Archives de tags | horloge

Paix de l’esprit

Paix de l'esprit
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Paix de l’esprit

 

Je suis seule en ma demeure,
Et je vois sur mon horloge défiler les heures,
Les heures qui me rappellent qu’un jour sonnera le glas,
Sonnera le glas ! Sonnera le tintement de mon départ d’ici-bas.

 

Ai-je crainte de cet appel ?
Que me fera celui qui vit dans le ciel,
Ai-je peur de me retrouver dans les enfers ?
À vrai dire, je n’en sais rien et je n’en ai que faire.

 

Chaque jour apporte son lot d’erreurs,
À cela s’ajoutent parfois quelques bonnes actions,
Qui nous rappelle que nous sommes bonnes filles et bons garçons,
Alors pourquoi de l’inévitable mort devrions-nous avoir peur ?

 

Ne serait-il pas temps de simplement sourire à la vie ?
Car aucun sage ne sait si l’existence est promise à l’infini.
J’ai décidé d’avoir l’âme en paix à l’approche de minuit,
Car la plus grande des richesses consiste à avoir la paix de l’esprit.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Pose aux barreaux 

41106054_10156832785513919_1847984841031680000_o

Superbe dessin par mon ami Eri Kel de la France

Pose aux barreaux 

 

Je pose tout en silence, 

Afin de mieux savoir à quoi je pense, 

Pourquoi ai-je tant aimé, tant souffert ? 

Ma vie ne serait-ce qu’un éternel enfer ?

 

Portant sur la tête un foulard sombre, 

Afin de cacher mes cheveux blancs, 

Qui annoncent le terme des ans, 

Et la mort qui pointe son ombre.

 

De mes boucles d’oreilles qui pendent, 

Comme le ferait le pendule d’une horloge, 

Dont les fils du temps sont dévorés par un ogre, 

Au fil du temps qui s’épuise à chaque seconde.

 

Je vis cet instant, 

Comme jamais auparavant, 

Car serais-je encore de ce monde ? 

Puisque la mort me frappera telle une onde.

 

Mes seins qui faisaient toute ma fierté, 

Et qui procuraient à mes amants fidèles tant de gaieté. 

Ont commencé depuis fort longtemps à s’affaisser, 

Épuisés d’avoir nourri mes enfants affamés.

 

Je revois les moments de ma vie les moments de grâce, 

Ceux qui m’ont donné tant de joie, de paix et d’amertume, 

Me collant à la peau donnant l’illusion que je me parfume.

Et que dire de mes amours si ce n’est que trois fois hélas ?

 

À quoi bon de s’en faire avec la vie et son destin ? 

Car c’est le propre des êtres humains de connaître du chagrin. 

Souvenons-nous que l’existence possède bien des bas et des hauts. 

C’est pourquoi je reviens à l’essentiel à cette pose aux barreaux.

 

De

 

RollandJr St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada

Le temps qui passe.

11866410_1630943463857004_6476733136777913117_n

Le temps qui passe.

La vie passe comme un torrent qui coule sans cesse à grands flots, puis un jour s’arrête. Les présents de celui-ci sont insaisissables: juste le fait d’avancer la main et il a déjà fuit!

Le temps vole et emporte, malgré lui, ce que l’on a beau vouloir retenir et c’est lui qui nous entraîne. Tel un sablier, la vie seule s’écoule et le temps perdu est du temps inachevé. Les peines du présent seraient bien peu de choses si elles ne nous rappelaient pas les plaisirs du temps passé… Nous ne nous plaignons de ce qui est seulement parce que nous regrettons ce qui n’est plus!

Le temps est le rivage de l’esprit: tout passe devant lui et nous croyons que c’est lui qui attise son départ. Tout comme la jeunesse qui est une chose si légère, cueillons pendant qu’il est encore temps, cette fleur si délicate!

Le temps reprend son envol et les heures propices suspendent leurs cours. Il nous laisse savourer les rapides délices des plus beaux de nos jours. Seuls les yeux ne vieillissent pas: l’âge passe et ne touche jamais le regard!

Le tic-tac de l’horloge sonne et on dirait que les souris grignotent le temps. Quoi que l’on pense, quoi que l’on fasse, le temps s’enfuit et tout s’efface! Un des devoir de la vieillesse, est de nous faire usage du temps: moins il nous en reste et plus il doit nous être précieux! On meurt chaque jour et le temps s’empare d’une portion de notre existence. L’homme n’a point de port et le temps n’a point de rive: il coule et nous passons!

L’âge passe comme le soleil qui laisse l’ombre derrière lui. Les jours fondent comme de la neige au souffle du vent, et l’espérance qu’il abrège s’enfuit comme l’eau sur une main. Heure après heure, passe le temps et celui passé demeure en nos coeur. Il faut toujours garder dans notre vie tous les bonheurs qui nous ont plu, et puis enfin, garder la nostalgie du temps qui ne reviendra plus…

Comme le sage, laissons passer les jours sans les compter!

Sur ce, bonne continuité à tous!!!!

Signé: Marie-André Bouchard (collaboratrice spéciale)