Archives de tags | attention

Aphrodite

Aphrodite Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Cloviscorax Modèle est Alixia Source : https://www.deviantart.com/cloviscorax/art/Lady-A-Aphrodite-II-748192431

Aphrodite 

 

Ma splendide Aphrodite,

Quel monde si fade et hypocrite,

Dans lequel péniblement nous passons,

D’exister, simplement nous essayons.

 

Cela faisait longtemps que je voulais te le dire.

Ton sourire, ta beauté et ta féminité me font vivre.

Que serait-ce sans ton appui dans ma vie ?

Une âme égarée sur le chemin de l’infini.

 

Sache que tu es toujours dans mes rêves,

Imaginant embrasser avec tendresse tes lèvres,

Elles possèdent la volupté de la pulpe d’un fruit du terroir.

Sentir ta présence à mes côtés dès la venue de la fraîcheur du soir.

 

Ce que j’aimerais être à la place de tes mains.

J’explorerai avec attention ta chevelure d’airain.

Tu en feras de même avec mon enveloppe charnelle.

C’est ainsi en cet instant que ma vie deviendra si belle.

 

Nos corps n’auront plus aucun secret pour nous deux.

Nous vivrons de notre passion selon la loi des cieux.

Que peut-on trouver de plus lyrique en cet univers ?

Qu’une déesse de son halo inspirant ces quelques vers.

 

Je souhaiterais tant être la plume qui immortalisera.

Sur le papier vierge calé sur le chevalet fait de bois,

Les contours tracés de ton corps sublime de femme,

De ton être à la fois sensible et tant de charme.

 

Que la chaleur du projecteur réchauffe les parcelles,

De ta chair fraîche d’où émerge la pureté telle l’hirondelle.

Garde cette position jusqu’à ce que je termine mon dessin.

Serait-ce là, de la part des idoles de l’Olympe, notre destin ?

 

Comme tu es ravissante lorsque je découvre ce dos.

Il y a un on-ne-sait-quoi de fantastique et de beau.

Tu es un modèle formidable ! Ô, ma charmante Alixia.

Sache que pour toi seule, mon cœur à jamais battra.

 

Aphrodite ! Déesse des royaumes helléniques.

De ces amazones aux aventures si héroïques,

Raconte-moi l’une de tes histoires d’amour,

Elle restera en ma mémoire pour toujours.

 

Dans le silence de cette pièce insonorisée,

Avec toute mon attention, je vais bien discerner.

Chacune des légendes divulguées par tes paroles,

Elles seront aussi précieuses que des paraboles.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Feuilles mortes

Feuilles mortes Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo de la collection de Appetitive-Soul Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/Fallen-Leaves-937434817

Feuilles mortes

 

Marchand dans les bois de Bavière jusqu’au matin.

J’ai découvert ce qui allait être la source de mon chagrin.

Quelle horreur ! Je n’en croyais pas mes yeux.

Qu’avais-je donc fait aux dieux, aux cieux ? 

 

Quelle calamité s’est accablée sur mes bien-aimées !

Pour mes chéries adorées, j’aurais tout fait, tout donné.

Avec toute ma ferveur et ma plus grande tendresse.

Quel malheur ! Voici que j’éprouve une détresse.

 

Dix femmes que j’ai tant désirées.

De ces muses que j’ai tant favorisées.

De ces dames que j’ai emportées en cette forêt.

En mon royaume pour réaliser tous leurs souhaits.

 

N’avais-je pas été généreux envers chacune d’elles ?

Elles pouvaient à leur guise voler de leurs ailes.

Une rivière de sang au clair de lune les abreuvait.

Si vous pouviez savoir comme je les aimais.

 

Nous faisions à la nuit tombée une sublime orgie,

Dès que sonnèrent du clocher de l’église les douze coups de minuit.

Avec bonté et attention, j’invitais à l’occasion de nouvelles recrues.

Pour la dernière fois face au miroir elles virent leur beauté nue.

 

Par expérience, devant la méchanceté des êtres soi-disant humains.

Je les avais souvent prévenues de ne pas croiser une seule fois leur chemin.

En effet, il n’y a rien de plus vil et cruel que les individus avides de pouvoir.

Surtout lorsqu’ils utilisent la religion pour égarer leurs frères dans le noir.

 

J’apprécierais savoir : qu’ai-je donc fait à mes amours pour avoir désobéi ?

Je vous avais gracieusement donné ce qu’il y a de plus sacré en cette vie.

La possibilité divine de ne jamais connaître la froideur pestilentielle de la mort.

Pour vous, j’aurais amené dans les enfers le prédateur même le plus fort.

 

Pour vous préserver des affres de la guerre et des conflits à venir.

Face à tous ces fléaux, je souhaitais ardemment vous prémunir.

Sans relâche, j’ai bâti de mes mains glaciales cette forêt maléfique.

J’y ai mis par mon savoir tant d’herbes et de fleurs aux propriétés magiques.

 

Mais, hélas, mes pouvoirs sont loin d’être tout à fait fantastiques.

Tout comme vous, je ne peux guère affronter sans péril l’astre cosmique.

Ses rayons plongeront inexorablement nos corps vivant pourtant sans âme,

Nous serions alors jetées telles que des feuilles mortes, dans les flammes.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Coeur blessé

Coeur blessé Poème de RollandJr St-Gelais Photo de G.B. d’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Heartsickness-935695334

Cœur blessé

 

Il est minuit passé.

Mon espoir est épuisé.

J’entends que le silence.

Il me frappe de sa résonance.

 

Les battements de mon cœur,

Cognent, sur ma poitrine, en chœur.

Je suis égarée dans mes pensées.

Ai-je fait quelque chose de déplacer ?

 

Ne sachant que faire de ton absence,

Surgissent les souvenirs d’adolescence.

Où je vivais avec une mère trop occupée,

À travailler pour apporter de quoi manger.

 

Et de ses copains qu’elle ramenait à la maison,

De leurs allures si pitoyables à en perdre la raison.

Je désirais tant trouver un jour mon prince charmant.

Une fois encore, je me suis trompé certainement.

 

Oui, j’ai ma jeunesse et la vie devant moi.

J’avais pourtant placé mon espoir en toi.

Maintenant, je vais pouvoir tout éteindre.

Mes draps, avec tristesse, je vais les étreindre.

 

Tu ne veux plus de mon affection de ma présence.

J’ai qu’une chose à faire pour combler ton absence.

Avec toute mon attention, mon âme, je vais soigner.

Avec tout mon amour, je vais consoler mon cœur blessé.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

C’est l’heure de la fessée

C’est l’heure de la fessée Poème de RollandJr St-Gelais Photo de Appetitive-Soul Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/S-l16e00-934242297

C’est l’heure de la fessée

 

Ma petite coquine,

Mon adorable copine,

C’est le moment tant attendu.

Je t’ordonne de t’exposer à moitié nue.

 

Descends ta jupe et laisse-moi faire pour ton caleçon.

Je le baisserai moi-même avec toute mon attention.

À bien y penser, il vaudrait peut-être mieux tout ôter.

Pour une bonne sanction, tout doit être présenté.

 

Mets-toi sur tes genoux,

Sur ces coussinets orientaux si doux.

Penche ton corps sur cette chaise de bois,

Et, compte lentement jusqu’à trois sur tes doigts.

 

Prends patience, ô, femme fidèle, mais pécheresse.

De tes offenses vénielles, je saurais te châtier avec tendresse.

Galbe ton postérieur divin afin que je puisse l’évaluer à sa juste valeur.

Avant que le premier coup de cravache l’ait embrassé en cette heure.

 

Combien de soufflets mérites-tu selon toi ?

Je te l’ordonne, en cet instant précis, dis-le-moi.

Sois sans crainte ! Tout ceci est qu’un simple jeu.

Que l’on réalise comme de jeunes amoureux.

 

Je dois reconnaître que cela me convient bien.

De tenir cette œuvre faite de cuire dans ma main.

Et d’entendre avec plaisir chaque respiration que tu fais,

De cette punition corporelle, je m’aperçois comme cela te plaît.

 

Oui, reste comme ça, ô, mon âme soeur.

La fougue de mes coups retentira avec ardeur,

De ton derrière j’ai le privilège incommensurable,

De le taper pour toutes tes fautes impardonnables.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

La fenêtre grande ouverte

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

La fenêtre grande ouverte

 

En me promenant dans les étroites rues,

Voir une pareille beauté, jamais je n’aurais cru.

En ce dimanche matin brumeux où j’allais assister.

À la célébration eucharistique pour confesser mes péchés.

 

Écouter le sermon du curé après la lecture du saint évangile.

Un bon prêtre de paroisse qui se tenait debout tel un soldat en vigile.

Après avoir eu l’absolution pour mes nombreuses pensées impures,

Au Dieu, avec l’aide des saints du ciel, ne plus recommencer, je le jure.

 

En allant avec un cœur léger vers l’église de mon quartier,

J’ai découvert à sa fenêtre une jolie fille totalement dénudée.

Les lignes sinueuses de son corps ont retenu toute mon attention.

En mon âme, devant ce présent, j’ai succombé à la tentation.

 

De tout mon être, je l’avais ardemment désirée.

Comme j’aurais tellement aimé en cet instant l’embrasser.

Était-ce l’ange déchu qui voulait me détourner de ma route ?

Était-elle une séductrice mandatée pour me mettre en déroute ? 

 

Elle était pourtant à sa fenêtre.

Elle avait su rendre mal à l’aise mon être.

Elle n’a pas dit un mot ni fait de gestes de trop.

Toutefois, la voir alors nue, donnait ce jour si beau.

 

En réalité, pourquoi étais-je allé à la confession ?

N’y a-t-il rien de plus gracieux et magnifique de la création ?

Que la fraîcheur d’une femme offerte ainsi sous mon regard.

On doit admirer cette œuvre de la nature avant qu’il soit trop tard.

 

Ô, mon Dieu, veuillez me pardonner pour mon erreur.

Seigneur Jésus, de recommencer, j’en ai bien peur.

Elle avait laissé sa fenêtre grande ouverte.

Voilà bien ce qui a causé ma perte.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada