Archives de tags | vivants

Sur le mur

Sur le mur
Poème inspiré par un très beau dessin réalisé par mon ami Eri Kel de la France.

Sur le mur

 

Sur le mur

J’ai pris un appui

Puis, sur ma vie, j’ai réfléchi.

Sur ce que de ma vie l’avait rendu si dure.

 

J’ai enfin pu comprendre

Je crois sans m’y m’éprendre,

Que ce qui m’a le plus blessée

C’est que l’on m’ait caché la vérité.

 

La vérité sur mes origines,

De mon être, de mon âme et de mon cœur.

Qui ont fait de moi ce que je suis en chaque heure,

Quand j’y pense vraiment, je sens comme un étau sur ma poitrine.

 

Pourquoi m’a-t-on sans cesse menti?

Depuis le jour de mon abandon et que je vis.

Qui sont mes véritables parents?

Quels gènes donnerai-je à mes enfants?

 

Tant de questions sans réponses?

Voilà bien ce qui en ce moment me ronge.

C’est là une chose bien légitime de vouloir savoir,

De sortir de cette nuit horrible où il n’y a que du noir.

 

Maintenant je dois savoir qui je suis vraiment,

Je ne dois pas attendre trop longtemps,

Car peut être ne sont-ils plus vivants,

Sont-ils simplement mourants?

 

De tout mon être, je désire connaître.

Qui je suis afin de pouvoir renaître,

Renaître de mes cendres,

Sans plus attendre!

 

De

 

 

RollandJr St Gelais

Québec (Québec)

Canada

Dans cette lumière

dct6t27-01339632-d17d-429d-9eb6-616f1bed8298

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ 
Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Dans cette lumière

 

Ce soir fut assez spécial,

J’ai appris bien des choses sans mal,

Rencontré des gens semblables mais différents,

Des hommes et des femmes tout comme moi bien vivants.

 

Chambres rougeâtres au parfum féminin,

Dans des draps doux comme du satin,

Y être allé sans trop faire le malin,

Voilà qui est tout de même bien.

 

J’ai péché avec volupté,

En admirant toutes ces beautés,

Ces beautés qu’en d’autres lieux j’ai connues,

Alors que pour ces moments nous étions entièrement nus.

 

Couché sur la table telle une proie,

Te faisant entièrement confiance avec foi,

Lumière tu baissas pour à moi te donner avec libre volonté,

Ce que tu m’as fait connaître entre tes mains expérimentées.

 

Dans cette lumière rougeâtre, je t’ai humée.

Dans cette lumière tamisée, je t’ai respirée.

Dans cette lumière, ma virilité je t’ai prouvée.

Dans cette lumière, souvenirs inédits tu m’as donnés.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Le fantôme

  • 20171006_100700

Le fantôme

 

Qui es-tu? 

Toi qui nous tourmente,

Dans cette vie démente,

Toi qui nous vois quand nous sommes nus.

 

Voguant sur le Styx

Tu n’es guère comme le Christ

Scrutant nos fautes et nos faux-pas

En cette vie jusqu’à trépas.

 

Jadis être de chair

Maintenant tu n’es que souvenir

Que ces inassouvis et tristes désirs

Que donneras-tu pour revenir sur terre?

Va-t-en ! Je t’en conjure en Enfer.

Là où tu trouveras celles qui t’étaient chères.

 

Fantôme

Nous ne sommes point ton hôte

Laisse les vivants vivre leurs fautes

Car c’est ainsi qu’on apprend dès qu’on est môme.

 

De

 

Rollandjr St Gelais

Québec (Québec)

Canada

Libérez-vous de vos entraves!

new-image130

Libérez-vous de vos entraves!
(Salutations à monsieur Jean-François Marcellin de France)

Bonjour tout le monde,

Aujourd’hui, je désire répondre à un « admirateur » de la France qui m’a fait parvenir un email via mon adresse email professionnel. Son email m’a fait vraiment chaud au coeur non seulement du fait que cela concernait ma passion pour la nudité artistique mais aussi pour l’ensemble pour mon blogue qui se veut être, je l’affirme bien modestement une ode à la vie. Oui, il fait bon de vivre et de profiter pleinement de chaque seconde, dans la mesure du possible, de sa vie. « Ne fais point de mal à ton prochain et fais ce que tu aimes. » Voilà bien une maxime que l’on devrait mettre en application.

Je désire par la présente remercier chacun et chacune d’entre vous qui prenez quelques instants pour parcourir mon blogue. Toutefois, mes remerciements vont surtout à monsieur Jean-François Marcellin de la grande région parisienne qui a eu l’amabilité de m’écrire ce qui suit via email: « Cher monsieur, Je vous admire pour votre liberté. Vous êtes (doublement) un modèle pour moi, moi qui ai généralement peur de tout ! Merci pour votre exemple libérateur. On a envie d’être votre ami… » Hé bien! sachez que ceux et celles qui parcourent mon blogue avec une intention pure sont bel et bien parmi mes amis-es. Certes, des amis-es intemporels et outre-frontières, mais néanmoins je peux compter sur leur présence qui m’incite depuis le tout début de mes publications à poursuivre la rédaction, et ce beau temps, mauvais temps.

Beau temps! mauvais temps! Qu’à cela ne tienne. Seule importe votre présence pour lire mes publications lesquelles sont faites dans le but de partager l’unique plaisir d’être un modèle vivant et pleinement vivant.

Libérez-vous de vos entraves. Vous serez ainsi vivants tant d’esprit que de corps.

Sincèrement vôtre

RollandJr St-Gelais
Canton de Vaud
Suisse

Merci à mes premiers modèles

Mes premiers modèles? Mes parents
Mes premiers modèles? Mes parents

Merci à mes premiers modèles

Bien le bonjour tout le monde! 

Je désire aujourd’hui vous parler des deux personnes qui ont servi de véritables modèles tout au long de ma vie. J’ai bien écrit   » véritables modèles » puisque je n’ose pas imaginer une seule seconde ce que mon existence aurait pu être sans leur apport tout à fait extraordinaire. Et pourtant, elles n’ont accompli aucun exploit digne de mention, ni remporter de sommes considérables à la loterie et encore moins réalisé des œuvres d’art qui feraient l’envie de Picasso, de Michelangelo ou encore de Rembrandt.  Ces modèles furent certes des gens bien modestes mais avec un cœur en or.

Vous aurez sans doute deviné que de tels modèles m’ont été une source d’inspiration formidable afin de vivre ma vie de manière à la fois digne et féconde. Une dignité à laquelle chaque être humain a le droit absolu d’y aspirer tout en ayant aussi le devoir de respecter ses frères et sœurs dans l’humanité. Une vie pleinement vécue avec tout ce qu’elle implique de hauts et de bas tout en y incluant, il va de soi, sa responsabilité personnelle à l’égard de soi-même et de l’ensemble de la société.

Mes parents, puisqu’il s’agit bien d’eux à qui je rends un hommage bien mérité, sont les modèles qui m’ont été salutaires tout au long de mon périple sur terre. Je vous le jure solennellement que jamais de ma vie je ne les ai  vu se plaindre, ni perdre espoir tout en gardant une foi inébranlable en Dieu. Qui plus est! Ils ont su affronter les coups durs du destin avec une grande sérénité tout en appréciant les divers moments de bonheur et de joie tant avec leurs proches que dans leur intimité. Et pour ce qui est de la foi en Dieu?  Je peux vous affirmer avec une certaine fierté qu’elle constitue encore le fondement de mon existence. Oui, je suis chrétien de tradition catholique et c’est cette foi qui m’a incité à ne jamais baisser les bras et à voir qu’une montagne, aussi grosse soit-elle, pouvait être déplacée ou encore que derrière chaque nuage sombre se cache un soleil radieux.

Je me rappelle, en guise d’une petite anecdote en terminant mon témoignage de gratitude envers mes parents, qu’à l’occasion des funérailles de ma tendre mère mes frères avaient distribué des signets aux personnes présentes en l’église St-Joseph de Sept-Îles. Était-ce pour leur demander une quelconque aumône qui aurait pu aider mon père à défrayer les coûts reliés aux obsèques? Et bien non, et trois fois non! L’on retrouvait sur lesdits pamphlets l’une des prières les plus universellement connue de la chrétienté, après bien entendu le  « Notre Père » que le Christ avait lui-même enseigné à ses disciples. Cette belle prière est connue sous le vocable dite de  « La prière de la sérénité ».

Oui, je remercie le Ciel de m’avoir donné des parents aussi magnifiques.

Oui, je demande à Dieu la sérénité d’accepter ce que je suis et ainsi d’apporter un peu de joie aux gens qui m’entourent.

Oui, je demande à Dieu le courage de toujours aller droit devant, et ce, en dépit des « qu’en-dira-t-on? » afin de toujours me réaliser.

Oui, je demande à Dieu la grande sagesse de faire une différence entre ce qui est puéril de ce qui est véritablement honorable.

Merci à vous chers parents d’avoir été mes plus grands modèles vivants: des modèles à la fois remplis de vie et d’authenticité.

Votre fils qui vous aime.

RollandJr St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada

Priere-de-la-Serenite