Archives de tags | chair

Crucifiée

Crucifiée
« Croix de femme » Poème de RollandJr St-Gelais Magnifique photo par Emilie alias Tokatun sur DeviantArt

Crucifiée

 

Être égale de l’homme?
Quand on y pense, est-ce vrai?
Car combien de maux on lui a fait?
Je ne le crois pas à bien y penser en somme.

 

Être si souvent martyrisée,
Sans oublier tant de fois abusée et violée,
L’histoire regorge de ces femmes au courage remarquable,
Condamnées aux bûchers par des inquisiteurs à la foi indéniable.

 

À leur foi en leurs privilèges,
Qui craignirent quelconques sortilèges,
Pouvant amenant la justice de l’humble raison,
Au sein d’une innocente et tellement pauvre population.

 

On oublie trop souvent,
Et parfois avec le clergé son assentiment,
Que la femme a été voulue par cet être suprême,
Loin des hommes vivant en un lieu ressemblant à la Bohème.

 

Sans sa présence à ces côtés,
Homme seul n’aurait pu réaliser l’humanité,
Être deux pour affronter les chemins de la destinée,
Voilà qu’elle était l’unique but du Créateur sa seule volonté.

 

Mais, qu’en avons-nous fait?
Que peut-on l’accuser et quel est son méfait?
Elle a été tirée de notre chair pour être choyée et aimée,
Pourquoi donc dans de méchanceté? Pourquoi l’avoir crucifiée?

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Jour de rêves

Jour de rêves
« Jour de rêves » Poème de RollandJr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Instagram gb62da et DeviantArt https://www.deviantart.com/gb62da

Jour de rêves

 

Dors tendrement ma belle Ève,
Quels mots sortent de tes lèvres?
Rêves-tu à l’un de tes nombreux amants?
Car, je l’avoue, avec ta beauté rien d’étonnant.

 

Je n’ai point voulu te réveiller,
Car agit ainsi serait le pire des péchés,
Pire que celui de la chair que nous avons savouré,
Dors ! Dors ! Aussi longtemps qu’il faudra ô ma dulcinée.

 

Pendant ce temps, je fais le petit-déjeuner.
En espérant que tu l’apprécieras car avec cœur,
J’y mettrai quelques tartines aux fraises avec un peu de beurre,
Un café-crème pour toi que j’aime sans oublier une rose pour l’accompagner.

 

C’est un jour de rêve, un jour inespéré.
Car c’est aujourd’hui que mon cœur je t’offrirai.
Pourtant je redoute un peu la réponse que tu me donneras,
Car bien des hommes sont, et de loin, beaucoup plus beaux que moi.

 

Qu’à cela ne tienne, je prendrai mon courage à deux mains.
Et je te ferai cette demande d’être avec moi pour les futurs lendemains,
Mais d’ici ce moment un peu redouté par une réponse quelque peu inespérée,
Calmement, sans faire de bruit, avec amour et passion, je te regarde en train de rêver.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Par de-là les murs

Par delà les murs
Basilique Ste-Anne-de-Beauprés Vendredi le 23 août 2019 Photo par RollandJr St-Gelais de Québec

Par de-là les murs

 

En ce lieu saint,
Je suis venu un bon matin,
Humble pécheur tel est mon destin,
Venant faire cette prière cœur rempli de chagrin.

 

Dieu qui es au-dessus de nous,
Qui, semble-t-il, es là ici et partout.
Je viens devant toi repentant et à genoux,
Peut-être suis-je crédule voire même un peu fou.

 

Un peu fou de croire que tu m’entends,
Tandis que tu es entouré des anges tes enfants,
Les chérubins, les anges et les archanges qui t’obéissent,
Alors que bien des hommes et des femmes sans cesse dépérissent.

 

Venant avec sincérité à toi,
Celui que l’on appelle le Roi des rois,
Reconnaissant le poids de mes nombreuses erreurs,
Mais en ayant confiance en ton amour, je n’éprouve point de peur.

 

Par-delà les fresques de pierre,
Tu sais bien que je suis fait de sang et de chair,
Qu’en tout temps mon âme vers toi peut être rappelée,
Car telle est pour les mortels notre ultime et inévitable destinée.

 

Par-delà les autels,
Mon corps est qu’un hôtel,
Pour l’âme qui y ait trouvé refuge,
Afin d’affronter de la vie ses subterfuges.

 

Par-delà les cierges allumés,
Il y a cette modeste prière qui t’est adressée.
Éclaire la voie de nos disparus qui sont partis vers ta maison,
Qui nous attendent afin qu’un jour nous retrouver nous le puissions.

 

Par-delà les murs,
Il y a une chose que je suis sûr,
Ce n’est pas le nombre des mots qui importe
C’est la sincérité de notre cœur que nos prières apportent.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

L’esclave

Esclave
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

L’esclave

 

Debout,
Parfois à genoux,
Corps de sa beauté jaloux,
Grâce féminine qui peut rendre fou.

 

Statue de cire,
Qui devant la bêtise,
Des hommes de bien mauvaise surprise,
Préfère se taire même si parfois elle aimerait en rire.

 

Immobile depuis des lustres,
Ne sachant que faire cela me frustre,
Car devant cette beauté de femme j’aimerais lui parler,
De mes souvenirs, de mes rêves et de mes illusions lui raconter.

 

Cachant ses yeux remplis de tristesse des miens,
Que je lui donnerais pour pallier la lacune de mes mains,
Je lui offrirais avec amour mon épaule afin qu’elle puisse enfin pleurer,
D’avoir vu tant de désespoir, de méchanceté et de crimes sans pouvoir se révolter.

 

Bras replié sur sa chevelure,
Reflétant la pureté de sa parure,
Parure de noblesse ayant traversé les barrières,
Barrières du temps et de l’espace ne craignant pas les enfers.

 

Esclave de chair, d’os et de sang
Toute immobile depuis sa tendre création,
Faite par un artiste esseulé avec une infinie précaution,
Statue de pierre brute à qui il lui donna la vie éternellement.

 

Esclave ayant pour devoir de nous rappeler,
Que malgré nos erreurs, nos réussites et notre bonne volonté,
Sur cette terre à vivre ensemble nous y sommes tous condamnés,
Et que peu importe les origines, les religions et autres lubies, il faut savoir s’aimer.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Tendre tentation

Tendre tentation
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Tendre tentation

 

Ô Lucifer,
Quel véritable enfer,
De ne point pouvoir satisfaire,
Cette belle dame de sang et de chair.

 

Que ne ferais-je pas?
Pour être près d’elle cette fois,
Et, pour être franc avec toi, étendu.
Sur elle, moi être mortel et entièrement nu.

 

Beauté d’un soir perdu,
Moi qui croyais avoir tout vu,
Mais devant une beauté si rare,
Qui sait ? Il n’est peut-être pas trop tard.

 

Il y a sept péchés capitaux,
Mais il n’y en a un seul qui soit beau.
C’est lui de la noble luxure à laquelle je tiens vraiment,
Car rien de plus agréable que l’oeuvre de chair assurément.

 

J’ai tant demandé de ne point succomber,
À ce péché qui m’a tellement de joie apporté.
Péché de la chair ! Péché d’amour ! Péché d’illusions !
Cette fois encore je désire succomber à cette tendre tentation.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Chaleur dans la nuit

Chaleur de la nuit
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Chaleur dans la nuit

 

J’ai chaud vraiment chaud,
Depuis quelques jours il fait trop beau,
Depuis que tu m’as par hasard rencontrée,
Dans ce lieu inédit, inconnu et si insoupçonné.

 

Tu étais là nu dans le silence à m’attendre,
Alors vers toi je suis allée contre toute attente,
Car de tes yeux j’y ai décelé ton désir de me satisfaire,
Pour être franche avec toi, j’étais curieuse de ton savoir-faire.

 

Sans dire un mot, je t’ai suivi dans cette chambre,
Aux murs couleurs de rouge vif et de cette pierre d’ambre.
Lentement et sans façon devant toi je me suis avec plaisir couchée,
En espérant par tes lèvres douces comme de la pulpe être longuement savourée.

 

Ô chaleur écrasante de la nuit,
De la nuit où semble-t-il les chats sont gris,
Et que toi et moi dégustions les plaisirs de la chair,
Tels de nouveaux amants ne songeant point aux sévices de l’enfer.

 

Chaleur torride de nos corps divinement enlacés,
Chaleur de ta hampe tellement viril qu’en moi tu as planté,
De ses coups semblables à un bélier qu’en moi j’ai tant adorée ressentir,
Jusqu’au bord des larmes d’extase et de jouissance qui ne voulaient plus finir.

 

Sentant tes baisers remontant mes cuisses jusqu’à mon cou,
Tu humais chaque parcelle de mon corps témoignant ainsi que tu en étais fou,
Goûtant avec ta langue ma peau de satin en glissant celle-ci jusqu’à mes lèvres,
N’en pouvant plus, je t’implorais de poursuivre ton chemin car moi montait une fièvre.

 

Une fièvre que toi seul avais le pouvoir de faire toujours monter,
Une fièvre que toi seul savais me guérir en me comblant jusqu’à satiété,
Tu avais le don de me posséder tant mon corps que mon âme en cette soirée,
Tu avais le don de me combler tellement que je souhaitais que ce fut pour l’éternité.

 

Sans cesse je te criais de toujours continuer,
Sans cesse je te dévorais telle une lionne déchaînée,
Je t’abjurais de déverser en-moi ton suave élixir d’amour et de vie.
Afin que je puisse me rappeler de cette chambre et de cette chaleur dans la nuit.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Où étais-tu passée?

Où étais-tu passée
« Où étais-tu passée? » Poème par RollandJr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Instagram gb62da et DeviantArt https://www.deviantart.com/gb62da

Où étais-tu passée?

 

Ô ma belle muse,
Toi que rien n’amuse,
Je m’inquiétais tant pour toi,
Car depuis si longtemps tu es tout pour moi.

 

Te savoir être perdue en forêt,
Avait fait ressurgir en moi un terrible secret,
Une histoire qui hante ces bois beaux et ensorcelés,
Et où se cachent des nymphes ayant une grande beauté.

 

Sachant que tu possèdes encore ta virginité,
Elles t’auraient certainement envoûtée avec leurs paroles,
Leurs paroles douces comme du miel afin que tu deviennes folle,
Folle de leurs charmes incroyables que leur avaient donnés une divinité.

 

Comment pouvais-je t’avertir?
Sans te cacher la vérité ni te mentir?
Car bien de jeunes femmes se font faites enlacées,
Dans leurs pièges au grand désespoir de leurs fiancés.

 

Mais je t’ai enfin trouvée sur cette pierre,
Sur laquelle j’y ai gravé un symbole kabbalistique,
Afin que tu puisses t’y réfugier et te protéger par une formule magique,
Que m’avait appris par cœur et par esprit mon bien-aimé défunt père.

 

Maintenant que tu es là,
Unissons-nous de chair et d’âmes,
Afin d’éloigner de toi ces êtres vils et infâmes,
Offrons-nous l’un à l’autre pour conjurer le sort qui obnubile ces bois.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

N’approche pas

N'approche pas
Courtoisie de Spitting-to-windward Poème de RollandJr St-Gelais

N’approche pas

 

Non, je ne suis pas à toi,
D’ailleurs, est-ce si important ?
Que j’appartient à un maître impotent ?
Qui fera son jouet adoré et abusera de moi.

 

Je me suis mise entièrement nue,
Car c’est ainsi que tu rêvais si longtemps,
De me voir depuis cet étrange mais court instant,
Où par la fenêtre de ma chambre tu m’as vue.

 

Ce corps m’appartient,
Et jamais il ne sera le tien,
Pas plus qu’à aucun autre homme,
Car vous tous ne valez rien en somme.

 

Tiens-toi loin de moi,
Car je tiens à mon intimité,
Je protègerai jusqu’à la mort ma virginité,
Car le respect de ma chair est mon unique loi.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Douce brise

Douce brise
DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de Paroles écrites par RollandJr St-Gelais de Québec au Canada

Douce brise

 

Douce brise,
De cette femme,
Bouleversant mon âme,
Et qui est sans relâche éprise.

 

Jeune femme à la fragile poitrine,
Que ses pensées de peine je devine,
Aux yeux d’émeraude qui m’ensorcèlent,
Car je ne saurai résister à une femme si belle.

 

Que cette brise apporte à votre chair,
Un peu de fraîcheur offert par les dieux de l’air,
Et moi je ne peux que languir de ne pouvoir embrasser,
Votre bouche semblable au plus beau trésor que je puisse trouver.

 

Qui êtes-vous charmante dame ?
Puis-je vous accompagner dans cette pose ?
Car bien épuisé de ma route, je désire faire une pause,
Avant de poursuivre la route de mes passions qui me damnent.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada

Où étais-tu depuis tout ce temps ?

Oo étais-tu depuis tout ce temps
« Où étais-tu depuis tout ce temps ? » par G.B. d’Allemagne Poème par RollandJr St-Gelais

Où étais-tu depuis tout ce temps ?

 

Silence divin, silence de forêt,
Où tout jusqu’à maintenant me plait.
Écoutant les battements de mon cœur,
Qui alternent joyeusement avec le pic-bois moqueur.

 

Je m’imaginais être la nouvelle Ève,
Sans avoir à ses côtés son si bel Adam,
Pouvais-je retenir mes larmes longtemps ?
Cœur inquiet qui me faisait mordre mes lèvres.

 

Depuis le début de notre rencontre,
Je croyais être que pour toi et pour toi seul.
Je me souviens de cette tasse de thé au tilleul,
Que tu me fis boire en ne cessant de regarder ta montre.

 

Je me sentis partir lentement vers un autre univers,
Celui de l’amour et de la passion où tout est beau où tout est vert.
Vers cet univers où les rêves les plus fous et les plus osés sont permis.
Là où faire l’amour rythme avec le plaisir tant de la chair que celui de l’esprit.

 

Maintenant que je suis sortie de cette nuit,
Étendue et nue alors que sur ma peau la clarté du jour reluit,
J’attendais celui qui allait m’embrasser comme dans un conte de fée,
Où étais-tu depuis tout ce temps ? Dis-le-moi ! Car tu m’as tellement manqué.

 

De

 

RollandJr St-Gelais
Québec (Québec)
Canada