Archives de tags | fiancés

Miroir, mon fidèle ami !

Miroir, mon fidèle ami Poème de Rolland Jr St-Gelais Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/G03012-1-930220634

Miroir, mon fidèle ami !

 

Courtisane expérimentée.

Consolatrice des maris esseulés.

Bienfaitrice adorée des cœurs perdus.

Je suis celle qui a tout vu, tout entendu.

 

Certes, cette profession est à la fois si noble si exigeante,

Mais, pour bon nombre de puceaux, elle est si satisfaisante.

Des jeunes trop gênés pour conter fleurette aux demoiselles

Jusqu’aux fiancés venus voir une dernière fois comme la vie est belle.

 

Je prends mon temps et mon plaisir pour offrir un service impeccable,

À des hommes qui jouissent d’une réputation respectable.

Et que puis-je dire de leurs épouses attentionnées ?

Celles qui parfois viennent en ce lieu y travailler.

 

À dire vrai, je ne peux guère les juger de leurs actions,

Elles ont depuis longtemps tant de charnelles insatisfactions.

« L’esprit est fort et la chair est faible », a dit un grand sage.

Pourtant, c’est par la luxure que l’humanité a traversé les âges.

 

Je me souviens d’un client de jadis qui se sentait rejeté.

Il possédait des mains magiques et une étonnante virilité.

Homme si triste et en pleurs, j’ai tout fait pour le satisfaire.

De mon expérience, j’en tirais un curieux savoir-faire.

 

Je l’ai revu avec une jeune femme, bras dessus, bras dessous.

Aussitôt qu’il m’a aperçu, pas surprenant qu’il m’ait fait la moue.

Après tout, n’avait-il pas commis l’acte impur de l’infidélité ?

Alors que l’amour de sa vie était dans la chambre d’à-côté.

 

Oh ! J’ignorais qu’il est maintenant treize heures.

C’est le temps de sortir de ce lit qui fait mon bonheur.

Pour bien commencer, une seule chose amplement me suffit.

C’est d’avoir en ma main frêle mon miroir, mon fidèle ami.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Je ne peux pas le croire

Je ne peux pas le croire
Je ne peux pas le croire de RollandJr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/I-can-t-believe-852270589

Je ne peux pas le croire

 

Bonjour mon chéri,

J’ai une chose à te dire aujourd’hui,

Une nouvelle qui ne te fera guère plaisir,

Je tenais absolument à t’en avertir.

 

Sache que je regrette de l’avoir fait,

Et vraiment ce n’est pas mon genre tu le sais,

Tu étais parti à ton travail très tôt ce doux matin,

Par un hasard j’ai découvert une lettre écrite à la main.

 

Malgré moi, je n’ai pas pu m’empêcher.

De la lire avec précaution tel un parchemin à déchiffrer,

Un témoignage qui alla pour le reste de ma vie me bouleverser,

Sache avant toute chose que jamais je ne pourrai te le pardonner.

 

Une lettre écrite par une main étrangère,

Qui, ma foi, était si cruelle que j’ignorais que faire.

Une lettre avec des mots d’amour d’une femme inconnue,

Je n’en revenais pas de ces mots que j’en suis tombée des nues.

 

Pourquoi m’as-tu trompée?

Et m’avoir si longtemps mystifiée.

Je voulais tant avoir des enfants beaux et grands,

Avec toi que nous aurions élevé avec amour assurément.

 

Pourtant en ce bel été nous nous sommes fiancés.

Devant nos parents notre amour nous avons proclamé,

Nous nous sommes mutuellement jurés entière fidélité,

Mais dès l’instant où j’ai vu ces mots, mon cœur s’est brisé.

 

Pourquoi m’avoir tant menti?

Maintenant que je sais la vérité,

Entre nous deux, c’est bel et bien terminé.

Car je ne peux pas le croire que tu en avais une autre dans ta vie.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Où étais-tu passée?

Où étais-tu passée
« Où étais-tu passée? » Poème par RollandJr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Instagram gb62da et DeviantArt https://www.deviantart.com/gb62da

Où étais-tu passée?

 

Ô ma belle muse,
Toi que rien n’amuse,
Je m’inquiétais tant pour toi,
Car depuis si longtemps tu es tout pour moi.

 

Te savoir être perdue en forêt,
Avait fait ressurgir en moi un terrible secret,
Une histoire qui hante ces bois beaux et ensorcelés,
Et où se cachent des nymphes ayant une grande beauté.

 

Sachant que tu possèdes encore ta virginité,
Elles t’auraient certainement envoûtée avec leurs paroles,
Leurs paroles douces comme du miel afin que tu deviennes folle,
Folle de leurs charmes incroyables que leur avaient donnés une divinité.

 

Comment pouvais-je t’avertir?
Sans te cacher la vérité ni te mentir?
Car bien de jeunes femmes se font faites enlacées,
Dans leurs pièges au grand désespoir de leurs fiancés.

 

Mais je t’ai enfin trouvée sur cette pierre,
Sur laquelle j’y ai gravé un symbole kabbalistique,
Afin que tu puisses t’y réfugier et te protéger par une formule magique,
Que m’avait appris par cœur et par esprit mon bien-aimé défunt père.

 

Maintenant que tu es là,
Unissons-nous de chair et d’âmes,
Afin d’éloigner de toi ces êtres vils et infâmes,
Offrons-nous l’un à l’autre pour conjurer le sort qui obnubile ces bois.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada