Archives de tags | milieu

Je n’ai pas trop idée

Je n'ai pas idée
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Je n’ai pas trop idée

 

C’est maintenant le matin,

Le soleil est depuis longtemps levé,

Je le perçois malgré le temps si enneigé,

Je me suis endormi tôt dans mes draps de satin

 

Dans mes draps en pensant à toi ma beauté,

De mes pensées dans la nuit tranquille se sont envolées,

Envolées au pays des songes peuplés par de magnifiques fées,

Enveloppant avec douceur mon corps tout entier de mes draps satinés.

 

Mais, chose si étrange à chaque nuit.

Je me réveille toujours en plein milieu de la noirceur,

Et malgré mes icônes et mes chapelets bénis, j’éprouve de la peur.

Peur de ces fantômes qui me poursuivent de mes inavouables envies.

 

De cette envie de te retrouver,

De cette envie de pouvoir te consoler,

De cette envie de pouvoir te serrer dans mes bras,

De cette envie de t’écouter avec attention comme il se doit.

 

Mais avant la venue de l’aurore,

Dans l’obscurité je ferme les yeux et je me rendors,

C’est pourquoi je n’ai pas trop idée quand je me réveille,

Voilà pourquoi bien souvent dans ma chambre, tranquille je veille.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Ce n’est pas grand-chose

La rose
Photo par G.B. d’Allemagne Instagram gb62da et DeviantArt https://www.deviantart.com/gb62da

Ce n’est pas grand-chose

 

Bonsoir chérie,

Es-tu prête pour cette nuit?

De toi, si tu savais comme j’en ai envie.

Si tu le veux, cette nuit, maintenant et pour la vie.

 

Depuis bien des années,

Que nous nous sommes fréquentés,

Aussi loin que je puisse me souvenir

 Je t’avais remarquée grâce à ton beau sourire.

 

Nous sommes allés à la même école et dans la même classe,

Comme c’est incroyable ce que la vie si vite elle passe,

Je me rappelle comme ta main tremblait,

Lorsque pour te rassurer je la tenais.

 

 Pendant nos belles vacances d’été,

À la plage nous nous sommes tellement amusés,

Et pendant les jours de pluie, nous jouâmes à la cachette.

Sans penser une seule fois qu’un jour sonnera l’âge de la retraite.

 

Malgré nos disputes toujours idiotes et bien éphémères,

Nous revenions l’un vers l’autre comme la plage et les vagues de mer.

Car il y avait en nous un secret que nous n’osions pas nous avouer,

Une flamme qui animait notre cœur et qui se résume à celui de s’aimer.

 

Était-ce par crainte ou par une fausse pudeur?

Je crois bien qu’en ce temps, ce n’était pas la bonne heure.

Voyant le moment venu, j’ai choisi pour vivre un humble métier.

Celui que mon père m’avait par son exemple toujours montré.

 

Et de ton côté, tu as estimé bon de choisir une autre voie.

Bien entendu, je l’avoue que cela était ton plein droit.

Pour tes hautes études, tu es parti loin de moi.

Jamais je n’aurai cru un jour revenir vers toi.

 

Que de belles et suaves paroles gars des villes,

Ils t’ont gavée à satiété avec des pensées basses et viles,

Espérant dans le noir de leurs cœurs dans leurs pièges tu tomberais,

Mais dans leurs yeux aux desseins impures, de mon amour tu te souvenais.

 

Tu as bien essayé de faire en ce milieu ton chemin,

Mais tu n’y as trouvé qu’amertume et beaucoup de chagrin. 

Les jours et les nuits ont inévitablement défilé,

Marquant au feutre rouge les dates sur le calendrier.

 

Dès ton retour dans notre si beau village, tu m’as téléphoné.

Écoutant ta voix frémissante, tu voulais ce soir me rencontrer.

Nous devions mettre cartes sur la table pendant qu’il était temps,

Car dans le gouffre de nos âmes, un secret existait depuis trop longtemps.

 

Après notre modeste repas que nous avons si bien partagé,

Tu me confias avec une incroyable douceur que tu m’as toujours aimé.

C’est alors que je t’avouai que pour moi ainsi il en avait toujours été,

Alors pour la première fois, avec passion nous nous sommes embrassés.

 

Pour nos retrouvailles, je ne savais pas trop quoi t’offrir.

Mais je me doutais bien qu’une fleur te ferait sûrement plaisir,

Mais par un heureux hasard j’avais choisi la plus belle des roses.

C’est avec tout mon amour que je te l’offre même si ce n’est pas grand-chose.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Détachement !

fb_img_15315007781664670528812321085940.jpg

Dessin par Eri Kel de la France

Détachement !

« Quelle force insoupçonnée que d’avoir la capacité du détachement. Une force qui transcende toutes compréhensions humaines. Se détacher du passé, du présent et d’un hypothétique futur. Se détacher de son milieu, de son corps, de ses craintes et de ses faiblesses et même de ses forces et ses certitudes. Se dé tacher de toutes ces taches qui nous salissent tant de corps que d’esprit.  Ne serait pas l’apanage des Dieux? »

Réflexion personnelle!

RollandJr St-Gelais de Québec (Canada)

D’où vient ma passion de poser nu?

En belle compagnie

En belle compagnie

D’où vient ma passion de poser nu?

Il serait bien de prendre note que je suis très grand et assez corpulent malgré mon handicap physique.

Bonjour tout le monde!

Je désire aujourd’hui faire un petit survol de mon expérience personnelle et de ma passion de poser nu dans un cadre artistique. Et, pour ce faire, je vais vous expliquer quelles sont mes raisons les plus intimes, l’ensemble de mes objectifs à plus ou moins longs termes, mes nombreuses craintes que je dois affronter au quotidien et, enfin, mes choix de pose.

Un croquis exceptionnel

Un croquis exceptionnel

Bien entendu, il est impératif de comprendre que je fais qu’un simple survol et que je ne cherche en aucune façon à me justifier. C’est ma vie. C’est mon corps. C’est mon choix et cela ne regarde que moi. Il va de soi que le respect entre les artistes et moi-même doit être la pierre angulaire de tout travail. J’adore ce que je fais et je n’oblige pas qui que ce soit de suivre mes pas surtout si cela ne lui convient en aucune façon. Ici, le principe de « vivre et laisser-vivre » est fondamental dans ma démarche.

Les raisons de vouloir poser nu sont liées les unes aux autres et sont inhérentes à mon vécue. Vous êtes-vous demander un seul instant comment vous vous sentiriez si les seuls regards qui se sont intéressés à votre physique étaient ceux du corps médical, qui devait trouver une manière de réparer les gaffes causées par la Thalidomide, ou bien par des avocats davantage intéressés à faire un bon coup d’argent que par le souci d’obtenir justice pour les tords que vous allez devoir subir le reste de vos jours? C’est pourtant ce que j’ai vécu depuis ma naissance.

Il y a aussi les ouvrages historiques qui ont décrit avec une exactitude bouleversante les divers courants idéologiques qui prônaient l’eugénisme depuis le milieu du XXe siècle dont le point culminant est l’établissement étatique de chambres à gaz qui ont servi à éliminer les handicapés physiques et les déficients intellectuels sous le régime nazi. Ici, les artistes ont servi, souvent sous la menace, à promouvoir l’idéologie nazie. J’ai, à titre d’exemple, la diffusion de courts-métrages dans les salles de cinéma d’Allemagne et d’Autriche où l’on tentait par l’utilisation d’images dégradantes de justifier l’établissement de centres médicaux où l’on pratiquait l’euthanasie dite «par compassion». Voilà les raisons incitatives d’offrir mes services en tant que modèle nu au plus grand nombre possible d’artistes.

Pourquoi moi plus qu’un autre? Je suis fier de mon corps, heureux dans ma nudité, bien dans ma peau, épicurien jusqu’au plus profond

Poser nu est un art de vivre

Poser nu est un art de vivre.

de mes tripes et, le plus important, je ne souffre d’aucune complexité. Mon corps a une histoire qui me rend différent du commun des mortels et qui, néanmoins, me rapproche de l’humanité: Nous sommes uniques car nous avons tous un cheminement de vie qui nous appartient et avec lequel nous devons composer. Tout le monde peut poser nu, mais peu accepte de le faire, surtout si des yeux étrangers entrent en ligne. Peur du jugement? Peur du qu’en dira-t-on? Peur de … soi? Ici, les réponses varient d’une personne à l’autre.

Une autre raison de vouloir poser nu est de me surpasser, c’est-à-dire dominer ce corps. Pour être plus précis, je désire le rendre docile afin de pouvoir le présenter autrement qu’un simple corps comme un autre, mais davantage comme une oeuvre d’art où l’esprit a prédominance sur tout. C’est mon âme qui parle à travers ce corps et non pas une force brute qui s’exhibe. Ici, mon phallus doit impérativement demeurer au repos. C’est de l’art que je fais. Non?! La noblesse doit donc rester le fer-de-lance dans ma démarche sans quoi je perdrai toute crédibilité non seulement auprès des artistes mais aussi face au public.

Merci à Nathalie de Bourget

Merci à Nathalie de Bourget

Un autre de mes objectifs est de favoriser une meilleure compréhension face à la différence de l’autre, et ce, en deux mouvements. Le premier mouvement est de faire prendre conscience que la différence de l’autre est davantage perçue à travers les yeux de la société que par sa propre conception de la normalité. Qu’est-ce que la normalité? Pourquoi donc? Et qu’est-ce qui permet d’affirmer qu’un tel corps soit plus normal qu’un autre? Le second mouvement relève de ce que nous croyons être face à ce que nous sommes réellement.

Ici, une bonne dose d’humilité est primordiale pour arriver à séparer nos capacités de nos limites. Moi, puisque je ne peux parler pour personne d’autre que moi-même, je suis apte à prendre des poses entièrement nu, de rester immobile, de partager avec l’artiste en parlant de tout et de rien si cela s’avère être nécessaire ou encore de garder un silence absolu. Par contre, je n’aurai jamais les yeux de l’artiste, ni ne ressentirai ses émotions et, encore moins, pourrai réaliser à sa place son oeuvre. Le contraire est aussi vrai.

Il est plus que temps de développer sur les nombreuses craintes que je dois affronter au quotidien dans mon choix de poser nu. Autant clarifier les choses d’entrée de jeu, avoir des craintes est souvent salutaire dans nos prises de décision. Après tout, lequel d’entre nous traversera une rue sans avoir au préalable regardé des deux côtés afin d’éviter un accident potentiellement mortel? Rappelons-nous que la prudence est l’une des vertus cardinales.

La crainte du jugement de la part de son prochain est à la base de tous les concepts religieux, et ce, depuis la nuit des temps. Il est certain que je n’échappe pas à cette règle. Que va-t-on penser de moi, de mon choix de vie, de ma passion? Poser nu devant une caméra, devant des artistes, devant un publique peut devenir une véritable torture pour plusieurs d’entre nous. D’ailleurs la majorité des individus n’aiment pas leurs corps. Ceci les incite à  multiplier les interrogations potentielles à l’égard de ce dernier: Comment voit-on mon nez, mon torse, mes jambes et mes fesses ainsi que le reste? Sont-ils aussi horribles comme ils le sont à mes yeux? Pour ma part, j’ai dû passer par-dessus bien des commentaires peu élogieux à mon endroit, et ce depuis fort longtemps. Certains d’entre eux ont laissé des cicatrices des plus profondes. Ne vous demander pas pourquoi il y a eu un temps où j’ai sombré dans le tourbillon de l’alcoolisme. Dieu merci, je suis maintenant sobre depuis plus de 15 ans.

À l'école artistique: Le Kamaïeu de Québec

À l’école artistique: Le Kamaïeu de Québec

Un élément fondamental dans l’acceptation de soi doit ici être retenu: Ne jamais se sous-estimer , ni sur-estimer qui que ce soit. Le contraire est tout aussi valable, c’est-à-dire que l’on doit accepter que l’autre ait un physique plus conforme aux normes sociales que le nôtre, et que pareillement, notre corps est tout aussi beau que le sien mais vu sous un regard différent. Rappelez-vous de ceci: La différence existe bien plus dans l’imaginaire collectif que dans la réalité. C’est à méditer.

Comment peut-on alors surmonter les appréhensions face aux jugements potentiels venant de la Plèbe? La solution à cette problématique est d’une simplicité déconcertante: Tout d’abord, inviter les gens à se mettre dans vos souliers, ne fut-ce que pour une journée. Ensuite, les amener à accepter votre parcours de vie sans exagérer les faits, ni les occulter. Enfin,  les questionner si ils sont prêts à poser nu en dépit de tous jugements subis depuis leurs enfances. Vous seriez surpris du résultat.

Un dernier élément, j’affirmerais même qu’il est le plus important de tout ce dont je vous ai parlés précédemment, est que je suis totalement transparent dans ma démarche. Ce qui signifie que j’ai adoré poser nu, que j’ai eu la chance de le faire avec des artistes formidables, que mon expérience a été très valorisante et qu’en bout de ligne, je souhaite d’une part, accroître ma notoriété dans ce domaine et, d’autre part, faire partager mon expérience avec toute personne bien intentionnée.

Que puis-je dire de mes choix de pose? Ayant pratiqué les arts martiaux pendant de nombreuses années, vous pouvez aisément comprendre que je suis très à l’aise avec mon physique. Mes poses peuvent être de courtes, moyennes et longues durées. Elles peuvent être réalisées assis, debout, de face, de profil et de dos. Par contre, l’essentiel est de respecter l’atmosphère de travail.

Pour conclure mon article, je vous dirais que la pose nue n’a jamais été pour moi un travail. C’est plutôt une passion, un mode de vie, un art de vivre tout simplement. Cependant, la noblesse dans les poses et la fierté doivent demeurer le fondement de mon cheminement personnel.

Merci de m’avoir lu.

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

email: modelevivantaquebec@live.ca

P.S. Cet article a reçu jusqu’à ce jour 600 visites et plus. J’en suis vraiment très heureux et vous en remercie.