Archives de tags | chair

Par cet arbre tatoué

Par cet arbre tatoué Poème de RollandJr St-Gelais Photo de Jenovaxlilith Source : https://www.deviantart.com/jenovaxlilith/art/hey-you-860702943

Par cet arbre tatoué

 

Hé, toi!

Ne reste pas là.

Viens près de moi,

Allez viens, ne me crains pas.

 

 Je suis à moitié de noir vêtue,

Et de l’autre, oui je suis vraiment nue.

Assise sur un sofa de bois et de tissu rouge,

Je te regarde et de ton corps telle une statue rien bouge.

 

Ne reste pas là, assieds-toi à mes côtés.

J’ai une belle petite histoire à te raconter,

Un conte ? Une légende ? Dans le fond, qui le sait?

Allez! Obéis-moi! N’ai pas peur et suis mon doigt de fée.

 

Belle princesse à la cuisse tatouée,

Tatouée d’un arbre d’un noir si foncé,

Que l’on dit que l’encre avec lequel il a été dessiné,

Proviendrait d’une sorcière que l’on aurait assassinée.

 

Pourtant, elle était qu’une dame qui avait tant aimé.

Aimé un homme si simple mais pourtant d’une haute lignée,

Pour lui, par un pur amour, elle était prête à tout donner.

Mais, les gens de cette lignée ne pouvaient de cette union l’imaginer.

 

C’est ainsi que par une froide et triste nuit,

Ils lui tendirent un piège pour lui enlever la vie.

Espérant voir son amour, elle alla sous l’arbre mystérieux,

Où languirent ces gens dits de la noblesse, de son amour, si envieux.

 

Dans son cœur, lame froide d’un poignard y entra profondément.

Son sang chaud au pied de l’arbre coula abondamment,

Abreuvant le sol asséché par le vent depuis longtemps,

Et d’une fleur naquit en cette nuit miraculeusement.

 

Cette fleur devint l’instrument d’un tatoueur,

Qui abreuvait ses aiguilles pour celle qui n’aurait pas peur,

De recevoir en sa chair, le sang de cette dame injustement condamnée,

Par la jalousie de ces nobles ne pouvant obtenir la main de cette beauté.

 

Dès que je vis cette fleur, j’ai compris la raison de ma venue en ce lieu.

Une voix de jeune femme m’avait appelée du haut des cieux,

Afin d’immortaliser en ma tendre chair son histoire,

En gravant cet arbre à partir de cette encre noire.

 

Désormais sa mémoire, de la surface de la terre, ne sera jamais effacée.

En ma chair blanche comme la lune scintillante par une nuit étoilée,

Elle pourra ainsi par son âme tellement pure encore exister,

Avec elle, par cet arbre tatoué, mon sang je partagerai.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

En ce novembre bleu

En ce novembre bleu Poème de RollandJr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/November-blues-859989646

En ce novembre bleu

 

Lis bien ceci mon grand,

Tu as été un super amant,

Un homme qui m’a fait découvrir,

Du péché de la chair de multiples plaisirs.

 

Avec toi, je voulais aller plus loin,

Construire ensemble un meilleur lendemain,

Où nous aurions eu un foyer avec de beaux enfants,

Mais, à ce que j’ai pu comprendre tu avais d’autres plans.

 

Tu voulais être que de passage,

Me rencontrer sur le chemin d’un voyage,

Que je sois qu’une poupée entre tes mains,

Pour des histoires osées et sans lendemain.

 

Oh que non ! Je ne marche pas dans tes plans enfantins,

Car je suis plus qu’une poupée entre les mains d’un gamin,

Loin de moi l’idée d’être pour toi un simple pantin,

Jouer à un tel jeu ne fait pas parti de mon destin.

 

Lis bien ceci mon donjuan en ce jour,

Sors de ma vie maintenant et pour toujours,

Car je te le jure, jamais nous ne pourrions être heureux,

 Je vaux beaucoup plus que tu peux croire à tes yeux.

 

Ô bel amant de ces nuits si chaudes et torrides,

Tes belles paroles ont maintenant une saveur insipide,

Pour être heureuse j’ai décidé de prendre une autre direction,

Comprends enfin que j’ai décidé que pour moi, il n’y a plus de pardon.

 

En ce novembre bleu, je poursuivrai donc une meilleure voie.

En ce novembre bleu, j’ai enfin saisi que je dois compter sur moi.

En ce novembre bleu, je vivrai ma vie la joie au cœur et sans toi.

En ce mois de novembre bleu, crois-moi, tu ne seras jamais roi.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Les bleus de l’automne

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Les bleus de l’automne

 

J’ai les bleus,

De voir le temps gris,

Alors que le vent glacial soit pris,

Engouffrant en les gens esseulés malgré eux.

 

Bleus de l’âme qui revoit la beauté,

Du chaud mais court été qui vient de passer,

Passé tel le vol des hirondelles qui annoncèrent le printemps,

Avisant les écoliers de profiter de leurs vacances pendant qu’il est temps.

 

Maintenant que je suis à la fenêtre,

Je ressens un malaise au plus profond de mon être,

Être de chair pénétré par la sombre solitude de la journée,

Être de sang imprégné par la lenteur de cette ambiante morosité.

 

Tellement vite, les heures de la nuit arrivent.

Que pour ne pas être surpris il faut être sur le qui-vive.

Tellement rarissimes sont les heures du divin soleil,

Qu’à chaque instant, les ressentir est une pure merveille.

 

Regardant par la fenêtre les feuilles aux couleurs variées,

Qui annoncent que malgré leur beauté elles vont tôt ou tard tomber.

Je ne peux m’empêcher de penser aux êtres qui en cette vie m’ont quitté,

Ces êtres avec qui parfois je me suis chicanée mais jamais cesser d’aimer.

 

Des gens qui ont été de passage,

Mais qui m’ont enseigné à devenir plus sage,

Des femmes avec qui j’ai noué de grandes amitiés,

Et de ces hommes que je leur ai appris comment embrasser.

 

J’ai les bleus de l’automne,

En pensant à ces femmes et à ces hommes,

Qui ont jalonné le parcours de ma vie bien modeste,

Pardonnez-moi ! Face à ce froid, je vais aller me mettre une veste.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Miroir, miroir, joli miroir

Miroir, miroir, joli miroir
Photo par mchuprin de la Russie. Source : https://www.deviantart.com/mchuprin/art/5763-852997366

Miroir, miroir, joli miroir

 

Miroir, miroir, joli miroir.

Que vois-tu lorsqu’il fait noir?

Vois-tu les amoureux s’embrasser?

Vois-tu les amants tendrement s’enlacer?

 

Suis-je la plus belle?

Je le sais bien que je ne suis guère éternelle.

Voici pourquoi ma beauté est importante à mes yeux

Car elle est parmi les biens donnés par les dieux le plus précieux.

 

Beauté éphémère léguée par ma mère,

Transmises par une mystérieuse grand-mère,

Qui possédait un grimoire renfermant des incantations,

Par lequel elle invoquait anges déchus appelés les démons.

 

Leur promettant son âme pour l’éternité,

En échange de léguer pour toujours sa grande beauté,

Aux seules descendances féminines de la première lignée,

Et, en particuliers, à la première de la famille des filles nées.

 

Miroir, montre-moi mon avenir.

Que me réserve-t-il de la chair ses plaisirs?

De la vieillesse et de la maladie peut-on s’en prémunir,

Car de ces maux, en cette vie, je ne veux point ainsi en finir.

 

Miroir, miroir, joli miroir en mes mains,

Miroir forgé en une seule pièce dans de l’étain,

Dis-moi, peux-tu me dire comment sera fait demain?

Car, à voir ce qui se passe en ce monde, le futur semble si incertain.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Ciel ou en enfer?

Ciel ou enfer
Ciel ou enfer ? de RollandJr St-Gelais Photo par G.B. d’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Heaven-or-hell-851752592

Ciel ou en enfer?

 

Ciel ou enfer ?

Où irais-je ?

Excellente question,

Béatitudes ou damnation.

 

Tout ce pose ici et maintenant,

Car demain sera peut-être trop tard,

Dame mort me piquera avec son dard,

Et confession sincère sera loin de moi possiblement.

 

Quel est le lot de vivre,

De vivre ses folies jusqu’à en être ivre,

De ressentir les mille plaisirs de la chair,

De humer les parfums de ces dames dans les airs.

 

Pardonnez-moi ô mon Dieu ces plaisirs,

Car loin de ces dames je ne fais que souffrir,

Je ne peux revenir sur le passé et mes erreurs,

Pour mon avenir, ai-je raison d’en avoir peur?

 

Personne ne connait de quoi son avenir sera fait,

Homme prudent agit pour son bienfait,

Et pourtant rien ne lui est certain,

Peut-être sera-t-il décédé demain.

 

Mais, ce que j’adore mes maitresses,

Recevoir leurs tendres baisers et caresses,

Être leur maitre tant adulé tant adoré,

Être leur esclave tellement aimé.

 

Le temps passe et je me demande ceci:

Ai-je bien tellement réussi ma vie?

Car je sais qu’un jour tout sera fini,

Où irais-je une fois que mon âme sera partie?

 

Une chose est toutefois sûre,

Je suis loin d’être l’homme le plus pur,

C’est ce que je n’ai pas pu faire que je regretterai,

Et non pas ce que j’ai fait lorsque le pont je franchirai.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada