Archives de tags | activités artistiques

Une belle préparation pour une journée exceptionnelle

IMG_20190404_080359

Une belle préparation pour une journée exceptionnelle

Bonjour tout le monde,

56237493_10156409047452523_389301028324900864_oJ’espère que vous allez bien. Pour ma part, je me porte à merveille. Je viens à peine de me réveiller que déjà je suis devant mon clavier de mon portable, lequel me suit à chacun de mes déplacements dans le cadre de mes diverses activités de nudité artistique afin d’écrire mes publications au sein de mon blogue, pour vous faire part de mon expérience vécue ce jeudi 4 avril 2019 au collège de Drummondville. Une expérience qui m’a rassuré en ma capacité de reprendre de telles activités après plus de deux mois de convalescence stricte après mon accident de fin d’année.

Il est cependant vrai que je me suis mentalement et émotionnellement préparé pour une telle reprise. Une préparation qui se fait d’abord sur le plan mental puisqu’il est impératif de visionner dans la mesure du possible du choix des poses susceptibles d’être réalisées devant un groupe composé presqu’exclusivement d’étudiantes d’âge collégial. Chose plus facile à dire qu’à faire. Tout bon modèle nu aura la sagesse d’adapter ses poses en fonction de l’âge, de l’expérience et selon le rang scolaire des personnes présentes en classe. On ne pose pas de la même façon devant un groupe d’élèves de niveau collégial qu’au niveau universitaire ni s’il s’agit de professionnels ou d’artistes amateurs. C’est là faire preuve de gros bon sens.

L’aspect émotionnel est extrêmement important dansIMG_20190404_090937_007 le cadre de mes activités de modèle nu. Que sera l’ambiance dans le groupe ? Quels regards auront-ils sur mon physique ? Quelle approche devrais-je avoir envers ces personnes ? Et, surtout, jusqu’où ira leur ouverture face à certaines poses jugées utiles pour les faire travailler davantage ? Pour ce qui de l’ambiance, une présentation de mon cheminement tant personnel que professionnel est toujours appréciée tant du professeur que des élèves.

En ce qui concerne les regards, je leur explique que jadis seulement deux types d’individus s’intéressèrent à mon corps. Les premiers étant les professionnels du corps médical qui tentèrent de leur mieux de réparer les conséquences de la thalidomide. Les seconds étant les avocats, dont un en particuliers qui avait abusé de la confiance de mes parents et de moi-même en 1984 où j’ai été utilisé telle que de la vulgaire marchandise.

Pour ce qui est de mon approche, je dois reconnaître pour mon plus grand plaisir que les deux groupes pour qui j’ai posé nu étaient composée à plus de 99% de jolies étudiantes. Imaginez ! Servir de modèle nu au milieu de plus de 24 étudiantes en arts aussi jolies les unes que les autres et ce, pour deux groupes différents. Le rêve que bien des hommes font en cachette. Cependant, il est important que le sérieux et le sens professionnel prévalent en tout temps lors des séances. Je dois aussi vous avouer que j’ai dédié une de mes poses à une femme extraordinaire qui a et aura toujours une place privilégiée dans mon cœur.

Enfin, j’opte pour une approche graduelle lors de la réalisation de mes poses nues devant le groupe allant de type plus conventionnel et simple à celles de plus recherchées voire « provocantes ». Deux raisons majeures dans une telle démarche. En premier lieu, les adapter à mon physique quelque peu particulier en les amenant à l’apprivoiser, à l’effleurer de leurs yeux, à les prendre par la main pour mettre sur papier ce qu’elles découvrent pour la première sur un corps d’un homme différent en -dehors mais semblable à tous les autres au-dedans. En second lieu, les amener de manière subtile à toujours se surpasser, à accepter les erreurs de parcours lors de leurs réalisations, à vivre avec leur modèle du moment. Voilà pourquoi mes poses deviennent au fil des minutes qui s’écoulent dans le sablier du temps sans cesse plus originales, plus ardues et, parfois plus osées toujours dans un souci de perfectionnement.

Les prochains articles au sein de mon blogue artistique seront consacrés à la fois sous formes de prose et de poésie. Que ça fait du bien de pouvoir se réaliser dans ce que l’on fait. Cela ne devrait-il pas être le but ultime de la vie ? Si on est en amour avec notre profession, c’est un pas important sur la route du bonheur.

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Le moment venu

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Photo par Phylactère

 

Le moment venu

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien. Pour ma part, je suis dans mes derniers préparatifs pour mon cours séjour en Gaspésie où j’aurai la chance de passer quelques jours en la période des fêtes de Noël pour ensuite revenir à Québec afin d’accompagner mon ami pour les festivités du Jour de l’An. Cela fait beaucoup de chemin à parcourir en très peu de temps. Or, du temps ne se compte pas pour ce qui est de passer quelques bons moments avec ceux et celles que l’on aime.

OLYMPUS DIGITAL CAMERACeci m’amène à vous parler d’un aspect un peu spécial au sein de ce présent article. À vrai dire, je désire répondre à une question existentialiste au sein de ma vie. Quel horizon vois-je lorsque je regarde le chemin franchi au cours de ma vie actuelle ? Je dirais que mon chemin ressemble beaucoup à une grande ville dans laquelle j’y ai rencontré des gens de tout acabit allant de formidables à moins, disons-le, glorieux. J’y ai expérimenté toutes sortes d’apprentissage allant des plus honorables jusqu’à beaucoup moins. Il y a certes eu des faits qui m’ont fait rire et d’autres pas. Sans oublier le bien que, je le souhaite ardemment, j’ai pu accomplir sans oublier les erreurs qui, je ne peux revenir en arrière, ont sûrement peiné bien des gens que j’ai aimés. Ainsi va la vie !

Il y a des quelques fois où je réfléchis sur le sens même de ma vie. Qu’ai-je donc raté ? Où aurais-je pu mieux faire ? Quels choix aurais-je du réaliser ou bien aurais-je du éviter ? Pourquoi ai-je choisi telle route au lieu d’une autre ? Que de questions ! Des questions à choix multiples où les réponses sont aussi valables les unes que les autres.

Il y a tout de même des éléments qui m’ont façonné deOLYMPUS DIGITAL CAMERA manière que je qualifierais d’indélébile. Je pense, à titres d’exemples, aux faits d’avoir été séparé de ma famille dès les premières années de mon enfance, à l’assassinat de l’aîné de la famille dans des circonstances  liées à l’histoire du Québec en 1972, d’avoir été présenté telle une bête de cirque dans un journal à sensation et ce, à l’âge de 10 ans sans oublier d’avoir été utilisé telle de la vulgaire marchandise par un bureau d’avocats (1) sans, élément important à retenir, n’avoir reçu la protection à  laquelle  je m’attendais de mes parents. Faut-il spécifier qu’ils ont été induits en erreur par ledit bureau d’avocats ?

À bien y penser, ce sont peut-être ces éléments qui expliquent en bonne partie ce que je suis devenu au plus profond de mon être. Fort heureusement, et j’en suis plus que persuadé, ma passion en tant que modèle vivant pour des écoles d’arts, mon amour de la poésie en lien direct avec mon respect pour la langue française et mon intérêt particulier pour la photo sans omettre mon tempérament de mélomane ont fait de moi une personne loin d’être mauvaise.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAToutefois, et je terminerai cette missive sur ce point, l’élément fondamental qui anime tout ce que je suis est nul autre que ma foi en Dieu. Oui, je suis pleinement conscient de mes faiblesses, de mes erreurs, de mes réussites, de mes capacités et de bien d’autres choses. Cependant, tout ce que je souhaite de tout mon cœur, de toute mon âme et de toute ma personne, c’est qu’il soit présent dans ma vie. Un peu à l’image de la modeste chapelle Notre-Dame-de-l’Immaculée-Conception où je me rends pour assister à la célébration eucharistique le dimanche lorsque je me rends à Montréal dans le cadre de mes activités artistiques. Les lumières de la métropole du Québec peuvent briller autant qu’elles le veuillent. La modeste croix au-dessus de la chapelle saura bien me faire signe le moment venu.

Merci infiniment de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

(1) Je me rappelle très bien où j’ai été forcé de me déshabiller dans le bureau d’avocats sans que l’on me demande un seul instant mon avis sur ce fait.

Prendre une douche

dcsfxu0-bd8a6549-ceea-4179-a359-c296ec7206ea
 

La photo présentée ci-dessus est de mon ami et collaborateur RickB. photographe. Lien DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Avis aux intéressés !
Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

 

Prendre une douche

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien et que la neige n’affecte pas trop votre moral. Pour ma part, tout va à merveille. Quelques projets dans le cadre de mes activités de nudité artistique sont en voie de développement. En effet, outre le fait que je serai modèle nu pour une séance qui aura lieu à Montréal le 4 décembre prochain, il y a une forte possibilité qu’une séance photos soit réalisée prochainement, et ce ici même à Québec.

Vous devez certainement vous questionner sur l’importance que je donne à ma propreté corporelle dans le cadre de mes activités de modèle nu. Rassurez-vous ! J’y accorde une importance extrême. Rien n’est donc négligé pour ce qui est de mon hygiène. À vrai dire, cela m’est un devoir de prendre une douche avant chacune de mes séances. Ma règle de base est la suivant : pas de douche ? pas de séance ! C’est aussi simple que cela.

Sur ce sujet, j’ai eu vent à quelques occasions que certains modèles vivants tant féminins que masculins manifestèrent un manque flagrant au niveau de leur hygiène corporelle. Si tel est le cas, je trouverais triste qu’une telle situation puisse arriver à  notre époque surtout qu’un rien est moins dispendieux à se procurer qu’une barre de savon et quelques serviettes. D’ailleurs, il est étonnamment facile de s’en acheter dans tous bons supermarchés.

Pour ma part, je transporte dans ma valise tout ce qu’il me faut dans le cadre d’un bon nettoyage tels que shampoing, savon, brosse à dents électrique et pâte dentifrice ainsi qu’un désodorisant à effet longue durée. Et, croyez-moi sur parole, aucune partie de mon anatomie est laissée de côté lorsque je me douche. Un bon coup de savonnette par-ci et par-là et puis encore-là. Il y en va du respect mutuel entre les artistes qui seront présents en salle et votre humble serviteur.

IMG_20181114_201324 (1)Fait cocasse à retenir ! J’avais réalisé une pose assez amusante devant les étudiants et les étudiantes lors de ma prestation réalisée dans la salle de cours de dessin de l’Université du Québec à Chicoutimi ce mercredi 14 novembre. Et quelle en était le thème ? Nul autre le fait de prendre une bonne douche après avoir affronté le terrible vent glacial du Royaume du Saguenay. Vous devez certainement vous doutez que nous avons ri de bon cœur  surtout qu’on vivait l’une de ces journées où la bise du nord embrassait les joues des gens de cette belle région. Bref, la propreté est un élément à ne jamais négliger dans le cadre d’une activité de modèle vivant. Beau temps ! Mauvais temps ! Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Ce que ne peut être une séance de nudité artistique (2)

20171129_133508

Séance de modèle vivant à la Factrie de Shawinigan 29 novembre 2017

Ce que ne peut être une séance de nudité artistique (2)

Une séance de nudité n’est pas une activité qui peut être pris à la légère. Drôle d’expression si je pense que le modèle vivant ne porte aucun vêtement. En réalité, sa peau constitue son véritable habit de travail, et ce de la tête aux pieds incluant bien entendu son intimité sexuelle laquelle a la même importance que toutes les autres parties de son anatomie telle soit féminine ou bien masculine. Vous comprendrez qu’un quelconque sentiment de gêne n’a pas sa place pendant le déroulement d’une séance sans pour autant faire abstraction d’un minimum de pudeur. Ici, tout est une question de dosage.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Un outil de travail

20171129_132432

Un outil de travail

Bonjour tout le monde,

Pour aujourd’hui, je désire simplement vous parler d’un de mes outils de travail préférés dans le cadre de mes activités en tant que modèle nu. Hé bien oui ! Au cas où vous ne le sauriez pas, ma prothèse, parfois appelée jambe artificielle, est sans contredit un outil de travail fort utile lors de la réalisation de mes poses nues.

Parmi les poses nues où elle m’est d’une grande utilité, il y a celles où je démontre la facilité avec laquelle je l’installe afin de compenser l’absence de ma jambe. Hé bien oui, je suis tout à fait conscient que plusieurs personnes puissent être intriguées par le simple fait que je dois l’installer à chaque matin. Une chose doit être clarifiée : Je me compte chanceux de pouvoir marcher dans ma situation tout comme je suis aussi chanceux de pouvoir écrire sans avoir de mains ou bien de parler en l’absence de ma langue.

Mais, je reviens aux nombreuses questions que certaines personnes peuvent se poser concernant l’installation de ma prothèse. Des questions bien légitimes ! Est-ce si difficile ? Comprend s’y prend-t-il ? Est-il habitué de porter une telle prothèse ? Et, surtout, pourquoi accepter de poser nu avec cette « machinerie » ? Il va de soi que je suis tout de même habitué à vivre avec une telle prothèse laquelle est changée à intervalle plus ou moins régulière. D’ailleurs, vous vous doutez bien que la qualité de mes premières prothèses portées durant mon enfance se situe aux antipodes que ce que je porte de nos jours. Il est tout à fait normal que l’évolution de la conception et de la fabrication dans le domaine des membres artificiels. C’est bien qu’il en soit ainsi.

20171129_153214-1Comment je m’y prends pour l’installer ? De la même manière que vous le faites pour mettre vos chaussures. Rien de très compliqué ! Quelques mouvements brefs et précis et le tour est joué. D’ailleurs, ce qui m’a particulièrement amusé, c’est l’expression d’étonnement que ma charmante aide, venue assister à ma prestation de Shawinigan, a eu à son visage lorsqu’elle a vu mon habileté non seulement à enlever mes vêtements mais aussi à préparer ma prothèse en prévision de mes poses nues. Une prévision longuement préparée depuis mon invitation de la part de la responsable de l’atelier  » La Factrie  » de Shawinigan. 

Un regard à la fois d’admiration et de respect envers votre humble serviteur. Il est bon de retenir qu’il en était de même pour moi à son égard. Ce qui est la moindre des choses vu son énorme désir de m’accompagner non seulement pour savoir comment se passe le déroulement d’une séance mais aussi pour être mon aide. Une aide vraiment appréciée par votre dévoué serviteur et votre fidèle ami.

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Pour mes amis-es de l’Europe

20170817_130604

Votre humble serviteur : RollandJr St-Gelais

Pour mes amis-es de l’Europe

Bonjour tout le monde,

Comment allez-vous ? De mon côté, je profite des dernières journées du mois d’août lequel a été particulièrement riche en activités. Des activités qui m’ont fait beaucoup de bien. Il va de soi que les prochains mois devraient, je l’espère de tout mon cœur, être généreux en occupations tant dans le domaine de la nudité artistique que celui de la photographie sans oublier la poésie. Trois domaines que j’affectionne particulièrement. Bien entendu que d’éventuels articles seront publiés au fil de mes expériences. Je vous le promets.

Ceci écrit, je vous présente un article qui concerne une activité haut en couleurs, si je peux me permettre l’expression, qui aura lieu en France dans la belle ville de Caen. En effet, il s’agit de la « nuit du modèle vivant » qui se déroulera à Caen le 18 janvier 2018 de 19h00 à 21h00.

Bonne lecture et bon week-end !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Caen. Croquer ou poser nu au musée des Beaux-arts

Les inscriptions pour la nuit du modèle vivant, organisée au musée des Beaux-arts le 18 janvier 2018, sont ouvertes !

Le musée des Beaux-arts de Caen organise la première édition de la nuit du modèle vivant le 18 janvier 2018, de 19 h à 21 h. « C’est un service que l’on rend aux étudiants des Beaux-arts, aux artistes et aux amateurs, explique Anne Bernardo, responsable de la programmation culturelle du musée.  On sait qu’il y a une forte demande. »

Les inscriptions sont déjà ouvertes pour participer en tant que croqueur ou même modèle ! Pas de professeur pour orienter les modèles ou les dessinateurs, chacun devra suivre son instinct. « Seulement on ne recrute pas les absolument novices en tant que modèle nu, cela demande de vraiment bien connaître son corps, notamment pour les poses longues. »

Pour s’inscrire, contactez le musée des Beaux-arts : mba-reservation@caen.fr

Source : http://www.ouest-france.fr/normandie/caen-14000/caen-croquer-ou-poser-nu-au-musee-des-beaux-arts-5201810

Un article à lire absolument !

Un article à lire absolument !

Bonjour tout le monde,

19601516_1964311793799921_4920796799856431853_nJ’espère que vous allez bien et que la chaleur estivale ne vaut accable pas trop. Ici, au Québec, il fait un temps tout à fait magnifique depuis maintenant plusieurs jours. Que cela fait du bien au moral de pouvoir admirer la beauté de la nature durant les chaudes journées d’été. Bien entendu que mon désir de poursuivre mes publications d’articles concernant mes passions de la nudité artistique, la photographie et la poésie se poursuit de plus belle. Quoi de mieux de profiter d’un peu de fraîcheur tout en poursuivant la rédaction d’articles au sein de mon blogue ? Est-il nécessaire de vous dire que ce dernier est devenu au fil du temps mon enfant chéri ?

Ceci écrit, je vous présente la retranscription d’un article paru au sein d’un magazine français. Un tel article porte justement sur la passion de poser nu dans le cadre d’activités culturelles et artistiques. J’ai cru bon pour mes fidels lecteurs et fidèles lectrices de retranscrire ledit texte afin de partager avec vous le point-de-vue d’un modèle vivant, de surcroît féminin, sur la noblesse de sa profession. Veuillez noter qu’un lien menant à la source est mis en annexe de cet article. Ceci est évidemment pour respecter le droit d’auteur.

Capture 1En terminant cette introduction, j’ai l’honneur de vous informer que mes services en tant que modèle nu ont été requis par un prestigieux département d’enseignement de l’art au Québec, et ce pour les quatre prochains mois. Il s’agit d’un département d’enseignement de niveau universitaire. J’ai eu la confirmation aujourd’hui même. Il va de soi que mes services seront aussi mis à la disposition d’autres écoles d’arts selon leurs besoins.

Ce qui ne m’empêchera guère de m’impliquer au sein de divers associations lesquelles sont soit politiques ou bien caritatives auxquelles je suis membre. En effet, j’ignore si vous le saviez, mais je suis très politisé, et ce depuis mon adolescence. Bref, vous verrez au cours des prochains mois certaines publications en lien direct avec les séances de nudité artistique qui auront lieu devant des étudiants et étudiantes en arts. Les mois à venir seront fort probablement très enrichissants en activités.

Sur ce, je vous souhaite une agréable lecture.

Sincèrement

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

“Poser nue, c’est mieux qu’une crème de beauté”

Selon Stéphanie Laurent

Que se passe-t-il dans la tête et dans le corps d’un modèle lorsqu’il pose nu devant un peintre, un photographe, un sculpteur ou un dessinateur ? Le métier de modèle de nu est-il aussi simple que l’idée véhiculée par certains magazines féminins ? Modèle vivant, le spectacle seule-en scène de Stéphanie Mathieu aborde ces questions sans fard.
Créé il y a un an, il se joue au Théâtre de Dix-Heures. L’auteure et interprète de 50 ans, blonde aux cheveux longs et élégante, a voulu partager son expérience depuis quatorze ans, en décrivant « l’état méditatif dans lequel on rentre naturellement pendant les séances de pose ». Celle qui est aussi une ancienne danseuse de revue espère contribuer à en finir avec les idées préconçues autour du métier de modèle de nu.

Quel souvenir gardez-vous de votre expérience de modèle ?

J’ai commencé à poser pour des raisons financières, histoire d’arrondir mes fins de mois de comédienne. La première fois, c’était il y a quatorze ans et j’avais 36 ans. Je me suis retrouvée dans la fermette du Jardin d’acclimatation au milieu des poules, des canards et des oies à poser pour un atelier associatif de dessin composé de dames élégantes de la bonne société. J’y suis allée avec tous les complexes que j’avais par rapport à mon corps et je me suis demandé si j’en serais vraiment capable. Depuis que je fais ce métier, je n’ai connu que des moments heureux. Car le regard de la personne qui dessine est toujours bienveillant et rassurant. Il n’y a aucun jugement, juste l’envie de retranscrire une forme de grâce, de valoriser son modèle… Aujourd’hui poser nue, c’est beaucoup mieux qu’une crème de beauté.

Quelles sont les contraintes liées à ce métier ?

Il me semble qu’elles sont essentiellement physiques : par exemple, le plus compliqué est souvent de gérer la douleur liée à l’immobilité. Selon les poses, cela peut être très pénible de rester sans bouger. Et puis, il y a la contrainte du temps, il faut être disponible.

Comment se gère la nudité, au départ ?

Il y a juste une forme de curiosité à avoir, comme un espèce de défi à vouloir relever. La société interdit de se mettre nu devant les gens, surtout si ça doit rapporter de l’argent. C’est très vite associé à de la prostitution. Donc tout est dans le désir de briser une forme de tabou.

Après, les choses se font naturellement pendant la pose, on finit par oublier qu’on est nue, la gêne du début se dissipe… Car, en face, vous avez des gens qui ne font que dessiner et qui rament d’ailleurs, parce que c’est très difficile de dessiner un être humain. Les tracas de l’autre vous désexualise et cela protège tout le monde. A la fin de la séance, le dessinateur peut être aussi fatigué que le modèle.

Bizarrement, c’est en société que c’est plus compliqué à gérer. Les gens détournent du regard quand le sujet est abordé. Contrairement à l’idée qui est véhiculée dans les magazines féminins, on passe toujours un peu pour une pauvre fille quand on veut parler de son métier de modèle de nu. Pourtant, il s’agit d’un formidable espace de liberté. Je vis ce travail comme une forme de thérapie. J’ai pu me débarrasser d’un grand nombre de mes complexes. La nudité m‘a donné de la force et de la confiance, et m’a davantage ouverte sur l’humain.

Peut-on vivre de ce métier ?

Pour moi, c’est plus un complément à mon travail de comédienne. Les salaires ne sont certes pas énormes, en moyenne 20 euros de l’heure. Mais beaucoup parviennent à en vivre, notamment ceux qui ne font que ça. Il y a d’ailleurs de plus en plus de modèles de nu à Paris :  je suppose que c’est parce qu’on peut arriver à y trouver son compte.

Pourquoi partager votre expérience de modèle à travers un spectacle ?

Je considère ce show comme militant et féministe. J’ai voulu que mon écriture corresponde à mes pensées, à mes sensations physiques, mentales pendant les poses, à mes souvenirs. En creux, il encourage à se débarrasser des carcans qu’impose la dictature de la minceur. On est superbe telle que l’on est.

Source : http://www.telerama.fr/sortir/poser-nue-c-est-mieux-qu-une-creme-de-beaute,161208.php

 

Un mot de votre humble serviteur

new-image151

Un mot de votre humble serviteur

Bonjour tout le monde,

new-image146J’espère de tout mon cœur que vous allez bien et que votre vie soit belle et bonne pour vous. De mon côté, la vie reprend de plus bel et les journées commencent silencieusement à faire leur parcours vers la saison printanière. Qu’à cela ne tienne, les petits plaisirs de l’hiver nous font patienter jusque-là. Et puis, entre vous et moi, l’hiver a aussi son charme qui est loin d’être négligeable.

Mon retour au Québec s’est bien déroulé même avec quelques heures de retard. L’essentiel est d’être arrivé à destination avec tous ses morceaux. Savoir que l’on puisse voler plus haut que n’importe quel oiseau de la Création me fait prendre conscience de tout le génie de l’Homme. Il est malheureux de constater qu’il s’en sert parfois à des fins loin d’être louables. 

En ce qui concerne la reprise de mes activités artistiques, le tout se fera de manièrenew-image19 graduelle. Toutefois, j’ai le plaisir de vous annoncer qu’il y a déjà un contrat de signé en tant que modèle nu avec une école d’arts pour des séances qui auront lieu à la fin du mois de février. À cela s’ajoute la possibilité d’un second contrat avec une institution de renommée internationale pour une séance qui devrait avoir lieu le lendemain. Comme rien est encore confirmé, je ne peux pas en dire plus pour le moment. Ce qui est intéressant dans ce contrat, c’est que cela constituera le summum de ma carrière de modèle vivant. Soyez rassurés-es que des photos des œuvres réalisées par  les artistes seront publiées sous formes d’articles dès que cela sera possible. D’ici-là, je continuerai la publication de poèmes et rédactions de réflexion pour votre bon plaisir et le … mien. 

Merci infiniment de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada