Archives de tags | modèle

C’est à partir de cette séance

C’est à partir de cette séance Poème de Rolland Jr St-Gelais Source de la photo : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/173a-945461889

C’est à partir de cette séance

 

Je me promenais dans les rues,

C’est alors que me vint subitement une fringale.

L’une de ces faims qui me crevaient la dalle.

Alors que je profitais du bon temps à pleine vue.

 

Apercevant un kiosque de restauration rapide,

Je m’y suis alors dirigé sans un seul instant me douter.

Que je deviendrai amoureux d’une dame de toute beauté !

Elle y œuvrait afin de payer ses cours avec une attention insipide.

 

Constatant qu’il y avait peu de gens qui attendaient leurs tours,

J’en ai donc profité pour lui demander en quoi elle étudiait.

« En art ! » Elle m’a alors répondu pendant qu’elle me servait.

Ce à quoi je lui ai dit que je cherchais un modèle en ce jour.

 

Je lui ai expliqué que j’étais photographe de profession.

Et que, sans cesse, j’étais à la recherche de modèles,

Une personne qui de corps et d’âme serait belle.

Que je lui prodiguerais un bon cachet comme de raison !

 

Sans hésiter, elle glissa de quoi pour écrire sur le comptoir.

J’ai très vite compris qu’elle souhaitait m’offrir un tel service.

Griffonnant avec empressement : 460 de la rue aux mille vices !

Je lui ai prestement remis ce papier en admirant ses yeux noirs.

 

Les jours et les nuits, puis les mois passèrent inlassablement.

Puis, un soir, on frappa par trois coups à la porte de mon atelier.

Quelle belle surprise d’y trouver celle que j’avais jadis rencontrée !

Sans plus attendre, elle s’introduisit en ma demeure précipitamment.

 

Nous nous regardâmes droit dans les yeux.

C’est alors que j’ai compris la raison de sa venue.

Vers le sofa, elle y alla en ôtant ses vêtements jusqu’à être nue.

Jamais de ma vie, une femme aussi magnifique, je n’avais encore vu.

 

Son corps de jeune dame s’harmonisait impeccablement.

À l’horizon qui s’offrait à la lentille de ma précieuse caméra.

Qui en cette soirée magique pour toujours elle l’immortalisera !

Voilà pourquoi, elle et moi, nous avons œuvré si joyeusement.

 

Ses longs cheveux descendaient jusqu’aux fesses.

De sa bouche, une haleine se dégageait de menthe rafraîchie.

Son être resplendissait, à la fois, de tellement de bonté et de vie.

Devant tant de splendeur qui se manifestait, j’étais en détresse.

 

C’est sur des notes de piano jouées à la radio,

Que cette agréable soirée s’est poursuivie allègrement !

C’est lorsque l’on s’y attend le moins que l’amour naît subitement.

C’est à partir de cette séance qu’elle et moi avons connu des jours si beaux.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Je serai obéissante

Je serai obéissante Poème de Rolland Jr St-Gelais Dessin par aatheone Source : https://www.deviantart.com/aatheone/art/Sketchbook-Page-4-934461634

Je serai obéissante

 

Bonsoir !

Enfin, c’est le soir.

J’en rêvais depuis si longtemps.

Cela m’avait pris tellement de temps.

 

Devais-je accepter ta proposition ?

En moi résonnait cette question.

J’avais si envie de vivre cette expérience.

Oui, je suis bel et bien sortie de l’adolescence.

 

Devenue femme complète, belle et fraîche telle une rose.

J’ai si souvent, en mon âme, répété : « est-ce que j’ose ? »

Et puis, j’ai finalement pris mon courage à deux mains,

Afin d’être immortalisée sur un noble parchemin.

 

Après tout, nous serons entre femmes.

Tu me verras avec les yeux d’une grande dame.

Je pourrais enfin me dire que j’ai affronté mes craintes.

D’être dans mon plus simple apparat sans pour autant me plaindre.

 

Vas-y ! Prends ton crayon ! Ô, ma belle et tendre amie !

Tu peux réaliser à ta guise tous les dessins et les croquis.

J’ai foi en ton talent extraordinaire pour préserver,

L’intensité inusitée en ce lieu, en cet étrange atelier.

 

J’obtempèrerai à tes ordres, à tes volontés, à tes instructions.

N’oublie pas que ce sera pour moi ma toute première leçon.

S’il te plaît, sois indulgente envers moi, en tes rares exigences.

Je suis tout de même un peu gêné malgré les apparences.

 

Je serai sans cesse obéissante,

Comme le serait une attentive étudiante.

Après tout, c’est toi l’artiste et moi le modèle.

Tu seras la magicienne qui greffera sur mon corps des ailes.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Habillé de lumière

Habillée de lumière Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Samo 19 Source : https://www.deviantart.com/samo19/art/Dressed-in-light-934431411

Habillée de lumière

 

Le temps passe de façon inexorable.

La vie suit son cours de manière inévitable.

La vieillesse s’installe au quotidien.

Je ressens la fin de mon destin.

 

Mais, j’ai la chance d’avoir une fleur dans mon jardin.

Qui embaume d’une odeur agréable chaque matin.

Une douce lueur qui éclaire mes nuits solitaires,

De mes souvenirs d’une lointaine guerre.

 

Un cliché pris lors de la libération,

D’une jolie dame ayant vécu l’occupation.

Elle était l’une de ses nombreuses Parisiennes.

Qui, pour l’espace d’un instant, voulurent être miennes.

 

Elle manifestait par son corps une pareille féminité.

La photographier, de très bonne grâce, j’ai accepté.

Après tout, une telle aubaine est exceptionnelle.

De pouvoir perpétuer l’une de ces Françaises si belles.

 

Elle m’amena à son appartement,

Où, j’ai saisi qu’elle vivait modestement !

Un mobilier d’occasion et un paillasson ce lieu meublèrent.

J’ai bien vu qu’elle était elle aussi une victime de cette guerre.

 

Aussitôt la porte franchie, elle enleva ses vêtements,

Me laissant ainsi contempler son corps respectueusement.

Quelques tableaux accrochés aux murs me firent comprendre,

Qu’elle était jadis un modèle au talent à s’y méprendre !

 

Elle s’installa face à la clarté qui traversait le soupirail.

Pendant que je préparais avec grand soin tout mon attirail.

Elle était certes nue, tant par-devant, que par-derrière.

Et, pourtant, elle était habillée de lumière.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

 

C’est l’heure de la fessée

C’est l’heure de la fessée Poème de RollandJr St-Gelais Photo de Appetitive-Soul Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/S-l16e00-934242297

C’est l’heure de la fessée

 

Ma petite coquine,

Mon adorable copine,

C’est le moment tant attendu.

Je t’ordonne de t’exposer à moitié nue.

 

Descends ta jupe et laisse-moi faire pour ton caleçon.

Je le baisserai moi-même avec toute mon attention.

À bien y penser, il vaudrait peut-être mieux tout ôter.

Pour une bonne sanction, tout doit être présenté.

 

Mets-toi sur tes genoux,

Sur ces coussinets orientaux si doux.

Penche ton corps sur cette chaise de bois,

Et, compte lentement jusqu’à trois sur tes doigts.

 

Prends patience, ô, femme fidèle, mais pécheresse.

De tes offenses vénielles, je saurais te châtier avec tendresse.

Galbe ton postérieur divin afin que je puisse l’évaluer à sa juste valeur.

Avant que le premier coup de cravache l’ait embrassé en cette heure.

 

Combien de soufflets mérites-tu selon toi ?

Je te l’ordonne, en cet instant précis, dis-le-moi.

Sois sans crainte ! Tout ceci est qu’un simple jeu.

Que l’on réalise comme de jeunes amoureux.

 

Je dois reconnaître que cela me convient bien.

De tenir cette œuvre faite de cuire dans ma main.

Et d’entendre avec plaisir chaque respiration que tu fais,

De cette punition corporelle, je m’aperçois comme cela te plaît.

 

Oui, reste comme ça, ô, mon âme soeur.

La fougue de mes coups retentira avec ardeur,

De ton derrière j’ai le privilège incommensurable,

De le taper pour toutes tes fautes impardonnables.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Monica

Monica poème de Rolland Jr St-Gelais Photo par Tomaro670 Source : https://www.deviantart.com/tomaro670/art/Monica-01-933539485

Monica

 

J’aime bien voyager avant la période hivernale,

Précisément durant la saison automnale.

Je suis allé dans la lointaine campagne,

Pour y savourer du champagne.

 

Une région appelée les Ardennes,

Où tant de sang se déversa des veines,

Des soldats pour l’honneur de leurs patries,

Et pour la honte des dirigeants dans leur folie.

 

Mais, laissons cette page d’histoire tournée.

J’ai une belle anecdote à vous raconter.

Car seul le présent est important,

Pour les petits et les grands.

 

Je suis arrivé dans une modeste auberge.

Qui avait curieusement une allure de vierge.

Était-ce l’arôme agréable de cet endroit ?

Serait-ce plutôt les murs faits en bois ?

 

J’ai réservé une chambre pour une nuitée

Sans me douter à tel point que je serai étonné.

Quoi de plus agréable pour terminer une dégustation ?

Si c’est que de se délecter d’un champagne de cette région ?

 

J’ai discuté avec la charmante aubergiste.

Qui, à mon étonnement, me semblait un peu triste.

Elle n’avait personne pour lui tenir compagnie,

Durant la nuit alors qu’elle était très jolie.

 

Un, deux et puis trois verres,

Mes esprits étaient tout à l’envers.

À ma réputation, je désirais lui faire honneur,

Mon addition payée, je me suis couché en cette heure.

 

Était-ce une rasade prise de trop ?

Jamais je n’ai vécu quelque chose d’aussi beau.

Était-ce le fruit de mon imagination ?

Quelle chance de donner, à cette dame, satisfaction !

 

Jamais je n’oublierai cette expérience,

Digne des rêves les plus torrides de mon adolescence.

Elle possédait un corps plus qu’impeccable.

Sa chevelure flamboyante était d’une douceur incroyable.

 

Que de mots d’amour furent exprimés !

Sans qu’aucun son de nos bouches en soit émergé.

Des gestes remplis de tendresse peuvent suffire à décrire,

Le plaisir partagé entre deux êtres qui désirent simplement vivre.

 

Des actes de passion donnés à profusion !

Actions accomplies sous les coups de l’impulsion !

Mouvements effectués dans la recherche de l’autre !

Remous consommés jusqu’à devenir le réceptacle de son hôte.

 

À la venue de l’aurore,

Nous avons admiré les arbres recouverts d’or,

Alors que le soleil éblouissait la chambre de mon hôtesse,

Qui avait tant besoin d’une telle affection au milieu de sa détresse.

 

Pour être franc avec vous, de ce lieu, je ne voulais plus partir.

Pourquoi devrais-je la laisser seule tant souffrir ?

J’ai trouvé celle que je pourrais jusqu’à la fin de mes jours.

Vivre en harmonie dans le plus pur amour.

 

Dis-moi ! Comment t’appelles-tu ?

Je lui ai demandé alors que nous étions encore nus.

« Je me prénomme Monica. » Elle me répondit.

Je lui ai dit qu’en mon cœur elle avait mis le paradis.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada