Archives de tags | gestes

Ces grains

Ces grains Poème par Rolland Jr St-Gelais Photo par Lungclam Source : https://www.deviantart.com/lungclam/art/Another-pussy-904528331

Ces grains

 

Les grains de ce collier,

Que je t’ai offert pour souligner.

Le premier anniversaire de ce merveilleux jour,

Je t’avais promis d’être avec toi pour toujours.

 

Dès l’instant que tu l’as reçu.

Tu l’as mis à ton cou frêle et nu.

Comme tu étais belle à cette soirée,

Nous avons, toi et moi, tellement dansé.

 

Nous étions si jeunes et si innocents,

Belles qualités envolées depuis longtemps.

Dans une chambre d’un hôtel bien ordinaire,

Nous avons vécu un moment extraordinaire.

 

Des gestes d’une passion sans fin que je n’oublierai jamais.

Des mots venant de mon cœur, mon amour témoignait.

Sentir avec délicatesse la douceur de tes lèvres pulpeuses,

Que la vie était en ces jours lointains alors merveilleuse!

 

Les jours et les nuits se sont écoulés,

Les cheveux blancs ont évidemment poussé.

Les rides sur nos visages sont inévitablement apparues.

Mais, tu es toujours restée belle comme le jour où je t’ai vue.

 

Ce jour qui restera en ma mémoire,

Car, avec toi, j’ai vécu la plus belle des histoires.

Chaque grain de ce collier me rappelle comme je t’ai aimée.

Et je t’aimerai toujours en dépit du jour où la mort t’a amenée.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

En feuilletant

En feuilletant Poème de Rolland Jr St-Gelais Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/00-1750-902694396

En feuilletant

 

En feuilletant quelques revues,

J’ai alors compris comme passe le temps.

Un concept inventé pour définir les heures et les ans.

Alors que j’étais en ma modeste maison toute nue.

 

Ces magazines si étranges, dans lesquelles,

Se trouvèrent de bien charmantes demoiselles.

J’avais aussi posé dans mon plus simple apparat.

Bien des hommages de la haute société cela m’amena.

 

J’ai parcouru les plus belles pages,

Dans lesquelles étaient photographiées,

Des dames de mon pays et celles de lointaines contrées,

Aux visages si gracieux que l’on ne pouvait guère deviner leur âge.

 

Écoutant le vent d’hiver souffler avec force,

Je me suis mise à rêver longuement de ces séances,

Pour lesquelles, j’ai voyagé dans ma belle France.

Allant de la région des Ardennes jusqu’en Corse.

 

Quels beaux souvenirs je revis en cet instant.

Quelles gens, d’une extraordinaire beauté, j’ai rencontrés.

Hommes et femmes, si attachant, dans mon lit j’ai amené.

Des gestes de tendresse, avec générosité, nous nous sommes donnés.

 

Parmi ces femmes avec qui j’ai succombé à la luxure,

J’ai voulu conserver d’elle un magnifique souvenir.

Elle m’a fait grâce de son plus beau sourire,

Sur une toile que j’ai accrochée au mur.

 

En parcourant tous ces magazines,

Je revis en songes quelques aventures.

Qui me rappelle mes nombreuses pensées impures.

Des fantasmes insaisissables, telle une fumée si fine.

 

Ô, quel temps précieux à mes yeux!

De ces jours et de ces nuits à faire envier les saints,

Ces êtres qui du haut des cieux ne rêvent qu’à me titiller les seins.

Une belle époque que je désire ardemment revivre, tel est mon vœu.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Les jumelles

Les jumelles Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo :JRekas Source: https://www.deviantart.com/jrekas/art/A-kiss-of-love-894442104

Les jumelles

 

Quand j’étais jeune enfant,

Il y a de cela fort très longtemps,

À une époque où tous les rêves étaient permis,

Ces années folles où il faisait si bon vivre sa vie.

 

En ma cité, un cirque venait chaque été.

De sa présence tant attendue agrémenter nos journées.

Les premiers jours des vacances après les longs mois d’école.

Passés sur les bancs en écoutant parfois sagement l’enseignante Nicole.

 

Il y avait, sous le majestueux chapiteau.

Des clowns, des jongleurs, sans oublier des animaux.

Des lions qui par leurs pelages m’amenèrent sur de lointaines plages,

Des tigres et des éléphants provenant de l’Inde, pays de mystiques et de sages.

 

Étant assis à la première rangée pour ne rien manquer,

Deux jongleuses aux couleurs vives j’ai vite remarqué.

Des pastels variés agrémentèrent leur mystérieux regard,

De leurs prouesses, mes yeux d’enfant en étaient hagards.

 

Aucun mot leur était utile pour se comprendre,

Car chacun de leurs gestes était calculé sans s’y méprendre.

Costumées avec simplicité, elles mettaient l’accent sur leurs prouesses,

Leurs performances réalisées tant avec attention qu’avec délicatesse.

 

De leurs corps à la fois frêles et agiles,

Elles savaient mettre mon attention fébrile,

Balles multicolores passèrent de mains en mains,

Suivies de torches enflammées avec un aplomb certain.

 

Le tout accompagné avec grâce au son d’une mélodie,

Interprétée au piano par un pianiste vêtu d’un habit en satin gris.

Sous les projecteurs, elles savaient capter l’attention de l’auditoire.

Tel spectacle incroyable qu’elles offraient en cette représentation du soir.

 

Un divertissement qui restera pour toujours dans mon cœur d’enfant,

Un cœur qui vieillira au fil des jours, des mois et des saisons assurément.

Une chose restera à jamais gravée en ma mémoire à propos de ces jumelles,

Ce qu’elles étaient, sous les feux de la rampe, si captivantes et si belles !

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Que je puisse me rappeler

Que je puisse me rappeler Poème de Rolland Jr St-Gelais Source de la photo : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/50-00306-900286629

Que je puisse me rappeler

 

Il est maintenant minuit,

Tu le sais bien ma tendre chérie,

Que je souhaiterais être encore,

Avec toi, ma chère maîtresse en or.

 

Je dois partir pour prendre le train,

Le train qui me ramènera au petit matin,

Dans une ville aux nombreuses gares,

J’y descendrai sans crier gare!

 

J’aurais pour vêtement le parfum qui enrobera l’air,

Celui que je t’avais offert pour notre anniversaire.

Cela fait déjà un an que nous nous fréquentons,

En cachette, loin de ces « t’en dira-t-on ».

 

Te souviens-tu de notre première nuit?

Comme nous étions alors, l’un de l’autre, épris.

Dans les draps de satin, nos corps s’enlacèrent,

Par nos gestes, nos chairs avec volupté se bercèrent.

 

Tu recevais en toi mes louanges telle une divinité,

Ces va-et-vient que je te prodiguais avec générosité.

De ta voix suave, sans cesse tu en redemandais.

Avec grande attention, je t’en redonnais.

 

Et d’un commun accord,

Un synchronisme tant d’esprits que de corps,

Nous atteignons en un instant le point de non-retour,

Dans lequel nos cris de jouissance ont salué le lever du jour.

 

Quel moment magique et délicieux,

Peut-être que seuls connaissent les dieux,

De vivre une si belle union, digne d’une réelle communion.

Une aventure qui perdure depuis que nous nous connaissons.

 

C’est maintenant le temps de partir,

Mais, avant tout, je t’en supplie, fais-moi sourire.

Laisse-moi savourer, déguster ce sein à pleines dents,

Que je puisse me rappeler comme il est bon pour longtemps.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Elles sont espiègles mes copines

Elles sont espiègles mes copines Poème de Rolland Jr St-Gelais Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/00-1668-899403102

Elles sont espiègles mes copines

 

Elles sont espiègles mes copines.

Elles sont aussi tellement coquines.

J’ai fait leur connaissance je ne sais où,

Dès que je les ai vues, j’en suis devenu fou.

 

Elles étaient tellement jolies,

Aussitôt, mon cœur en était épris.

Mon âme était ensorcelée par tant de beauté,

Et de leurs charmes rayonnant de toute leur féminité.

 

Combien de péchés ai-je faits en actions et en pensées?

Chose étrange! Je n’en éprouve pas de gêne d’avoir réalisé.

Car, avouons-le, le péché de chair est si plaisant à accomplir,

 Que de mots et de gestes que l’on souhaite ne jamais finir.

 

Elles sont tellement belles,

Belles comme des hirondelles,

Avec elles, je volerai au gré du vent,

Je les accompagnerais à n’importe quel moment.

 

Ne dit-on pas qu’à l’heure de notre départ vers l’au-delà,

Que tout ce que nous n’avons pas fait, on regrettera?

Alors, permettez-moi de vivre ma vie comme je le veux.

Que cela à vous déplaise, car je fais ce que je peux.

 

Merci mille fois à vous, ô charmantes dames.

D’avoir enlacé l’homme que je suis par vos flammes.

Que de beaux moments à la fois honteux et agréables,

J’ai passé avec vous des nuits qui seront à jamais inoubliables.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada