Archives de tags | professionnalisme

La poitrine : Un travail artistique indéniable

Poitrine

« La poitrine » par mon ami Joël Pèlerin

La poitrine : Un travail artistique indéniable

Bonjour tout le monde,

J’entre dans le vif du sujet : la poitrine. Quel sujetNaturel délicat qu’est l’image de la poitrine non seulement dans le domaine du nu artistique mais à plus forte raison au sein même de la société actuelle. Une société, du moins dans le monde occidental, où la pornographie agit comme un agent de propagande auprès d’une population de plus en plus jeune et, par conséquent, davantage inapte à tracer une limite claire et précise entre ce qui est moral et entre ce qui est immoral. Ceci se traduit par une double déformation d’aspects bien précis du genre humain. En premier lieu, le concept même de la sexualité y est présentée comme une vulgaire marchandise à jeter après usage. En second lieu, la relation égalitaire entre l’homme et la femme semble être non seulement remise en question au sein même de la société actuelle mais elle est aussi jetée littéralement aux oubliettes par l’entremise de divers moyens artistiques. L’on a qu’à penser à certaines chansons, si on peut appeler cette cacophonie de « chansons », où la femme est rabaissée en un simple jouet sexuel.

Poitrine 2Je me suis longuement questionné à savoir s’il existe des photographes masculins qui ont relevé le défi de présenter sans fards ni artifices la beauté inhérente aux seins féminines. Une beauté naturelle où le regard portera tant sur la luminosité que sur la pureté du résultat final. N’oublions pas que la luminosité joue un rôle primordial dans toute photo artistique digne de mention. En ce qui concerne la pureté dudit résultat, le professionnalisme du photographe est sans contredit un élément essentiel. Or, qui dit professionnalisme dit aussi patience, amour et aptitudes indéniables dans ce domaine chez le photographe concerné. Beaucoup ont essayé de rendre hommage aux seins et uniquement aux seins en faisant abstraction du reste du corps de la femme. Chose très difficile à faire si on tient compte que bien souvent les seins et le corps forment un tout indissociable. Chose étrange ! Il est plus facilement acceptable de camoufler un sexe masculin qu’une poitrine de femme dans les cours de dessin. Allez savoir pourquoi ?!

En ce qui concerne la réalisation de cette photographiePoitrine d’une poitrine de femme, je peux dire avec une certitude absolue qu’il s’agit là d’une oeuvre tout à fait remarquable. En effet, la présentation sans fards ni artifices non seulement n’enlève rien à sa beauté naturelle. Bien au contraire ! La subtilité des détails y est présentée de manière tout à fait appropriée. C’est ainsi que les légères différences de teintes sur la peau de la poitrine, allant aux mamelons jusqu’aux taches du plus claires aux plus sombres, sont perceptibles dès l’instant où un œil averti prend le temps d’admirer un telle oeuvre. Il y a aussi la pureté du résultat final. Chose rarissime de nos jours où il est impératif d’ajouter encore et encore et presque indéfiniment des éléments inutiles à une photo de nu, à plus forte raison s’il s’agit de seins de femme, pour qu’on puisse espérer qu’elle soit perçue, vue et découverte par un public averti.

En résumé, je dis bravo à mon ami et fidèle collaborateur Joël Pèlerin pour la réussite d’une telle photo. Une photo qui prouve sans aucun doute ton sens professionnel dans un domaine qui nous unit toi et moi, c’est à dire le nu artistique.

Merci infiniment de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

La dernière séance de nudité artistique vécue à l’U.Q.A.C.

IMG_20190410_194940
Séance de nudité artistique U.Q.A.C. mercredi le 10 avril 2019

La dernière séance de nudité artistique vécue à l’U.Q.A.C.

Bonjour tout le monde,

IMG_20190410_200901Aujourd’hui, je désire vous parler de ma séance de nudité artistique vécue à l’université du Québec à Chicoutimi mercredi le 10 avril 2019. Une séance qui restera gravée en mon cœur puisque d’une part, il s’agit de la dernière séance pour l’année universitaire 2018-2019 au sein de cette institution d’enseignement et, d’autre part, que j’ai eu à la fois le privilège et l’honneur d’y avoir été invité en tant que modèle vivant.

Qui plus est ! Il s’agissait de me seconde venue en ces lieux. Une double participation en tant que modèle vivant en la même année constitue à mes yeux un véritable respect à l’égard de mon savoir-faire et une reconnaissance en mon sens professionnel. À vrai dire, je ne m’y attendais pas. Comme quoi, la vie nous réserve de belles surprises.

Sous un autre ordre d’idées, ladite séance m’a permisIMG_20190410_200907 de parfaire mes poses afin de les rendre plus conformes au niveau de l’expérience des étudiants en classe. Est-il utile de rappeler qu’il s’agit d’étudiants en arts de rang universitaire ? C’est pourquoi, j’avais longuement réfléchi aux choix de mes poses bien avant que ladite séance ait lieu. Il ne s’agit pas ici de chercher ce que je dois faire, mais plutôt comment rendre intéressante LA pose choisie pour un laps de temps de plus en plus long.

Voilà la raison pour laquelle j’opte souvent pour des poses « couché » dans le cas des périodes courtes, d’une durée d’environ de 1 à 5 minutes, tandis que les poses « debout » seront davantage favorisées afin de permettre un travail que je qualifierai de plus minutieux dans les détails. Il est cependant vrai qu’une telle procédure est souvent de mise dans chacune de mes prestations.

IMG_20190410_200812Or, et contrairement à la séance vécue au C.E.G.E.P. de Drummondville, la séance n’est pas sous la supervision d’un enseignant voulant initier ses élèves dans ce domaine. En effet, ces derniers ont déjà une expérience plus ou moins grande dans le dessin du nu. La tâche de rendre le « travail » plus ardu, plus recherché, plus adapté à leur rang me revient donc en quasi-totalité. J’ai bien écrit « en quasi-totalité » puisque la responsable du groupe peut avoir son mot à dire dans le déroulement de la séance. Ce qui est tout à fait normal.

Enfin bref, et pour faire simple, j’ai décidé de vousIMG_20190410_205707 présenter au sein même de cet article quelques-unes des œuvres réalisées par les personnes présentes à cette occasion. Il est à noter que plusieurs de ces œuvres seront utilisées dans un futur plus ou moins proche pour des publications soit sous forme de proses ou bien de poèmes. Je profite de l’occasion à la fois pour remercier la responsable du groupe pour sa confiance à mon égard et pour souhaiter un bon retour aux étudiants et aux étudiantes qui sont venus-es soit de l’Europe ou bien du continent d’Amérique du sud pour étudier et vivre dans le magnifique « Royaume du Saguenay ». Bon retour chez-vous et bon succès dans vos projets ! Merci infiniment de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Mon expérience de modèle vivant au C.É.G.E.P. de Drummondville

IMG_20190406_182710

Mon expérience de modèle vivant au C.É.G.E.P. de Drummondville

Bonjour tout le monde,

IMG_20190404_081753Je profite de cette journée pour partager avec vous quelques mots de mon expérience de modèle vivant, nu intégral, vécu au collège d’enseignement général et professionnel de Drummondville jeudi le 4 avril 2019. Une expérience qui m’a permis de renouer avec l’une de mes passions, en y incluant la poésie, la photographie et le cinéma, qui rendent ma vie agréable. Qui plus est ! Ce que j’y ai vécu m’a fait reprendre conscience jusqu’à tel point notre jeunesse est belle, formidable et ne demande qu’à se développer au maximum de son potentiel.

Comme à mon habitude, j’arrive toujours la veille dans la ville où doit avoir lieu la séance de modèle nu. Trois facteurs incitatifs me dictent d’agir de cette façon. En premier lieu, prendre le pouls de la ville où je vivrai quelques temps. Que s’en dégage-t-il ? Quelles en sont mes impressions ? Que puis-je bien y trouver d’inspirant dans la réalisation de mes poses futures ? Ce sont là des questions d’importance aléatoire puisque tout peut basculer en un clin d’œil.

En second lieu, réaliser une petite visite surprise dans l’établissementIMG_20190404_145741_468 même où aura lieu la journée de ladite séance. Ceci est pour un double objectif ; savoir à qui j’aurais à faire lors de la séance et me donner une petite idée de ce qu’il serait le plus utile pour rendre l’expérience réellement profitable entre d’une part, votre humble serviteur et d’autre part, le public concerné. Le choix de mes poses doit toujours tenir-compte de l’âge et du niveau artistique des personnes présentes ainsi que des attentes de mon hôte pour cette occasion. Est-il utile de vous rappeler que de s’imprimer des lieux favorise une approche globale de ce que je peux offrir ? Ceci constitue sans aucun doute une aide indéniable dans la visualisation pour la séance prévue pour le lendemain.

IMG_20190405_005219_907En dernier lieu, je vous dirai de me permettre de prendre le temps de prendre mon temps. En effet, un modèle vivant est avant toute chose un être vivant. Faire la rencontre avec des gens de l’endroit, savourer des plats préparés dans un bon restaurant, avoir la chance de tomber en amour pour un court instant avec une jolie dame et se promener au grand air ainsi que de dormir dans un bon lit douillet font parti de mon rituel de préparation. Vivre, ce n’est point exister. Vivre, s’est s’imprégner de la dynamique tant de l’espace que celle du temps. C’est-à-dire tout simplement s’approprier tout ce qui entoure son être. Ce qui est diamétralement opposé au fait d’exister puisque cet être ne fait que subir ce qui l’entoure.

Une fois que toutes ces étapes de la reconnaissance des lieux ont été effectuées et après avoir passé une bonne nuit dans le confort d’un lit douillet, suivi d’un copieux petit-déjeuner, je me dirige à l’établissement où aura lieu la journée des séances de nudité artistique. Là encore, rien n’est laissé au hasard. Une rencontre avec la professeure est nécessaire afin de finaliser notre entente sans oublier d’apposer nos signatures sur le contrat rendant celui-ci officiellement légal.

Ici, ce qui m’a ravi c’est la chance d’avoir pu me présenter aux étudiantes de chacun des deux groupes avec lesquels je travaillerai. Bien qu’elle ait été sommaire, ladite présentation m’a permis d’émettre deux énoncés à la fois clairs et précis. Primo, que ma nudité en ces lieux devait être perçue sur un angle strictement académique. Autrement dit, j’étais leur instrument pour un moment précis dans le cadre de leur formation collégiale. Et, secundo, de ne jamais se sentir gênée de me faire part de leur opinion avenant le cas où une pose pourrait susciter un malaise quelconque au cours de ma prestation. En résumé, j’étais là dans un strict souci d’aide.

Une fois que la glace fut brisée et que la professeure ait donné sesIMG_20190404_134757 directives, les poses nues purent débuter allant des plus ordinaires jusqu’aux plus recherchées. Il va de soi que les premières étaient davantage appropriées pour la réalisation de croquis, très utiles pour réchauffer leurs mains ankylosées par des heures d’inactivité, alors que les secondes étaient plutôt réservées une fois qu’elles furent sorties de leur torpeur. Ici, bien faire les choses, c’est avant tout d’y aller de manière progressive. Il est à noter que j’adopte une telle procédure à chacune des séances où ma présence est requise. Pour ce qui est de la période de repos, j’en profite pour vaquer à diverses occupations. Ceci peut être de discuter avec certaines des étudiantes présentes en ces lieux, en faisant attention de ne jamais m’imposer, de prendre connaissance du niveau de satisfaction de la professeure et, le cas échant, d’apporter certaines corrections aux choix de mes poses et, enfin, tout simplement m’isoler dans ma loge le temps de me reposer jusqu’à la reprise du cours.

Quelques éléments importants doivent être mentionnés dans ceIMG_20190404_144545 présente article. Tout d’abord, que le respect du droit à l’image des étudiantes a été au cœur même de chacune des photos prises tout au long des deux séances de nudité artistique. C’est pourquoi vous ne verrez jamais les étudiantes faces à la caméra, et ce dans un souci de conserver l’entièreté de leur anonymat. Ensuite, les photos ont été prises à la demande de votre humble serviteur afin de rendre mon blogue artistique le plus diversifié possible. Enfin, rien n’a été fait sans l’accord explicite des parties concernées, c’est-à-dire la professeure, ses étudiantes et votre humble serviteur. Ceci démontre sans aucun doute tout le professionnalisme que je mets dans la réalisation de ce blogue pour votre plaisir et le mien.

Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Croquer la posture

55489153_287771422150884_5058446270289412096_n
Modèle nu ? Andrea P. de Montréal (Permission spéciale) Un projet artistique en toute intimité est prévu dans le courant du mois d’avril.

Croquer la posture

Bonjour tout le monde,

Je désire en ce premier dimanche printanier vous entretenir d’un sujet rarement développé au sein de mon blogue artistique et qui est de savoir croquer la pose. Il s’agit en l’occurrence d’avoir la capacité à transposer l’instantanéité de ce que l’on voit dans un cadre imaginaire afin de le faire apparaitre sur tout support visuel. Autrement dit, on croque la pose exactement comme si on croquerait une pomme pour en savourer le jus. Un jus qui coulerait doucement sur nos papilles gustatives afin de les faire vibrer d’émotions en tous genres.

En effet, les émotions sont chez l’être humain d’une diversité fort étonnante. Voilà pourquoi telle pose saisie sur le vif par l’artiste peut susciter tant la joie que la peine alors qu’elle peut aussi bien évoquer de tristes souvenirs. Un tel phénomène existe autant dans ce que l’on appelle « les natures mortes » que chez « le modèle vivant », notamment le nu intégral. Qu’invoque la vue d’une simple pomme sur un tableau ? Cela peut invoquer pour certains le conte de Cendrillon et pour d’autres une journée passé à la campagne lors de balade en famille. Ce qui est d’autant le cas en ce qui concerne la nudité artistique. Je pense notamment le cas où une photographie présente une certaine dose d’érotisme, de sensualité et de passion.

L’érotisme peut se manifester de manière très subtile, souvent à son insu, chez le modèle. Un écart entre les jambes, des lèvres légèrement séparées par un filet de salive suffit à susciter des émotions liées de près ou de loin à de tendres souvenirs amoureux. Il en est ainsi en ce qui a trait à la sensualité où souvent, très souvent, le regard du modèle suffit.

En ce qui concerne la passion, cette dernière est un outil majeur dans l’élaboration de poèmes et d’ouvrages littéraires. Il suffit de parcourir la littérature tant dans la langue de Molière que celle de Shakespeare pour se rendre compte de la véracité de mes propos. Par ailleurs, et sans vouloir me vanter, la majorité de mes plus beaux poèmes publiés au sein de mon blogue artistique ont été composés sous l’inspiration des photos où les modèles ont, de part leurs poses choisies, réussi à susciter les émotions les plus profondes chez votre humble serviteur.

Toutefois, il faut retenir qu’en dépit du professionnalisme du modèle et de sa recherche de l’excellence, cela ne servira à rien si l’artiste n’a pas réussi à croquer la pose afin de faire découvrir toute la saveur qui s’y cache au public concerné. C’est là une tâche plus facile à dire qu’à faire. Ici, seule une symbiose totale entre le modèle et l’artiste peut rendre possible la réalisation de faire vivre les gammes émotionnelles propres au genre humain. À cela s’ajoute une confiance mutuelle absolue entre les parties présentes, bien entendu.

Je vous remercie infiniment de votre attention.

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Je partage avec plaisir

Guerre
Par Chloé Guerre compte Instagram : @chloeartworks

Je partage avec plaisir

Bonjour tout le monde,

J’ai décidé aujourd’hui de vous présenter deux magnifiques dessins réalisés par une étudiante en arts de l’université du Québec à Chicoutimi, communément appelé U.Q.A.C., au sein de cet article. Pourquoi donc ? Tout simplement parce que j’ai eu la chance incroyable d’avoir déjà posé en tant que modèle vivant lors d’un atelier au sein du département des arts visuels de cette université située dans la belle région du Saguenay.

IMG_20181114_211125 (1)Qui plus est ! L’artiste et moi avions longtemps discuté ensemble pendant les pauses. C’est ainsi que j’ai appris que plusieurs de ses collègues sont originaires de la France. Un pays où l’art, sous toutes ses formes, occupe une place de choix dans l’histoire non seulement de ce pays mais également sur le Vieux-Continent. Qui ne connaît pas Paul Gauguin, Jean-Baptiste Regnault ou bien Alfred Georges Regner ? Je peux affirmer sans aucune ambiguïté que la France est parmi les piliers dans le domaine artistique.

Le fait d’avoir posé nu pour ces étudiants venus de laGuerre 2 mère-patrie, en tant que descendant d’un ancien soldat du régiment Carignan-Salières je considère la France comme tel, constitue un véritable honneur. Un honneur auquel je pourrais vivre de nouveau puisqu’une autre séance est prévue au courant du mois prochain. Vous pouvez compter, chers abonnés, sur mon professionnalisme basé avant toute chose sur ma passion en tant que modèle vivant. Vous trouverez quelques-unes des réalisations artistiques de cette charmante étudiante au sein de son compte Instagram que voici : @chloeartworks.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

La reprise est pour bientôt

46462317_10156109592187523_1998541732727226368_o

La reprise est pour bientôt

Bonjour tout le monde,

J’espère de tout mon coeur que le déroulement du mois de mars vous soit profitable. Pour ma part, je dois avouer qu’il est de loin au-delà de mes espérances. En effet, j’ai eu de nombreuses belles surprises depuis le début de ce mois. Qui plus est ! La guérison de mon bras, blessé à la suite de ma mésaventure vécue à Matane, va bon train. Bref, la vie semble prendre un chemin plutôt positif.

IMG_20181114_211125 (1)Quoi de mieux ? Me diriez-vous. Eh bien, j’ai le bonheur de vous annoncer que la reprise de mes activités en tant que modèle vivant (nu intégral) reprendra dès le début du mois d’avril au sein du département des arts visuels de l’Université du Québec à Chicoutimi, connu sous le sigle de l’U.Q.A.C., où j’ai déjà eu la chance d’y exercer ma passion. En effet, une des responsables a eu l’amabilité de m’informer que la première séance de nudité artistique pour le mois prochain me sera réservée. Une séance que je promets d’être à la hauteur des attentes des personnes qui y seront présentes.

Cela me fait réellement plaisir de constater que la46485624_10156103895412523_6533465196537577472_o reprise de mes activités dans le domaine de la nudité artistique se déroule plus vite de ce que à quoi je m’attendais. À vrai dire, je doutais au fil du temps de pouvoir reprendre de telles activités et ce, pour deux raisons majeures. En premier lieu, ma convalescence a grugé le début de l’année 2019. Ce qui correspond à une période où les modèles sont souvent sollicités dans les écoles d’art et les ateliers en prévision des sessions académiques. En second lieu, mes inquiétudes allèrent grandissant lors de mon hospitalisation prolongée. Allais-je être apte à reprendre mes poses de manière satisfaisante ? De plus, une hospitalisation est loin d’être agréable surtout pendant la période des fêtes. Bon ! J’ai passé à travers cette épreuve, tout de même minime, avec une  grande détermination.

IMG_20181114_212055 (1)Quelques mots concernant ma première séance de nudité artistique me semblent être essentiels afin de vous expliquer la raison de ma joie de retourner poser au sein de ce département. Tout d’abord, j’y ai fait la connaissance d’élèves qui possèdent des talents indéniables dans le domaine du dessin. Des élèves qui, à ma grande surprise, sont pour la plupart d’entre eux, originaires d’Europe. Ensuite, le simple fait que mes services soient requis pour une autre séance démontre que l’on fait confiance une fois encore à mon professionnalisme. À vrai dire, c’est pour moi un honneur qu’une telle chose puisse m’arriver en début de printemps. Enfin, la reprise professionnelle au sein de cette activité me donne l’occasion de voyager un peu partout au Québec. J’en profite alors pour visiter les endroits susceptibles de m’intéresser et, pourquoi pas? de rédiger des articles au sein de mon blogue consacré à la nudité artistique, à la poésie et à la photographie.

Fait à noter ! Je tenterai de profiter de mon séjour à Saguenay pour aller faire un tour au C.E.G.E.P, collège d’enseignement général et professionnel, de Jonquière pour y retrouver la photo d’une personne qui était présente durant une bonne partie de mon enfance mais que la vie m’a arraché à la suite d’un événement qui a laissé une empreinte indélébile dans l’histoire de la ville de Sept-Îles, du Québec et de ma famille au mois de mai 1972. Le fait de découvrir sa photo sera pour votre humble serviteur une source d’une joie immense.

Je vous remercie de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Dans la chaleur de la lumière

Dans la chaleur de la lumière

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Dans la chaleur de la lumière

Bonjour tout le monde,

Aujourd’hui, j’ai décidé de rédiger une critique personnelle portant sur l’une des photos réalisées par mon ami et collaborateur Rick B., d’Allemagne. Pourquoi donc faire une critique au lieu de tout simplement composer un poème en m’inspirant de cette photo ? Voilà une question à laquelle j’ai le devoir de répondre de manière franche et sans ambiguïté. Une question pour une double réponse.

En premier lieu, il me paraissait plus que nécessaire de porter un jugement critique sur cette photo afin d’alimenter davantage mon blogue dédié à la nudité artistique, à la poésie et à la photographie. Certes, mon blogue est parsemé de poèmes inspirés par les œuvres que mes fidèles collaborateurs et amis m’ont gentiment permis d’utiliser afin de diversifier ce blogue. Toutefois, les critiques personnelles sur l’une ou l’autre de ces œuvres y sont quasi-inexistantes. C’est, de mon point-de-vue, une carence majeure au sein de ce blogue dont l’auteur est à la recherche de la perfection. La perfection existe-t-elle en ce monde ? Bien sûr que non, mais il nous est permis de vouloir l’atteindre.

En second lieu, cette photo suscite chez votre humble serviteur de nombreux éclaircissements tant par son caractère légèrement érotique que par celui que je qualifierais de « provocant ». Pourquoi a-t-elle attiré mon regard ? Pourquoi a-t-elle mis en moi le désir de la prendre pour exemple au lieu d’en choisir une autre ? Et, la question la plus importante entre les trois, pourquoi j’aime cette photo ? Voilà les problématiques auxquelles je tenterai de résoudre dans le présent article.

Tout d’abord, qu’avait-elle de si particulier pour susciter mon attention ? Je dirais tout simplement qu’elle renferme à elle seule tout le professionnalisme du photographe Rick B. En effet, je peux y déceler le souhait de faire ressortir la couleur, les ombrages, les différents jeux de lumière sur chaque partie du corps nu de son modèle. Un modèle féminin qui, j’en suis convaincu, a été choisi pour l’esthétisme de sa silhouette laquelle dénote une féminité tout à fait remarquable. Tout est à l’avantage de ce modèle. Un modèle dont Rick B. a su chercher tirer sa beauté, disons-le franchement, remplie de mystère.

Pourquoi a-t-elle mis en moi le désir de la prendre pour exemple au lieu d’en choisir une autre ? Il est vrai que j’aurais pu en choisir une autre. Cependant l’instantanéité de mon regard a une raison toute simple, une simplicité déconcertante, puisqu’elle est celle qui est mise à l’avant en ce jour du 13 février 2019 par mon ami Rick B. au sein de son compte DeviantArt. Un site dans lequel plusieurs artistes amateurs ou bien professionnels publient leurs créations artistiques qu’elles soient des dessins, des photos, de proses ou bien des poèmes. Pourquoi donc aurais-je voulu choisir une autre photo ? Poser la question est aussi y répondre.

Et, finalement, quelles sont les raisons qui me font aimer cette photo ? Un fait demeure : il y a autant de motifs d’aimer une œuvre d’art qu’il y en a de la détester ou tout simplement de rester de marbre. Pour ma part, j’adore cette photo car elle renferme à la fois le charme féminin, la douceur de la pose, un certain érotisme et une aura de mysticisme. Un charme féminin dans le positionnement du corps où même les parties intimes sont présentées dans une parfaite harmonie avec tout le reste.

Par exemple, et à juste titre, le jeu de lumière semble irradier une chaleur quasi-divine sur la nudité du modèle. Autrement dit, le modèle est réchauffé par la lumière diffusée à ses pieds. La nuit la recouvrant de telle façon que l’on a peine à découvrir ses yeux qui semblent être ceux d’une divinité païenne.

Une divinité qui aurait certainement beaucoup à nous apprendre de l’époque où la nature et l’humanité ne faisaient qu’un. Je dirais même à une époque où le mysticisme et l’humanisme vivaient en parfaite symbiose. Une symbiose qui, pour notre malheur, est perdue dans les limbes de l’histoire.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Il faut parfois de l’audace

are_you_serious__by_rickb500-dawofjr

« Marmor, tu es si magnifique. » Toutes les photos présentées dans cet article sont de mon ami et collaborateur RickB. photographe. Lien DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Livre portfolio de Marmor : https://www.deviantart.com/tag/marmorbook?offset=2

 

Avis aux intéressés ! Pour acheter un exemplaire du livre de Marmor, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de 

 

Il faut parfois de l’audace

Bonjour tout le monde,

J’espère que tout va bien pour vous en ce début de semaine. Pour ma part, je dois dire que la vie est magnifique surtout que nous avons enfin une réelle température digne du printemps et ce, après avoir connu quelques jours de grand froid. Fait intéressant à noter ! La ville de Sept-Îles située sur la côte-nord, où naquit votre humble serviteur le 24 mai 1962, a reçu des précipitations sous forme de neige ce samedi 5 mai. Fort heureusement que les gens de l’endroit y sont habitués. Et oui ! Il faut parfois que mère Nature ait de l’audace pour nous faire découvrir, ou redécouvrir selon le cas échéant, les merveilles de notre hiver tout blanc même si on y s’attendait pas.

marmor___the_book_by_rickb500-d8gos78En parlant d’audace, je tiens à rendre hommage au sein de ce présent article à la fois au photographe et à son modèle, tous les deux vivant en Allemagne, avec qui je communique de manière assidue depuis maintenant plusieurs années. À vrai dire je suis littéralement tombé en amour avec l’immense talent que Rick B. et son modèle connu sous le pseudonyme de Marmor, possèdent dans le domaine de la nudité artistique avec parfois un soupçon d’érotisme lequel n’a strictement rien de pornographique. Je suis impressionné par l’aisance avec laquelle le photographe manipule sa caméra afin d’une part, de saisir l’instantanéité du moment et d’autre part, les différents angles avec lesquels la modèle nue est découverte.

Ici deux aspects doivent être expliqués pourun peu daudace 1 comprendre l’importance de tels clichés. En premier lieu, l’instantanéité est le facteur fondamental de la réussite d’une telle prise photographique. On peut prendre n’importe quelle position, en n’importe quel lieu et n’importe quand, cela ne servira à rien si la volonté de trouver le moment précis où l’âme se manifeste par une quelconque expression tant faciale que corporelle, et même les deux à la fois si cela s’avère être possible. Ici, la manifestation est la pierre d’angle sur laquelle se base toute la séance de nudité artistique voir érotique dans certains cas. En second lieu, la découverte du modèle nue doit se faire de manière à la fois provocante et avec une certaine pudeur. C’est là tout un défi pour le photographe, vous en conviendrez. N’est-ce pas ?!

2014_11_01_martyna_p2809_02_bw_by_rickb500-dcaohf1Mais, par quels moyens un photographe peut-il accomplir un tel exploit ? Voici une question qui mérite une réponse claire et précise. C’est justement par l’utilisation d’un jeu d’ombre et de lumière qu’il est tout à fait possible, et parfois contre toute attente, que provocation et pudeur, deux réalités que nous pouvons placées au diapason l’une de l’autre, puissent se joindre en un point précis appelé l’excellence. Dans le cas qui m’intéresse, force est d’admettre que l’utilisation d’ombre et de lumière favorise une harmonie entre les différents angles à laquelle la magnifique modèle nue, la charmante Marmor, nous est présentée.

Un fait demeure et que je ne peux nier : cette photo est très explicite car une partie de son anatomie est dévoilée sans ambiguïté. Or, la primauté du noir & blanc dans un tel type de photo favorise davantage l’importance du jeu de l’ombre et de lumière. Ce qui rend toutes les lettres de noblesse à cette photo.

Cela aurait-il été envisageable dans le cas où elle aurait été réalisée en format couleurs ? Peut-être bien que si comme peut-être bien que non. Personnellement, j’opterais pour le second choix vu le caractère hautement explicite de la photo. Un caractère qui n’enlève rien au professionnalisme tant du photographe qu’à son modèle. Bien au contraire ! Merci de m’avoir lu !

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada 

Une réalisation magnifique Modèle nue ? Sandrine Carrascosa

29133495_10211490142674911_6688152244684579677_n

Une réalisation magnifique

Modèle nue ? Sandrine Carrascosa

Bonjour tout le monde,

C’est avec un immense plaisir que je partage avec vous cette réalisation de nudité artistique. Une réalisation magnifique où la beauté, le charme, la sensualité et le professionnalisme du modèle est mis à contribution de manière impeccable. Tout y est parfait. Personnellement, et c’est-là mon humble opinion, les différentes teintes rehaussent à juste titre l’ensemble de cette oeuvre. Bravo mille fois à la fois à l’artiste et au modèle pour leur travail. D’ailleurs, il est aisé pour qui que ce soit possédant un oeil averti de noter tout le sérieux qui se dégage de ce petit chef-d’oeuvre. 

Je tiens à remercier mon amie Sandrine Carrascosa pour sa permission d’utiliser, encore une fois l’une des œuvres auxquelles elle a participé en tant que modèle vivant. Une oeuvre qui me fait plaisir de partager au sein de mes publications de mon blogue dédié à la nudité artistique, à la photographie et à la poésie.

Admirez et touchez avec vos yeux cet oeuvre remarquable.

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

En cette journée internationale de la femme

En cette journée internationale de la femme

Bonjour tout le monde,

J’ai eu l’idée de laisser la parole à une grande artiste du Québec spécialisée dans le domaine du nu artistique notamment en lien avec la représentation du corps féminin. Son expertise, son savoir-faire, son goût pour cet art magnifique et son professionnalisme font de cette artiste une, et c’est-là un titre qui lui convient à la perfection, véritable icône au Québec. Toutefois, je désire non seulement vous présenter quelques-uns des tableaux qu’elle a réalisés au cours des derniers mois, mais également de retranscrire avec une fidélité impeccable l’ensemble de ses propos à l’occasion de la journée internationale de la femme.

Je termine cette brève missive en souhaitant à toutes les femmes, amies, connaissances et abonnées de mon blogue, une joyeuse journée. Une journée qui vous est dédiée à juste titre.

Merci de m’avoir lu.

RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

28661160_10215461006548710_3330033731367713485_n (2)

Œuvres réalisées par Josée St-Amant de St-Lazare (Québec)

Bonne journée internationale de la femme!

Femmes fortes, femmes debout! À hauteur de femme…

« La nudité me force à la réflexion. Je crois essayer humblement de redonner une place divine à mes modèles. Comme dans l’Antiquité, je m’applique à effacer toute forme de sexualité dans ce choix. Je nourris profondément la conviction que cette forme d’art qu’est le nu apportera le respect de la femme dans toute société. Rendre à la femme sa liberté, le libre choix de l’utilisation de son corps, voilà mon souhait! Je crois qu’il est impérieux que nous puissions voir, côtoyer et humaniser la nudité. Le respect du corps de la femme passe par son acceptation et par sa libre représentation. »

Propos de Josée St-Amant artiste