Archives de tags | main

Il y a huit ans de cela

Il y a huit ans de cela Poème de Rolland Jr St-Gelais Dessin de Eri Kel de la France

Il y a huit ans de cela

 

Il y a huit ans de cela,

On était bien dans ce temps-là.

On pouvait s’embrasser et se cajoler,

Ne pas éprouver de crainte à s’enlacer.

 

Il faisait si bon de vivre,

De prendre le temps de sourire,

De profiter des chauds rayons de soleil,

Et d’apprécier la vie et toutes ses merveilles.

 

Il n’y a pas si longtemps, je crois.

En l’avenir, on pouvait avoir la foi.

Point de nuages sombres à l’horizon.

Des balades, avec cœur, nous chantions.

 

Crayon à la main,

Je faisais quelques dessins.

Que je revois en ces tristes jours,

Où semblent disparus l’espoir et l’amour.

 

N’ayez crainte, loin de moi, se trouve le désespoir.

Car les plus belles étoiles brillent dans le firmament noir.

Quoiqu’il advienne, quoiqu’il arrive, je continuerai d’avancer.

Ma confiance en la vie en l’amour, ne cessera jamais d’exister.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Laisse-moi !

Laisse-moi ! Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo : Auteur inconnu Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/A-1-871996041

Laisse-moi !

 

Laisse-moi !

Être près de toi,

Sentir ton parfum,

Avec toi, ô chérie, faire un.

 

Mettre ma main sur ta fesse,

Je le ferai avec une grande délicatesse,

Déposer un baiser sur tes lèvres tel un châtelain,

Un baiser comme un prélude à l’amour jusqu’au matin.

 

M’étendre avec douceur sur ton corps,

Ton corps si précieux à mes yeux comme de l’or,

Entendre battre ton coeur dans ta poitrine généreuse,

Voir dans tes yeux en cet instant comme tu es heureuse.

 

Que je place ma main autour de ta taille,

Et faire des gestes de passion sans aucune faille,

Car de ta féminité je ne pourrai jamais la brusquer,

Et de notre union à jamais elle ne sera jamais terminée.

 

L’union de la chair dure qu’un moment

Mais, celle de deux âmes dure éternellement.

L’âme est, selon toutes les religions, immortelle. Dit-on ?

Deux âmes amoureuses? Davantage, et ce, avec raison.

 

Laisse-moi t’aimer en cette nuit,

Vois ô ma chérie comme j’en ai envie.

Que notre passion née de notre pureté de cœur,

Témoigne de notre fidélité sans crainte et sans peur.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Rose solitaire

Rose solitaire Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. D’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/The-lonely-rose-897976591

Rose solitaire

 

J’ignore quand tu liras

Cette lettre que tu ouvriras.

J’ai hésité à écrire ces mots

Car t’avoir à mes côtés était si beau.

 

Une rose accompagne cette missive

Car je sais comme tu es si pensive

Ne sois pas triste en cet instant

Il y a assez de moi assurément.

 

Je te faisais confiance

Envers toi, point de méfiance.

Mon cœur et le tien un seul le faisaient

Enfin c’est ce que j’espérais mais en vain.

 

Pourquoi ne m’as-tu pas dit la vérité ?

Un autre homme tu as en secret fréquenté

Faute avouée est à moitié pardonnée

Tu ignores comme je t’ai aimée.

 

Cette rose que tu tiens en ta main

Est à l’image de mon cruel destin

Un destin qui des affres ne pourra s’en sauver

Car de sa sève il ne peut plus s’en abreuver.

 

Tu étais ma raison d’exister

La source de mes plus belles pensées

Mais à quoi sert de vivre en être solitaire

Alors que la douleur en moi ne peut pas se taire ?

 

De

 

Rolland Jr St Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

Je vieillis

Je vieillis Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo : Auteur inconnu Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/00-1641-897806751

Je vieillis

 

Je vieillis,

Petit à petit,

Les jours s’enfuient,

Et mon cœur en ce temps languit.

 

Passant doucement la main,

Sur mon visage y cherchant un signe du destin,

De ce destin qui me rappelle que la vie abrège chaque matin,

C’est ainsi que l’on va et on vient sur cette terre tel un refrain.

 

Cheveux blancs dans ma chevelure?

De cette chevelure qui agrémente mon corps de sa parure,

Mon corps soigné au lait de chèvre et à l’eau d’une rivière si pure,

Et qui donne à mes amants à ma grande satisfaction des pensées impures.

 

Les yeux fixés

J’y cherche mes pensées,

Des pensées tantôt sombres, tantôt colorées,

Et qui amènent mon âme dans les pays que jadis j’ai explorés.

 

Vieillir, c’est aussi vivre avec nos forces et nos tares.

Essayons alors de vivre avant qu’il soit trop tard,

Avant que la mort nous avise de notre départ,

Et qu’elle vienne vers nous aussi vite qu’un guépard.

 

Que restera-t-il de mes souvenirs de jeunesse?

Qu’adviendra-t-il de mes amants qui me prodiguèrent leurs caresses?

De quoi mon avenir sera-t-il fait, d’amour ou de détresse?

Qu’il n’y ait pas de réponse à ces questions met en moi une tristesse.

 

Mais, je garde tout de même de l’espérance.

Un mot magique qui me rappelle un air de romance,

Une chanson que fredonnait un amant venu de la France,

De sa voix si chaude et si douce, telle que sa région natale la Provence.

 

Miroir ! Joli miroir ! Je ne te poserai pas la question.

Oui, des plus belles et des plus moches, il en a comme de raison.

S’il y a une chose que ma mère m’a apprise en notre maison,

C’est d’aimer la vie comme elle est sans aucune autre façon.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Que nous puissions rêver ensemble

Que nous puissions rêver ensemble Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. D’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Let-s-dream-together-894226757

Que nous puissions rêver ensemble

 

Je pense souvent,

À ce que nous avons tant vécu,

À ce que nous avons tellement connu,

À ce que nous avons fait en ce merveilleux temps.

 

Des souvenirs de jouvence,

De cette période en ma mémoire,

Pas si lointaine, en mon âme, si j’ose croire.

Où nous étions à peine sortis de l’adolescence.

 

Où toi et moi avons parcouru mers et monde,

En écoutant des accents voguant sur les ondes.

De ces accents qui enrichissent la vie du fait de leur présence,

Nous les découvrons avec un cœur rempli de simplicité de l’enfance.

 

Il me semble qu’il n’y pas si longtemps,

Nous nous prenions la main en marchant,

Le cœur léger en ayant le monde à découvrir,

J’avais trouvé un grand trésor en ton beau sourire.

 

Un trésor d’une valeur inestimable,

Qui remplissait ma vie d’un bonheur incomparable,

La source d’eau d’une pureté et d’une fraîcheur inégalées,

Qui faisait de mon existence un jardin de fleurs aux couleurs si variées.

 

Maintenant que le sommeil vient me trouver,

Dans ce grand lit, je vais seul, mon corps y déposer.

Dans la froideur de cette nuit solitaire, de tout mon être, je tremble.

Dans mes songes, viens me trouver, que nous puissions rêver ensemble.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada