Archives de tags | magie noire

Je suis l’ultime gardien

Je suis l’ultime gardien Photo & poème de Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada Source : Ghost The Watcher by lequebecois1962 on DeviantArt 

 

Je suis l’ultime gardien

 

Je suis l’ultime gardien,

De cette demeure qui est mon jardin.

Je veille sur ce lieu de jour comme de nuit.

J’ai été tiré des profondeurs des enfers parmi de puissants esprits.

 

Incantations mainte fois répétées !

Que mon maître a sans cesse mentionné !

Par ma désignation ineffable, il m’a invoqué avec ardeur.

Celui que l’on craint depuis ma chute infernale avec tant de frayeur.

 

Qui profère ma dénomination satanique connaîtra ma fureur.

Je suis celui qui dompta Cerbère dans les flammes de la torpeur.

Je ne redoute rien en ce monde, y compris les pauvres êtres humains.

Leurs œuvres perverses les approchent irrémédiablement de leur destin.

 

D’une cape d’un noir lugubre, je suis entièrement vêtu.

Croyez-moi ! De toute votre vie, jamais vous n’avez vu.

De mon regard diabolique, je terrorise tous les étrangers.

Ces individus qui osent, en ce domicile prohibé, y être entrés.

 

Je veillerai jusqu’au trépas de mon mystérieux invocateur.

Je le protégerai contre tout ce qui peut lui faire peur.

Au jour final, je lui tendrai alors ma main invisible.

Afin de l’amener dans mon monde si imperceptible.

 

Mais, prenez bien garde, insensés, de ne jamais le troubler.

Contre tous les dangers, avec des sorts, je le préserverai.

La connaissance des formules ensorcelées est mon savoir.

Au plus profond de moi se trouvent les forces de la magie noire.

 

En ces temps durs et incertains, ne me cherchez pas !

Il est mon seul et unique maître, car il est tout pour moi.

Je suis parmi les derniers des plus grands archanges déchus.

Soyez convaincus ! Une telle force, vous n’avez jamais vu.

 

Je reste bien sagement pour le jour qui n’est pas encore venu.

Où, en ce lieu qui est si précieux, y pénétrera un pur inconnu.

Je déclencherai alors toute la puissance de ma colère.

Celle que je retiens depuis ma sortie des enfers.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Ô, sorcière de ces bois

Ô, sorcière de ces bois Poème de RollandJr St-Gelais Photo de Ionesco Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/1950-34-932563284

Ô, sorcière de ces bois

 

En ce clair de lune et en une nuit étoilée,

Ce maquis maléfique que j’ai, avec peine, traversé.

Vêtu d’un habit sombre tenant en ma main épuisée un grimoire.

Afin de réciter des incantations pour me protéger de la magie noire.

 

J’étais baptisé dans la foi de mes parents comme bon chrétien.

Mais, je savais en moi que, tôt ou tard, tout ça ne valait rien.

De mes proches que j’ai tant chéris, pas un seul n’a mérité.

Tout le mal qui leur est, au cours de leurs destins, arrivé.

 

Je suis venu vers toi avec un cœur pur et de nobles intentions.

Ô, sorcières de ces bois, mes égarements, n’y prête guère attention.

Je suis qu’un mortel qui désire pour ceux que j’aime une vie meilleure.

Si possible, dès maintenant, depuis cet instant, à partir de cette heure.

 

Que puis-je t’offrir en échange de mon plus humble souhait ?

Mon âme, mon corps, mon esprit ? Prends-les, si cela te plaît.

Mais, avant de me répondre, entends ces paroles mystérieuses.

Elles furent écrites avec des larmes d’anges sur une pierre précieuse.

 

Nulle autre que celle qui a reçu le sang du Christ sur le Golgotha.

Je te l’ordonne par tous les saints. Écoute-moi ! Obéis à moi !

Par les mots kabbalistiques que je prononce en ce moment.

Éloigne d’eux pour toujours et à jamais tous leurs tourments.

 

J’ai affronté mes peurs en longeant le chemin qui mène à toi.

Des prières de protections, sans cesse, je récitai avec grande foi.

Saint Michel ! Saint Raphaël ! Des flammes de l’enfer, préservez-moi!

Saint Gabriel ! Sous votre garde je m’y réfugie tel un ultime toit.

 

Ô, sorcière des bois ! Ô, enchanteresse qui bientôt s’envolera !

Regarde dans la profondeur de mon être, et la vérité, tu verras.

Je suis venu vers toi sans renier le Christ, mon Seigneur.

À ta réputation de guérisseuse, fais-lui cet honneur.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Dis-moi ce que tu vois

Dis-moi ce que tu vois Poème de Rolland Jr St-Gelais Photo de Appetitive-Soul Source : https://www.deviantart.com/appetitive-soul/art/7-932337029

Dis-moi ce que tu vois

 

Dis-moi ce que tu vois !

Allez ! Ne me mens surtout pas !

Tôt ou tard, je saurai l’entière vérité.

C’est alors que tu expérimenteras ma cruauté.

 

Je suis l’ensorceleuse.

Celle que l’on surnomme l’envoûteuse.

Je pratique depuis l’âge de raison la magie noire.

Je connais mille potions que je concocte tard le soir.

 

Je suis sorcière de mère en fille.

J’ai appris tant de sortilèges de fil en aiguille.

Les incantations, pour invoquer les démons de l’enfer.

M’ont été inculquées depuis l’enfance par mon tendre père.

 

Je consulterai ma boule de cristal afin de savoir l’exactitude

Du fil des secondes qui rythment les mouvements d’une pendule.

Réponds-moi franchement ! M’as-tu, serait-ce qu’une seule fois, dupé ?

Si c’est le cas, sache, ô, chéri, que sur ta tête, pendra une lourde épée.

 

Je fabriquerai de mes mains ensorcelées une poupée vaudou.

Sur elle, je prononcerai les mots qui produiront bien des maux.

Pourquoi m’as-tu fait ça ? Pour quelle raison m’as-tu blessée ?

Je t’avais tant donné, tant adulé, tant aimé, sans rien exiger.

 

Était-il si difficile, ô, chéri, de me rester fidèle ?

N’étais-je pas pour toi, de ces femmes, la plus belle ?

Tant de promesses brisées à jamais et pour toujours.

Alors que tu possédais mon cœur chaque jour.

 

Mon engouement pour toi sera sûrement le plus fort.

Il suffira que tu avoues avec des regrets tes torts.

Pour de bon, je passerai l’éponge sur ton infidélité.

Avec toi, je consentirai avec ardeur à tout oublier.

 

Regarde-moi dans la profondeur de mon âme.

Si tu me mens, je te transporterai dans les flammes.

Mais, si tu offres tes remords sur un plateau d’argent.

Je te pardonnerai comme une mère le ferait à son enfant.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Offrande de Sabbat

Offrande de Sabbat
Réalisation photographique par Elizabeth Blair Stephenson Model is JenovaxLilith on DeviantArt Avec la permission de JenovaxLilith. https://www.deviantart.com/jenovaxlilith/art/I-Disagree-827853311

Offrande de Sabbat

 

Depuis cette magique nuit,

Où j’ai appris à vous être soumis,

À devenir un bon garçon obéissant,

À être entre vos mains un jouet satisfaisant.

 

En me laissant caresser par vos mains si douces,

Alors que j’étais à votre merci dans votre chaude douche,

À votre volonté de faire de moi tout ce qu’il vous aurait plu,

Seul et fragile devant vos yeux admiratifs de me voir ainsi nu.

 

Que pouvais-je faire pour vous satisfaire ?

De votre beauté captivante, je ne voulais pas m’en défaire.

De vos tatouages, je les jalousais tant de ne point en faire partie.

Vous offrir ma peau en guise d’obole, telle était en cet instant mon envie.

 

M’allongeant dans votre baignoire,

Tel un holocauste pour une magie noire,

J’écoutais avec délice votre voix envoûtante,

Prononcer d’un grimoire cette incantation ensorcelante.

 

Lève-toi et suis-moi dans mon donjon,

C’est l’heure où je t’enseignerai grande leçon,

D’aimer mes supplices au point de ne pouvoir t’en passer,

De ton corps je saurai bien avec ma générosité le dompter.

 

Sens sur tes bras la douceur de mes cordes,

Obéis à mes désirs car pour toi ils seront des ordres,

Que chaque parcelle de ton corps devienne mon terrain de jeu,

Que tes souffrances soient au gré du temps la satisfaction de mes vœux.

 

Voilà les mots que vous avez prononcés,

Que j’ai lu en silence dans vos sadiques pensées,

De vos moindres désirs, de vos aspirations et de vos souhaits.

Enfin bref, et pour être franc avec vous, tout ce qu’il me plaisait.

 

Tel un élève docile,

Je recevais sur mon dos fragile,

Les lanières de cuir de cet adorable fouet,

Malgré mon silence, vous saviez que j’en redemandais.

 

Déliant ces liens qui me retenaient,

Vous avez souris? Bien sûr que je m’en doutais.

Car vous aviez un projet particulier en cette veille de Sabbat.

Sur cette table rouge de sang de ses victimes, vous unir à moi.

 

Par quelle action perfide, ai-je mérité cet honneur?

Fou de joie, je l’étais, dès que j’ai su quel serait votre bonheur.

Être offert en pâture à votre corps selon vos secrètes aspirations,

Ô maîtresse, veuillez agréer ma semence lors de notre charnelle union.

 

Par vos gestes si excitants et vos étreintes si luxurieuses,

Vous avez réussi à briser au plus profond de moi toute ma volonté,

Et ainsi, avec belle passion, me laisser par votre savoir-faire dominer,

J’étais votre jouet dont vous saviez tirer plaisir avec une allure ricaneuse.

 

Nous laissant aller à nos pulsions libératrices,

Avec bon gré, vous étiez ma bien-aimée dominatrice.

En ce vendredi de pleine lune, vous étiez une reine sans roi.

De ma verge gorgée vous en avez extrait potion étrange pour le Sabbat.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada