Archives

Ô mon ami Pierrot

mon ami Pierrot
Ô mon ami Pierrot Par RollandJr St-Gelais Photo par Marc Bergmann Source : https://www.deviantart.com/marcbergmann/art/very-tender-touches-848604333

Ô mon ami Pierrot

 

Dans la fraîcheur de la blanche nuit,

Je me suis, de mon envie, gaiement assouvie.

Pensant à tous ces Pierrots qui n’avaient pas de plumes,

Pour caresser la peau de leurs bien-aimées brunes.

 

Dis-moi mon bon ami Pierrot,

Oui toi, mon tendre ami si beau.

Fredonnes-tu cette chanson de la douce France,

Car c’est le cas pour moi quand je bouge délicatement mes hanches.

 

Au clair de la lune ! Que me chantait ma mère.

Lorsque mon père parti dans les contrées étrangères,

Car il fallait bien y travailler pour ma mère et sa progéniture,

Attendu que rares sont ceux qui se contentent d’amour et d’eau pure.

 

Dis-moi mon ami Pierrot, as-tu apporté avec toi une plume?

Cette plume qui saura me satisfaire jusqu’à la levée de cette brume.

Prête-moi ta plume jusqu’à l’aurore jusqu’au petit matin,

Car il m’est tellement pénible de me servir de mes mains.

 

Que ta plume sert à autre chose qu’à écrire un mot,

Car c’est à la lueur de ma chandelle que je m’envolerai si haut,

Dans le pays imaginaire, de la luxure et du plaisir charnel,

Là où le désir de la chair brûlera d’un feu éternel.

 

Je t’ouvrirai bien ma porte mais je suis bien trop occupée,

À commettre mon humble faiblesse, ce doux véniel péché.
Dépose donc ta plume bienfaitrice sur le cadre du vitrail,
Et que Dieu agrémente mon plaisir sans représailles.

 

Par

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Perspectives

ddzoo36-6ab23732-0d23-4a6e-b61f-7959daf6f07f
With the permission of https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/M02952-845997810

Perspectives

Tout dans la vie est question de perspectives. Parfois, nous voyons une réalité sous tel angle et, en d’autres occasions, nous le voyons sous un angle totalement différent. Qui plus est! Notre propre vision de la réalité varie en fonction de nos expériences passées, de nos attentes, de nos appréhensions et de nos craintes lesquelles sont intiment liées à nos déceptions.

Il suffit dans certains cas de lever le voile de manière tout à fait légère sur un fait pour découvrir une vérité souvent inavouable. Une vérité pour laquelle le commun des mortels est loin d’être apte à faire face de façon sereine. En effet, bien des gens de toutes origines et de classes sociales différentes ont affronté une vérité qui les a bouleversés à tout jamais.

Mais, est-ce une raison pour éviter une telle découverte? Sûrement pas! Souvenons-nous que l’évolution a été possible par et grâce à la découverte de la vérité. Je pense au célèbre Ponce Pilate qui, par un moment de lucidité face à une situation lequel le dépassait allègrement, a trouvé la question pertinente entre toutes, c’est-à-dire qu’est-ce que la vérité? Les réponses se retrouvent sur l’importance de la perspective face à la réalité. Celle que l’on veut être vraie. Voilà pourquoi la vérité de l’un n’est pas forcément celle de l’autre et vice versa.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Je leur tourne le dos

Je leur tourne le dos
Je leur tourne le dos Poème de RollandJr St-Gelais Photo par thebody-photography Source : https://www.deviantart.com/thebody-photography/art/Vintage-Art-Nude-17-847183954

Je leur tourne le dos

 

Du haut de mon piédestal,

Je sens le bout de mes seins tels des pétales,

Pétales de fleurs que l’on retrouve dans les sommets les plus élevés,

Les sommets de ces monts accédant aux nuages noirs gorgés de pluie.

 

Je suis fière de mon corps,

Car il vaut bien tout son pesant d’or,

Corps de femme de la tête aux belles fesses,

Chair de dame des fesses jusqu’aux pieds que l’on caresse.

 

Et puis, j’affectionne tant mes vigoureuses hanches.

Par lesquelles lors de mes nuits de baise, on me déhanche.

Par mes amants que j’ai rencontrés ici et là dans mes voyages,

Des hommes super beaux, parfois riches mais souvent de tous les âges.

 

Mais, ce qui me surprend de plus en plus,

Lorsque devant petits ou grands groupes je suis nue,

C’est la lumière étincelante dans les yeux quand je tourne le dos,

Face à ces mecs venant de ces toutes contrés de ces des pays d’En-Haut.

 

Dos tourné avec le sourire,

Car, je l’avoue, c’est là mon ultime plaisir.

Présenter cette partie humble de ma féminine anatomie,

En leur disant allègrement : Allez-y, profiterez-en! Je vous en pries.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Figée dans le temps

Figée dans le temps
Figée dans le temps Poème de RollandJr St-Gelais Photo par thebody-photography Source : https://www.deviantart.com/thebody-photography/art/Vintage-Art-Nude-16-847066905

Figée dans le temps

 

Figée dans le temps,

Je vois le monde tourner,

Depuis longtemps tournoyer,

Se perdre dans les vagues de l’océan.

 

De l’océan des époques passées,

Que les historiens sans cesse font que raconter,

Ce que j’en aurais de ces choses inavouables à vous parler,

Des choses qui sont à jamais dans ma mémoire de pierre gravées.

 

Ce que j’en ai vu des gens,

Des bien petits jusqu’aux géants,

Des gens sans histoire jusqu’aux aventuriers,

Des gens en quête d’amour à ceux les plus esseulés.

 

Il y a de tout en ce monde,

Des circonstances des plus bizarres,

Aux situations dignes du septième art,

Écoutant les chants des peuples se manifestant en ondes.

 

Il ne faut pas se fier aux apparences,

Car mes voyages ont été dans l’abondance,

J’ai entendu tant de chansons à la douce flamme,

Aux paroles qui font fondre la plus prude des femmes.

 

Figée sur ce socle je me pose tant de questions,

Des questions en de nombreux points d’interrogation,

Figée dans le temps j’en ai fait des moments de réflexion,

C’est alors que je me demande où en ce monde est rendue la raison.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Il pleut et je pleure

Il pleut et je pleure

Il pleut et je pleure Poème par RollandJr St-Gelais Modèle : JenovaxLilith Photographe : Courtnee Severin Source : https://www.deviantart.com/jenovaxlilith/art/rain-on-me-846664591

Il pleut et je pleure

 

Par un matin ensoleillé d’automne,

Je vaquais ici et là en pensant à mon homme,

Enrôlé bon gré mal gré contre un pays si éloigné,

Qu’il m’avait fallu un globe terrestre pour le trouver.

 

Voilà déjà plus d’un an qu’il est parti avec ses frères d’armes,

Fils de mères et de pères ayant à leurs départs verser des larmes.

Courageux du fond de leurs âmes et fiers combattants pour la patrie,

Souhaitant ardemment revenir dans les bras de leurs épouses chéries.

 

Écoutant chaque nouvelle assidument,

Tout en tenant en ma main un chapelet religieusement,

Que m’avait offert grand-mère avec bonté pour testament,

Même si j’ignorais toutes ces prières bien malheureusement.

 

Qu’à cela ne tienne, je le tenais fermement.

Tel un pentacle protecteur un magnifique talisman,

Pendant que j’imaginais un de ces combats décrits à la radio,

Je sentais mon bien-aimé se faire trouer par les balles ennemies sa peau.

 

 Haletant sans cesse ma respiration,

Afin de lui sauver la vie en une spirituelle communion,

Je ressentis à travers mon esprit la vie le quitter dès cet instant,

Avais-je rêvé ? Je le souhaitais plus que tout désespérément.

 

Les jours passèrent comme de raison,

Même si dans le fond de mon cœur j’avais ce pressentiment,

Que le Ciel m’avait préparé à affronter une missive courageusement.

Jusqu’à ce matin d’automne où l’on frappa chez-moi sans trop de façon.

 

Ouvrant la porte à deux visiteurs,

Ressemblant étrangement à des inquisiteurs,

Apportant avec eux nuages sombres et temps si lourd,

Que jamais de ma vie je n’en avais vus de tels jusqu’à ce jour.

 

Journée de soleil se transformant en journée de pluie,

Dès que cette missive j’ouvris de cet émissaire me tendit,

Tournant prestement leurs dos sans m’avoir un seul mot dit.

Dès les toutes premières lignes, j’avais tout saisi et tout compris.

 

J’avais accompagné mon seul amour dans son dernier combat,

Où nous avons eu la chance inouïe qu’il rende l’âme dans mes bras,

Voyant par la fenêtre les cascades tomber du ciel en cette triste heure,

Pendant que mes pensées sont imbibées d’encre noir il pleut et je pleure.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada