Archives de tags | coeur

D’un conte aussi vieux que le temps

« D’un conte aussi vieux que le temps » Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo & Modèle : JenovaxLillith Source : https://www.deviantart.com/lilithjenovax/art/dark-anthologies-947529740

 

D’un conte aussi vieux que le temps

 

Bonsoir mes amis !

Vous êtes les bienvenus, en cette nuit.

Où je vous raconterai une fable ancestrale.

Un récit qui vous guidera vers les aurores boréales.

 

Un archange devint amoureux d’une dame sous les firmaments.

Mais, tout semblait être ligué contre lui malheureusement.

Il s’agissait d’un démon qui s’était échappé de l’enfer.

Car, de ce lieu de damnation, il n’en savait que faire.

 

Son élue était la fille unique d’un noble et grand roi.

Dès qu’il le regardait, son cœur se remplissait de joie.

Elle avait une âme si pure et si belle telle une colombe.

Afin d’assurer son secret, il valait mieux qu’elle ne voit pas son ombre.

 

Chaque soir, il lui rédigeait une charmante lettre d’amour.

Il le posait avec finesse sur sa poitrine à l’arrivée du petit jour.

Sans oublier de mettre sur son front avec prudence un doux baiser.

Afin d’éviter de son sommeil apaisant de ne pas la réveiller.

 

Les saisons filèrent sans qu’elle trouve qui était cet être mystérieux.

Ce gentilhomme qui lui écrivait des poèmes avec un talent merveilleux.

Cependant, elle sentait bien qu’on la suivait dans un parfait silence.

Que cela tienne, elle le saura tôt ou tard avec un peu de patience.

 

Puis survint une guerre atroce et terrible qui la força à s’exiler,

Son père, devant la menace de son rival, voulut la protéger.

Mais, il ignorait qu’un ange déchu veilla avec attention sur elle,

Il la recouvrait à chaque instant de ses imposantes ailes.

 

Un jour, l’ennemi si redouté lui envoya un mercenaire,

Dans le but de la tuer et ainsi de sa lignée réussir à s’en défaire.

Flèche imbibée dans du poison afin qu’elle passe de vie à trépas.

Voilà un plan judicieux qui devrait réussir à coup sûr ! Il s’exclama.

 

La princesse admirait le coucher du soleil de son château,

Un paysage tellement extraordinaire à ses yeux si beaux.

Projectile tiré au loin par un arc tenu par des mains d’un être vénal.

À qui l’on avait remis une bourse pleine de pièces d’or pour faire ce mal. 

 

 Face à cet aiguillon si rapide nul d’autres choix que d’apparaître.

Permettant ainsi à son élue de voir l’aspect véritable de son être.

Se logeant à la vitesse de l’éclair entre cette pointe et sa chérie,

Il l’a reçue de plein fouet en son cœur révélant alors son secret bien gardé.

 

Découvrant dans ce geste une générosité héroïque,

Elle comprit qu’il était intervenu par une bonté authentique.

Du fait d’un tel grand sacrifice, sa place devrait être au ciel.

Donner sa vie pour ceux que l’on aime est en soi une action si belle.

 

Oui, c’est bien d’un conte aussi vieux que le temps.

Une histoire tant impossible entre deux êtres si différents.

Une romance qui enjolive depuis toujours notre existence éphémère.

Comme il serait bien d’apprendre à s’aimer au lieu de se faire la guerre.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Avant d’en arriver là

Avant d’en arriver là Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par VW1956 Source : https://www.deviantart.com/vw1956/art/another-place-945724937

Avant d’en arriver là

 

Je suis allé me promener,

Dans un cimetière, au risque vous déplaire.

Au beau milieu d’une nuit éclairée par une lune souriante.

Ce qui peut vous paraître une chose tout à fait surprenante.

 

À dire vrai, je me posais mille questions,

À propos de la vie pour éviter de perdre sa raison.

Quoi de plus propice qu’un tel endroit pour comprendre ?

Ce que nous attendons de notre existence sans nous y méprendre ?

 

Combien de ces gens ont-ils cherché l’amour en vain ?

Quel nombre parmi eux a eu la chance de boire du bon vin ?

Alors que d’autres se contentèrent du peu que leur offrait la destinée.

Cuillère de bois, ou argentée, peut tanguer l’équilibre du nouveau-né.

 

J’entends le vent souffler dans la cime des feuillus.

Et qui me fait penser à la respiration de ces chers disparus.

De ces inconnus qui jalonnèrent les rues de tant de villes peuplées,

D’individus qui occupent des emplois souvent mal payés.

 

Je perçois les murmures de ceux qui avaient tant de rêves à accomplir.

Des projets merveilleux qu’ils n’ont pas pu réaliser avant de partir.

D’autres ont fait des exploits formidables dans un silence absolu.

Des riches et des pauvres qui sont désormais, de leur état, dépourvu.

 

J’observe les arbres qui couvrent les pierres tombales de leurs ramures.

Ils les protègent contre l’usure du temps avec une volonté si pure.

Car, il n’y a rien de plus terrible en ce monde voué à la matérialité.

Que d’assister à l’érosion de toutes les formes de spiritualité.

 

Je distingue des mots d’amour qui n’ont jamais été dits,

 Par ces âmes alors qu’elles avaient l’opportunité d’être en vie.

Pourtant, n’est-ce pas ce qui donne aux humains un motif d’exister ?

Quelle tristesse de voir que tant de peuples se sont entretués !

 

Je lis les noms inscrits sur les sépultures,

De ces témoins qui ignorent la crainte de notre futur.

 Ont-ils pu embrasser les êtres qui étaient chers à leurs yeux ?

Est-ce important de le savoir alors qu’ils furent rappelés par les cieux ?

 

Quelle leçon ai-je apprise en cette période d’obscurité ?

Qu’il est impératif de vivre dans la lumière en toute vérité !

Voilà pourquoi mon cœur exulte dès que l’aurore est devant moi.

Ne craignons donc pas de dire notre amour avant d’en arriver là.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Vois la lumière

Vois la lumière Photo et poème par Rolland Jr St-Gelais

 

Vois la lumière

 

Trop tard pour reculer.

Tu dois maintenant avancer.

Tu as gravi les marches de l’escalier.

C’est le moment de décider pour l’éternité.

 

Faire le choix de la force pure et le judicieux pouvoir,

Être ce que tu es jusqu’à l’avènement du dernier soir.

Il est plus que temps de t’accomplir et non pas de subir.

Regarde ces cierges, c’est alors tu commenceras à vivre.

 

Remets-toi avec fierté en chemin !

Laisse cette croix et réalise ton destin !

Dans le fond des ténèbres existe une lumière,

Qui donnera à ton âme la puissance d’une guerrière.

 

Trois bougies rayonnent dans la nuit.

La première remplira d’ardeur ton esprit.

La deuxième comblera ton cœur de la volonté.

La dernière te préviendra de tous les dangers.

 

Mais, prends bien garde à mes recommandations.

Tu subiras de la part des hommes bien de condamnation.

Tu seras perçu comme un être étrange qui sans cesse les hante.

Tu auras l’avantage de connaître leurs intentions malfaisantes.

 

Avance et touche ces flammes qui brûlent devant toi !

Tu cesseras d’être une simple esclave et ta vie tu gouverneras.

De ton avenir, désormais, tu en seras la maîtresse à jamais.

Maintenant, c’est le moment d’évoluer en ce que tu es.

 

Vois cette lumière qui resplendit dans ton cœur.

Il serait peut-être le temps d’arrêter d’avoir peur.

Je te porterai afin que ton pied ne heurte aucune pierre.

Va vers l’avant et surtout ne pense plus à tes fautes d’hier.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Je serai bientôt de retour

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

 

Je serai bientôt de retour

 

Bonsoir mon amour,

Je pense à toi chaque jour,

Je rêve toujours de toi chaque nuit.

Tu es l’étoile qui, dans le firmament, sans cesse reluit.

 

Je t’écris cette lettre d’un lieu totalement inconnu.

En imaginant te voir, dans notre lit, entièrement nue.

Admirer ta chevelure dorée telle une couronne d’une reine.

Regarder en silence ton cou où éclosent tes magnifiques veines.

 

Sur les draps d’un blanc immaculé me rappelant ta virginité

Par une nuit de tendresse, tu m’as avec confiance donnée.

Tu ressemblais à une frêle fleur qui se laissait cueillir,

Afin de pouvoir, dans un élan passionnel, nous unir.

 

Pour le moment, je ne peux pas te dire où je suis.

Crois-moi ! C’est une question de mort ou de vie.

Mais, je ferai tout mon possible pour m’en sortir.

De cet endroit perdu, mon seul but est de fuir.

 

Sache ma bien-aimée ! Je conserve l’espoir,

De te toucher, en plein jour ou bien le soir.

Les souvenirs si merveilleux que j’ai de toi,

En mon cœur sèment tant de bonheur et de joie.

 

Je te promets que nous retournerons à cet hôtel,

Pour se rappeler jusqu’à tel point, la vie est belle.

Nous visiterons de nouveau Paris, la Ville lumière.

En chantant, de notre jeunesse, de mémorables airs.

 

Mais, tout ce que je peux faire pour aujourd’hui.

C’est d’écrire avec une plume ces mots sur du papier flétri.

En tenant avec ma main cette missive que je t’envoie,

En espérant de tout mon cœur qu’elle arrivera jusqu’à toi.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada 

Divine

Divine Poème de RollandJr St-Gelais Photo de G.B., d’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Divine-938938109

Divine

 

Magnifique !

Simplement exotique !

Extraordinairement fantastique !

Digne des rêves les plus érotiques !

 

Quoi de plus merveilleux ?

Que ton corps, une grâce des dieux !

Un miracle envié par les anges dans les cieux.

Si tu savais comme ta présence me rend si heureux.

 

Est-ce un crime de pouvoir apprécier une telle beauté ?

C’est ce que je crois comprendre dans notre société.

Une époque où les manifestations de pure nudité

Semblent vouées à une perversion de la sexualité.

 

Quelle grande tristesse incommensurable,

D’assister à une telle réalité méconnaissable,

Où toute franchise est depuis impardonnable,

Où la promotion de la violence paraît si inévitable.

 

Mais, heureusement, tu es à mes côtés.

À tes lèvres veloutées, je désire tant y goûter.

Depuis que tu es sur mon destin, à toi je fais que rêver.

Car, tu es dans mon cœur et dans mes pensées pour l’éternité.

 

Ô, mon amour ! Il ne s’agit pas que de simples mots.

Car, de toute ma vie, je n’ai jamais rien vu de si beau.

Renoncer de pouvoir admirer ta féminité serait le pire des maux.

Je prie les saints du Ciel de m’épargner de mon vivant un tel fléau.

 

Oui, je l’avoue d’emblée, ma tendre copine.

Parfois, et même souvent, mes idées sont coquines.

Peut-on m’en vouloir de contempler tes courbes si fines ?

Voilà pourquoi, je ne cesserai pas de te dire comme tu es divine.

 

De

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada