Archives de tags | porte

Le moment où elle m’a souri

Le moment où elle m’a souri Poème de Rolland Jr St-Gelais Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/79-929706293

Le moment où elle m’a souri

 

Un jour, je me suis rendu dans la splendide cité de Paris.

La « Ville Lumière » qui porte bien son nom à ce que l’on dit.

Des cabarets aux aspects simples où se produisent des artistes,

Des musiciens qui jouent des chansons joyeuses ou tristes.

 

Il y a même des endroits qualifiés d’un peu spéciaux.

Des mecs de toutes les classes sociales y vont incognito.

Des époux ignorés aux célibataires en manquent d’affections.

Vous constaterez qu’en ces années instables, ils sont devenus légion.

 

Profitant de mes vacances au maximum,

Je me suis dit : pourquoi pas ? Je suis aussi un homme.

M’informant en toute discrétion où je pouvais trouver un tel endroit.

Aussitôt que j’ai appris ce renseignement, je m’y suis dirigé de ce pas.

 

Une maison où une lampe rouge brillait imperceptiblement.

Sur le côté droit d’une porte qui rompait avec l’âge de cet établissement.

Une fois ma venue dûment payée, j’y suis entré sans trop me questionner.

Après tout, j’y suis allé non pas pour m’embêter, mais bien pour m’amuser.

 

J’ai fait la connaissance de la charmante Chloé.

Une dame qui avait conservé de sa jeunesse l’éclat de la beauté.

Car, je me doutais bien, par son tempérament mature,

Qu’elle était d’une phase de l’existence plutôt mure !

 

Nuit si raffinée tant désirée en ce monde si imparfait.

Moment de délectation pour mon corps, pour mon palais.

Enivré de parfum mystérieux et de baisers prodigués,

Par une hôtesse aux apparences d’une antique divinité.

 

Mais, par-dessus toute chose, ce qui restera en ma mémoire.

Un doux souvenir qui me réchauffera le cœur lorsque viendra le dernier soir.

Le moment fatidique où mon âme quittera ce corps vers une autre vie.

C’est la fois où, avant que je retourne à mon hôtel, elle m’a souri.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Quelques gouttes

Quelques gouttes Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Acuarela1962 Source : https://www.deviantart.com/acuarela1962/art/S-T-1402-925495299

Quelques gouttes

 

Quelques gouttes d’eau,

Afin d’abreuver ta douce peau,

Et y laisser l’arôme de la nature,

Qui égale ta beauté fraîche et si pure !

 

Quelques jets clairs sur tes seins,

Que je n’ose pas toucher de mes mains,

Des mamelons que je rêve tant d’y goûter,

Afin de savourer, de son lait crémeux, sa volupté.

 

Quelques perles de cette averse,

Qui sait bien rendre mon âme, en sens inverse.

Et raviver en mon être la masculinité qui s’y trouve,

Car, en mon cœur d’homme égaré, une porte s’entrouvre.

 

Quelques filets de cette ondée,

Qui maîtrise l’art de mettre en valeur ta féminité,

Quel cadeau si précieux de cette vie éphémère,

Conçue dans le secret de l’être qui est devenu une mère.

 

Quelques larmes qui tombent du ciel,

Sur ta poitrine étincelant comme le miel,

Ces zestes coulent telle une rivière le long de corps

Rendant mon désir de t’enlacer de plus en plus fort.

 

Quelques gouttes laiteuses, un jour ou une nuit, peut-être.

Sortiront de l’intimité se trouvant dans le sein de mon être.

Et, dans un élan de passion fusionnelle, je te ferai déguster.

Dès l’instant où nous deviendrons des amoureux pour l’éternité.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

En attendant Rolland

En attendant Rolland Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Appetitive-Soul Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/1900-46-924242207

En attendant Rolland

 

En attendant Rolland,

Cet homme si charmant,

Qui prend le temps de leur faire plaisir,

À ces dames pour les satisfaire de les faire jouir.

 

Ma consœur me pose tant de questions,

À propos de ce mâle qui a tellement de jolies façons.

J’ai rassuré ma collègue en lui disant l’entière vérité.

Qu’il possède malgré tout une particulière beauté.

 

Il a obtenu un rendez-vous pour 20 heures.

Une rencontre remplie de surprises et de bonheur.

Avec un soupçon de volupté grâce à son parfum de qualité,

Qui fleurera avec délicatesse notre chambre d’un arôme de suavité.

 

J’imagine voir son sourire resplendir sur son tendre visage.

Alors qu’il admirera nos corps nus de manière bien sage.

Nous lui retirerons ses vêtements si élégants avec lenteur,

Afin de découvrir la force de sa hampe dans toute sa splendeur.

 

Le combler de sensualité est notre ultime volonté,

Lui faire oublier les affres de la vie actuelle est notre destinée.

Ma copine est d’accord pour accueillir en son sein sa semence crémeuse,

Et, par expérience, je sais bien qu’un tel événement la rendra heureuse.

 

Tiens ! On a sonné à la porte de notre maison un peu spéciale.

Un foyer où mes collègues et moi nous recevons de façon amicale,

Des hommes, et parfois des couples, à la recherche de satisfaction.

Voilà pourquoi notre établissement est ouvert chaque soir avec raison.

 

Nous en rencontrons de tous les styles et pour tous les goûts,

Il y a autant de gens cultivés qu’il peut aussi en avoir des fous.

Mais, de tous les hommes ayant fouillé ces lieux mystérieux,

Il y a seulement que notre bon Rolland qui baise tel un dieu.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Les demoiselles

Les demoiselles Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Samo 19 Source : https://www.deviantart.com/samo19/art/Three-girls-921714848

Les demoiselles

 

Parmi mes plus beaux souvenirs,

Il y en a un qui me fait souvent sourire,

Une rencontre dans un endroit inusité,

Qui a eu lieu au cœur même de l’été.

 

Un certain vendredi soir,

Si j’ai une bonne mémoire,

À une porte, je suis allé cogner,

Une lumière rouge y était allumée.

 

Une femme fort jolie m’a répondu,

Avec un décolleté en guise de bienvenue,

Le tout agrémenté d’un collier de perles,

Qui conduisit mon regard sur ces merveilles.

 

Des seins ravissants qui me firent prendre conscience,

Que je n’étais plus depuis longtemps à l’âge de l’innocence !

Et qu’au plus profond de moi résidait le désir ardent de baiser.

Même si cela amènerait mon âme dans les enfers pour y brûler.

 

Quel accueil formidable j’ai en effet reçu de la part de ces hôtesses !

Jolies comme des princesses et mignonnes de la tête aux fesses.

Devrais-je en choisir une seule pour la soirée ?

Au risque de causer du chagrin aux deux autres beautés.

 

Et m’en vouloir jusqu’à mon dernier souffle sur mon lit de mort.

Alors, je me suis dit que pour faire l’amour c’est moi qui suis le plus fort.

Allez ! Venez à moi, mes demoiselles ! Vous qui méritez le meilleur.

Cette nuit, vous et moi, nous baiserons jusqu’aux petites heures.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Quelle femme !

Quelle femme ! Poème par Rolland Jr St-Gelais Photo par Joel Pèlerin Source : https://www.deviantart.com/charmeurindien/art/What-a-woman-776255972

Quelle femme !

 

Ce soir, j’ai rencontré.

Une dame belle à croquer.

Elle avait tellement de charmes.

Que devant son talent, j’ai rendu les armes.

 

Que pouvais-je faire devant une femme si experte ?

Face à ses courbes découpées, je courais à ma perte.

Dans sa chambre de pécheresse brillait une lampe tamisée.

Un fanal rouge à la porte de sa demeure me rappelait ma destinée.

 

Elle savait si bien raviver en mon être ma fière masculinité.

Par le fait de ma bonne santé et d’une telle beauté, ma virilité.

Dites-moi ! Est-ce un crime de succomber aux plaisirs de la chair ?

Si c’est le cas, je plaide coupable au risque de vous déplaire.

 

Que voulez-vous ? Gens, d’ici, et d’ailleurs.

Il fallait savoir me défaire de la moralité et de mes peurs.

Au risque même de me retrouver en enfer et dans ses flammes !

Après cette nuit de volupté, je me suis exclamé : « Quelle femme ! »

 

J’en ai rencontré de ces femmes aux mœurs légères.

Elles savaient, par leurs sourires et leurs gestes choisis, me plaire.

Une belle rousse qui connaissait à la perfection les poses du Kâmasûtra.

Elle maîtrisait l’art de m’amener en des zones interdites jusqu’à ce moment-là.

 

Une jolie blonde aux yeux d’un bleu d’azur m’attendait.

Car, chacune de nos rencontres, un bouquet de fleurs, je lui offrais.

Hé oui, mes amis ! L’homme que je suis est avant un cœur épris.

Un être sensible à toutes celles qui partagent avec lui leurs lits.

 

Que puis-je dire de cette brunette connue un samedi soir ?

Alors que la nuit était déjà tombée et qu’il était tard.

Une dame qui, par son expérience, m’avait beaucoup plu.

Femme fidèle à son époux chéri. Si seulement je l’avais su.

 

Il y a aussi cette dame d’origine africaine.

Qui paraissait, aux yeux de tous, bien loin d’être vilaine.

Et à qui, on lui donnerait la sainte communion sans confession.

Mais, avouons-le avec sincérité, la luxure est le cadet de tous les péchés.

Tout débute par une belle pensée, prélude d’une passion déchaînée.

 

Oui, je sais bien. Ces mots peuvent vous offusquer.

Mais, dites-vous bien. Une seule chose peut me choquer.

C’est de voir en ce monde tant de malheur et si peu de joie.

J’éprouve tant de plaisir d’être dans les bras d’une femme sous son toit.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada