Archives de tags | tristes souvenirs

J’aime la nuit

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

J’aime la nuit

 

 

J’aime la nuit,

Car c’est à ce moment,

Où j’affronte mes tourments,

Sans détours et rempli d’énergie.

 

De la nuit, je tire mes forces.

Alors c’est là où enfin je deviens féroce.

Pour régler mes comptes et reconnaître mes peurs,

Même si parfois tristes souvenirs m’envahissent et je pleurs.

 

J’aime cette noirceur,

Car point de lumière, ni d’ombre,

Point d’endroit où il fait si sombre,

Point de mensonge et encore moins de leurre.

 

De la nuit où se repose la vie,

De ces êtres fragiles qui soupirent,

En cette vie où en eux ils peuvent ressentir,

Même si rien ne dure, rien n’est éternel face à l’infini.

 

J’aime cette tranquillité,

Où je peux enfin vivre en vérité,

Être authentique, chose rare en société.

Car c’est dans la nuit où on peut vivre son humanité.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Je t’attends ma chérie

IMG_20180826_054126_657

 

Photo réalisée par Mélanie Dufresne Modèle ? RollandJr St-Gelais

 

Je t’attends ma chérie

 

À l’orée de ces fiers bois, 

J’entends une douce voix, 

Celle qui est dans mon cœur, 

Celle qui ferait mon ultime bonheur.

 

Mes sentiments sont sincères, 

Désormais disparaissent ces tristes souvenirs, 

Tous ceux qui m’ont fait tellement souffrir, 

Et qui maintenant sont devenus un lointain hier.

 

Appuyé sur un modeste arbre, 

Mais si fier tel que du marbre, 

Reposant ma tête en vidant mon esprit, 

Pendant que de toi mon cœur languit.

 

Viens vers moi, je t’en prie. 

Viens ! N’aie pas peur ma chérie. 

De toi et toi seule, j’ai tellement envie. 

Car grâce à toi, j’ai retrouvé le goût à la vie.

 

De

 

RollandJr St-Gelais 

Québec (Québec) 

Canada 

Ô femme de couleur d’ébène

 

22489676_1676416019048958_6319048714531006441_n

Dessin de Claude Bouillon

 

Ô femme de couleur d’ébène

 

Femme de ce continent,

Rempli de trésors et de diamants,

De ces rivières bleutées et de ces  vierges forêts,

De ton corps si gracieux et si svelte quoi dire je ne saurais.

 

Femme tellement noire,

Du Ghana ou de la Côte d’Ivoire,

De tes ancêtres tu en retiens tristes souvenirs,

Qui luttèrent contre tyrans et contre bien pires.

 

Femme aux cheveux hirsutes  !

Qui naquit dans une humble hutte,

Tu désires qu’une chose à ta progéniture,

C’est de bâtir dans la joie un bien meilleur futur.

 

Femme témoin d’un douloureux passé,

Ressaisis-toi ! Et surtout ne cesse pas d’espérer,

Car coule la force incroyable de tes aïeux dans tes veines,

Sache que tu es femme sacrée ! Ô femme de couleur d’ébène.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada