Archives de tags | coupables

Pourquoi me regarde-t-il ?

 

19642627_10156222380803919_596639514811353194_n

 

Dessin réalisé par Eri Kel de la France

 

 

Pourquoi me regarde-t-il ?

 

Marchand calmement dans un magnifique jardin,

Je déambulais  parmi ces humbles gens tels des pantins,

Voyant au loin un modeste banc blanc esseulé qui m’attendit,

Comme on attend avec hâte un être cher, un parent, un vieil ami.

 

Quelques pas amplement me suffirent,

Pour m’y rendre avec gaité et avec le sourire,

Confortablement assis tel un César avec ses lauriers,

Mes pensées me firent plonger dans les songes des lointains étés.

 

De ces temps où féminité et coquetteries,

Allèrent si bien avec virilité et nobles galanteries,

Quel plaisir de courtiser jeunes dames afin d’être leurs élus,

Et de les accompagner dans ce lieu interdit où nous étions nus.

 

Soleil généreux de ses rayons,

Fit couvrir quelques têtes de chapeaux melons,

C’est alors que vinrent à moi les notes d’un piano jouées,

Qui ont voyagé par la douce brise d’un bistro et ses arômes de café.

 

De ces saveurs veloutées,

Et parfois corsées que je savourais,

Au lit avec celle que j’admirais et que j’aimais,

Ah ! Ce que nous étions heureux en ces temps reculés.

 

Perdu dans mes coupables pensées,

Je n’avais point vu l’étranger assis devant moi,

Me fixant du regard en silence et sans geste tel un roi,

Je voulais aller le trouver simplement pour parler, pour discuter.

 

Allais-je le déranger, l’importuner, le blesser ?

Car une simple parole peut parfois guérir ou  bien tuer,

Mais, au fait,  que me veut- il ? Pourquoi diable me regarde-t-il ?

C’est alors que glissa sur sa joue une larme de ses yeux tels des îles.

 

Point de mots pour exprimer ses douleurs,

Point de sons pour décrire la vie et ses couleurs,

Parfois l’instant saisi suffit à deux âmes pour communier,

Pour partager mille bonheurs qu’on ne peut ni nier ni oublier.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Sur le rivage

Sur le rivage

 

Sur le rivage,
Je me suis échouée,
Entendant les vagues frapper,
Mon corps nu avec mes larmes au visage.

 

Ne sachant que faire,
Je me laissa caresser par le vent,
Vent du sud ou vent du nord et de tous ces gens,
Face à la fatigue je ne puis que de fermer mes paupières.

 

Mes tendres seins,
Ressentent l’inéluctable besoin,
D’être cajolés par vos tendres mains,
Mains de coupables ou bien de grands saints.

 

Ô mes chéris, je vous y attends,
Écoutez-moi ! Ne me faites point languir,
Je ne peux hélas, de votre absence, en souffrir.
Sur ce rivage, à votre bon plaisir, je vous en donnerai tellement.

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada