande,

Devrais-je écrire que je te quémande ?

Non, car de mes folies j’ai connu tant de merveilles.

 

J’ai visité tant de lieux extraordinaires,

Alors j’ai compris que ma vie est hors de l’ordinaire,

Oui, c’est vrai que je n’ai pas toujours été sage.

Mais c’est souvent le prix à payer avec l’âge.

 

Le dimanche, j’allais communier tel un saint,

Et le lendemain, je tâtonnais de superbes seins.

Me rappelant un moine de la sainte Russie au tragique destin,

Qui a su avec sa débauche légendaire prier les saints en joignant ses mains.

 

Ô père Noël avec ton mentaux blanc,

Qui peut-être m’as-tu envié du firmament,

N’oublie pas mon soulier pendu à la cheminée,

Amène-moi de ces jolies dames que j’ai tant adorées.

 

Voilà mon souhait !

Voilà ce qui me plairait !

Voilà ma requête pour toi là-haut !

Voilà ce que je désire à Noël pour cadeau.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

En fredonnant une chanson

44665777_2233560340011410_7097715610221543424_n

Avec la permission de mon amie Elisa R. de l’Irlande

En fredonnant une chanson

 

En cette journée de froidure,

Qui parfois nous rappelle comme la vie est dure,

Où rien est acquis pour toujours de nuit comme de jour,

Où tout est précieux la vie, la santé, la prospérité comme l’amour.

 

Une journée comme les autres,

Où gens voyageant en terres étrangères,

Cherchant calme et paix loin de la haine et de la guerre,

Et quelques sourires sur des visages qui seront leurs hôtes.

 

Quelques bouffées d’air en nos poumons,

Suffisent pour se souvenir qu’en la nature nous existons,

Et apaisent ainsi nos âmes de ces puériles inquiétudes,

Tout en les extirpant de cet esprit de servitude.

 

En ce temps d’automne,

Où le grondement des mers résonne,

Rappelons-nous que le plus grand des biens,

Est d’espérer sans cesse en de meilleurs lendemains.

 

Même si l’hiver est à nos portes,

Et que nos souvenirs d’été au vent s’emportent,

Laissant place au manteau d’un blanc immaculé,

Et que la nature doucement s’endormira dans les bras de Morphée.

 

En cette journée où tout est calme,

Que les vagues frappent les berges de nos âmes,

Emportant avec elle tant de questions existentielles,

Évitant ainsi par la grâce du ciel que nous devenions des êtres démentiels.

 

En cette journée de morte saison,

Loin cette folle idée d’avoir perdu la raison,

Car pour une rare fois nous pouvons ressentir cette vibration,

Qui rend l’homme heureux simplement en fredonnant une chanson.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada