Archives de tags | confusion

Assise, les jambes écartées

Assise, les jambes écartées. Poème de Rolland Jr St-Gelais Source de la photo : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/30-00075a-907816968

Assise, les jambes écartées

 

Je viens de regarder les nouvelles télévisées.

Je ne sais pas quoi faire, quoi dire, quoi penser.

Est-ce une illusion qui amène tant de confusion?

Des rumeurs de guerre qui parcourent tant de nations.

 

Pourtant, j’ai de tout et je ne manque de rien.

Dans mon appartement que j’entretiens si bien.

Je vis dans un pays de neige et de poudrerie.

Où plusieurs gens, y rester, ont bien envie.

 

Loin des guerres et des conflits armés.

Un pays dans lequel on peut encore s’aimer.

Je m’étais préparée pour le coucher.

Une douche rapide pour être disposée.

 

À passer toute la nuit sous les draps chauds.

À me réfugier dans mes rêves de jardins si beaux.

Des amants si magnifiques qui me feront l’amour,

Jusqu’à ce que viennent les rayons du soleil du petit jour.

 

Je crains maintenant de m’endormir.

De voir mes rêves se transformer en cauchemars infinis.

De me réveiller dans un monde en guerre et dans l’indifférence.

Je suis assise, les jambes écartées, car je perds peu à peu mon innocence.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Es-tu Ève ?

Es-tu Ève ? Poème par Rolland Jr St-Gelais Photo par JREKAS Source : https://www.deviantart.com/jrekas/art/and-I-used-to-be-Eve-887473422

Es-tu Ève ?

 

Écoute-moi, ô femme étrangère.

Entends ma supplique, mon humble prière.

Réponds-moi, je t’en conjure, ô ma très chère.

Viens-tu d’une contrée de paix ou d’un pays en guerre ?

 

Rarement, mes yeux ont vu un corps si menu.

Tu es belle comme un ange descendu des cieux.

Je n’ai jamais eu la chance d’admirer une telle beauté,

D’une femme qui possède une silhouette si bien sculptée.

 

Es-tu le fruit de mon incontrôlable imagination ?

Es-tu l’une de mes nombreuses hallucinations ?

Pourquoi as-tu franchi les terres de toutes ces nations ?

Serait-ce pour semer en mon esprit une telle confusion ?

 

Tu me rappelles Ève et son bien étrange récit,

La source de tous nos malheurs et de nos maladies,

Depuis le jour où elle fit manger à Adam le fruit interdit,

Qui acquiesça à sa demande, car ébloui par sa beauté infinie.

 

Toi que je vois en cet instant précis,

Toi, qui en mes songes, je suis à ta merci,

Toi, pour qui l’espace d’un souffle, je perds l’esprit

Laisse-moi te prendre dans mes bras, je t’en prie.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada