Archives de tags | femme nue

Ange blessé

5

Photo: LEONID MOCHULSKY

Ange blessé

 

Ange ou femme,

Qui ravive la flamme,

En ces jours incertains,

Où semble régner le Malin.

 

Tes craintes sont légitimes,

Tes pensées sont tellement intimes,

Tes peines et douleurs si nombreuses,

Face à cette foule tout autant ténébreuse.

 

Femme nue,

Femme tombée des nues,

Ange meurtrie ou bien déchue,

Devant tant de cruauté, qui l’aurait crû ?

 

Tu as décidé de te couper les ailes ?

Et de ne plus chanter comme une hirondelle ?

Alors viens près de moi mon amour, ma toute belle.

Je saurai te caresser avec douceur ma chère tourterelle.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Un principe fondamental : Le respect envers le modèle!

18685527_10154922784478462_810170271_n

Un principe fondamental :

Le respect envers le modèle vivant !

 

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous avez passé une belle journée en ce 1er juillet 2017, date de la fête du Canada. Mon pays que j’aime tant et que je souhaite à ceux et celles qui sont venus s’y établir d’y trouver un hâvre de paix et de justice. En parlant de justice, un fait assez troublant est survenu au sein d’une polémique entourant la photographie d’une femme, un modèle féminin ayant visiblement un surplus de poids, qui est publiée dans un magazine. La polémique réside dans certains commentaires qu’une chroniqueuse a écrits concernant le physique du modèle nu.

New Image 43Je vais mettre les choses au clair afin de bien faire comprendre le fondement même de mon article : La liberté d’expression est, et doit demeurer, la pierre angulaire de la démocratie car sans une telle liberté toute société dite « démocratique » est vouée à une disparition, laissant ainsi la place au despotisme en tous genres. Oui, le droit de critiquer existe et doit continuer d’exister. Ce qui est notamment le cas, pour faire le pont avec mon sujet, à l’égard du domaine artistique.

Or, il y a une distinction à faire entre d’une part, critiquer la créationNew Image 90 artistique en tant que tel et, d’autre part, chercher à rabaisser le modèle vivant pour son physique. On peut être en désaccord total avec le concept en soi et la manière dont il a été présenté au grand public par l’artiste. C’est le cas, pour le sujet qui nous intéresse, d’un modèle vivant avec un surplus de poids très visible. À la limite, il serait même de notre devoir de fustiger l’auteur(e) de photos lesquelles dénoteraient un manque de respect envers ledit modèle. Un manque de jugement est toujours possible chez l’être humain aussi noble son intention puisse-t-elle être. Il en va de même dans toutes les professions y incluant le domaine du nu artistique.

En terminant cette missive, il est à retenir qu’en règle générale, les modèles vivants ne voient pas toujours le résultat final des réalisations pour lesquelles ils ont posées nus. Qui plus est, la vision varie d’un artiste à l’autre sans oublier que le manque d’expérience peut devenir un facteur déterminant dans la réussite, ou dans le cas présent l’échec, d’une photo. Croyez-moi sur parole ! J’en sais quelque chose.

Mais de grâce, si il y des critiques à formuler, faites-les sur la présentation, la vision et la recherche de l’artiste. Ne les faites pas sur le physique du modèle vivant. On peut être en total désaccord avec l’objectif du photographe, du moins sa façon de l’avoir fait. D’ailleurs, une critique de la vision, surtout si elle est plus que « douteuse », est toujours appropriée. Dans un tel cas, je donnerai raison sur ce point, mais en aucun cas on peut se permettre de s’attaquer au physique du modèle vivant, voire ici une femme atteinte d’obésité. La raison en est fort simple: Ne dit-on pas que nul ne connait de quoi son avenir sera fait? C’est une question de principe.

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

La grâce de la nudité féminine

alya_by_photoport-d8n1nul

La grâce de la nudité féminine

Bonjour tout le monde,

Il me fait particulièrement plaisir de vous parler d’un sujet qui va sensiblement dépasser le cadre exclusivement artistique puisqu’il est question dans ce présent article de la nudité féminine. J’ai écrit « sensiblement dépasser » étant donné le fait que je désire élaborer sur la beauté physique du corps nu de la femme sans omettre le côté artistique lequel sera mis en retrait. Oui, je le sais trop bien qu’il est assez rare que je publie un tel texte sur mon blogue. Mais, comme l’affirme le dicton: « une fois n’est pas coutume. »

Pourquoi donc un tel article? Je réponds tout simplement que je veux mettre les choses au clair, c’est à dire que je suis pleinement hétérosexuel et fière de l’être sans pour autant rejeter qui que ce soit du fait de son orientation sexuelle. Bien au contraire! Plusieurs de mes amis et amies sont membres de la communauté gaie et lesbienne du Québec. Ce sont des gens extraordinaires envers qui j’éprouve un énorme respect à leur égard.

Un autre élément à retenir concerne le fait que j’ai déjà parlé de ma passion pour les phallus. En effet, les phallus ont toujours suscité en moi une certaine admiration au plan artistique. Chacun des éléments qui le compose me fascine au plus haut point. Que ce soient les veines, le gland, le prépuce ou bien la peau qui forme la verge, ils forment un tout remarquablement bien organisé. Malheureusement, la pornographie a relégué ce noble organe au rang d’un vulgaire instrument de bas niveau. Et pourtant, il mérite autant de respect que n’importe quelle partie du corps humain. Bref, ma passion pour cet organe est purement artistique et rien d’autre.

Pour quelles raisons ai-je décidé de rédiger un article exclusivement sur la grâce de la nudité féminine? À vrai dire, il y a trois raisons majeures qui m’ont amené à le faire. Tout d’abord, que la femme nue a le droit inaliénable à être fière de son corps de femme même si celui-ci ne correspond pas toujours aux critères de perfection véhiculés souvent à tort dans notre société que je qualifierais volontiers de « plastifiée ».

Ensuite, la femme a aussi le droit au respect tant à l’égard de son corps que de sa sexualité. Elle est libre d’être ce qu’elle est avant toute chose, c’est à dire un être humain à la fois différent et complémentaire de l’homme lequel n’a aucun droit sur elle.

Enfin, le corps nu de la femme est aussi agréable à regarder. Chaque courbe, chaque partie de son anatomie, voire son intimité, regorge de beautés à la fois diverses et variées qui doivent être découvertes avec respect tout en suscitant une passion à la limite charnelle.[i]

En résumé, le corps nu de la femme est fondamentalement beau et il est tout à fait normal de vouloir l’apprécier à sa juste valeur. Il en est ainsi, vous en conviendrez sans doute, du corps nu de l’homme. Le voir sans artifices, ni de fla-fla, mais dans toute sa fragilité est une denrée rare en ce monde où la seule chose qui compte est l’extravagance tous azimuts.

Triste constat mais je me permets de croire que tôt ou tard une telle situation peut changer. Pourquoi pas?! Et, vous?! Qu’en pensez-vous?

Merci de m’avoir lu!

WP_20150307_013 (3)

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada


[i] Ici, le respect dû à la femme ne doit en aucun temps devenir une source de la castration de l’homme. Il a le droit d’être attiré par la femme au plan sexuel sans pour autant reléguer celle-ci comme un objet. Loin de moi, une telle idée!

Femme nue …

Femme nue…
Femme nue, femme peu vêtue!
Dans ce monde si cruel, qui recherches-tu?
Toi, qui est d’humeur inégal!
Je m’en moque car tu es femme fatale.
Ô Blanche neige de mes rêves,
Je désire t’embrasser sur tes rouges lèvres.
Ô Belle aux bois dormant,
Mon désir est de te dire mon amour en te serrant tout doucement.
Femme souffrante, femme aimante!
Ne vois-tu pas mes sentiments qui de mon cœur se consument?
Ô toi qui est assise sur cette pente,
Tends-moi ton corps que je le hume.
Certes, je ne suis qu’un humble mortel.
Mais pour toi, je serais prêt à vendre mon âme immortelle.
Et d’en gravir tous les Everest de ce monde,
Pour un tendre baiser de toi, je la ferai ma Joconde.
Mes larmes deviendront tes diamants,
Mes bras te recouvriront pour te réchauffer.
Je serai à jamais ton amant.
Et tu seras mon unique bien-aimée.
de
Rolland St-Gelais