Archives de tags | femmes

Pourquoi ?

IMG_20181204_134724

Photo prise à l’Espace Mushagalusa de Montréal

Pourquoi ?

 

Bonjour mon ami,

J’ai des questions pour toi,

Qui sont aussi un peu pour moi,

Auxquelles pour y répondre prend une vie.

 

À vrai dire, il s’agit de « pourquoi ? »,

Bien des « pourquoi ? » qui régissent les lois,

Des lois qui détruisent les êtres humains,

Depuis les temps les plus anciens.

 

Pourquoi ressentons-nous ce  besoin,

De se croire supérieur à notre prochain ?

Pourquoi désirons-nous s’accaparer de richesses,

Alors qu’ils nous suffirait de partager avec adresse ?

 

Pourquoi certains hommes bafouent les femmes,

Lorsque l’on pense qu’ils  sont nés d’une mère ?

Pourquoi pilons-nous les fruits délicieux des mers

Alors que jadis réussissaient à nourrir familles bien des pères  ?

 

Pourquoi détruire cette terre

En nous faisant depuis toujours la  guerre ?

Pourquoi sommes-nous si lents à nous aimer, à nous respecter ?

Alors que nous sommes si prompts à nous haïr et à nous entre-tuer ?

 

Que d’interrogations parcours mon esprit !

Que d’incompréhension envahit ma tête !

Tout ça, avec raison, résonne en moi un mal-être,

Voilà pourquoi chercher les réponses en ce moment, je n’ai plus envie.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Moi, l’africain !

47575716_10156147451592523_9100553143468425216_o

Photo prise à l’Espace Mushagalusa de Montréal

Moi, l’africain !

 

Moi, homme fier !

Moi, témoin de mes terres !

Des terres de mes ancêtres et de mes descendants !

De ceux et de celles qui seront mes nombreux enfants !

 

Homme de couleur !

Témoin de peuples au grand cœur !

Homme vêtu d’un costume traditionnel !

Pour courtiser ces femmes si tendres et si belles !

 

Moi qui, comme toi, connais l’amour et la peur.

Qui sais autant que toi ce que sont l’espoir et la frayeur.

Homme au sang si noble autant que le tien,

Avec sagesse j’ai appris à pardonner à mon prochain.

 

Moi qui suis aussi ton frère,

Devant les dieux de nos aïeux,

Même si nous vivons sous différents cieux,

Moi dans  la chaleur de la savane et toi dans le froid de ton hiver.

 

Oui, je suis l’africain.

Oui, tu es l’homme d’occident.

Oui, nous sommes certes différents.

Et pourtant, devant tant de défis, nous devons nous serrer la main.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Comprenez-vous maintenant pourquoi je suis si gênée ?

Comprenez-vous

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ 
Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Comprenez-vous maintenant pourquoi je suis si gênée ?

 

Quand je vois tout ce qui se passe,

Quand je vois tant d’innocents qui trépassent,

Quand je vois tant d’injustice et de misère,

Quand je vois en ce jour tant de guerre.

 

Je ne sais pas quoi dire,

Je ne sais vraiment pas quoi faire,

Vaut-il mieux pour toujours et à jamais se taire ?

Et dans un silence de grand froid simplement souffrir ?

 

Pourtant devant tant d’effroi,

Je ne peux m’empêcher d’être seulement moi,

Être là nue devant vous comme le jour où je suis née,

Comprenez-vous maintenant pourquoi je suis si gênée ?

 

Gênée et confuse devant tant de haine et de violence,

Parmi ces hommes et ces femmes remplis de démence,

Alors qu’il suffirait quelques parcelles d’amour et d’amitié,

Pour rendre à cette humanité toute sa dignité pour l’éternité.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Dans cette lumière

dct6t27-01339632-d17d-429d-9eb6-616f1bed8298

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ 
Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Dans cette lumière

 

Ce soir fut assez spécial,

J’ai appris bien des choses sans mal,

Rencontré des gens semblables mais différents,

Des hommes et des femmes tout comme moi bien vivants.

 

Chambres rougeâtres au parfum féminin,

Dans des draps doux comme du satin,

Y être allé sans trop faire le malin,

Voilà qui est tout de même bien.

 

J’ai péché avec volupté,

En admirant toutes ces beautés,

Ces beautés qu’en d’autres lieux j’ai connues,

Alors que pour ces moments nous étions entièrement nus.

 

Couché sur la table telle une proie,

Te faisant entièrement confiance avec foi,

Lumière tu baissas pour à moi te donner avec libre volonté,

Ce que tu m’as fait connaître entre tes mains expérimentées.

 

Dans cette lumière rougeâtre, je t’ai humée.

Dans cette lumière tamisée, je t’ai respirée.

Dans cette lumière, ma virilité je t’ai prouvée.

Dans cette lumière, souvenirs inédits tu m’as donnés.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

La sève …

44541296_301761573760484_1075340973468286976_o

 

Avec la permission de Angélique Servranckx 

 

La sève …

« La sève nourrit la fleur. Fleur de l’amour, de la passion et du plaisir. Une fleur réservée aux femmes que j’aime encore et que j’aimerai toujours. »

de RollandJr St-Gelais de Québec

En me promenant …

43405849_10156760750548566_7490222303351930880_o

 

Avec la permission de Marlène D.

 

En me promenant …

 

En me promenant dans les bois,

Alors que je ne m’y attendais vraiment pas,

J’ai aperçu un jeune garçon jouant dans les feuilles d’or,

Tel le ferait un artiste-peintre cherchant l’inspiration de son art.

 

Je ne lui ai point dit un mot,

Et encore moins, faire un seul pas de trop.

Me contentant d’aller m’assoir sur un banc,

En regardant les nuages annonçant l’hiver blanc.

 

Puis, me revoyant en ce garçon.

Je n’ai pu m’empêcher quelques leçons.

Des leçons amères sur le sens de la destinée,

Assez semblable pour tant de gens indigents ou fortunés.

 

Peu importe les richesses accumulées,

Ou bien tous les trésors à jamais dilapidés,

Un seul compte vraiment dans le cœur des hommes,

C’est celui de l’amour qui suivra dans l’éternité nos âmes.

 

De cet amour que nous avons vécu,

Tant en êtres richement vêtus ou presque nus.

Car rien de plus authentique ce que les yeux n’ont point vu,

Ni de plus sacré ce qui se trouve dans le cœur des gens disparus.

 

J’aurais tellement aimé lui raconter,

Le temps de mes multiples frasques de jeunesse,

Le temps où ma peau frémissait à l’idée d’une caresse,

Avant le temps où l’on m’enrôla pour aller mes semblables tuer.

 

J’aurais tellement aimé lui relater,

Mes expériences, mes amours et mes regrets,

De mes bons coups ! De ces femmes que j’adorais !

De mes erreurs du passé longtemps en moi oubliées.

 

Et puis, je me suis ressaisi.

À chacun de faire son chemin,

À chacun d’accomplir son propre destin,

Voilà ce que mon tendre père dans sa sagesse m’a dit.

 

Vas-y jeune homme !

Joues gaiement dans les feuilles de feu,

Bonheur et d’amour ! C’est pour toi mon vœu.

Et souviens-toi que malgré tout la vie est si bonne.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Maternité

Maternité

Dessin réalisé par mon ami Eri Kel de la France

Maternité

 

De la Genèse où la vie est apparue,

Est-elle apparue ou bien a-t-elle créée ?

Voilà bien une question que philosophes se sont posé,

Peu importe ce que vous croyez ou pas et votre point-de-vue.

 

Dès cet instant où souffle des hommes fut prise,

Et de leurs épouses leurs cœurs en ont été éprises,

Laissant le jour leurs bien-aimées pour labourer les champs

Ou bien qu’ils soient partis à la guerre pour tuer autre que le temps.

 

Ils ne pouvaient guère ignorer la valeur de leurs conjointes,

Parfois de leurs concubines qui les attendaient les mains jointes.

Car c’est en elles qu’elles y trouvèrent tendresse et repos bien mérités,

Et à leurs retours, les enlacer en bénissant les cieux de les avoir épargnés.

 

Hommes braves et de guerre ou hommes de lettres et de paix,

De la grande valeur de leurs femmes de tout temps ils savaient,

Car malgré toutes leurs croyances face à vivre pour l’éternité,

Les plus sages trouvèrent réponse en leurs amours par la maternité.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Parfois, la vie prend un tournant majeur.

Parfois, la vie prend un tournant majeur. 

Bonjour tout le monde, 

J’espère que vous allez bien. De mon côté, je dois avouer que la vie est bonne pour moi. En effet, je me rend-compte depuis quelques temps que, malgré les apparences, la chance m’a souri en maintes occasions. Certes, je n’ai pas eu tout ce que je voulais dans la vie mais je peux avouer que j’apprécie grandement ce que j’ai. 

Avoir eu la possibilité de grandir dans une ville formidable, au sein d’une famille où l’amour est présent, me réaliser dans des activités intéressantes et avoir pu rencontrer des gens de diverses cultures, religions différentes et en provenance d’autres horizons est sans contredit l’un des facteurs de mon bonheur actuel. Qui plus est ! À l’heure actuelle, il m’est aisé de constater jusqu’à tel point je me sens bien dans le plus profond de mon être. 

OLYMPUS DIGITAL CAMERAPour ce qui est du domaine amoureux, je dois humblement avouer que j’apprécies grandement la sérénité qui s’est installée en moi. Oui, je suis célibataire et fort probablement que je le resterai jusqu’à la fin de mes jours. Cependant, une chose doit être clarifiée une fois pour toutes. J’ai adoré les rares femmes qui sont entrées dans ma vie et je leur vouerai toujours un respect. Certes, j’en ai déçu plusieurs comme certaines d’entre elles m’ont déçu. Mais, n’est-il pas le prix à payer pour apprendre ? Sur ce fait, un de mes amis de la côte-nord avec qui j’ai fait mes études universitaires à Québec m’a un jour dit ceci : « La vie est un enseignant impitoyable, elle enseigne la leçon seulement une fois notre devoir fait. » 

Veuillez noter que je ne regrette pas d’avoir aimé celles qui sont parvenues à entrer dans mon cœur. Elles sont cependant rarissimes. Certaines d’entre elles y sont entrées de manières inattendues, et ce au fil du temps et des rencontres. D’autres m’ont mis sur un pied d’estale dès le début de nos relations alors que je ne suis qu’un être humain avec ses quelques qualités et ses nombreux défauts. Je vous laisse donc deviner la suite des choses. Mais, s’il y a une chose que je peux dire, c’est que j’ai vraiment aimé celles que j’ai aimées.  

Maintenant que je suis à un tournant de ma vie, une question fondamentale surgit en mon esprit. Une question qui prouve que parfois, j’ai bien écrit « parfois », un homme peut réfléchir sur ce qu’il veut réellement pour son bonheur actuel et futur. Quel est mon véritable désir ? Il se résume en un seul mot ; la sérénité. Bref, je suis bien comme je suis pour la raison que j’apprécie ce que j’ai et ce que je suis devenu. Tout le reste n’est que futilité. Et, croyez-moi sur parole, j’en sais quelque chose. 

Merci de m’avoir lu. 

RollandJr St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada 

 

Boire l’amertume !

thumbnail_DSC_1112

Dessin réalisé par Denis M. de Montréal 15 septembre 2018

Boire l’amertume  !

 

J’ai soif sur ma croix, 

Sur cette croix fabriquée par ma folie, 

Folie vécue de jour comme de nuit, 

Ébranlé par mes doutes sur ma foi. 

 

Sur ma foi envers l’humanité, 

Sur ma foi sur notre commune destinée, 

Sur ma foi envers toi et moi et nous, 

Sur ma foi qui a fait chacun de vous. 

 

Je bois ce vin amer, 

Venant des profondeurs des mers, 

De ces femmes qui ne deviendront jamais des mères, 

Et de ces hommes qui auraient désiré devenir des pères. 

 

Je bois cet élixir, 

Qui me fait tant souffrir, 

Je m’enivre de cette maudite boisson, 

Qui me soûle l’âme et me brise les veines tel un poison. 

 

Boire dans mon lit à la brunante du matin, 

Boire la cigüe tel le philosophe des temps anciens, 

Boire cet insipide venin servi par cette dame brune, 

Boire tout mon mal-être ! Boire simplement mon amertume ! 

 

De 

 

RollandJr St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada 

L’entre-deux guerres

38391762_2113704705545728_5971594426663829504_o

Magnifique dessin de Gérard Teillot

L’entre-deux guerres

 

Dans ce temps-là, les femmes étaient belles tout simplement.

À cette époque où tout était permis assurément,

Pour les amoureux et les amants,

Avec un cœur gaiement.

 

On ne se souciait guère,

D’une possible nouvelle guerre,

Car des souvenirs de jadis nous n’avions que faire,

Et les larmes firent place aux rires aussitôt passé cet hier.

 

Les dames coquettes de Paris,

Étaient aussi jolies que celles de la Normandie,

Croyez-moi, c’est moi qui vous le dis mes chers amis.

Sans oublier celles du nord et bien entendu du chaud Midi.

 

À que ces années folles, ces années vingt!

Aussi enivrantes et joyeux que du bon vin,

Que je ne peux en y pensant un seul instant me taire,

En revivant dans mes pensées de jeunesse aux années de l’entre-deux guerres.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada