Archives de tags | rivière

Le véritable pouvoir

Le véritable pouvoir Texte de Rolland Jr St-Gelais Modèle & Photo : JenovaxLilith Source : https://www.deviantart.com/lilithjenovax/art/My-Power-946390574

Le véritable pouvoir

Bonjour tout le monde,

J’espère de tout mon cœur que vous passez une belle saison. Pour ma part, je dois avouer qu’il y a fort longtemps que je n’ai pas vu un hiver aussi agréable que maintenant. En effet, la température clémente qui recouvre la magnifique région de Québec est fort appréciée par votre humble serviteur.

Comme vous le savez déjà, je profite de la quiétude de ma réalité actuelle pour créer des poèmes et écrire des textes sur mon blogue artistique sur divers thèmes. Or, il m’est arrivé à l’esprit de rédiger un article en répondant à l’une des nombreuses interrogations cruciales liées à l’existentialisme. Il est fort possible que ma situation physique avec laquelle je vis depuis ma naissance et certains évènements attachés à mon expérience de vie y soient pour quelque chose dans la manière dont je perçois la présence humaine.

À dire vrai, le fait que de plusieurs questions viennent hanter ma pensée ne m’a jamais empêché d’apprécier mon destin en y découvrant la multitude de bons côtés qui la composent. Or, ceci m’amène justement à résoudre cette problématique inhérente à l’existence. Quelle serait le véritable capacité que j’ai été dans l’obligation de développer afin de faire face aux diverses circonstances que j’ai dû affronter ?

Oui, je suis conscient que je ne possède aucun des pouvoirs des super héros de bandes dessinées qui ont jalonné les lectures de mon enfance ou que je vois sur les immenses écrans dans les salles de cinéma. Cependant, il y en a un qui s’est imposé au plus profond de mon être. Une aptitude qui m’est d’une grande utilité face à ce qu’il peut m’arriver.

C’est un fait indéniable que je n’ai pas de contrôle sur ce qu’autrui peut opérer et que ses actions, sûrement sans aucune mauvaise intention de sa part, peuvent me perturber. Toutefois, je suis libre de le prendre d’une manière que je qualifierais de « détachée ». Oui, cela peut m’ébranler. Cependant, c’est à moi, et à moi seul, que revient le degré d’affectation à mon endroit. Dit autrement, je suis responsable de mes sensibilités et c’est à moi de les endiguer, telle une rivière au printemps qui se décharge de ses glaces, de façon à ne pas me laisser submerger.

Certes, c’est là un travail de longue haleine. Je devrais plutôt écrire de toute une vie. À plus forte raison si on se souvient qu’elle est semblable à des montagnes russes. « Les jours se suivent, mais ne se ressemblent pas », dit l’adage. Voilà pourquoi il est impératif de garder un contrôle sur nos émotions qui peuvent surgir à n’importe quel moment.

Attention ! Il n’est pas dans mon intention de minimiser l’importance de vivre pleinement ce que l’on ressent. Je désire simplement vous rappeler que le fait d’en être le seigneur incontesté est avant toute chose un bon pas dans la maîtrise de notre vie.

Merci infiniment de votre attention à mon endroit !

Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

Le blues de l’hiver

Le blues de l’hiver Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Winter-blues-943784393

Le blues de l’hiver

 

Nous sommes en début d’année.

Je me sens déjà tellement fatiguée.

Les jours s’allongent bien lentement.

En son temps, le printemps viendra sûrement.

 

La période des fêtes n’avait pas sa raison d’être.

Quelle tristesse, d’un noble chêne, de le voir disparaître.

Mais, heureusement que la vie continue son chemin.

D’un futur qui annonce souvent de meilleurs lendemains.

 

Je pense à mon enfance défiler sur la vitre glacée de la faîtière.

Des images défilant à la vitesse de l’éclair sans coups de tonnerre.

Des souvenirs d’un bonheur, à jamais écoulé, et pour toujours, regretté.

Le regret de ne pas avoir dit mon amour à mes parents qui m’ont si protégée.

 

Je revois les scènes hivernales passées dans la forêt enneigée.

Quel plaisir de glisser en traîneau sur le tapis d’un blanc immaculé !

De rire aux éclats en vivant le plus joli des moments, celui du présent.

Quelle évocation de ma lointaine enfance disparue depuis si longtemps !

 

Oui, je sais que les splendides journées reviendront en temps et lieu.

Que les fleurs apparaîtront à la grande satisfaction des amoureux !

Que les arbres reçoivent sous leurs branches les gens de tous les horizons !

Que les oiseaux gazouilleront d’un seul cœur de mystérieuses chansons.

 

Chaque saison a sa richesse de sa beauté.

De l’été, j’en retiens ses périodes ensoleillées.

De l’automne, j’admire les feuilles aux couleurs diverses.

Deux cycles qui me font vivre des aventures à la fois gaies et perverses.

 

Du printemps, j’en retire la douce floraison des champs.

Parfois, à la sortie des écoles, les rires innocents des enfants.

Une saison annonciatrice de projets de fiançailles et de mariage.

Des promesses qui feront leurs preuves à travers les âges.

 

Mais, d’ici là, je ne peux pas empêcher mon âme de traverser.

Une rivière remplie d’émotions qui viennent si bien me chercher.

C’est une étape de l’existence à franchir pour enfin être affranchie.

J’ai le blues de l’hiver, mais je reprendrai bientôt le goût à la vie.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada 

Illusion

Illusion Poème de Rolland Jr St-Gelais Modèle JenovaxLilith Photo par Minds/Oscure Source : https://www.deviantart.com/lilithjenovax/art/illusions-855332928

Illusion

 

Je me promenais,

En me demandant où j’allais.

Car, la vie est tellement sinueuse,

Et, devant nos questions, silencieuse.

 

Bien des femmes en secret, j’ai aimé.

Pour certaines d’entre elles, j’ai pleuré.

Quelques-unes m’ont quand même fait rire.

Par leurs souvenirs, je peux encore sourire. 

 

Qui a dit que l’existence est facile ?

Alors que nos premiers souffles sont difficiles.

Apprendre à marcher depuis notre tout jeune âge,

Pour qu’un jour, nous portions en terre un père si sage.

 

Notre première bougie sur notre gâteau d’anniversaire,

Deviendra un vague rappel que nous quitterons cette terre.

Voilà à quoi je pense en longeant cette rivière magnifique,

Dont le nom ressemble à un conte de fées et d’êtres magiques.

 

Il y a toutefois en moi une idée qui me rassure,

Quelque chose qui semble, à mon regard, si pur.

Un secret dévoilé par les cieux quelquefois cléments,

Une révélation écrite dans mon cœur tendrement.

 

Que nous avons besoin de vivre des sensations,

Quitte à perdre pour un instant notre raison.

Quel malheur que je sois un simple mortel,

Surtout lorsque la vie peut être à sa guise belle.

 

Ce que j’adorerais tellement ne jamais connaître la fin !

Devrais-je implorer celui que l’on appelle l’étoile du matin ?

Afin de faire l’amour avec dames si jolies lorsqu’elles sont nues.

Quelle invocation furtive devrais-je prononcer à l’ange déchu ? 

 

Pour que je puisse rêver de richesse, de pouvoir et de coupable tendresse.

Que Méphistophélès, par l’une de ses œuvres, m’extirpe de cette détresse.

Qu’enfin je trouve, en mon existence éphémère, une réelle raison.

Quitte à me bercer de cette chaleur, de cette agréable illusion.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Jeu de mains

Jeu de main Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Jerseyfightfan Source : https://www.deviantart.com/jerseyfightfan/art/uNZ6-Y40qzo-940512589

Jeu de mains

 

Jeu de mains.

De la nuit jusqu’au matin,

Fait par deux belles frangines,

Deux copines aux idées bien coquines.

 

Deux amies aux charmes de la France,

Des comparses qui vivent leur différence,

En toute intimité dans les couloirs de leur château,

Un manoir situé près d’une rivière où la lune se reflète dans l’eau

 

Leurs sourires radieux témoignent de leur désinvolture

Lorsqu’elles se divertissent ainsi avec une intention pourtant si pure

Il est vrai qu’il est rarissime de se pincer allègrement les mamelons.

Ces seins n’avaient jamais sustenté l’appétit d’un nourrisson.

 

Quel étrange rituel, je dois l’avouer !

Entre des sœurs tellement belles et fières de leur péché.

Quel mal, peut-il bien y avoir de s’offrir ce petit plaisir ?

Dans un monde où l’adage serait, à première vue, de souffrir.

 

Ce que j’aimerais vous accompagner en ce jour du Seigneur.

Être compté pour un bibelot afin de vous combler en ces heures.

Car, voyez-vous, j’ai tout un atout que seules des élues ont goûté

Une faveur dont certains dieux m’ont, par générosité, octroyée.

 

Allez ! Ô, charmantes dames en ces terres inconnues.

Ne savez-vous pas que je vais vous en mettre plein la vue ?

À cet amusement exceptionnel, je suis un véritable passionné.

Par mon aptitude, croyez-moi, que vous serez émerveillées.

 

Mais, avec résignation, je reconnais que je suis ébahi.

Par tant de splendeur et de sensualité vécues en votre lit.

C’est lorsque j’aperçois une telle scène que je regrette l’absence.

Celle de mes mains que je n’ai jamais eue même durant l’enfance.

 

Veuillez accepter, dames de l’hexagone, mon humble présence à vos côtés.

Soyez convaincues que je saurai bien réaliser vos quatre volontés

Vous serez étonnées par ma dextérité pour vous satisfaire.

Car, pour être franc, ma raison est de vous plaire.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Quelques gouttes

Quelques gouttes Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Acuarela1962 Source : https://www.deviantart.com/acuarela1962/art/S-T-1402-925495299

Quelques gouttes

 

Quelques gouttes d’eau,

Afin d’abreuver ta douce peau,

Et y laisser l’arôme de la nature,

Qui égale ta beauté fraîche et si pure !

 

Quelques jets clairs sur tes seins,

Que je n’ose pas toucher de mes mains,

Des mamelons que je rêve tant d’y goûter,

Afin de savourer, de son lait crémeux, sa volupté.

 

Quelques perles de cette averse,

Qui sait bien rendre mon âme, en sens inverse.

Et raviver en mon être la masculinité qui s’y trouve,

Car, en mon cœur d’homme égaré, une porte s’entrouvre.

 

Quelques filets de cette ondée,

Qui maîtrise l’art de mettre en valeur ta féminité,

Quel cadeau si précieux de cette vie éphémère,

Conçue dans le secret de l’être qui est devenu une mère.

 

Quelques larmes qui tombent du ciel,

Sur ta poitrine étincelant comme le miel,

Ces zestes coulent telle une rivière le long de corps

Rendant mon désir de t’enlacer de plus en plus fort.

 

Quelques gouttes laiteuses, un jour ou une nuit, peut-être.

Sortiront de l’intimité se trouvant dans le sein de mon être.

Et, dans un élan de passion fusionnelle, je te ferai déguster.

Dès l’instant où nous deviendrons des amoureux pour l’éternité.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada