Archives de tags | félicitations

Le corps humain est un support intéressant

68764344_476849849815327_5972115380427030528_n
Dessin par Amani Lizah Glaise https://amaniglaise.wixsite.com/alg-art31

Le corps humain est un support intéressant

Je félicite doublement l’artiste de ce dessin d’un homme nu. Et ce, pour deux raisons majeurs. En premier lieu, pour la qualité exceptionnelle de œuvre hors du commun. Et secundo, pour ne pas avoir caché le phallus du modèle masculin qui a servi à le réaliser. Personnellement, je trouve toujours déplorable de constater jusqu’à tel point on a tendance au sein de cette société à cacher cette partie tout à fait normale de l’anatomie de l’homme.

Je profite de l’occasion pour remercier l’artiste qui a bien voulu à la fois me donner sa permission d’utiliser ledit dessin pour cette publication au sein de mon blogue artistique et me donner son opinion sur le corps humain en tant que support. Madame Amani Lizah Glaise s’exprime donc en ces termes :  » Le corps humain est un support très intéressant, et il me semble important de sortir des aspects purement sexuels quand il s’agit d’art et même dans le fait d’accepter le corps pour ce qu’il est. « 

 » Accepter le corps pour ce qu’il est.  » Voilà la pièce maîtresse qui se dégage de cette oeuvre remarquablement simple tout en étant riche de symbolisme. En effet, quoi de plus simple qu’un corps nu mais aussi riche de sens que la fragilité de laquelle il en émane. C’est ce qui a le plus étonné chez votre humble serviteur.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Un exemple parfait

Un exemple parfait

Un exemple parfait
Magnifique photo réalisée par mon ami Joel Pèlerin

Un exemple parfait de perfection

Rien à rajouter sinon félicitations à la fois au photographe et à son modèle

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

De belles retrouvailles !

new-image12

De belles retrouvailles !

Bon début de semaine tout le monde,

Comment allez-vous ? Comment s’est passé votre week-end ? Avez-vous pratiqué des activités qui vous passionnent ou bien êtes-vous simplement resté bien au chaud loin de cette grisaille qui accable le Québec depuis quelques jours ? Si vous restez dans un pays ou le soleil est votre quotidien, sachez qu’un bon nombre de mes citoyens, moi le premier d’entre eux, vous envient de vivre dans une pareille situation. Vous êtes bénis par les dieux. Sachez-le !

new-image13Revenons maintenant aux choses sérieuses ! Je désire partager avec vous mon expérience vécue mercredi le 15 février au sein de l’école d’arts et d’animation de l’U.Q.A.T. satellite Montréal. Toutefois, c’est davantage l’aspect humain qui sera au cœur du présent article sans omettre certains côtés d’ordre plutôt technique. Bien entendu, l’aspect humain est la pierre d’angle de tout mon travail en tant que modèle nu pour des écoles d’arts et des ateliers où mes services y sont requis, mais il est aussi impératif de posséder un bon répertoire de poses lequel peut être assisté par une bonne imagination servant à s’adapter au public qui assiste à mes prestations. Bref, vous vous doutez bien qu’il s’agit là d’un travail de longue haleine et où il n’y a peu de place à l’erreur. N’ayez crainte ! L’erreur est humaine et comme les gens pour qui je pose nu le sont également, une compréhension mutuelle est toujours possible. Après tout nul est parfait en ce monde si imparfait.

J’ai pris l’habitude d’arriver une ou deux journées dans la ville où ont lieu mesnew-image26 prestations afin d’une part, me familiariser avec les lieux ou bien d’y redécouvrir des endroits qui ne m’étaient pas tellement connus jusqu’à ce jour et, d’autre part, y trouver une quelconque source d’inspiration pouvant servir lors de mes poses devant le groupe pour lequel mes services sont sollicités. En effet, il est pour moi plus que nécessaire de m’imprégner de ce qui anime la ville où se trouve l’école d’arts afin de ressentir tout ce qui l’anime, la fait vivre et, parfois, ce qui peut l’émouvoir. Rappelons-nous que chaque ville possède une âme qui lui est spécifique laquelle est, un peu à l’image du « Leviathan » du philosophe Thomas Hobbes, formée de la multitude des gens qui la compose.

cropped-new-image8.jpgC’est ainsi qu’il m’est possible de me faire une petite idée de ce que je pourrai ou non offrir comme poses. C’est un fait que mes positions seront différentes si elles sont faites devant un groupe d’étudiants en arts sous la supervision de leur professeure que si elles sont accomplies devant un groupe de gens disons-le franchement plus avancés en âge. Ce qui est tout à fait normal. N’est-ce pas ?! Après tout, il s’agit de faire preuve de ce que l’on appelle au Québec du « gros bon sens ».

En ce qui concerne ma prestation de nudité artistique qui a eu lieu mercredi le 15new-image7 février au 8e étage de l’édifice situé sur la rue John F. Kennedy où se trouvent les locaux du département satellite de l’U.Q.A.T. à Montréal, force m’est d’admettre que l’ensemble s’est très bien déroulé. L’accueil que me firent madame D.-H, et ses élèves, leur ouverture d’esprit et la belle entente qui régnait dans le local prévu pour ma prestation ont été sans contredit des éléments positifs au bon déroulement du cours. Toutefois, une question me turlupine l’esprit depuis mon retour à Québec et elle se rapporte à savoir si vous connaissez en quoi consiste un tel déroulement. D’ailleurs, sachez que le déroulement des séances auxquelles je participe peuvent sensiblement être différentes les unes des autres. Tout doit être adapté au milieu environnant. Ne pas en tenir compte risque de mettre dans l’embarras l’ensemble des participants. C’est là un principe à toujours retenir en tout temps et en chaque lieu.

new-image8J’ai donc décidé de vous présenter de manière certes sommaire en quoi peut bien consister le déroulement d’une séance de nudité artistique où mon public-cible est composé d’étudiants et d’étudiantes en arts, et ce sous l’œil attentif de leur professeure dévouée en ce mercredi 15 février. Il est important de retenir que tout est fait avec un respect de part et d’autre et que la recherche de l’excellence est le fondement même de notre séance. Voilà pourquoi une longue série d’échanges entre la professeure et moi-même a été faite bien avant notre rencontre afin d’un côté, connaître le temps de travail qui sera requis pour la journée et d’un autre côté, les thèmes susceptibles d’intéresser les élèves qui seront présents en cette occasion. Savoir où l’on va, du moins en avoir une petite idée, est un avantage indéniable dans un tel domaine.

new-image5Mon arrivé pour la séance a toujours lieu environ une demi-heure avant le début. Ce qui nous permet à la professeure et à votre humble serviteur d’établir les derniers points à retenir pour ma prestation. C’est ainsi que plusieurs informations sur le groupe m’est fourni afin de pouvoir m’adapter aux élèves qui porteront leurs regards sur ma nudité absolue qui leur est offerte avec une grande générosité. Qui plus est ! Un local est prévu pour que je puisse me préparer, ce qui signifie que je dois y enlever mes vêtements et me recouvrir de ma robe de chambre rouge et veiller à ne rien oublier pour les heures à venir. Il va de soi que, si cela s’avère utile, la professeure peut donner un coup de mains pour enlever mes vêtements. N’oublions pas que le temps alloué pour ma disposition est tout de même assez limité.

Une fois bien préparé, je suis invité par la professeure à l’accompagner au local oùnew-image4 les élèves m’attendent avec hâte afin de pouvoir travailler avec un modèle qui possède un savoir-faire indéniable dans le nu artistique. Que dois-je faire dès les premiers instants où mes pieds foulent ce lieu d’apprentissage ? Vous l’avez sans doute deviné, j’opte pour faire une présentation brève mais essentielle de ma personne mais aussi de mon parcours dans ce domaine auprès des élèves. C’est ainsi que je les réconforte de ma situation physique en leur démontrant qu’en premier lieu, je suis là pour les aider à se perfectionner dans leurs champs d’étude et, en second lieu, que nous sommes des êtres humains ayant tous besoin les uns des l’autre pour vivre. Par conséquent, la gêne n’a aucune raison d’être en ce lieu. Aider et apprendre avec un souci total de respect ! Voilà les seuls motifs de ma présence en leur sein.

new-image12Le thème central que votre humble serviteur a voulu présenter aux élèves présents au cours se rapportait aux arts martiaux dont j’ai eu la chance de pratiquer pendant de nombreuses années au sein de l’une des plus grandes fédérations de karaté au Québec. C’est ainsi que j’ai eu l’idée d’utiliser avec l’accord de la professeure un de mes katanas, sabres japonais propres aux samouraïs, dans quelques-unes de mes poses. Les élèves ont semblé avoir apprécié une telle option de ma part puisque plusieurs des plus beaux dessins ont été faits durant ces poses. Après tout, un art est un art qu’il soit martial ou bien académique. Le dessin qui vous est présenté ci-dessus prouve la véracité de mes propos. Toutes mes félicitations à son auteur.

Il va de soi que l’improvisation est toujours de mise lors de mes séances de nuditénew-image6 artistique. Ceci favorise une originalité presque sans limite chez les élèves à la recherche de créativité. C’est ainsi que la professeure adepte d’équitation et passionnée par les chevaux a amené quelques accessoires servant à ses démonstrations lors de spectacle où elle y participe en tant que cavalière et une musicienne accomplie. À mon plus grand plaisir, certains des accessoires m’ont bien fait rire puisqu’ils ont suscité en moi quelques remarques qui ont amusé, voire épaté, la galerie. Je pense, à titre d’exemples, au violon et à la cravache dont le premier a réussi à tenir sur mon épaule tout en jouant quelques notes, fausses soit dit en passant, et le second qui m’a amené à poser la question, avec bien entendu une pointe d’humour, à la professeure si je devais mimer une scène du célèbre film du nom de « cinquante nuance de gris ». Ceci a bien amusé les élèves en salle.

new-image11Une chose doit absolument être retenue de mes prestations artistiques surtout lorsqu’elles ont lieu devant un groupe d’étudiants et d’étudiantes en arts de premier cycle universitaire. Rester soi-même en tout temps est un pré requis à la bonne marche des séances et ce peu importe ce qui peut arriver. Je pense à une anecdote qui est arrivée durant le cours. En effet, cela faisait déjà plusieurs minutes que le cours était déjà commencé lorsqu’une élève arriva en retard et entra en salle afin de prendre une des rares places encore disponibles. Elle devait passer devant l’estrade où je me trouvais et ses yeux étaient à égalité avec une partie de mon anatomie que je crois être inutile de vous expliquer de quoi il s’agit. Je me rappelle avec un certain amusement du regard furtif qu’elle porta à cet endroit précis tout en poursuivant son chemin jusqu’à sa place avec un petit sourire au coin de ses lèvres et des joues bien rouges . J’ai fait exactement comme si rien avait eu lieu. Et pourquoi donc ? La réponse est simple : c’est parce qu’en effet rien de grave ou de répréhensible n’avait eu lieu. Nous étions simplement des êtres humains avec des capacités et des limites présents en un lieu précis. Devrions-nous alors faire abstraction du caractère propre à notre appartenance sexuelle ? Bien sûr que non ! Ici, l’essentiel est de garder en mémoire que l’apprentissage de l’art était la pierre angulaire de notre présence en salle.

En résumé, cette journée a été une occasion formidable de renouer avec une vision, que je qualifierais volontiers, d’académique sans pour autant omettre l’aspect humain propre à toute séance de nudité artistique digne de ce nom. Oui, ce furent vraiment de très belles retrouvailles qui ont enrichi non seulement votre humble serviteur, mais aussi les élèves qui sont venus assister le cours. Au plaisir de les revoir un de ces jours !

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

Nadeshicon de Québec 2014

Nadeshicon de Québec 2014

Bonjour tout le monde,

J’espère de tout mon cœur que tout se passe bien pour vous et pour vos proches. De mon côté, tout va bien. À vrai dire, je me remets tranquillement de ce dernier weekend. En effet, j’ai eu la chance incroyable d’assister au festival d’arts japonais Nadeshicon de Québec dans lequel un grand nombre de participants-es ont agrémenté tant par leurs costumes que par leurs activités son déroulement. Qui plus est! Certaines de ces activités ont procuré chez votre humble serviteur un émerveillement, je dois l’avouer bien malgré moi, assez rarissime depuis plusieurs années.

Une question doit être résolue afin de comprendre le fondement d’un tel festival à Québec. Le festival Nadeshicon de Québec a pour objectif d’une part, de permettre aux adeptes de cosplay de rencontrer, d’échanger et de fraterniser avec des gens qui partagent la même passion et, d’autre part, de favoriser la connaissance de boutiques, d’artistes et des différents styles d’arts martiaux qui ont pour origine le pays du soleil levant. Il va de soi que le domaine des arts visuels occupe une place prépondérante au sein de plusieurs des kiosques présents à ce festival.

Le festival Nadeshicon s’est déroulé du 4 au 6 avril inclusivement au pavillon Pollack de l’université Laval à Québec. Je dois avouer que je suis étonné de la grande courtoisie avec laquelle les responsables de l’accueil reçoivent les visiteurs sans omettre l’ordre avec lequel tous les activités se déroulent au fil du weekend. En effet, les modalités de comportements que chaque personne doit adopter sont clairement définies dans une brochure fournie dès l’achat de la passe générale. C’est-là une preuve indéniable d’un professionnalisme remarquable des responsables de cet événement de grande envergure.

Avec la permission de Sophie H.J.

Avec la permission de Sophie H.J.

Que pouvions-nous retrouver en guise d’activités? À vrai dire, il y en avait pour tous les goûts et pour tous les budgets. En ce qui me concerne, j’ai adoré exercer mon talent de photographe amateur. Et, croyez-moi sur parole, j’ai eu l’opportunité fantastique de poser des gens qui ont mis leurs plus beaux costumes de leurs personnages préférés. Il est toutefois important de prendre note que je procède en tout temps de manière très précise avant de faire quoi que ce soit avec mon appareil.

C’est ainsi qu’il me fait un devoir de primo, faire les présentations d’usage afin d’établir un lien de confiance de part et d’autre, secundo, de demander la permission du « modèle » avant de la photographier en lui expliquant de manière sommaire les poses que je vais photographier et, tertio, lui présenter ce que j’ai réalisé en lui disant que j’effacerai devant ses yeux les photos qu’elle jugera non conforme à ses goûts. Après tout, c’est la moindre des choses. N’est-ce pas?!

Je n'ose même pas imaginer le nombre d'heures de travail pour réaliser un tel dessin.

Je n’ose même pas imaginer le nombre d’heures de travail pour réaliser un tel dessin.

Il en est ainsi lorsque je désire photographier des créations artistiques telles que des peintures et des breloques. Pour ce qui est desdites créations, je peux vous certifier qu’elles sont pour la plupart d’entre elles à couper le souffle tellement la recherche de l’excellence transparaît dans chacune de celles-ci. À vrai dire, j’ai été ébahi par l’esthétisme dans les œuvres réalisées par les artistes en présence. Mais, attention! Il est bien de souligner que je fais référence bien évidemment à la plupart des costumes portés par les participants-es. De tels costumes, et c’est le moins que je puisse dire, sont de véritables œuvres d’arts qui témoignent non seulement de la passion mais aussi de la patience qu’il leur a fallu démontrer pour les créer de toutes pièces.

Votre humble serviteur

Votre humble serviteur

Ce qui me plait beaucoup dans ce type de festival, c’est l’opportunité d’y rencontrer des gens vraiment formidables avec qui il m’est possible d’apprendre davantage du monde mirifique des cosplays et des personnages des dessins animés en provenance du Japon. Ceci me fait, je sais que trop bien que cela ne me rajeunit guère, un peu sourire lorsque je me revois en train de regarder l’une des toutes premières présentations de bandes dessinées nippones à la télé de Radio-Canada et j’ai nommée… Minifée. Ce qui prouve somme toute que la véritable jeunesse se retrouve dans notre cœur et pas forcément dans nos artères.

Deux exemples de créations que l’on pouvait trouver dans les kiosques:

Créations Popkorn

Créations Popkorn

Et

Créations Popkorn

Créations Popkorn

Je tiens, en terminant cet article, à féliciter les organisateurs de ce festival pour leur dévouement et à toutes les personnes qui ont contribué d’une quelconque manière afin que cela ait été un franc succès tout au long de ce weekend.

Longue vie au Nadeshicon de Québec!

Rolland St-Gelais

Québec (Québec)

Canada