Archives de tags | chair

Je me repose

IMAG0018 1

Photo prise à Montréal lors d’un de mes voyages professionnels de modèle nu

Je me repose

 

Je me repose

Tout simplement entre deux poses,

Fatigué de lutter contre l’image sans cesse véhiculée,

Qu’un homme handicapé ne peut être synonyme de virilité.

 

Et pourtant combien ont-ils laissé de leurs vies,

Sur les champs de bataille des peuples libres ou conquis ?

De leur sang sont abreuvées rapides rivières,

Et de leur chair nourries terres lointaines et étrangères.

 

Corps fatigué ! Corps épuisé !

Âme blessée par toute cette méchanceté inépuisée,

Que me reste-t-il devant tant de cruauté si ce n’est mon désir d’amour ?

Que puis-je faire pour sortir à jamais des flammes de cet infernal four ?

 

Je ne suis ni Hercule à la force gigantesque,

Ni un troubadour jouant de sa flûte aux motifs arabesques,

Je ne suis qu’une âme parfois sage parfois frivole,

Incarnée en cet être fragile aux pensées qui au gré du vent s’envolent.

 

Se reposer nu sur ce drap,

Afin de libérer son âme de ce qui le rend las,

Être là et simplement là et sans chercher à comprendre,

Car de son bon vouloir rien en la vie ne peut réellement en dépendre.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Sur le vif

17990467_10155321985293919_6424511704947579660_o

Magnifique dessin réalisé par mon ami Eri Kel de la France

Sur le vif

 


Fraîche et seule
Simple comme les tilleuls
Seins encore fermes de mes temps
Du temps de mes premiers amours de mes amants

 


M’appuyant sur mes fragiles doigts
Qui me servirent jadis à satisfaire mon corps
À découvrir les plaisirs de la chair précieux tel de l’or
Et maintenant que ferais je sans celui que j’aime, que ferais je sans toi?

 


Femme magnifique on me dit souvent
Le serais-je encore avec le sablier du temps?
Car nul d’entre nous n’y échappe petit et grand,
Nul n’est oublié par la faucheuse même pas les puissants

 

 

Voilà pourquoi j’ai décidé d’être présente
Car un jour ou bien une nuit je serai absente
Être toute immobile telle une sirène sur un récif
Être là pour vous permettre d’immortaliser mon corps sur le vif

 

 

De

 

 

RollandJr St Gelais de Québec au Canada

Seule devant cette cruelle évidence

11133757_10153255585508919_8173590784812071457_n

 

Dessin réalisé par mon ami Eri Kel de la France

 

Seule devant cette cruelle évidence

 

Seule devant cette cruelle évidence,

De voir s’effacer les souvenirs de son enfance,

Des douces caresses de sa tendre mère,

De la voix réconfortante de son père.

 

Sachant qu’un jour ou une nuit,

Elle ira bientôt les rejoindre vers l’infini.

Sans oublier ses premiers amours longtemps interdits.

Qui lui donnèrent tant de plaisirs et de non-dits.

 

De son adolescence sous l’Occupation,

Dont souffrirent les enfants de la nation,

Jusqu’au jour béni de la grande Libération,

Que prit naissance en les terres divines d’Albion.

 

Puis vinrent les noces,

Et cette nuit où elle s’offrit à son époux,

Dans des ébats langoureux tels des fous,

Vécus par des êtres faits de chair, de sang et d’os.

 

Des nuits d’amour suivirent dans le temps,

Qui donnèrent naissance à de beaux enfants,

Qui firent fierté et honneur à ses entrailles,

Et à son époux bonheur d’avoir cette marmaille.

 

Puis vinrent le jour tant redouté,

Qu’ils allèrent à leur tour fonder leurs foyers,

Afin d’y répandre leurs amours à leurs enfants choyés,

Mais n’était-ce pas là leur ultime destiné ?

 

Puis le sablier du temps s’écoulant,

Elle vit partir son époux, son ami et son amant,

Dans ses bras fatigués après l’avoir soutenu,

Il est parti là-haut vers une terre inconnue.

 

Voyant grandir ses descendants,

Tout en les chérissant comme il se doit,

Elle comprit alors qu’ils vivaient sous d’autres lois,

Celles d’une autre époque loin de celles de jadis et d’antan.

 

Et pourtant elle ne redoute pas la fin de vie,

Car elle a su boire à la coupe jusqu’à la lie,

En savourant ses multiples saveurs en admirant ses couleurs,

Voilà pourquoi elle partira paix en son âme et joie en son cœur.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Mon corps, c’est mon histoire.

20180225_090439

Mon corps, c’est mon histoire.

 

Corps de sang et de chair

Qui connu amour et guerre,

Qui vécu bonheur et parfois malheur,

En cette vie ! En ces jours ! En ces nuits ! En ces heures !

 

C’est le mien.

Sera-t-il un jour le tiens?

Pourquoi pas ?! Si tu sais l’apprivoiser.

Avec tendresse et soumission et de suaves baisers.

 

C’est mon humble corps,

Crois-moi qu’il vaut son pesant d’or.

Blessures et force en ont fait arme redoutable,

Mais expérience de vie lui confère âme vénérable.

 

C’est mon histoire.

Récit d’un homme qui veut voir,

Admirer dames blanches nues aux dents d’ivoire,

Les emporter aux pays merveilleux et des mille espoirs.

 

Leur faire l’amour en les entendant gémir,

Gémir de plaisir ! Gémir de jouir à en plus finir.

De les satisfaire en parcourant cet endroit interdit,

Tant adulé par Marquis de Sade et ces grands génies.

 

C’est ma chair et mon sang,

Qui sera de ce monde encore longtemps,

Il est le temps de le découvrir de l’immortaliser,

À coups de pinceaux ou  à coups de crayons aiguisés.

 

Devenir immortel !

Tel est son seul désir !

Sur vierge papier il le deviendra,

Pour la postérité, peut-être il le sera.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Je te veux

 

 

23361129_10213576975955179_1924494607_n (2)

 

Je te veux

 

Je te veux,

Voilà mon vœu,

Tel que tu es et tu seras,

Afin de t’apprivoiser à petit pas.

 

Je veux te connaître,

Afin que nous puissions naître,

Naître en un instant de fusion,

Fusion de corps et d’âmes à l’unisson.

 

Je veux te regarder,

Afin de cette femme l’admirer,

T’écouter avec cœur et plaisir,

Jusqu’à ce moment intime où pourrons jouir.

 

Je veux sentir ton parfum,

Être avec toi et ne faire qu’un,

Deux êtres sensibles qui désirent s’unir,

S’unir en cet instant et en savourer le désir.

 

Désir des âmes et de la chair,

Désir insatiable enfoui dans les profondeurs des enfers,

Désir dénoncé par le clergé du haut de sa chaire,

De ces gens hypocrites auxquels nous n’avons que faire.

 

Ho que vient cet instant magique,

Que nous vivions cette histoire mirifique,

Car de tes lèvres je veux goûter,

Car de la douceur de tes seins je veux caresser.

 

De

 

RollandJr St Gelais
Québec (Québec)
Canada

Le fantôme

  • 20171006_100700

Le fantôme

 

Qui es-tu? 

Toi qui nous tourmente,

Dans cette vie démente,

Toi qui nous vois quand nous sommes nus.

 

Voguant sur le Styx

Tu n’es guère comme le Christ

Scrutant nos fautes et nos faux-pas

En cette vie jusqu’à trépas.

 

Jadis être de chair

Maintenant tu n’es que souvenir

Que ces inassouvis et tristes désirs

Que donneras-tu pour revenir sur terre?

Va-t-en ! Je t’en conjure en Enfer.

Là où tu trouveras celles qui t’étaient chères.

 

Fantôme

Nous ne sommes point ton hôte

Laisse les vivants vivre leurs fautes

Car c’est ainsi qu’on apprend dès qu’on est môme.

 

De

 

Rollandjr St Gelais

Québec (Québec)

Canada

Fragilité

20479833_1409091555805017_2960847806524939815_n

Réalisation de Marcel Lien artiste de la Belgique

Fragilité

 

Je suis un être de sang,

Sans oublier un être de chair,

Dès mes premières bouffées d’air,

Je fis mes premiers pas toujours vers devant.

 

Devant tous ces hommes hagards,

Face à eux j’ai appris à me tenir debout,

Et de leurs idées malsaines dont je m’en fous,

Car, croyez-moi, je n’avais que faire de leurs regards.

 

Mais quelle cruelle vérité,

Que celle trouvée par mon expérience,

Que bien des sages découvrirent par leur science,

En cet instant où j’offre à vous amis ma simple nudité.

 

Malgré ma force vive et mon engouement,

Devant l’inévitable mon devoir est d’agir dignement,

En reconnaissant devant les cieux et l’éternité,

Que ma nudité révèle une totale fragilité.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

Mon père

 

New Image 89

Mon père


Homme souvent méconnu,

Au sein d’une société qui se tue,

Souffrant dans le silence de voir s’engloutirent,

Ses plus beaux et tendres romantiques souvenirs.


Être de chair souvent adulé,

Et qui par ses enfants est tant aimé,

Homme condamné à une fin naturelle,

Attendant de retrouver son épouse toute belle.


Être éphémère et si fragile,

Qui s’occupa de ses fils et de sa fille,

Homme qui lui avait aussi jadis une mère,

Voilà qui est cet homme, voici qui est mon père.


De


Rollandjr St-Gelais

Matane (Québec)

Canada

Courage au ventre, rage au cœur !

Wounded-wolf-in-the-winter_1920x1200

Courage au ventre, rage au cœur !

Qu’avez-vous fait à ma terre ?

Qu’avez-vous fait à notre mère ?

Le sol crie vengeance à mes oreilles,

Attendant avec hâte que mon peuple se réveille.

Dans nos veines coule le sang,

Celui de nos ancêtres pour nos enfants,

Dans la profondeur de nos âmes brisées,

S’élèvent les voix de nos aïeux du temps passé.

Ô mon peuple ! Gens d’ici ! Réponds-moi !

Contre l’infâme ennemi d’une seule et même voix.

Ne sens-tu pas monter en toi la fièvre de l’honneur bafouée ?

De notre chair offerte en pâturage pour y être fouettée ?

De mes yeux sortira grande colère,

Afin de faire à ces barbares cette guerre.

De mes dents acérées, davantage je les affuterai,

Et dans la peau de ces belligérants avec délice je les planterai.

Croyez-moi mes frères! Que l’on se tienne pour dit,

Que pour le loup rien n’est aussi sacré que sa patrie.

Devant tous les assauts pernicieux il vaincra ses peurs,

Car en lui réside le courage au ventre et la rage au cœur.

De

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada

À la portée de ta main !

New Image64

À la portée de ta main !

 

Depuis la nuit des temps,

Après sa grande victoire sur le Léviathan,

En Dieu se trouva le désir de créer milliers de galaxies,

  Afin d’y implanter avec amour toutes les germes de la vie.

 

De la lumière naquit l’existence,

Et de son labeur, il donna forme à l’innocence,

Animaux divers et belles plantes couvrirent plaines et vallées,

Sur l’herbe verte des prairies, ses créatures pouvaient en tout temps y aller.

 

Des eaux, il les soustrait à sa divine volonté !

Les séparant des terres, il leurs donna avec magnanimité,

Vastes multitudes de bestioles pour y puiser nourriture à volonté,

Pour celui qui allait devenir en ce paradis, la manifestation de sa divinité.

 

Homme il le créa assurément,

Et lui donna en la femme sa compagne fidèlement,

D’une simple côte, il en tira l’égale de sa chair et de son sang,

Afin de peupler cette magnifique terre par leurs nombreux enfants.

 

Voyant la tristesse dans les yeux d’Adam,

Il lui demanda ce qui le tourmenta en ces jours-là,

Avec espoir de trouver solution, c’est alors qu’il lui confia,

Des joyaux de la terre, il ne savait pas quoi offrir à Ève qu’il aimait tant.

 

Après mûres réflexions,

Dieu avec grande bonté lui sourit,

Et de sa douceur paternelle, dans ses bras, il le prit,

Et lui promit de trouver à son inquiétude légitime la solution.

 

Au gré de la bise matinale,

Il appela son fils de sa voix proverbiale,

Adam bondit dès cet instant pour accourir vers son paternel,

C’est alors qui lui dit cette sage parole qui lui sera éternelle.

 

Dieu avait dit que la lumière soit,

Et elle sortit des limbes car il en est le roi,

Et par son incomparable bonté, il en extirpa toutes les couleurs.

Pour les déposer avec grande délicatesse sur ce bouquet de fleurs.

 

Tu vois mon fils ? Lui demanda-t-il.

Voilà ce que tu devras avoir à chaque heure et en ton cœur,

Pour celle qui t’accompagnera jour après jour tel sera ton destin,

Ce présent, témoignage de ton amour, sera à la portée de ta main.

 

De

 

RollandJr St-Gelais

Québec (Québec)

Canada