Archives de tags | chair

Par les temps qui courent …

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

Par les temps qui courent …

Par les temps qui courent, il faut apprendre à vivre pour soi. Par les temps qui courent, il faut pouvoir prendre le temps de respirer. Par les temps qui courent, il faut savoir être et non pas seulement exister.

Vivre en harmonie avec son corps, son esprit et son âme. Ce corps qui nous paraît parfois si lourd. Cet esprit qui semble à maintes reprises confus. Et cette âme qui ne demande qu’à s’envoler comme une plume.

Une plume qui volera au gré du vent et de l’oubli. Une plume qui caressera la fragilité de notre être. Une plume qui nous rappellera la faiblesse de notre chair. Une chair vouée au plaisir et à la concupiscence.

Texte de Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

 

Notre album-souvenir

Notre album-souvenir par Rolland Jr St-Gelais photo par G.B. d’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/Bedtime-reading-2-878499624

Notre album-souvenir

 

Ô mon tendre et unique amour,

Mon cœur sera à toi pour toujours,

Cela fait maintenant trois jours que tu es parti,

Je me demande sans cesse ce qu’il m’a prise d’avoir agi ainsi.

 

Chaque jour, tu me réveillais en m’offrant un café chaud.

En me disant au creux de l’oreille des mots tendres et beaux.

Quelques brioches finement assaisonnées que tu aimais préparer,

Que je goûtais sous ton regard attentif et de tes yeux tout émerveillés.

 

Que puis-je dire de nos voyages et de nos randonnées?

Que nous ayons fait chaque hiver et parfois même en été.

De tous ces pays que nous avons découverts d’un seul cœur,

Ces contrées où nous étions ébahis à chaque instant, à chaque heure.

 

Et de ta présence tellement chaleureuse pour essuyer mes pleurs.

Sans oublier ta main bienfaitrice qui me rassurait face à mes peurs.

Que puis-je faire pour reprendre vie au plus profond de ton cœur?

Je sais bien en mon âme que tout ça était somme toute qu’un leurre.

 

Mais, maintenant, que me reste-t-il de ce temps passé?

De ce temps ou toi et moi faisions l’amour tels des passionnés,

Passionnés de la vie, du plaisir et de la chair à en perdre la raison.

Jusqu’au jour où nous avons décidé de fonder notre foyer, notre maison.

 

Pourquoi ai-je succombé à mes pulsions face à cet inconnu?

Cet homme que j’avais rencontré loin de toi et à ton insu.

Faute avouée est à demi pardonnée, dit un vieil adage?

Savoir garder le silence est à mes yeux encore plus sage.

 

Presque nue sur notre lit conjugal, je me remémore nos souvenirs.

Au fil des pages que je tourne inlassablement, je sens mon âme se ternir.

S’obscurcir d’un noir ténébreux à chaque page que mes doigts ont viré,

Me rappelant telle une triste mélodie comme nous nous étions aimés.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

 

 

Que voulez-vous ?

Que voulez-vous ? Photo par G.B. d’Allemagne Réflexion par Rolland Jr St-Gelais Source : https://www.deviantart.com/gb62da/art/What-do-you-want-872206384

Que voulez-vous ?

Vouloir est le prélude à la volupté. La volupté est le prélude au péché de la chair. Mais quel est le plus grand plaisir que celui de succomber à la luxure? En effet, la luxure atteint l’âme immortelle en nous faisant découvrir la douceur de la chair mortelle.

De Rolland Jr St-Gelais de Québec au Canada

L’œil de Dieu

DeviantArt du photographe RickB. : https://rickb500.deviantart.com/ Pour acheter un exemplaire du portfolio, écrire à cette adresse email : rickB@arcor.de

L’œil de Dieu

 

Je suis l’œil de Dieu,

Et Dieu est une femme,

Et, par-dessus, une jolie dame,

Qui fait de toi entre ses mains ce qu’elle veut.

 

Je vois tout ce que tu fais,

Inutile de cacher vraiment qui tu es,

Tu aimes fréquenter les donjons,

De tes maîtresses, être leur bon garçon.

 

Maitresse Christine qui est d’une beauté exquise,

Celle dont ton âme s’est tellement éprise.

Beauté magique ! Beauté féérique !

Venant du monde des pays nordiques.

 

Que dire de maîtresse Bella?

Qui saura te mener là où elle le voudra.

Te tirer des flammes de l’enfer de la souffrance,

Pour te faire découvrir l’ultime plaisir de la bienveillance.

 

Péché de la chair ! Péché de la luxure !

Qui convient de l’âme la plus perverse à la plus pure.

Aucun plaisir n’a d’égal que celui d’être entre les mains d’une maîtresse,

Qui sait te combler de ses tortures élaborées comme de ses caresses.

 

Où iras-tu après cette vie?

Toi qui feras, malgré tout, l’envie.

De bien des gens prisonniers de leur morale,

Et qui pourtant, vénèrent des idoles qui font tant de mal.

 

Regarde-moi bien dans les yeux,

Dis-moi : tel est ton désir, ton vœu le plus précieux?

Serait-ce être près de moi, être à mes côtés?

Devenir ta chérie, ton amour, ta bien-aimée!

 

Je suis celle qui te surveille,

Qui te fera découvrir bien des merveilles,

En temps voulu, mon vilain coquin.

Mon beau ! Tu seras entre mes mains.

 

Regarde bien cette triade,

Et fuis ce monde rempli de façades,

Rejoins-moi vite ! Si tu l’oses.

Tu seras alors ma chose.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Mauvais roman

Mauvais roman Poème par Rolland Jr St-Gelais Photo par Rick B. d’Allemagne Source : https://www.deviantart.com/rickb500/art/Bad-Romance-868419125

Mauvais roman

 

Ma vie est comme un mauvais roman,

Je n’ai connu que des mauvais garnements,

Des mauvais garçons qui me mentaient allègrement,

Mais qui savaient jouer de leurs mains et de leurs langues divinement.

 

Ma vie de maîtresse est digne des plus belles histoires,

Des contes, des récits remplis de passion de rencontres d’un soir.

Je suis une courtisane parmi tant d’autres, mais qui n’a pas son pareille,

Car par mon savoir-faire, je sais rendre les hommes au septième ciel.

 

Je préfère la nuit sombre auréolée de ses mystères,

Au soleil qui les dévoile par la force de sa lumière,

Car rien n’est plus agréable que les plaisirs de la chair,

Et de son parfum qui vogue sur les vagues de l’air.

 

L’ombre fraîche qui recouvre mon corps,

De mon corps de femme caressé par ces doigts en or,

Qui me font haleter sans cesse de plus en plus fort,

Jusqu’à cet instant précis où j’atteins la petite mort.

 

J’adore ma vie de volupté et de luxure,

Car chaque soir, je m’enivre de cette eau pure.

Qui abreuve tous mes désirs à la recherche d’une cure,

Même si je sais qu’au plus profond de moi je désire rester impure.

 

Je suis la plus grande des pécheresses,

Mais jamais de la vie, je me priverais de caresses.

De ces caresses qui parcourent mon dos jusqu’aux fesses,

M’en priver ? Voilà ce qui causerait ma seule détresse.

 

De

 

Rolland Jr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada